08/08/2012

SHAME : Michael Fassbender à corps perdu !!!

Shame

7178470171784701717847017178471171784711

On avait appris à connaître l’acteur - d’origine allemande - Michael Fassbender sous la cape du spartiate Stelios dans "300". On avait, ensuite, appris à l’aimer dans les "Inglourious Basterds" et autre "Centurion"… Avant, finalement, de l’adorer dans "X-Men : Le Commencement", sous le casque d’Erik "Magneto" Lehnsherr ! Consacré par les critiques et (encore plus important !) par la foule, notre ami s’affiche, aujourd’hui, dans une multitude de productions et de rôles parfois - souvent même - allégrement éloignés des uns des autres… Et c’est tant mieux ! Récemment à l’affiche, au cinéma, dans le "Prometheus" de Ridley Scott, Michael Fassbender se permet également de tourner dans des films plus indépendants des gros studios américains, pour rencontrer la caméra de cinéastes comme David Cronenberg ("A Dangerous Method") ou Steve McQueen, metteur en scène sur le film "Shame"…

Michael Fassbender et le réalisateur Steve McQueen

Avant ce dernier long-métrage, récemment sorti en DVD, Fassbender et McQueen avaient déjà pu se croiser sur le tournage de "Hunger", un drame historique explorant les conditions de détention des prisonniers politiques irlandais appartenant à l’IRA, l’Irish Republican Army, qui se fit connaître dans sa lutte armée contre la présence britannique en Irlande du Nord. Avec "Shame", notre tandem quitte le front historique pour s’intéresser à un phénomène social d’actualité : l’addiction sexuelle...

Michael Fassbender

C’est sans détour ni complaisance, mais avec une franchise simple et naturelle, que l’œil du jeune réalisateur Steve McQueen (qui dirige ici son deuxième film) va suivre et mettre en lumière la vie, en apparence bien réglée, de Brandon (Michael Fassbender). Cadre en réussite dans un poste douillé, ce dernier cache pourtant une double vie emportée par le sexe sous toutes ses formes : de la pornographie sur Internet au recours à des prostituées, en passant par les revues et films X. Ce train de vie parfois chaotique - Comment vivre dans la dite normalité tout en contrôlant ces vivaces pulsions ? - va être remis en cause par l’arrivée de la sœur de Brandon, Sissy (Carey Mulligan). Sans domicile fixe, Sissy s’installe chez son frère. Entretenant, dans un premier temps, une relation passionnelle avec le patron de Brandon, David (James Badge Dale), Sissy va progressivement découvrir les habitudes inavouables de son frère. Entrainé, de plus en plus, vers le point de non-retour, Brandon doit se ressaisir s’il ne veut pas perdre ses repères et, surtout, sa sœur, elle-aussi, au bord d’un "autre" gouffre : le manque d’affection et de reconnaissance…

Carey Mulligan

"Shame", cette mise en abîme infernale portant sur l’addiction sexuelle, traite un sujet des plus délicats à évoquer avec une maîtrise totale. Le ton est donné dès les premières minutes du film. Impassible, sans oser les jugements de valeur, "Shame" privilégie un regard franc, direct et sincère. S’y ajoute un Michael Fassbender… Bien là pour transpirer toutes les souffrances corporelles et surtout mentales qui accablent son personnage. Cru sans jamais plonger dans la vulgarité, l’enchainement voulu par Steve McQueen - également co-scénariste - met, au contraire, le voyeurisme au pilori.

Michael Fassbender et Nicole Beharie

Michael Fassbender n’est pas le seul acteur du film à payer de sa personne. Déjà croisée notamment dans "Wall Street II" et dans "Drive", Carey Mulligan accompagne son partenaire dans cette descente aux enfers explorant les liens du sang et de la chair. Flirtant souvent avec le drame et les impasses relationnelles, "Shame" ne succombe pourtant jamais à l’appel larmoyant des sirènes du chaos. C’est ainsi que, tout en restant une fable sociale et moderniste, ce long-métrage évite l’ennui et la platitude.

Santé Michael Fassbender

L’ensemble des rencontres et rebondissements qui ponctuent l’intrigue, ces à-coups et épreuves marquant durablement les victimes de cette tragédie humaine, rendent irréversiblement ce long-métrage attrayant, piquant et vivace… Le tout souligné, rappelons-le, par la prestation de deux grands acteurs hors-normes qui avaient déjà pu nous séduire et nous illuminer par le passé.

Michael Fassbender dans l'ombre de Nicole Beharie

Alors aimer ce "Shame" ne peut aller de paire qu'avec un sentiment coupable d’addiction ? Certainement pas ! L’angle proposé par son réalisateur et ses scénaristes nous offre, bien au contraire, un regard sincère et honnête de grande qualité… Rien à voir avec ces mauvaises petites comédies ‘ricaines en proie à décrire l’explosion pseudo-sexuelle d’ados libidineux du 21e siècle… Pauvre jeunesse !

Michael Fassbender face à Carey Mulligan

La bande-annonce…

Tags associés : Michael Fassbender, "300", "Inglourious Basterds", "Centurion", "X-Men : Le Commencement", Ridley Scott, David Cronenberg

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (8) | |

10/10/2009

Le ROI ARTHUR à la sauce Neil Marshall

Neil Marshall

Le cinéaste anglais Neil Marshall sera prochainement de retour sur le devant de la scène avec un film pour le moins inattendu… Inattendu car revisitant (apparemment ?) une thématique historique - les légions romaines de Bretagne - plus d’une fois traitée ces dernières années sur grand écran… Alors ? Doit-on s’attendre à une redite plus ou moins éclairée ou plus ou moins répétitive ? … Ou à une nouvelle aventure épique et sanglante concoctée par un metteur en scène qui a su faire son nid avec des réalisations comme "Dog Soldiers" (2002), "The Descent" (2005) et "Doomsday" (2008) ?

Centurion

Centurion

Après le populaire "Roi Arthur" qui lança, en 2004, la carrière international de l’exaltant Clive Owen & après le modeste mais divertissant "The Last Legion" ("La Dernière légion" - 2007), le "Centurion" de Marshall s’intéresse de nouveau au sort des légions romaines "oubliées" en terre de Bretagne… En l’An 117, les soldats de Rome combattent inlassablement les redoutables Pictes en ancienne Angleterre. Seul rescapé d’une garnison attaquée par une tribu barbare, Marcus Dias (Michael Fassbender) intègre les rangs de la Neuvième légion placée sous les ordres du Général Titus Virilus (Dominic West). Quand ce dernier est fait prisonnier par des assaillants pictes, Marcus se lance à la poursuite de l’ennemi pour sauver Titus mais aussi pour goûter à la vengeance…

Michael Fassbender (à gauche) est Quintus Marcus Dias

Connaissant la verve de Neil Marshall qui est également à l’origine du scénario, on peut s’attendre à un joli bain de sang emmené (pourquoi pas ?!) par un casting "jeune" qu’on ne demande pas mieux de connaître. Si l’acteur irlandais - né en Allemagne - Michael Fassbender, récemment vu dans "Inglourious Basterds" ainsi que dans "300", se taille le premier rôle, à sa suite, on retrouve notamment Dominic West (également à l’affiche de "300"), la récente James Bond Girl Olga Kurylenko et David Morrissey que l’on a vu tourner, il y a quelques années maintenant, autour de Sharon Stone dans le second "Basic Instinct".

Olga Kurylenko

Tags associés : "The Descent", "Doomsday", "The Last Legion", "Inglourious Basterds", "300", "Basic Instinct 2", James Bond, Neil Marshall, Michael Fassbender, Dominic West, Olga Kurylenko, David Morrissey, Clive Owen

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |