24/12/2008

JOYEUX NOEL… avec FRED

Fred Claus82273178227317822731782273178227317

Il y a un an d’ici vous avez peut-être eu la chance de passer un très bon moment en compagnie du frère du Père Noël lors de la sortie éclaire au cinéma de "Fred Claus"… Si ça n’a pas été le cas, vous pouvez toujours vous rattraper cette année avec le DVD de cette croustillante aventure honteusement méconnue. Ca tombe très bien : c’est Noël justement !

On osait même pas en rêver et pourtant… "Frère Noël" ("Fred Claus") l’a fait ! Loin des comédies nunuches célébrant le doux esprit de Noël à grand renfort de guimauve, de sucreries collantes et de gags boiteux, la nouvelle comédie décapante de David Dobkin égratigne, juste comme il faut, le mythe du Père Noël. Pas de (trop gros) blasphèmes donc à l’horizon, mais une grande aventure brassant très large et jonglant aussi bien avec le merveilleux, l’humour insolite, une belle tranche d'émotion et l’intervention de truculents acteurs dans des rôles assez explosifs !

VINCE VAUGHN & JOHN MICHAEL HIGGINS

Tout commence, il y a bien longtemps, dans une maison isolée dans une forêt. Une femme (Kathy Bates) met au monde son deuxième enfant, Nicolas. Celui-ci est déjà rondouillet et dégage une plénitude magique. Les parents du petit Nicolas sont conquis dès le premier regard ! Le frère de Nick’, Frédéric, fait la promesse d’être le plus gentil des frères. Malheureusement, il est plus facile de faire une promesse que de la tenir &, aux cours des années, Fred va être de plus en plus amer à l’égard de son frère qui, incarnant la bonté même, fait l’admiration de maman Noël. A l’âge adulte, Fred (Vince Vaughn) s’installe aux Etats-Unis alors que son frère (Paul Giamatti), devenu le célèbre Père Noël - celui que les enfants adulent - travaille d’arrache-pied au Pôle Nord pour préparer la grande distribution de Noël qui approche à grands pas. Par un concours de circonstances, Fred est embauché par son célèbre frère pour l’aider dans ses préparatifs. La venue de Fred au Nord coïncide avec celle d’un obscure Manager commercial, Clyde (Kevin Spacey), bien décidé à délocaliser, au Pôle Sud, la fabrique de jouets du Père Noël…

PAUL GIAMATTI & VINCE VAUGHN

Avec "Serial Noceurs", le réalisateur David Dobkin vitriolait à grands renforts de gags, parfois salaces, la magie du mariage. On aurait pu craindre le pire en apprenant que c’était au tour de la magie de Noël de passer à la casserole. Finalement, le résultat est plus sage, très convaincants & même tout simplement époustouflant ! Avec beaucoup d’inventivité, Dobkin et les scénaristes Dan Fogelman ("Cars") et Jessie Nelson ("Because I Said So", "Une Vie à deux") parviennent à célébrer la fête de Noël en combinant un humour farceur certain à un souffle, généreux et gratifiant, de bons sentiments.

VINCE VAUGHN & JOHN MICHAEL HIGGINS

Dans le rôle du Tchatteur de service, Vince Vaughn n’a pas perdu de sa superbe & prend même la sage décision d’insuffler un peu plus de self control et d’humanité à son personnage : le frère du Père Noël, aux allures de Gulliver, qui ne supporte pas les fêtes de fin d’année & qui a été, continuellement, rabaissé par une mère préférant son cadet.

PAUL GIAMATTI & MIRANDA RICHARDSON

Changement de registre ahurissant pour l’excellent Paul Giamatti qui, après avoir campé un tueur sadique dans "Shoot’Em Up", rentre dans le costume du célèbre Père Noël. Impérial à l’écran, Giamatti n’occupe pourtant pas le premier rôle & laisse la vedette à Vaughn et à son acolyte, le lutin Willy, alias John Michael Higgins ("La Rupture"). Les actrices Miranda Richardson (l’épouse du Père Noël), Rachel Weisz (la copine de Fred), Elizabeth Banks (l’assistante du Père Noël) et Kathy Bates (la maman du Père Noël) composent un casting féminin élégant et varié !

RACHEL WEISZ

Hormis ces nombreux clins d’œil à la fête Noël (lutins, reines, pays magique et illuminé,…), "Frère Noël" explore également des thématiques beaucoup plus terre-à-terre et, parfois donc, moins réjouissantes comme la délocalisation des "entreprises", les familles bancales, les drames sociaux et affectifs,… Mis bout à bout, avec des séquences plus légères et joyeusement dingues, ces petites analyses de notre société actuelle ne font que renforcer ce spectacle digne d’intérêt qu’il serait dommage de cataloguer d’entrée de jeu comme une mauvaise "farce" de Noël.

VINCE VAUGHN

Magie, humour sacripant, réflexions intuitives, émotions fortes,… tout est réuni ici pour passer une fin d’année des plus excellentes avec un long-métrage émoustillant nos zygomatiques. "Frère Noël" m’a plus que séduit, il m’a diablement enchanté ! Dans ce profond élan de générosité et de bons sentiments, on est prêt à tout… Même à pardonner quelques petites idées un peu trop loufoques comme la présence de trois lutins-ninjas destinés à assurer la protection du Père Noël.

LUDACRIS

Ne rater surtout pas le rappeur Ludacris en lutin DJ, ni la séance d’entraide destinée aux frères anonymes de célébrités : vous y croiserez notamment Frank, le frère de Sylvester Stallone, le double de l’ancien président américain Bill Clinton & Stephen Baldwin qui semble vivre difficilement dans l’ombre de sa "star de frère", Alec. Rassurez-vous c’est juste pour rire !

KATHY BATES, KEVIN SPACEY & TREVOR PEACOCK

Tout aussi extraordinaire : on retrouve un Kevin Spacey, tout droit sorti du film "Swimming with Sharks" (1994), jouant les Grinch’s de Noël, qui cache un lourd et triste secret. Le petit clin d’œil au super héros Superman est diablement irrésistible. Pour rappel, Spacey joue le méchant Lex Luthor dans "Superman Returns"...

JOHN MICHAEL HIGGINS

Quoiqu’on en dise, "Fred Claus" est une espiègle bombe au lait de poule qui se déguste sans la moindre modération. A votre bonne santé & Joyeux Noël !

Un extrait...

Un second extrait...

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

22/07/2008

SEAN PENN Into the Wild

Into the Wild

822731782273178227317star_1_28227321

C’est pour échapper à une vie douillette et toute tracée, ampoulées de règles et d’interdits, que le jeune Christopher McCandless (Emile Hirsch), alias "Alexander Supertramp", décide de tout quitter pour se lancer dans un long périple aux quatre coins des Etats-Unis. Son but ultime : se retrouver libre et seul dans la nature. Destination : l’Alaska !

Acteur confirmé, Sean Penn n’est pas non plus étranger à la mise en scène. Il a, en effet, déjà réalisé de brillants drames comme "Crossing Guard" (1995) et "The Pledge" (2001). Avec "Into the Wild", Penn signe un envoûtant hymne à la nature combiné à une réelle soif de liberté magnifiquement mise en image. Jouant sur une chronologie généreusement chaotique et dynamique, Sean Penn dépeint les différentes expériences et rencontres que va faire notre "bourlingueur" en herbe campé par l’excellent Emile Hirsch, déjà croisé dans "The Girl Next Door" (2004) et "Alpha Dog" (2007).

Emile Hirsch

A la fois juvénile (pour son énergique soif d’expérience et d’apprentissage) et très mature (pour sa force de caractère et sa volonté), Hirsch entre à merveille dans la tête et le corps d’un personnage atypique, symbolisant la liberté à l’état pur. Pour cette performance qui fera date, notre acteur n’a pas hésité, par exemple, à se plier à un régime alimentaire drastique et à perdre ainsi 20 kilos pour les besoins du film !

William Hurt & Marcia Gay Harden

Omniprésent à l’écran, Emile Hirsch est supplié par les apparitions des plus intéressantes d’acteurs qu’on ne présente plus. Citons, tout particulièrement, Marcia Gay Harden, William Hurt, Catherine Keener et Vince Vaughn. Ceux-ci, suivant les temps d’antenne qui leurs sont offerts, ont le loisir de composer des personnages souvent attachants mais camouflant, presque toujours, sous leurs sourires ou leur prestance policée, une psychologie des plus denses.

Hal Holbrook & Emile Hirsch

Tel un chef d’orchestre mettant en musique une symphonie aussi dense que sensible, Sean Penn s’impose, une nouvelle fois, comme un réalisateur d’exception... Lui qui nous avait déjà fait rêver devant la caméra, signe ici un film sincère dans la lignée de ses précédents longs-métrages. Outre une mise en scène envolée et inspirée, un casting des plus sensibles et naturels, la force de ce film est également son essence même et sa densité dramatique...

Emile Hirsch

"Into the Wild" se base ainsi sur des faits réels et retrace l’expérience unique d’un homme qui a réellement existé : Christopher McCandless. Avant ce film, l’histoire de ce dernier a été adaptée dans le roman "Voyage au bout de la solitude", œuvre du journaliste américain Jon Krakauer. S’acheminant, doucement mais sûrement, vers l’irréparable, "Into the Wild" reste, malgré un final nettement moins optimiste - mais emprunt d’une poésie luminescence -, une véritable leçon de vie s’intégrant, elle-même, à un long-métrage intelligent et muni d’atouts irréprochables pour susciter le plus vif intérêt auprès des cinéphiles qui ont soif de liberté et de variété dans un cinéma américain parfois (souvent ?) ampoulé de grosses productions hollywoodiennes linéaires et prévisibles.

Emile Hirsch et le réalisateur Sean Penn

"Into the Wild" ou quand le cinéma retrouve des ailes et célèbre une évasion emprunte d’énergie, de joie de vivre et d’amitié. Un voyage initiatique inoubliable !

La bande-annonce…

Into the Wild - Bande-annonce 1 - Anglais - Jubii TV
Into the Wild - Bande-annonce 1 - Anglais - Jubii TV

Avec ou sans Léonardo DiCaprio…

Kristen Stewart & Emile Hirsch

Sean Penn s’est tout particulièrement inspiré du livre de Jon Krakauer pour construire son "Into the Wild". L’acteur/réalisateur a également souhaité joindre à ce film la famille de Christopher McCandless & recevoir ainsi le soutien plein et entier des parents d’un aventurier qui a été jusqu’au bout de ses rêves. Une dizaine d’années ont ainsi été nécessaires à Sean Penn pour concrétiser son projet. A l’origine, ce dernier envisageait de confier le rôle principal à Léonardo DiCaprio. Finalement, c’est donc Emile Hirsch qui fait l’étalage, dans ce film, de ses nombreuses qualités d’acteur et d’une détermination peu commune. Ce jeune acteur serait-il sur les traces de Christian Bale ?

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (1) | |