05/08/2010

Simon Pegg & Nick Frost sont de retour

Simon Pegg & Nick Frost

Jamais deux sans trois ! Après avoir orchestré un magnifique hommage humoristique à l’égard du genre zombifique & des grands films d’action respectivement dans "Shaun of the Dead" et dans "Hot Fuzz", le tandem infernal britannique formé de Simon Pegg et de Nick Frost, est de retour dans un nouveau film baptisé "Paul"… Finis les zombies ou les polars musclés, nos chers amis planchent cette fois-ci sur les longs-métrages fantastiques très orientés petits hommes verts !

Simon Pegg & Nick Frost au centre

Passionnés de Science-fiction, de Comics & adeptes des conventions en tout genre, Clive Gollings (Frost) et Graeme Willy (Simon Pegg) vont tomber nez à nez avec un OVNI ! Quelle aubaine pour nos deux Geeks qui n’en demandaient vraiment pas tant… Cette rencontre impromptue va bien évidemment les entraîner dans une folle aventure à la recherche de "Paul", un Alien détenu prisonnier sur terre. S’étant fait la promesse de libérer cette créature venu d’ailleurs, Clive et Graeme vont bien entendu connaître quelques petits désagréments causés notamment par des Fédéraux qui sont sur leurs talons ainsi que par le père fanatique d’une jeune femme accidentellement kidnappée…

Nick Frost & Simon Pegg

Si pour leurs précédentes collaborations, Simon Pegg et Nick Frost avaient travaillé avec leur ami Edgar Wright à la réalisation, pour "Paul", c’est le metteur en scène Greg Mottola ("SuperGrave") qui s’y colle… Une fois n’est pas coutume, on retrouve également le duo Frost/Pegg à la base du scénario comme à la si douce époque précisément des "Shaun of the Dead" et "Hot Fuzz". Au rang des seconds-rôles, nous retrouvons Seth Rogen - qui prêtera sa voix au personnage extraterrestre surnommé "Paul" -, un Jason Bateman - en agent spécial - que l’on attend très Men in Black &, cerise sur le gâteau, l’une des reines incontestées de la Science-fiction américaine sur bobine : Madame Sigourney Weaver

Sigourney Weaver alias le docteur Grace Augustine dans Avatar

Pour rappel, notre actrice, porte-drapeau de la saga "Alien" et vue récemment dans l’incontournable "Avatar", s’est déjà prêté à l’enivrant parfum des (bonnes) parodies fantastiques en s’affichant dans le très bon "Galaxy Quest" (2000) de Dean Parisot. On espère évidemment que le résultat de "Paul" sur grand écran soit dans la lignée de ce dernier long-métrage &, bien entendu, dans celle également des précédents films des très sympathiques Frost/Pegg !

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |

07/02/2007

Little Miss SUNSHINE

82273178227317822731782273178227321

Nominé aux Oscars (notamment pour le meilleur film), "Little Miss Sunshine" a déjà été récompensé au 32e Festival de Deauville en recevant le Grand Prix du jury. Après avoir vu ce film, je peux vous dire que ces nominations sont amplement méritées ! Pour leur premier long-métrage, les réalisateurs Jonathan Dayton et Valérie Faris font mouche. "Little Miss Sunshine" nous convie à suivre l’aventure tragi-comique de la famille Hoover déterminée à voir leur fille, d’à peine 7 ans, participer à un concours de beauté à l’autre bout des Etats-Unis. La route promet d’être longue…


Valérie Faris & Jonathan Dayton aux commandes

Le duo de metteurs en scène nous plonge au cœur même de cette famille américaine savoureusement stéréotypée où les conflits parentaux flirtent avec le suicide, les fast-foods, le poulet frit et le Sprite. Mais rassurez-vous, "Little Miss Sunshine" ne glorifie pas la famille obèse à l’américaine. Non ! Jonathan Dayton et Valérie Faris filment, avec une certaine légèreté, cette "communauté" dont chaque membre aimerait, à sa façon, vivre le rêve américain. Malheureusement, les choses ne se passent pas très bien pour les Hoover...


Réunion de famille dans un Snack

Richard (Greg Kinnear), le père de famille, négocie un juteux contrat sur une de ses inventions miteuses : "Parcours vers le succès en 9 étapes". De son côté, son épouse, Sheryl (Toni Collette), recueille son frère suicidaire, Frank (Steve Carell). Reste leurs enfants, la petite Olive (Abigail Breslin) et Dwayne (Paul Dano), un adolescent muet et rebel. N’oublions pas le grand-père de la famille, joué par Alan Arkin. Adepte des revues pornos et du langage cru, ce dernier goûte également depuis quelques temps aux "biens faits" de la cocaïne.


Steve Carell en forme !

Ce film dispose d’un solide casting auréolé de la présence au générique de Greg Kinnear, Toni Collette et Steve Carell. Plus habitué aux comédies loufoques comme "40 ans, toujours puceau", ce dernier prouve ici qu’il sait aussi jouer dans un registre plus dramatique. Steve Carell est tout simplement époustouflant ! Greg Kinnear et Toni Collette jouent juste (comme à leur habitude). Reste l’extraordinaire prestation de Paul Dano, les conseils gratinés d’Alan Arkin et le sourire magique d’Abigail Breslin.


Attention, c'est le Show final !

Souvent doux-amer, "Little Miss Sunshine" bénéficie d’un final ahurissant et hautement vivifiant. Si vous pensiez que le cinéma américain se conjuguait uniquement avec scénarii bâclés et effets spéciaux écoeurant, "Little Miss Sunshine" vous montrera qu’il existe encore de belles histoires à raconter au pays de l’Oncle Sam.

La bande-annonce...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |