27/08/2009

Jenna Jameson : ZOMBIE & Stripteaseuse

Zombie Strippers

82273178227317822732182273218227321

Bienvenue dans un avenir proche dans lequel les Etats-Unis d’Amérique réélisent, mandat après mandat, George W. Bush à la tête du pays ; dans lequel, une nouvelle société puritaine a prohibé l’alcool, la cigarette et le sexe & dans lequel, les U.S.A. se battent avec la moitié de la planète ! C’est dans un tel marasme mondial qu’une société d’armes patronnée par Bush en personne travaille sur différents procédés permettant de rendre les soldats plus résistants. Un virus guerrier va ainsi être créé. Malheureusement, ce dernier a la fâcheuse tendance de transformer irrémédiablement les cobayes en zombies assoiffés de sang ! A la suite d’un guets-apens tendu contre une unité spéciale dans un hôpital expérimentant le fameux virus, l’un des soldats de l’unité est mordu par un mort-vivant… De crainte d’être abattu, le jeune homme s’enfuit et atterrit dans une boîte de striptease clandestine. L’étranger infecté ne tarde pas se transformer, à son tour, en zombie et à mordre Kat (Jenna Jameson), l’une des danseuses vedettes de la boîte. Renaissant de l’au-delà après avoir succombé à ses blessures, cette dernière monte sur le podium pour exécuter un numéro de strip’ d’anthologie… Assoifé d’argent, Ian Essko (Robert Englund), le patron du Night-club, décide de profiter de l’aubaine en "élevant" de véritables "stripteaseuses-zombies" même si pour cela, une partie de sa clientèle masculine doit être dévorée & que les autres stripteaseuses soient recalées sur la touche. Celles-ci voient d’ailleurs d’un mauvais œil ces nouvelles exhibitions aussi sexy que terriblement sanglantes...

Jenna Jameson

"Zombie Strippers" ! Voici un titre judicieux, pour cette production "horrifiquement Gore" qui mêle clichés érotiques et giclées de sang à fusion. En lisant, le synopsis de ce long-métrage signé Jay Lee, on serait inévitablement tenté de se référer au "Planète Terreur" de Robert Rodriguez, film dans lequel l’actrice Rose McGowan interprète une stripteaseuse qui dégomme du zombie. Effectivement, ce "Zombie Strippers" - s’alignant sans honte mais avec une intime conviction dans le sillage de la veine "GrindHouse" - marche quelque peu sur les plates-bandes de "Planète Terreur" sans jamais - Au grand jamais ! - rivaliser avec ce dernier.

Roxy Saint et Robert Englund

Non, le metteur en scène Jay Lee - également à l’origine du scénario - se contente bien de végéter dans la boîte de stripteases en tournant la majorité des scènes dans celle-ci & se penchant, en longueur, sur la rivalité croissante entre les stripteaseuses "traditionnelles" - dirons-nous - et les danseuses exotiques passées de vie à trépas pour revenir ensuite du royaume des morts histoire d’exécuter des danses endiablées et de becter du client. Sous cet angle et cette approche finalement peu attractive car redondante, défilent ainsi, séquences après séquences, des numéros de danses - dans lesquels les "créatures" rassemblées par Jay Lee sont bien évidemment peu vêtues - pimentés, il faut le souligner, par de belles déconfitures ensanglantées.

Zombie Strippers

Tripes broyée, chaires lacérées, poitrines bombées et maculées de sang, Lee va au fond de son Trip qui tire farouchement en longueur avant de céder finalement la place à une chasse aux canards dans laquelle les volatils sont remplacés par des morts-vivants. Volontairement ringard et, par moment, (très) kitch et scatologique, ce "Zombie Strippers" n’est pourtant pas la plus grosse dope de l’histoire des films de zombies ! Loin de là ! Aux clichés chiches et aux effets spéciaux maladroits, viennent en fait se greffer des séquences nettement mieux amenées et travaillées, certaines actrices plus enclin à jouer dans la profondeur qu’à remuer le popotin & de belles giclées d’horreur profondément Gore qui feront saliver les amateurs de confiture et de Ketchup ! Bref, par moment, "Zombie Strippers" tutoie, avec un humour noir détaché et une application certaine, les grands standards du genre… Mais répétons-le : "par moment", seulement.

Zombie Strippers

Entre les sculpturales pseudo-actrices (Jenna Jameson - revenue de la planète X - et Shamron Moore - l’une des égéries de PlayBoy -) et une parodie grimaçante et amusante du moyen "Resident Evil" de Paul Anderson (Cf. la séquence montrant le sabordage ringard du labo'), "Zombie Strippers" sait aussi mettre en lumière les prestations plus relevées des charmantes Jennifer Holland et Jeannette Sousa, tout en permettant au fanfaron de service, Robert 'Freddy Krueger' Englund, de camper les avides patrons de club jonglant avec la mort pour amasser le Jackpot.

Jenna Jameson

Cette bonne grosse série-B horrifique constitue, au final, un farouche divertissement basique souhaitant par moment - on en a l’impression - gagner le respect des cinéphiles spécialistes en matière de zombies. Le pari n’est pas totalement gagné, mais pas non plus totalement perdu ! Des plans sexy et beaucoup d’hémoglobine… C’est ce que vous voulez ? Et bien, vous allez être servi ! A réserver, bien entendu, aux amateurs.

La bande-annonce…

Tags associés : Action, Horreur, Gore, "Zombie Strippers", Jenna Jameson, Robert Englund, Rose McGowan, Robert Rodriguez, Paul Anderson, Freddy Krueger, "Resident Evil", "GrindHouse"

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

12/07/2008

TARANTINO passe au X !!!

Faster, Pussycat ! Kill ! Kill !

Quentin Tarantino n’est pas prêt de lâcher sa fascination pour les bonnes vieilles 'séries B' (et 'Z' !?) chères au cinéma américain des années ’60-’80. En effet, le célèbre cinéaste travaille sur le remake d’un certain "Faster, Pussycat ! Kill ! Kill !", film de 1965, signé Russ Meyer. Cette aventure Trash, célébrant les poitrines développées combinées à des décolletés provocants, nous conviait à suivre trois femmes fatales, au volant de leur bolide, dans une course effrénée à l’argent et aux vices en tout genre.

Quentin Tarantino sur le tournage de GrindHouse. Le Boulevard de la mort

Même les spectateurs qui ont effleuré la filmo’ de Tarantino n’auront pas de grandes difficultés à comprendre pourquoi le Maître s’intéresse à ce "Faster". Plusieurs similitudes peuvent déjà être faites entre ce long-métrage de ’65 et le dernier film de Tarantino, "GrindHouse. Le Boulevard de la mort"… Aventure mêlant, pour rappel, fascination pour les pieds (constante chez Tarantino) et les jambes qui n’en finissent pas, les "bagnoles" & les virées sanglantes entre filles Only !.

Tera Patrick

Cerise sur le gâteau (si l’on peut dire), Quentin Tarantino fait le forcing pour s’adjoindre les services de la pulpeuse Tera Patrick, l’une des grandes stars du X américain du moment. Cette dernière ne devrait pas être insensible à la proposition du cinéaste d’autant plus qu’il se chuchote que Tera souhaiterait modifier quelque peu ses plans de carrière pour davantage donner dans un cinéma plus… Comment dire ? "Classique" ; "conventionnel" ; moins censuré !?!

Jenna Jameson dans Zombie Strippers

Patrick ne serait pas la première (et sans doute pas non plus la dernière) à franchir le pas… Alors que l’on sait depuis peu que Jenna Jameson, un autre célèbre collègue de Tera Patrick, jouera dans "Zombie Strippers", un autre film surfant sur la vague "GrindHouse". De même, la hardeuse Mary Carey (à ne pas confondre avec la célèbre chanteuse) s’était laissé convaincre, par le réalisateur Jonathan Yudis, de jouer les premiers rôles dans "Pervert !" (2005)… Vous voyez le genre !

(Sources : "ActuCiné.com" & "AlloCiné")

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |