09/01/2012

Liam NEESON a les crocs !

Liam Neeson dans Le Territoire des loups

Après une fructueuse et explosive collaboration sur l’adaptation XXL de la série culte "L’Agence Tous Risques" ("The A-Team"), l’acteur Liam Neeson et le metteur en scène Joe Carnahan se retrouvent pour une nouvelle aventure qui promet quelques belles séquences à couteaux tirés… Ou, devrais-je dire, à "crocs" tirés. En effet, comme l’indique le titre en français du nouveau "The Grey" (en V.O.) - "Le Territoire des Loups" -, cette production Scott Free mettra Neeson et sa bande aux prises avec des loups affamés et enragés… Tout un programme !

Joe Carnahan et Liam Neeson, une équipe de choc sur The A-Team

Le compositeur de la bande originale n’est autre que Marc Streitenfeld que l’on connaît grâce à ses performances sur plusieurs réalisations de Ridley Scott : "Robin des Bois", "Mensonges d’Etat", "American Gangster" et "Une Grande année". Finalement, il n’est pas si étonnant de le retrouver aux commandes de la composition instrumentale de "The Grey" : ce dernier est co-produit par les frères Scott, Tony et Ridley. On lave son beau linge en famille !

Kate Blanchet, Russel Crowe et Ridley Scott sur le tournage de Robin des Bois

Scénariste sur le cruel et tendu "Death Sentence" - avec Kevin Bacon -, Ian Mackenzie Jeffers est également à l’origine de l'intrigue de ce film directement inspirée de "Ghost Walker", une nouvelle justement écrite par Jeffers. Dermot Mulroney - disparu des salles obscures depuis quelques temps déjà - donnera la réplique à Neeson. Vous avez peut-être eu l’occasion de voir ce dernier en compagnie de Julia Roberts dans la comédie de P.J. Hogan, "Le Mariage de mon meilleur ami" (1997) ou, deux ans plus tard, dans le Polar - très crimes et arnaques - "Goodbye Lover".

Dermot Mulroney

Pour revenir à ce "Territoire des Loups", notons que les safaris animaliers en terrain sauvage n’ont pas toujours accouché de brillantissimes aventures. On se souviendra des (très) médiocres "Anaconda" ou du modeste "Lake Placid". Reste "The Edge", distribué en français sous le titre "A Couteaux tirés", dans lequel Anthony Hopkins et Alec Baldwin devaient survivre aux attaques répétées d’un imposant grizzly. "The Grey" devrait (?) davantage se rapprocher de ce long-métrage de 1997, tout en bénéficiant de la fougue de son réalisateur Joe Carnahan ; un habitué des réalisations speedées et virulentes comme en témoigne ses "Mise à prix" (2007) et "Narc" (2003)…

La bande-annonce…

Tags associés : Liam Neeson, Joe Carnahan, Ridley Scott, Tony Scott, Kevin Bacon, Julia Roberts, Alec Baldwin, Anthony Hopkins, "American Gangster", "Mise à prix", "Narc", "The A-Team", "Death Sentence", "Une Grande année"

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |

10/07/2010

La HORDE : les Zombies made in France

LA HORDE82273178227317822731782273218227321

"Allons apprendre aux zombies à chanter la Marseillaise !" C’est en quelque sorte le mot d’ordre principal de "La Horde", un film d’épouvante signé Yannick Dahan et Benjamin Rocher qui prend le pari (difficile !) d’importer les bons vieux zombies ‘ricains dans un exercice de style bien Frenchy… Pari réussi ? Dans la forme certainement, dans le fonds, par contre, "La Horde" tombe lourdement dans les travers scénaristiques bien connus de ce genre de divertissements… Le scénario, co-écrit par le routinier Nicolas Peufaillit ("Chrysalis", "Un Prophète"), se borgne à dépeindre le long chemin de croix d’une "coalition" improbable souhaitant ardemment quitter un HLM pris d’assaut par de voraces morts-vivants. L’originalité n’est finalement jamais au rendez-vous et on a surtout l’impression de voir une (bonne !) "photocopie" (pourrait-on dire un remake ?) de l’intrigue du "Zombie" (1978) - en V.O. "Dawn of the Dead" - de George A. Romero ; film, entre parenthèses, retravaillé en 2004 par le talentueux Zack Snyder...

Eriq Ebouaney (à gauche) et Jean-Pierre Martins (à droite)

C’est évidemment intéressant de dégommer des zombies dans l’espoir de quitter une tour inquiétante et insalubre mais "La Horde" ne va pas plus loin et n’offre aucune échappatoire possible à ses protagonistes - une belle brochette de sales gueules triées sur le volet -. Tout avait pourtant assez bien commencé : le (relatif) génie de nos metteurs en scène est de nous plonger, dans un premier temps, dans la vendetta - nerveuse, poisseuse et malsaine - d’improbables justiciers de la "Municipalité" bien décidés à faire un carton et à venger leur collègue et ami tombé dans l’exercice de ses fonctions. Jusque là, tout va bien… Puis l’arrivée d’une horde sanguinaire de zombies sonne la fin de l’originalité scénaristique (déjà !). La chasse est maintenant ouverte et le tir aux clays (Pardon ! … aux zombies) promet d’être sanglant et immoral.

La Horde

Heureusement, "La Horde" ne perd jamais cette copieuse et invective nervosité initiée dès les premières minutes. Ce long-métrage éprouvant et intense dans son esthétisme peut également compter d’un zÔli casting emmené par les mines "patibulaires" de Jean-Pierre Martins - ici au Look très "Le Mac" -, de Claude Perron ("Cortex", "Chrysalis"), d’Aurélien Recoing ("Contre-enquête", "L’Ennemi intime") et d’Eriq Ebouaney ("Le Transporteur III", "Cash", "Hitman", "Femme Fatale", "Lumumba") pour ne citer qu’eux ! Surfant tantôt sur la grosse artillerie (c’est toujours plus facile pour dégommer des cannibales d’outre-tombe) mais aussi sur d’impressionnants corps à corps - mention spéciale pour Claude Perron et Jo Prestia ("Le Mac") -, "La Horde" déploie assez d’adrénaline pour emballer un public acquis aux doux refrains de pétarades et des dialogues sommaires et - certainement pas - châtiés.

Claude Perron

Outre ce débordement jouissif de testostérone, Yannick Dahan et Benjamin Rocher s’octroient quand même le luxe (et ils ont bien raison !) de s’adonner quelque peu à l’humour noir et à une modeste réflexion sur le caractère bestiale qui se cache en chacun de nous… Si l’on reste un peu sur sa fin côté intrigue, le spectacle pur et dur déployé ici permet à "La Horde" de remplir son contrat : Après le GORifique "Frontière(s)" de Xavier Gens et maintenant avec "La Horde", le cinéma français prouve au monde du Septième Art qu’il n’est pas juste bon à accoucher de polars ou de vaudevilles… Mais ça, les défenseurs du "cinoche franchouillard multiculturel" le savaient déjà depuis longtemps !

Jean-Pierre Martins

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |