10/09/2009

Jason STATHAM se marre mais pas nous !

Crank 28227317star_1_2822732182273218227321

Et non ! Chev Chelios (Jason Statham) n’est pas mort bien qu’il se soit écrasé sur le macadam après avoir sauté d’un hélicoptère en plein ciel (ça, c’était la scène finale du premier "Crank"). Trois mois après cet accident qui aurait dû lui coûter la vie, Chelios est maintenant détenu par la mafia chinoise qui a décidé de prélever, un par un, les organes de notre super Chev pour rebooster le guide suprême de la pègre asiatique dénommé Poon Dong (David Carradine). Séparé de son cœur "de bœuf" (ou "tarte aux fraises" si vous préférez) et maintenu en vie grâce à un cœur artificiel alimenté par une batterie, l’increvable Chelios arrive à échapper à ses geôliers et se fixe comme mission ultime de retrouver son cœur avant que la mort frappe inévitablement à sa porte. Pour se maintenir en forme et affronter les nombreuses épreuves qui se dressent devant lui, Chev Chelios doit impérativement recharger la batterie qui alimente son implant : tous les moyens sont bons et les plans les plus tordus sont légion pour survivre… Notre héros va en faire les frais !

Jason Statham et Amy Smart

Le tour de force scénaristique (si l'on peut dire !) orchestré par le tandem perversif Mark Neveldine et Brian Taylor était, premièrement, de ressusciter le héros de "Crank" laissé pour mort, à juste titre, dans le premier film &, deuxièmement, de retravailler sur une course-poursuite à la mort basique durant laquelle Chelios doit rivaliser d’ingéniosité et de manipulations extrêmes pour se maintenir en vie. A ce niveau-là, Neveldine et Taylor (à la base de l’intrigue et également derrière la caméra) remplissent leur part du contrat. Là où cet "Hyper Tension 2" (en V.O. "Crank 2 : High Voltage") prend l’eau, c’est une nouvelle fois dans le traitement visuel apporté par deux réalisateurs assez fous à lier.

Jason Statham

Rien n’est épargné au spectateur et les plus grandes bêtises doublées d’idées aussi saugrenues que déplacées semblent bien faire marrer nos deux cinéastes "en culotte courte" !?! Jason Statham, lui aussi, a, semble-t-il, pris du plaisir sur ce tournage comme le laisse penser les quelques séquences du Making off distillées dans le générique de fin. Campant un véritable "Action Man" survolté et dément, Statham écrabouille son image de beau justicier au grand cœur qu’il porte dans la franchise "Transporter" & rentre parfaitement dans les plans pervers de Mark Neveldine et de Brian Taylor. Il en va de même pour le regretté David Carradine - jouant ici les vieillards obsédés - ainsi que pour la ravissante Amy Smart jouant à merveille les Girlfriends sexy que l’on jette après usage dans cette aventure forcément et foncièrement macho.

Jason Statham et Amy Smart

On trouvait peut-être "The Bank Job", récemment sorti en DVD, trop sage pour la carrure d’un Jason Statham… A l’inverse, "Hyper Tension 2" est nettement trop compulsif pour susciter la sympathie. Ce long-métrage exploite au maximum le concept des Fast-movies - divertissements bourrins que l’on regarde intensément une fois dans sa vie avant de passer à autre chose - ; mais même ici, avec la folie étalée à l’écran par le duo Neveldine - Taylor, on a quand même du mal à accrocher jusqu’au bout et à rester scotcher à l’écran ! Gagné, d’un bout à l’autre, par l’ivresse de la démesure, "Crank 2" est un joyeux et, à la fois, ulcérant grand n’importe quoi ! Tout ce qui est passé, lors de l’écriture, par la tête de nos deux réalisateurs, a droit ici au chapitre, même les idées les plus insensées et irrévérencieuses...

Bai Ling et Jason Statham

On a ainsi droit (je cite dans le désordre) à de la sodomie au canon scié, des bijoux de famille électrifiés, une parodie de mangas façon "Godzilla", des seins siliconés perforés, une copulation sur un champ de course équestre, des décapitations et tortures en tout genre… Ah ! Il manque quand même la zoophilie encore que nous n’en sommes pas si loin. Vous l’aurez compris, voilà donc un spectacle très porté sur tout ce qui se passe en dessous de la ceinture. Démente, givrée et amplement indigeste, cette comédie d’action (qui ne fait pas rire et qui a du mal à divertir) fait tout simplement tâche dans la filmographie - pas toujours très reluisante ! - de Jason Statham.

Jason Statham

Honnêtement avec ce bourrage de crâne à fusion pimenté d’invraisemblance survoltée, il est difficile de tenir jusqu’au bout. Les amateurs de Gore se consoleront, sans doute, avec quelques jolies séquences ragoûtantes plaçant ce film dans la lignée des "GrindHouse" & Cie. Bref, ce qui devait arriver arriva quand on a - apparemment !? - aux commandes deux adolescents shootés qui n’ont pas encore eu leur poussée de puberté & qui prennent leur pied en prônant la sainte trinité en "V" : vitesse, vulgarité et violence.

La bande-annonce…

Tags associés : "Crank", "GrindHouse", Jason Statham

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (1) | |

30/07/2008

HITMAN attaque en DVD

Hitman en DVD1533974215339742153397421575017115750171

C’est dans une 'Actualité DVD' très chargée, où action corrosive et frisson font bon ménage, que l’énergique "Hitman" décide de s’attaquer aux rayons DVD… Un honorable divertissement qui risque de séduire davantage les néophytes des jeux vidéos plutôt que les inconditionnels de la saga ludique "Hitman". Bref, l’histoire se répète pour certains : les adaptations de produits porteurs ne sont pas toujours en veine… Pourtant, dans le cas présent…

Créé génétiquement par une mystérieuse société secrète pour devenir le meilleur assassin de la planète, l’Agent 47 (Timothy Olyphant) sillonne le monde et enchaîne les meurtres à la pelle bien qu’il soit toujours talonné par l’inspecteur Whittier (Dougray Scott). Engagé pour tuer le Président russe, "47" tombe dans un piège savamment orchestré par les services secrets. La nouvelle mission de notre tueur sera de débusquer les commanditaires de cette machination tout en protégeant Nika (Olga Kurylenko), un témoin gênant, en essayant d’échapper à Whittier &, bien entendu, en ne tombant pas sous le feu d’autres Hitman’s engagés pour le "liquider" ! Mission : impossible ?

"Tomb Raider", "Resident Evil", "Mortal Kombat",… Pire encore : "Super Mario Bros", "Alone in the Dark" et "BloodRayne"… Les adaptations ciné’ de jeux vidéo sont rarement à la fête. Dans cette catégorie qui souffle plus souvent le froid que le chaud, le "Hitman" du réalisateur français Xavier Gens tire assez facilement son épingle du jeu... Sans trop s’appesantir sur la création de la "machine à tuer", dénommée Agent 47, Gens insuffle d’emblée un bon tempo à un film s’inspirant (pour ne pas dire "pillant") sans la moindre honte les gros calibres de la catégorie action/espionnage.

Timothy Olyphant

A mi-chemin entre les "xXx", les "James Bond", les "Mission : Impossible", les "Jason Bourne", etc. "Hitman" tricote une enfilade de bonnes scènes d’action sur base d’un correct scénario pas si light que ça. Vous l’aurez compris : sans être le film d’action le plus excitant de l’histoire du cinéma, ce long-métrage remplie correctement les attentes des amateurs de sensations fortes, chérissant les vilains supers héros increvables. Timothy Olyphant ("Die Hard 4") campe, avec les honneurs, un tueur méthodique, froid et insaisissable qui dégage toutefois une certaine once d’humanité. Son personnage n’est pas sans rappeler un certain "Transporteur", campé par Jason Statham, tiré à quatre épingles et qui fait de la publicité pour le constructeur automobile allemand "Audi" !

Dougray Scott

Soulignons également la prestation assez enthousiasmante de l’acteur Dougray Scott (le vilain dans "Mission : Impossible 2") qui joue ici un flic très convainquant et hargneux ! Son personnage, Mike Whittier, campe, durant une bonne part de l’intrigue, l’exacte opposé du tueur Hitman. Fatalement, comme dit l’adage, un moment ou un autre, "les opposés s’attirent" ! Mais chuuuut ! Gardons le secret… Si vous avez vu "Le Serpent", avec Clovis Cornillac, vous savez déjà que la plastique de l’actrice Olga Kurylenko est assez agréable à regarder. "Hitman" confirme nettement cette impression mais à toutefois le très bon goût de ne pas uniquement offrir à Olga un rôle de belle potiche. Râleuse, sensible, lunatique,… en quelques scènes, Olga Kurylenko alterne les humeurs et donne une belle petite dimension à son personnage.

Timothy Olyphant & Olga Kurylenko

Du côté des sources d’inspiration de Xavier Gens, on reconnaît assez nettement l’amour des séquences au ralenti façon John Woo ainsi que la passion pour les scènes héroïques improbables et les explosions dans la lignée des productions Jerry Bruckheimer. Ni mauvais, ni excellant, l’aventure brossée, avec un certain savoir-faire, par Xavier Gens ne se prend pas (trop) la tête & constitue un divertissement fort honorable. Qu’on se le dise.

Timothy Olyphant

Maintenant, comparé à la plupart des films basés sur des jeux vidéo, "Hitman" devient alors une petite "merveille" (!) ne craignant pas de jouer avec certains clichés. Par exemple, les cinéphiles avertis reconnaîtront l’une des truculentes répliques de la saga "Saw" prononcée par Timothy Olyphant : "Vivre ou mourir, à vous de choisir" ! Est-il encore possible de divertir en réinventant un cocktail usagé mêlant action, élégance, fusillades, humour et charme ? Oui… "Hitman" le prouve sans aucun problème ! Bien entendu, avec toute la sympathique que l’on a pour Timothy Olyphant, on se demande inévitablement ce qu’aurait donné ce film avec un Vin Diesel (crédité au générique comme producteur) devant la caméra !?! N’oublions pas que le rêve est toujours permis, surtout au cinéma…

La bande-annonce...

Hitman - Bande-annonce 2 - Français - Jubii TV
Hitman - Bande-annonce 2 - Français - Jubii TV

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |