29/12/2011

GHOST RIDER 2 : ça va vraiment FAIRE MAL…

Nicolas Cage est la Ghost Rider pour la deuxième fois

Je suis sûr que vous avez passé de nombreuses nuits blanches, hantés par cette épineuse question : que se passe-t-il quand le Ghost Rider urine ? Et bien la première bande annonce de "Ghost Rider : Spirit of Vengeance" répond à cette question diablement existentielle ! Les premières images de ce second volet des aventures démoniaques du motard Johnny Blaze nous donnent d’autres précieux renseignements et annoncent la couleur : ce deuxième long-métrage, inspiré des Comics Marvel, sera CRU et DUR. Les pistes ne manquent en tous les cas pas pour le penser, à commencer par les deux gu’gus que l’on retrouve derrière la caméra : le tandem infernal composé de Mark Neveldine et de Brian Taylor.

Nicolas Cage

Nos deux Bad Guys réalisateurs ont déjà fait parler la poudre en orchestrant des productions bien Trash comme les deux "Hyper Tension", avec Jason Statham, & "Ultimate Game", avec Gerard Butler à l’affiche. Les ingrédients essentiels de ces spectacles - à ne pas mettre à la portée des plus jeunes - : une frénésie générale et chaotique combinée à une violence gratuite et perverse sans oublier de la fesse (pour le dire crûment)… On peut se douter que les studios auront à l’œil de tenir un peu en laisse nos deux "pervers associés" mais il est clair aujourd’hui que Neveldine et Taylor se sont quand même copieusement défoulés sur ce projet. Mais, finalement… Ne serait-ce pas tout simplement ce que demandaient les fans des bandes dessinées d’où sont puisées les mésaventures tentaculaires et sordides du Ghost Rider !?

Un Ghost Rider animé par la vengeance

Clairement, l’angle aseptisé pris par le metteur en scène Mark Steven Johnson sur l’opus original n’a pas été maintenu par la nouvelle équipe de ce second volet. Même si Nicolas Cage (dans quel mauvais coup s’est-il encore fourré !?) officie toujours en tête du casting, ce dernier constitue sans doute l’un des seuls liens entre le précédent volet et ce "Spirit of Vengeance". Blinquant, chromé et très (trop ?) propre sur lui ! C’était l’image que vous aviez gardé du Rider ? Et bien, si la réponse est oui, vous allez pouvoir goûter ici à un tout nouveau justicier extrait des abysses démoniaques. Le visage carbonisé et cramoisi par les flammes infernales, le Ghost va, cette fois, se frotter à la racaille d’Europe de l’Est et rendre coup pour coup aux jets de Kalashnikov. C’est déjà tout un programme en soi !

Johnny Whitworth est le Blackout

Côté casting, outre Cage, on retrouvera le célèbre Ciaran Hinds - l’acteur irlandais à la filmographie aussi longue qu’un cou de girafe - dans le rôle de ce satané Diable ; ainsi qu’Idris Elba ("Thor"), Johnny Whitworth et - bonne nouvelle pour les anciens, fans de "Highlander" et Cie. - Christopher Lambert… Récemment croisé dans le soigné "Limitless", Johnny Whitworth était déjà d’attaque dans le précédent long-métrage des réalisateurs de "Spirit of Vengeance" : "Ultimate Game". Il tiendra ici le rôle de Blackout, un redoutable ennemi sillonnant les planches dessinées du "Ghost Rider". La sensualité (dénudée !?) devrait être également au rendez-vous avec la présence assurée de l’actrice Violante Placido. Une sculpturale compagne de route pour Nicolas Cage ; elle qui a déjà pu dévoiler ses charmes dans le récent "The American" en compagnie de Mister George Clooney.

Violante Placido

La bande-annonce...

Tags associés : "Ghost Rider : Spirit of Vengeance", Nicolas Cage, Mark Neveldine, Brian Taylor, Jason Statham, Gerard Butler, George Clooney

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (6) | |

31/08/2010

KICK-ASS : coup de projo’ sur les supers héros

Kick-Ass

Disponible depuis peu en format DVD / Blu-Ray, "Kick-Ass" bien qu’il bénéficie d’un capital sympathie certain auprès de quelques quotidiens, ne devrait toutefois pas marquer les annales des grandes adaptations de Comics. Arrivé peut-être un peu tard après le "Watchmen" de Zack Snyder, le film de Matthew Vaughn présente toutefois une belle petite galerie de personnages brassant acteurs matures confirmés et jeunes pouces qui devraient rapidement décoller dans les tabloïds. Présentation sur le fil du rasoir…

Quand Nicolas Cage joue les Batman

Après avoir tenu des rôles assez "électriques" notamment dans "Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans", "A Tombeau ouvert" ou encore dans "Leaving Las Vegas", on savait depuis longtemps déjà que Nicolas Cage n’a pas foncièrement de plan de carrière et se laisse plutôt guider selon l’humeur du moment. Résultat des courses, Cage a toujours ses fans mais sa filmographie est qualitativement un peu (beaucoup) en dents de scie. Avec "Kick-Ass", notre acteur - campant pour l’occasion un ex-flic, père irresponsable et passionné par les grosses gâchettes - nous prouve une nouvelle fois qu’il ne craint pas d’interpréter des personnages assez… comment dire… "spéciaux" !

Kick-Ass

Face à lui, nous retrouvons Mark Strong... Assez intéressé par le cinéma de Guy Ritchie ("Revolver", "Rock’N’Rolla") et les adaptations historiques ("Tristan & Yseult", "Victoria : les jeunes années d’une reine"), notre acteur londonien a bien reçu les félicitations du jury, précisément, en interprétant un prince valeureux mais aussi égocentrique à l’occasion du "Stardust" de Matthew Vaughn. Un réalisateur que Strong retrouve justement ici avec "Kick-Ass". Depuis, 2006 et "Le Mystère de l’étoile", Mark Strong a peaufiné son interprétation du méchant pas beau avec de très belles affiches comme "Sherlock Holmes" (toujours de son ami Guy Ritchie) et le "Robin des Bois" de Ridley Scott. Pas de nuance ou de surprise avec "Kick-Ass" : Mark Strong tourne une nouvelle fois devant la caméra de Vaughn et campe, pour la énième fois, les vilains de service… Une gamme de rôles qui lui va, c’est vrai, à ravir !

Evan Peters, Aaron Johson et Clark Duke

L’impact de ces deux acteurs, Cage et Strong, sur "Kick-Ass" se concentre presque exclusivement autour des inspirations très polar - façon Gangsters et Vendetta - qui transpirent de ce long-métrage. Ce dernier explore toutefois encore plus le thème des adolescents fascinés par l’enivrant monde des supers héros. A ce titre, Vaughn et son équipe se sont offert les services de quelques bonnes bouilles du cinéma Teenagers de l’Oncle Sam. On pense principalement à Christopher Mintz-Plasse et à Clark Duke alors qu’un acteur comme Aaron Johnson n’avait jusqu’ici pas foncièrement fait parler de lui ! Mais ce serait bien triste de cracher sur une jeune révélation… A l’image également de la petite Chloe Moretz, Little "Veuve Noire" en puissance !

Christopher Mintz-Plasse

Si l’on vient surtout de découvrir Clark Duke avec "La Machine à démonter le temps" ("Hot Tub Time Machine") récemment sorti sur grand écran, la frimousse malingre de Mintz-Plasse n’est plus à présenter aux spectateurs qui ont vu les disgracieux "L’An 1 : des débuts difficiles", "Les Grands frères" ainsi que l’incontournable "SuperGrave". Ce casting volontaire et clairement orienté ne permettra cependant pas à cette aventure signée Matthew Vaughn de nous épargner quelques longueurs et finalement d’accoucher d’un "épisode" assez classique bien que le goût de la réalité choc et de la violence gratuite, déployé par le metteur en scène, constitue pour certains une forme d’"art cinématographique"… Vraiment, ça se discute ! Autant mettre des piments dans de la compote pour bébé !

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |