27/12/2011

Tom Cruise roule en BMW (Mission : Impossible IV)

Tom Cruise

Après les Audi TT, A8 et Porsche 911 de "Mission : Impossible II" ou la Lamborghini du troisième opus, le constructeur bavarois BMW a remporté le droit de s’afficher dans le quatrième volet de "Mission : Impossible", le "Ghost Protocol". Le moins que l’on puisse dire, c’est que la marque allemande a copieusement profité de l’aubaine pour orchestrer une campagne marketing que certains pourraient cataloguer comme étant agressive ! Si chez nous, en Europe, les annonces du film, sur média papier ou audio-visuel, se bornent simplement à marquer le lien quasi-sanguin entre la superproduction hollywoodienne et BM. Aux States, la donne est bien différente : certains acteurs du film, à commencer par la sensuelle Paula Patton, en sont venu à devenir de véritables égéries du constructeur germanique !

Paula Patton en égérie de BMW

Retournons aux bobines… En plus d’emmener Tom Cruise dans une course-poursuite effrénée dans une tempête de sable à bord de sa nouvelle Série 6 cabriolet,  BMW offre à la star l’occasion de transformer une nouvelle Série 1 en ascenseur (à ne pas rater !!!) ou encore de se balader aux commandes de l’I8 Concept : un prototype électrique en aluminium et en fibre de carbone qui devrait être commercialisé en 2013.

Paula Patton, Tom Cruise et la BMW i8 dans Mission Impossible 4

Pour rappel, la marque automobile allemande avait déjà fait parler d’elle en s’associant, également de manière intensive, à la résurrection sur grand écran de James Bond, campé à l’époque par l’acteur Pierce Brosnan. C’était à l’occasion des "GoldenEye" (1995), "Demain ne meurt jamais" (1997) et "Le Monde ne suffit pas" (1999) ; films dans lesquels BMW avait eu l’opportunité de présenter, respectivement, sa Z3, la Série 7 et, enfin, la Z8. Alors les films d’espionnage, une couverture publicitaire indémodable ?

BMWBMW i8 Concept

Tags associés : "Mission : Impossible 4", Tom Cruise, Paula Patton, Pierce Brosnan, James Bond

Écrit par TOM dans CINEMA, PUB, STARS | Lien permanent | Commentaires (3) | |

10/04/2009

FAST & FURIOUS 4 : les pièces d’origine mais…

Fast and Furious 4

822731782273178227317star_1_28227321

Le fugitif Dominic Toretto (Vin Diesel) roule toujours des mécaniques mais cette fois au Mexique ! Accompagné de sa Girlfriend Letty (Michelle Rodriguez) et de Han (Sung Kang) - l’un des personnages principaux de "Fast & Furious : Tokyo Drift" -, Toretto traque pour son compte des camions-citernes remplis d’or noir… Sentant le vent tourner, notre escroc casse-cou décide de plier bagages. Toutefois, quelques semaines plus tard, Dominic Toretto réapparaît aux Etats-Unis. Il est là pour venger la disparition d’un être cher. Ce dernier était apparemment de mèche avec un dangereux dealer de drogue. C’est précisément ce malfrat que pourchasse, depuis presque deux ans, l’agent du F.B.I. Brian O’Conner (Paul Walker) ! Inévitablement, la route de Toretto va croiser celle d’O’Conner. Cette nouvelle rencontre entre les frères ennemis promet d’être explosive…

Vin Diesel

Ne dit-on pas : "c’est dans les vielles casseroles que l’on fait les meilleures soupes !" ? Certainement en jargon culinaire mais pour le cinéma, ce n’est pas (toujours) gagné ! Douce nostalgie, quand tu nous tiens… En ce sens, "Fast and Furious 4" renoue incontestablement avec la fibre musclée et énergique du premier volet tout en gommant très facilement les élucubrations juvéniles du deuxième volet (assez fade !). Cependant, ce "F&F 4" respire nettement moins l’originalité par rapport au troisième opus des plus dépaysants si l’on regarde l’ensemble de la franchise. Même Justin Lin, déjà metteur en scène sur "Tokyo Drift", n’arrive finalement pas à diversifier son approche.

Vin Diesel et Paul Walker

On reste donc ainsi en présence de caisses vachement équipées (ou si vous préférez Tunées…) qui démarrent au quart de tour, de gros plans sacripants s’attardant sur quelques jolis postérieurs féminins & d’un débordement contrôlé de testostérone alimenté par Vin Diesel - parfait déménageur de service - ainsi que par Paul Walker jouant les parfaits blondinets aux yeux bleus qui nagent, aujourd’hui, avec aisance dans la fosse aux requins. En effet, Diesel et Walker sont toujours impeccables dans leur rôle respectif et ils parviennent, en plus, à glisser une certaine maturité dans leur relation : le temps a passé, ces deux hommes - Toretto et O’Conner - se respectent mais, en même temps, s’opposent (y’a de vieux comptes à régler là-dessous).

Jordana Brewster et Vin Diesel

Au niveau du casting et de sa Touch féminine, on nage malheureusement davantage dans le "maigrelet". Si c’est vrai qu’il en a fallu des belles demoiselles pour nous offrir des plans torrides de Tuning party’s endiablées, la radieuse Jordana Brewster et, encore plus, Michelle Rodriguez n’occupent en définitif que peu de poids dans l’intrigue et leur charmant minois manque à l’écran ! Pas si éloigné de sa prestation dans "Miami Vice", John Ortiz - récemment passé au film d’horreur et à un statut de Good Guy dans "Aliens vs. Predator Requiem" - excelle toujours dans le rôle du manipulateur diabolique de service.

Michelle Rodriguez et Vin Diesel

Concoctée par Chris Morgan ("Cellular", "Fast & Furious 3"), l’intrigue de ce nouveau "F&F" surprend donc peu mais garantit toujours, à vitesse régulière, son lot de courses-poursuites, de (mini-)mini-jupes, de caisses rutilantes et de bodybuilders accros à la conduite véloce. N’est-ce pas finalement le cocktail adéquat que les fans de la francise attendaient ? Oui mais bon… Ca sent quand même par moment un peu (beaucoup) le réchauffé ! Certains me diront toutefois : quand on aime, on est prêt aussi à pardonner quelques petits écarts.

Vin Diesel et Justin Lin

Saluons quand même le travail de Chris Morgan qui parvient à ficeler l’intrigue de ce quatrième opus, bien évidemment à celle du premier "titre", mais également à l’histoire du troisième volet. On retrouve ainsi, au début du film, avant une séquence d’ouverture explosive et pas piquée des vers, le personnage de Han Lue interprété par l’acteur Sung Kang... Capable de surprendre et de divertir, même les spectateurs les plus blasés qui pensent avoir tout vu en matière de séquence d’action (ne rater surtout pas l’intro’ du film !), "Fast & Furious 4" ne révolutionne certainement pas le genre mais ponctue de manière honorable une saga longue de quatre longs-métrages agréablement divertissants…

Fast and Furious 4

De là à réclamer avidement un cinquième opus, notamment au vu d’une fin assez ouverte, il n’y a qu’un pas qu’on craint un peu de franchir : trop is te veel ! Bonne route quand même avec ce quatrième épisode et n’oubliez surtout pas d’attacher votre ceinture quand vous prenez le volant !

La bande-annonce…

Tags associés : Action, Aventure, "Fast & Furious 4", "Fast & Furious : Tokyo Drift", "Miami Vice", "Aliens vs. Predator : Requiem", Vin Diesel, Paul Walker, Justin Lin, Michelle Rodriguez, Sung Kang, Jordana Brewster, John Ortiz, Chris Morgan

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |