04/09/2009

Will Ferrell & John C. Reilly, frangins malgré eux

Step Brothers : Frangins malgré eux

8227317star_1_2822732182273218227321

Nancy Huff (Mary Steenburgen) et Robert Doback (Richard Jenkins) ont eu un véritable coup de foudre en se rencontrant lors d’une conférence ! Cultivant un amour passionnel dans la fleur de l’âge, c’est tout naturellement que Nancy et Robert ont décidé de s’unir et de vivre ensemble. Malheureusement, notre jeune couple traîne deux sérieuses "casseroles"… Nancy vit toujours avec son fils de 39 ans, Brennan (Will Ferrell), et Robert, pour sa part, subit toujours l’instinct juvénile de son fils Dale (John C. Reilly) qui vient de souffler ses quarante bougies. Les deux jeunes hommes qui, apparemment, n’ont pas encore eu leur poussée de puberté, sont pour le moins chamboulés par cette union qu’ils jugent impromptue. Une chose est sûre : rassembler ces deux zigotos sous le même toit n’était peut-être pas l’idée du siècle !

Will Ferrell, Mary Steenburgen, Robert Richard et John C. Reilly

Avec un Judd Apatow qui enfile, une fois n’est pas coutume, la casquette de producteur & la furtive apparition à l’écran de l’acteur Seth Rogen en Guest star de service, "Frangins malgré eux" avait déjà deux beaux petits atouts pour séduire les amateurs des "40 ans, toujours puceau" & "En cloque, mode d’emploi". Seulement voilà, le film du réalisateur Adam McKay ("Ricky Bobby : roi du circuit") n’a malheureusement, à aucun moment, l’occasion de se hisser à la hauteur de ces longs-métrages… Et ce n’est pas l’improbable duo (pourtant assez alléchant sur papier), formé par les comédiens Will Ferrell et John C. Reilly, qui pourrait arranger les affaires de cette petite farce poussive qui tombe très rapidement dans le sillage des piteuses productions humoristiques qui ne divertissent personne et qui ont même du mal à faire sourire les spectateurs les moins exigeants !

John C. Reilly et Will Ferrell

Du haut de leurs 39 et 40 ans (affirmés dans ce film), Ferrell et Reilly - qui nous avaient montré, ces dernières années, qu’ils étaient à l’aise dans des registres nettement plus sérieux et dramatiques - se contentent, une bonne partie de l’intrigue, de jouer les salles mômes juvéniles tout juste bon à réaliser des coups tordus, à se faire tabasser par une bande de "Gremlins" en culotte courte & à formuler des répliques au langage peu châtié sur fond de pétomanie aigue. Bref ce "Frangins malgré eux" se présente comme une comédie souvent grasse dans laquelle les (pseudos-) gags tombent souvent à plat & où le couple Ferrell / Reilly est franchement à côté de ses pompes.

John C. Reilly et Will Ferrell

On peut dire en comparant ce film au cultissime "40 ans, toujours puceau" que là où ce dernier mariait insolence et sensibilité, ce "Step Brothers" (titre en V.O.) joue la carte du "pipi-caca" à fond la caisse sans jamais soigner son approche ni les rebondissements d’une intrigue peu novatrice signée par le duo Ferrell - McKay. Voilà donc un nouveau divertissement bancal à ignorer sauf si vous êtes un inconditionnel des Fast-movies à la ‘ricaine glorifiant l’obscénité, la vulgarité et les protubérances testiculaires. Bien sûr, rien ne nous est épargné dans ce DVD qui fait la part belle à une version non-censurée réalisée pour l’occas’ !

Will Ferrell et John C. Reilly

La bande-annonce…

Tags associés : Comédie, Will Ferrell, Seth Rogen, Judd Apatow

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

12/05/2009

MARLEY & MOI : erreur malsaine sur la marchandise

Marley and Me

82273178227321822732182273218227321

John (Owen Wilson) et Jennifer (Jennifer Aniston) forment un jeune couple attachant animé par de nombreux rêves dont celui d’avoir un boulot brillant, une belle maison & Cie. Le seul point sur lequel nos jeunes mariés divergent concerne la délicate question d’avoir ou non un enfant. Aidé par son fidèle collègue de travail, John fomente un plan apparemment génial : notre ami décide d’offrir un chien à Jennifer pour lui faire passer (temporairement) l’envie de "procréer". Malheureusement, nos tourtereaux ne savent pas qu’il est parfois aussi difficile d’élever un chien qu’un bébé ! Après "Volt", "Le Chihuahua de Beverly Hills" et "Palace pour chiens", le film "Marley & Moi" prouve qu’il y a toujours de la place pour des productions dédiées à nos amis à quatre pâtes… Sauf qu’ici, précisément, la fête annoncée est plutôt largement gâchée !

Owen Wilson

Que fallait-il de plus pour passer un bon moment romantique au cinéma en compagnie de deux charmants comédiens qui savent y faire en matière de rire et de style ? Quand Owen Wilson et Jennifer Aniston se rencontrent, fatalement, ça met en appétit. Alors, en plus, si c’est David Frankel, le réalisateur du "Diable s’habille en Prada", qui régale, on se demande vraiment ce qui nous retient d’aller voir "Marley & moi" !? Et pourtant, passé une bonne heure à suivre cette romance canine dans lequel les pires emmerdeurs de l’homme restent bien le chien, la femme et les enfants (charmant !), "Marley & moi" prend une tournure forcément dérangeante, même malsaine.

Owen Wilson et Jennifer Aniston

Suivant la vie d’un chien, de la naissance au trépas (bonjour l’ambiance !), David Frankel gonfle le voyeurisme jusqu’à son quasi-paroxysme et nous force à suivre un mélodrame pathétique aussi touchant qu’écoeurant. On reconnaît un peu là, sans doute, la patte légèrement disgracieuse du scénariste Don Roos ("Un Amour infini") pourtant bien épaulé, à l’écriture, par Scott Frank à qui l’on doit l’histoire de "L’Interprète", "Le Vol du Phoenix", "Minority Report", "Hors d’atteinte", "Get Shorty" et "Malice", pour ne citer qu’eux.

Owen Wilson

Que sait-il donc finalement passé pour que cette prévisible comédie de masse vire à l’horreur larmoyante, pour que le couple Owen Wilson - Jennifer Aniston soit tout sauf pétillant, et finalement pour qu’un film mettant à l’honneur le meilleur ami de l’homme apparaisse en définitif comme un véritable remède anti-adoption canine ? Ca arrive qu’il y ait, de temps en temps, un Bug dans la Matrice hollywoodienne mais à ce point… ??? A éviter de toute urgence !

Jennifer Aniston et Owen Wilson

Tags associés : Comédie, Humour, Drame, Owen Wilson, Jennifer Aniston, "Volt", "Le Diable s’habille en Prada"Nick Frost

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |