09/09/2007

MEURTRES à Hollywood !!!

LE DAHLIA NOIR

82273178227317822731782273218227321

Le film "Le Dahlia Noir" est dés maintenant disponible en DVD. Son intrigue se base sur le roman homonyme de James Ellroy. Publié en 1987, ce livre évoque l’histoire (véridique) du meurtre non élucidé d’une jeune actrice hollywoodienne.

Une première précision doit être apportée : l’enquête sur ce crime ne constitue pas l’intrigue centrale de ce film. Le réalisateur Brian De Palma s’attarde d’avantage à dépeindre la relation entre les deux inspecteurs chargés d’élucider ce meurtre monstrueux : Bucky Bleichert (Josh Hartnett) et Lee Blanchard (Aaron Eckhart) projetés au devant de la scène, histoire de redorer le blason de la police de Los Angeles…

AARON ECKHART

Adversaires sur le ring, ces deux policiers n’en restent pas moins coéquipiers dans la rue. A la recherche d’un violeur d’enfants, Bucky et Lee tombent par hasard devant un effroyable homicide. Une jeune femme est retrouvée affreusement mutilée dans un terrain vague. Il s’agit du corps d’une certaine Elizabeth Short (Mia Kirshner) que la presse de l’époque surnommera "Le Dahlia Noir". L’agent Blanchard va très vite être obnubilé par cette enquête. Son collègue, Bleichert va s’intéresser, pour sa part, à la troublante Madeleine Sprague Linscott (Hilary Swank) qui semble avoir fréquenté la victime…

Josh Hartnett

"Le Dahlia Noir" est un film réalisé par Brian De Palma. Ca se "sent" et surtout ça se voit ! De Palma nous offre une nouvelle fois une mise en scène et un montage dont il a le secret. Reste que son film pêche par quelques stéréotypes "enfantins". Je pense, par exemple, à l’une des premières scènes montrant une émeute… Séquence, pas très intense, conçue de manière assez théâtrale.

HILARY SWANK

Le suspense de ce polar noir est parfois mal dosé & l’intrigue s’égare quelque peu avant d’aboutir à un dénouement finalement assez convenu et, pour le moins, surprenant. Dans ce sens, le final de "HollywoodLand" (film également basé sur un assassina/suicide non élucidé d’un acteur de cinéma) est autrement mieux négocié en prolongeant le mystère avec beaucoup de finesse et de doigté.

SCARLETT JOHANSSON

Scarlett Johansson, alias Kay Lake, apparaît, au début du film, comme une poupée "singeant" les aguichantes starlettes des années 50. Heureusement, son personnage s’émancipe au cours de l’intrigue. Toutefois la belle Scarlett n’a pas l’opportunité de rééditer sa troublante interprétation de "Match Point".

AARON ECKHART2

Josh Hartnett et Aaron Eckhart sortent véritablement grandis de ce film. Après le fantastique "Thank You for Smoking", Eckhart prouve qu’il est un acteur épatant qu’il faut impérativement garder à l’œil. Hartnett, de son côté, continue à gravir les marches de la gloire. Après "Slevin", il démontre que malgré son regard poupon, il excelle dans les premiers rôles de dominés qui dominent !

JOSH HARTNETT & HILARY SWANK

N’oublions pas Hilary Swank qui joue à la perfection la fille d’un riche industriel d’Hollywood. Cette actrice compose un très bon personnage vacillant entre veuve noire et brebis innocente. Reste la prestation, à la fois troublante et scintillante de Mia Kirshner, jeune fleur sensuelle et innocente fauchée par la mort. Le regard et l’expressivité de cette actrice donnent un profond relief au "Dahlia noir" qui, à mesure que l’intrigue progresse, apparaît sur des bobines de film clandestines tel un ange revenant de l’au-delà.

MIA KIRSHNER

Malgré une carte de visite impressionnante (réalisateur, casting), "Le Dahlia Noir" est un film imparfait. Moins emballant que l’énergique "L.A. Confidential" de Curtis Hanson, le film de De Palma cultive peu le mystère au contraire de "HollywoodLand". Hormis cela, "Le Dahlia Noir" reste, à défaut d’être une œuvre puissante, un bon polar emprunt de fantaisie et de machination diabolique.

JOSH HARTNETT, le réalisateur BRIAN DE PALMA (au centre) & SCARLETT JOHANSSON

La bande-annonce...

Meurtre & magie pour Fiona Shaw...

Fiona Shaw

Dans "Le Dahlia Noir", Fiona Shaw joue Ramona Linscott, une bien inquiétante mère de famille fortunée de Hollywood. La carrière de cette actrice américaine a, bien entendu, pris un tournant décisif lorsque Fiona Shaw est apparue, sur grand écran, sous les traits de Petunia Dursley, la tante de Harry… Potter. On a pu, dernièrement, la retrouver dans "La Faille" dans lequel elle incarnait un Juge &, fatalement, dans les dernières aventures du jeune sorcier : "Harry Potter et l’Ordre du Phénix" !

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

25/01/2007

Mon Top 20. Rétrospective 2006


Ce n’est jamais simple pour moi de choisir les films qui m’ont le plus marqué au terme d’une année. Pourquoi ? Parce que choisir vingt longs-métrages, c’est également renoncer aux nombreuses autres productions qui ont alimenté 2006, une très bonne année cinéma !

Entre des films (sur papier) plus académiques comme "Munich" (janvier), "Brokeback Mountain" (février), "Le Dahlia noir" (novembre) ou "Les Infiltrés" (décembre) & des blockbusters annoncés (et qui ne m’ont pas déçus) comme "Les Bronzés 3" (février), "The Da Vinci Code" (mai), "X-Men 3" (mai), "Mission : Impossible 3" (mai), "Superman Returns" (juillet), "Les Pirates des Caraïbes 2" (juillet), "Casino Royale" (novembre) ou encore "Eragon" (décembre) et "The Holiday" (décembre),… D’autres réalisations, plus inattendues, m’ont agréablement surpris. C’est justement celles-ci que j’ai décidé de mettre à l’honneur dans mon Top 20 cinéma de l’année 2006…

1. "Thank you for Smoking" (septembre)
2. "V pour Vendetta" (mars)
3. "Déjà Vu" (décembre) /Ex Aequo/ "Miami Vice" (août)
5. "Nos Voisins les hommes" (juillet)
6. "Scoop" (novembre)
7. "The New World" (mars)
8. "Inside Man" (avril)
9. "The Descent" (mars)
10. "Les Fils de l’Homme" (octobre)
11. "Du jour au lendemain" (mars)
12. "American Dreamz" (juin)
13. "Camping" (avril)
14. "Mémoires de nos pères" (octobre)
15. "Slevin" (juillet)
16. "Underworld Evolution" (avril)
17. "Les Pirates des Caraïbes 2" (juillet)
18. "Keeping Mum" (mars)
19. "Good Night and Good Luck" (janvier)
20. "La Doublure" (mars)

Quand l’été pointe le bout de son nez…
Comme vous pouvez le constater ci-dessus, le moi de Mai fut tout simplement euphorique avec la sortie de trois grosses machines du cinéma US : "The Da Vinci Code", "X-Men 3" & "Mission : impossible 3".

Frissons garantis !
Les mois de Mars et d’Avril ont eu leur lot de sensations fortes et de frisson avec le sanguinaire "Hostel", l’efficace "Final Destination 3", l’effroyable "Silent Hill" et l’incomparable "Slither". N’oublions pas également la sortie en Août du très bon remake de "La Colline a des yeux" : efficace mais par moment insupportable ! La fin de l’année fut bien entendu marquée par le sanguinaire "Saw 3", inutile de vous le rappeler.

Amusement & dérision
A l’opposé, les petits et les grands enfants ont aussi été gâtés avec quelques très bons films d’animation. Je retiens surtout la suite de l’excellentissime "Age de Glace" (Mars), "Cars" (Juillet), le film speedé des Studios Pixar, ainsi que les sympathiques "Rebelles de la forêt" et "Souris City", sortis à la fin de l’année. N’oublions pas également l’honnête retour d’Astérix dans "Astérix et les vikings", sorti en Avril.


Pour en savoir plus sur les films présentés ci-dessus, vous pouvez cliquer sur les titres

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (2) | |