05/01/2012

TAKEN 2 : Liam Neeson bat le fer tant qu’il est chaud !

Liam Neeson

Avec la sortie prochaine d’un second "Taken", le maintenant plus que vénérable Liam Neeson aura l’occasion d’endosser à nouveau le rôle de Bryan Mills, ce spécialiste de la sécurité, ex de la C.I.A. qui aime employer des méthodes parfois très expéditives… Une chose paraît clair : Neeson, qui a pourtant construit son aura sur ses performances dans des drames historiques ("Une Lueur dans la nuit", "Rob Roy", "Michael Collins" et surtout "La Liste de Schindler"), n’a pas encore décidé de lâcher le sous-genre Polar musclé et nerveux qui lui a permis, ces dernières années, de soigner son image auprès d’un public amateur de films secs, durs et expéditifs. On pense bien évidemment au premier "Taken", réalisé en 2008 par Pierre Morel et au récent "Sans Identité" sorti au cinéma en Mars 2011.

Maggie Grace

"Taken 2" devrait, aux dernières nouvelles, s’inspirer directement de la première aventure parisienne de Mills. Pas étonnant, donc, de retrouver au casting, aux côtés de Liam Neeson, les actrices Maggie Grace et Famke Janssen, respectivement la fille et l’ex-épouse de notre justicier pas nécessairement "rangé des voitures". Production EuropaCorp oblige, "Taken 2" s’affiche sans la moindre honte comme un nouveau long-métrage estampillé Luc Besson & Co. ! Derrière la caméra, nous retrouvons ainsi Olivier Megaton, un "habituel de l’étape" a qui l’on doit déjà le récent "Colombiana" et le troisième volet du "Transporteur".

Famke Janssen

A l’écriture, outre l’implication de Mister Besson en personne, il est à noter la présence au générique du scénariste Robert Mark Kamen. A l’origine de la saga "Karaté Kid" des années 80, ce personnage collabore depuis plusieurs décennies avec le père spirituel du "Grand Bleu"… Scénariste sur les mises en scène de Megaton ("Colombiana" et "Le Transporteur III"), Kamen a également co-écrit l’intrigue du premier "Taken", de "Danny the Dog", du "Baiser mortel du dragon" ou encore du célèbre "Cinquième élément".

Luc Besson sur le tournage de The Lady

Si l’on en croit les premières informations du synopsis délivrées récemment, l’actrice Maggie Grace devrait tenir un rôle plus "imposant" dans ce Sequel… L’information reste à confirmer mais il apparaît aujourd’hui que son personnage, la fille chérie de Bryan Mills, serait amené à suivre les traces de son père et même à libérer ce dernier d’une prise d’otages !? Plan d’intrigue assez étonnant ? Non ? Pas nécessairement quand on connaît l’attachement de Luc Besson pour des héroïnes bien trempées, alliant sensualité et tempérament explosif… Son Adèle Blanc-Sec, sa Jeanna d’Arc ou encore sa Nikita sont là pour en témoigner !

Maggie Grace dans Faster

Du premier "Taken" au second volet, Maggie Grace, de victime à justicière ? Une métamorphose douteuse mais l’actrice a déjà prouvé, dans le "Faster" de George Tillman Jr., qu’elle était capable d’interpréter des personnages plus froids, déterminés et habités par une certaine soif de destruction !

Tags associés : "Taken", Liam Neeson, Luc Besson, Famke Janssen, Maggie Grace, "Sans Identité", "Le Transporteur III", "Adèle Blanc-Sec"

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |

21/12/2010

Les aventures pathétiques d’Adèle Blanc-Sec…

Les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec8227317star_1_2822732182273218227321

Adèle Blanc-Sec (Louise Bourgoin), l’héroïne tout droit sortie de l’imagination de Jacques Tardi, s’offre des aventures sur grand écran - aujourd’hui disponible en DVD - avec l’aide du célèbre cinéaste Luc Besson. C’est pour ramener à la vie sa sœur Agathe (Laure De Clermont-Tonnerre) subitement disparue qu’Adèle s’envole pour l’Egypte dans le but de retrouver la dépouille d’un célèbre sorcier de l’Antiquité. Pour réussir sa mission, notre héroïne devra déjouer les pièges de l’antipathique Dieuleveult (Mathieu Amalric) mais aussi résoudre une mystérieuse intrigue parisienne mettant aux prises l’Inspecteur Caponi (Gilles Lellouche) et son équipe à un Ptérodactyle préhistorique ! Même si les apparitions de Luc Besson se font assez rares devant une caméra, on ne peut pas dire que l’un des Maîtres du cinéma français des Années 80-90 choisit toujours bien ses longs-métrages. Ce dernier "Adèle Blanc-Sec" traduit ainsi bien un certain laisser-aller dans la veine créatrice de Besson qui a surtout, ces dernières années - semble-t-il - tenté de se recycler en réadaptant ou plagiant (même !) son propre style. Ses dernières entreprises ne furent pas toujours très élancées et, le moins que l’on puisse dire aujourd’hui, c’est que cette "Adèle Blanc-Sec" ne relance réellement pas la carrière du Luc Besson metteur en scène !

Mathieu Amalric face à Louise Bourgoin

Manquant la plupart du temps de dynamisme et d’envergure - bien que la promesse de surfer, d’une part, sur la civilisation de l’Egypte antique et, d’autre part, sur la faune préhistorique à de quoi faire saliver - cette adaptation cinématographique met malheureusement en avant une héroïne qui cultive plus la sécheresse que le charme. En n’essayant ici de pasticher le cachet guimauve authentique (tellement jouissif) d’un Jean-Pierre Jeunet, Luc Besson ne réussit qu’à remettre une pâle copie…

Jean-Paul Rouve

Celle-ci prend de surcroît le risque de lorgner, sans vergogne, du côté de "Jurassic Park", en n’oubliant pas de saupoudrer le tout d’une grosse dose malodorante de "Belphégor". Ce patchwork prétentieux visant sans doute à accoucher d’un Blockbuster "à la française" suffit tout juste à composer une bande-annonce qui pique la curiosité mais une fois le film lancé, on en espère finalement pas grand-chose… sauf peut-être qu’il se termine rapidement !

Louise Bourgoin à droite

Pas nécessairement pire (heureusement !) que la dernière adaptation des aventures de "Lucky Luke", "Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec" restent certainement moins abouties que celles de "Largo Winch". Une nouvelle fois, avec ce dernier long-métrage signé Besson, le cinéma français met involontairement à l’honneur un certain cinéma américain capable de nous offrir de magnifiques adaptations de Comics à la fois bien imbriquées dans les préoccupation de notre époque et, en même temps, attractives au niveau du divertissement… Bref, tout ce qu’"Adèle Blanc-Sec" n’est pas !

Gilles Lellouche au centre

Ni les grimages outrageux des acteurs Mathieu Amalric, Jacky Nercessian et Jean-Paul Rouve, ni la prestation vaudevillesque et attachante du doué Gilles Lellouche ne permettront de conserver un souvenir fort appréciable de ce petit film qui voulait sans doute jouer dans la cour des grands… Mais, finalement, avec une héroïne sèche et morbide plus que charmante et généreuse, que pouvait-on attendre d’autre ? Espérons qu’un One Shot suffira et que le Titanic aura bien la peau de cette "sombre" héroïne !

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |