02/06/2008

Le remake d'HALLOWEEN en DVD

82273178227317822731782273178227321

Après une poussive saga "Halloween", longue de huit films, le producteur Malek Akkad et les frères Weinstein de "Dimension Films" exécutent un retour aux sources impressionnant. Un moment pressenti pour réaliser le remake du premier "Halloween", le seul et unique, créé par John Carpenter et Debra Hill, Oliver Stone a finalement jeté l’éponge et s’est concentré sur son "World Trade Center". C’est à ce moment que Rob Zombie entra dans la danse… macabre ! Adepte d’un cinéma abrupte, sans concession et taillé dans le sang et la perversité, Zombie a imposé, à coups d’images cinglantes, sa touche personnelle aux films d’horreur. On pouvait craindre le pire en voyant cet "artiste", hors normes, revisiter l’un des plus grands classiques du genre Boogeyman. D’un autre côté, il allait presque de soi que son remake d’"Halloween" serait différent de l’original. Une bonne chose finalement par rapport à certains copier-coller complètement absurdes. Alors cet "Halloween" cuvée 2007 fraîchement sorti en DVD ? Ca dit quoi de bon ?


Rob Zombie, la passion des masques !
 

D’entrée de jeu, Rob Zombie met les pieds dans le plat… &, pour une fois (comparativement à ses "Maison des 1000 morts" et "Devil’s Rejects"), c’est excessivement "excitant" ! Notre cher ami Rob nous invite, enfin, à découvrir l’essence même du monstre Michael Myers. On assiste ainsi à une présentation, en grandes pompes, d’une famille recomposée (a)typique américaine obsédée par le sexe et la violence.

Maltraité et continuellement insulté par son beau-père, Ronnie (William Forsythe), le jeune Michael (Daeg Faerch) est la cible de plusieurs petites crapules de son école. Malgré le réconfort de sa mère, Deborah (Sheri Moon Zombie), Michael ne va pas bien du tout. Le soir d’Halloween, alors que sa mère travaille comme danseuse dans une boîte de striptease, le garçon de 10 ans massacre son beau-père, sa grande sœur et le boy-friend de celle-ci. Michael épargne toutefois sa petite sœur...

Rob Zombie, également aux commandes du scénario, ne s’arrête pas là & détaille l’incarcération de Myers et le travail du Docteur Loomis, incarné, d’une main de maître, par Malcolm McDowell, le prodige de l’"Orange mécanique" (1972) de Stanley Kubrick. Vous l’aurez aisément compris en lisant ces dernières lignes : Zombie ne fait pas dans le déjà-vu et, dans ce sens, "Halloween" 2007 reste un film essentiel dans la grande saga "Michael Myers" ; il en devient même l’un des longs-métrages les plus aboutis de la série, tant au niveau de l’esthétique que de l’intensité.

Muselant quelque peu son attrait pour le sang, le sexe et la débauche de violence, Rob Zombie prend le meilleur du film initial et le mixte avec un tout nouvel angle d’approche très intéressant. Bien entendu, ce nouvel "Halloween" pourrait choquer les puristes et amateurs de l’œuvre de Carpenter. Si quelques séquences (d’ailleurs plus convenues) sont directement liées au long-métrage original, Rob Zombie prend bien soin, le plus souvent possible, de se différencier de celui-ci en offrant de nouveaux rebondissements, de nouveaux environnements à l’intrigue et en "dépolissant" les personnages principaux.


Scout Taylor Compton (à droite), la nouvelle Laurie Strode

L’héroïne Laurie Strode, interprétée à l’origine par Jamie Lee Curtis, n’est ainsi plus uniquement une gentille adolescente droite et polie, mais une ado’ légèrement revêche et dévergondée, qui est à la fois craintive et courageuse & qui n’a pas sa langue dans sa poche. Rob Zombie a convié à sa petite fiesta quelques-uns de ses amis acteurs qui ont déjà tourné dans ses films précédents...

Vous reconnaîtrez peut-être, dans le nouveau "Halloween", Sheri Moon (l’épouse de Rob Zombie, qui joue la mère de Myers), William Forsythe et Sid Haig. Avant d’être un fossoyeur dans "Halloween", ce dernier a campé le cruel et pervers "Capitaine Spaulding" dans les deux premiers longs-métrages de Zombie. N’oublions pas de mentionner également l’acteur Brad Dourif qui joue ici le Shérif Brackett. Dourif avait auparavant joué le vénéneux Grima "Langue-de-Serpent" dans la trilogie du "Seigneur des anneaux". On a pu également le voir dans la peau d’un scientifique véreux dans "Alien. La Résurrection" (1997).

Pourvu d’un visage à la fois poupon et maléfique, Daeg Faerch se glisse à merveille dans la peau d’un enfant tueur doté d’une force surhumaine. Après avoir joué "Dents-de-Sabre" dans "X-Men" & Ajax dans "Troie", Tyler Mane prête sa silhouette massive au Michael Myers adulte... Plus cru, plus sanglant, plus psychologique, plus effrayant, ce nouvel "Halloween" est une petite merveille surclassant bien des thrillers issus de la même veine. Se détournant ouvertement de la voie tracée par John Carpenter, Rob Zombie témoigne toutefois d’un certain respect vis-à-vis du grand classique qu’est "Halloween".

A mille lieux des remakes plats, "Halloween" 2007 est, jusqu’ici, le film le plus abouti et, par conséquent, le plus impressionnant de Zombie qui réussit là où beaucoup se sont plantés. "Des films d’épouvante comme le vôtre, Mister Zombie, moi, j’en redemande !" A déguster sans modération en DVD !

La bande-annonce...

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

01/11/2007

HALLOWEEN par ROB ZOMBIE

82273178227317822731782273178227321

Après une poussive saga "Halloween", longue de huit films, le producteur Malek Akkad et les frères Weinstein de "Dimension Films" exécutent un retour aux sources impressionnant. Un moment pressenti pour réaliser le remake du premier "Halloween", le seul et unique, créé par John Carpenter et Debra Hill, Oliver Stone a finalement jeté l’éponge et s’est concentré sur son "World Trade Center". C’est à ce moment que Rob Zombie entra dans la danse… macabre ! Adepte d’un cinéma abrupte, sans concession et taillé dans le sang et la perversité, Zombie a imposé, à coups d’images cinglantes, sa touche personnelle aux films d’horreur. On pouvait craindre le pire en voyant cet "artiste", hors normes, revisiter l’un des plus grands classiques du genre Boogeyman. D’un autre côté, il allait presque de soi que son remake d’"Halloween" serait différent de l’original. Une bonne chose finalement par rapport à certains copier-coller complètement absurdes. Alors cet "Halloween" cuvée 2007 ? Ca dit quoi de bon ?


Père & fils : Rob Zombie, Daeg Faerch & Tyler Mane
 

D’entrée de jeu, Rob Zombie met les pieds dans le plat… &, pour une fois (comparativement à ses "Maison des 1000 morts" et "Devil’s Rejects"), c’est excessivement "excitant" ! Notre cher ami Rob nous invite, enfin, à découvrir l’essence même du monstre Michael Myers. On assiste ainsi à une présentation, en grandes pompes, d’une famille recomposée (a)typique américaine obsédée par le sexe et la violence.


Sheri Moon, Miss Zombie

Maltraité et continuellement insulté par son beau-père, Ronnie (William Forsythe), le jeune Michael (Daeg Faerch) est la cible de plusieurs petites crapules de son école. Malgré le réconfort de sa mère, Deborah (Sheri Moon Zombie), Michael ne va pas bien du tout. Le soir d’Halloween, alors que sa mère travaille comme danseuse dans une boîte de striptease, le garçon de 10 ans massacre son beau-père, sa grande sœur et le boy-friend de celle-ci. Michael épargne toutefois sa petite sœur...

Sheri Moon Zombie & Daeg Faerch

Rob Zombie, également aux commandes du scénario, ne s’arrête pas là & détaille l’incarcération de Myers et le travail du Docteur Loomis, incarné, d’une main de maître, par Malcolm McDowell, le prodige de l’"Orange mécanique" (1972) de Stanley Kubrick. Vous l’aurez aisément compris en lisant ces dernières lignes : Zombie ne fait pas dans le déjà-vu et, dans ce sens, "Halloween" 2007 reste un film essentiel dans la grande saga "Michael Myers" ; il en devient même l’un des longs-métrages les plus aboutis de la série, tant au niveau de l’esthétique que de l’intensité.


Malcolm McDowell

Muselant quelque peu son attrait pour le sang, le sexe et la débauche de violence, Rob Zombie prend le meilleur du film initial et le mixte avec un tout nouvel angle d’approche très intéressant. Bien entendu, ce nouvel "Halloween" pourrait choquer les puristes et amateurs de l’œuvre de Carpenter. Si quelques séquences (d’ailleurs plus convenues) sont directement liées au long-métrage original, Rob Zombie prend bien soin, le plus souvent possible, de se différencier de celui-ci en offrant de nouveaux rebondissements, de nouveaux environnements à l’intrigue et en "dépolissant" les personnages principaux.


Scout Taylor Compton (à droite), la nouvelle Laurie Strode

L’héroïne Laurie Strode, interprétée à l’origine par Jamie Lee Curtis, n’est ainsi plus uniquement une gentille adolescente droite et polie, mais une ado’ légèrement revêche et dévergondée, qui est à la fois craintive et courageuse & qui n’a pas sa langue dans sa poche. Rob Zombie a convié à sa petite fiesta quelques-uns de ses amis acteurs qui ont déjà tourné dans ses films précédents...

Vous reconnaîtrez peut-être, dans le nouveau "Halloween", Sheri Moon (l’épouse de Rob Zombie, qui joue la mère de Myers), William Forsythe et Sid Haig. Avant d’être un fossoyeur dans "Halloween", ce dernier a campé le cruel et pervers "Capitaine Spaulding" dans les deux premiers longs-métrages de Zombie. N’oublions pas de mentionner également l’acteur Brad Dourif qui joue ici le Shérif Brackett. Dourif avait auparavant joué le vénéneux Grima "Langue-de-Serpent" dans la trilogie du "Seigneur des anneaux". On a pu également le voir dans la peau d’un scientifique véreux dans "Alien. La Résurrection" (1997).

Pourvu d’un visage à la fois poupon et maléfique, Daeg Faerch se glisse à merveille dans la peau d’un enfant tueur doté d’une force surhumaine. Après avoir joué "Dents-de-Sabre" dans "X-Men" & Ajax dans "Troie", Tyler Mane prête sa silhouette massive au Michael Myers adulte.

Scout Taylor Compton & Malcom McDowell

Plus cru, plus sanglant, plus psychologique, plus effrayant, ce nouvel "Halloween" est une petite merveille surclassant bien des thrillers issus de la même veine. Se détournant ouvertement de la voie tracée par John Carpenter, Rob Zombie témoigne toutefois d’un certain respect vis-à-vis du grand classique qu’est "Halloween".

Rob Zombie

A mille lieux des remakes plats, "Halloween" 2007 est, jusqu’ici, le film le plus abouti et, par conséquent, le plus impressionnant de Zombie qui réussit là où beaucoup se sont plantés. "Des films d’épouvante comme le vôtre, Mister Zombie, moi, j’en redemande !"

La bande-annonce...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |