03/01/2009

Kiefer SUTHERLAND face aux MIROIRS

Mirrors

822731782273178227317star_1_28227321

Ayant quitté la police des suites d’une bavure, Ben Carson (Kiefer Sutherland) est un homme déchiré. Carburant aux anti-dépresseurs, Ben vit chez sa sœur Angela (Amy Smart) faute d’avoir pu recoller les morceaux avec son épouse Amy (Paula Patton). Cet ancien inspecteur a peut-être trouvé un moyen de se refaire : un poste de vigile lui est en effet proposé. Vadrouillant maintenant de nuit dans une ancienne galerie commerçante livrée, il y a quelques années déjà, aux flammes, Carson va vite remarquer que les nombreux miroirs qui peuplent les lieux cachent un terrible secret. La vie de Ben, ainsi que celle de sa famille, vont basculer dans l’horreur…

Depuis qu’il enchaîne les saisons avec la série évènementiel "24 Heures Chrono", Kiefer Sutherland a atteint une popularité qu’il n’aurait sans doute jamais pu réellement décrocher par le passé. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir joué dans de belles affiches !

Kiefer Sutherland face à Kiefer Sutherland

Jouant souvent sur grand écran des personnages diaboliques ("Au-delà des lois", "Le Droit de tuer ?") ou inquiétants ("Dark City"), le fils Sutherland a aussi pu travailler sur des rôles plus gentils comme dans "L’Expérience interdite" (1991), "La Disparue" (1993) ou "Les Trois mousquetaires" (1994). Bref, Sutherland n’a jamais démérité son étiquette d’"acteur studio" à la fois trouble et incontournable.

Mirrors

Parfait partenaire/adversaire de Michael Douglas dans le récent "The Sentinel" (2006), notre homme grignote aujourd’hui la plus grosse part du lion en affrontant, à lui seul, de terrifiants esprits frappeurs dans le thriller horrifique "Mirrors". Sur papier, ce film a de quoi appâter les spectateurs recherchant les sensations fortes ! En effet, "Mirrors" est signé Alexandre Aja. Ce jeune réalisateur parisien n’a pas dû enchaîner de nombreux tournages pour taper dans l’œil des producteurs américains. Suite à son thriller à couteaux tirés "Haute tension" de 2003, Aja s’est vu ouvrir les portes dorées du royaume hollywoodien, section films d’horreur (bien évidemment)…

Paula Patton, Alexandre Aja et Kiefer Sutherland

Et ses premiers pas chez l’Oncle Sam ont été, comment dire, assez remarqués. Revisitant la célèbre saga "La Colline a des yeux" ("The Hills Have Eyes") de Wes Craven, Alexandre Aja n’y a pas été de main morte en donnant largement dans le Gore excessif et insupportable. Cette relecture virile et vive d’un classique appartenant aux belles séries Z de la fin des années ’70 permet, sans doute, aujourd’hui à notre réalisateur, originaire de l’Hexagone, de faire toujours un peu plus son nid sur le sol américain.

Paula Patton

La recette n’est pas neuve de l’autre côté de l’Atlantique ! Il est bienvenu aujourd’hui d’offrir les commandes d’un remake à de prometteurs metteurs en scène européens. Pour une question de budget, certainement ! Les réalisateurs du Cru (comprenez du Vieux Continent) ont en effet le chic pour combiner travail efficace et budget serré. Cocktail plus qu’intéressant qui se marie parfaitement à la politique ancestrale des bons petits films d’horreur visant à réaliser, au minimum, un honnête score au Box-office en prenant, en même temps, le moins de risques financiers possibles.

Kiefer Sutherland

Attendu prochainement sur le remake (encore un !) du "Piranhas" (1978) de Joe Dante, Alexandre Aja nous livre donc ici, à l’occasion de "Mirrors", son interprétation d’une histoire originale signée Kim Seong-Ho (réalisateur et scénariste sur "Into the Mirror"). Ce "Mirrors", nouvelle formule, s’appuie, tout d’abord, sur le charisme non négligeable de Kiefer Sutherland. Campant un flic blessé et torturé, ce dernier n’éprouve aucune difficulté pour passer du statut d’homme à la dérive à celui d’ancien représentant de l’ordre surpassant toute règle pour sauver des vies.

Kiefer Sutherland dans l'ombre

La mise en scène d’Aja, elle, reste teintée de quelques imperfections. Parfois trop classique et prévisible, l’orchestration de ce cinéaste peut heureusement s’appuyer sur quelques très bons passages des plus angoissants (un ravissement pour les amateurs de frisson !) et, principalement encore, sur les somptueux décors, grandioses et inquiétants, signés Joseph Nemec III. Ce dernier n’est certes pas à son premier coup d’essai. Il a ainsi déjà signé la conception de décors sur divers petits films comme "Abyss" et "Terminator 2". Excusez du peu ! Joseph Nemec et Alexandre Aja ont, pour la petite histoire, déjà travaillé de concert sur "La Colline a des yeux".

Paula Patton et Kiefer Sutherland

Si l’épouvante gorifiquement insupportable n’est ici nullement à son apogée (c’est le moins que l’on puisse dire), "Mirrors" conserve toutefois quelques petits séquences bijoux, en particulier celle de la salle de bain. Référence qui fera certainement frémir les téméraires qui ont déjà vu le film ! Basé avant tout, sans grande surprise, sur le principe des maisons hantées qui entretiennent un farouche esprit de vengeance, ce long-métrage, dans sa deuxième partie, prend un certain bol d’air en nous entraînant dans la méandre d’un véritable polar. Oui d’accord, par rapport à "Dark Water", à "The Eye" ou à la franchise "The Ring", vous me direz que la recette n’est pas neuve mais elle a le mérite, ici, de nous transporter (encore un peu) dans un bon suspense qui nous décoche un bel uppercut lors d’un final aussi pessimiste qu’intéressant.

Mirrors

On regrettera peut-être que toute la mythologie et la mystique flottant autour du miroir et des reflets ne sont que finalement effleurées. Reste un jeu assez corsé et sadique tournant autour du Mal psychanalytique qui vit à l’intérieur des miroirs & qui a la faculté de toucher n’importe qui à n’importe quel moment. Moins bluffant que la relecture de "La Colline a des yeux", "Mirrors" reste un bon film à suspense oscillant sans la moindre pudeur, par moment, dans l’horreur. Derrière "The Ring", le film d’Alexandre Aja gagne une bonne place dans le rayon des remakes de films asiatiques mis au goût du jour occidental. Vous vous êtes amusés avec "La Nuit au musée" !? Vous allez trembler avec "Miroirs" !

La bande-annonce…

Tags associés : Remake, Horreur, Thriller, Kiefer Sutherland, Amy Smart, Paula Patton, Michael Douglas, Alexandre Aja, Wes Craven, "The Sentinel", "La Colline a des yeux", "The Eye", "La Nuit au musée"

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

13/03/2007

Michael Douglas vole au secours du Président

The Sentinel

star_jaunestar_jaunestar_jaunestar_jaunestar_grise

Il y a 20 ans, Pete Garrison (Michael Douglas), agent des services secrets américains, a sauvé la vie d’un Président. Aimé et respecté par ses collègues, il est à présent chargé de la protection rapprochée de la "Première Dame" (Kim Basinger). Sa vie bascule lorsqu’un de ses collègues est assassiné avant d’avoir pu lui transmettre des informations de la plus haute importance… L’affaire est confiée au meilleur enquêteur du Service, David Breckinridge (Kiefer Sutherland), ancien protégé de Garrison. Là où Garrison fait confiance à son instinct, Breckinridge ne se fie qu’aux preuves. Avec l’aide d’une jeune recrue, Jill Marin (Eva Longoria), les agents Garrison et Breckinridge vont bientôt découvrir l’existence d’un complot interne, visant à assassiner le Président. Mais très vite, les indices semblent désigner Garrison…

The Sentinel
Michael, le fils de Kirk, affronte Kiefer, le fils de Donald

Si "Dans la Ligne de mire" avec Clint Eastwood jouait la carte de la psychologie, le réalisateur Clark Johnson (voir ci-dessous) préfère soigner le style et lancer ses personnages dans une course poursuite classique mais néanmoins efficace ! La dynamique du film permet à "The Sentinel" de se démarquer des productions du moment.

The Sentinel
Michael Douglas, toujours dans le Vent !

Michael Douglas est toujours en forme et déploie une aura extraordinaire. Après le triomphe de la série "24 heures Chrono", Kiefer Sutherland revient sur le grand écran et ça fait plaisir. Eva Longoria ("Bad Times") délaisse ses "Desperate Housewives" et se lance honorablement dans un second rôle léger mais pas dénué d’intérêt.

The Sentinel
Eva Longoria. Bientôt un premier grand rôle ?

"The Sentinel" n’est pas un film parfait. Il souffre notamment d’un manque d’originalité. Mais n’est ce pas dans les vieilles casseroles que l’on fait les meilleures soupes ? Les amateurs de Michael Douglas et des films à suspense millimétrés seront littéralement aux anges.

The Sentinel
Clark Johnson aux côtés de "sa" Star

Sur papier, ce film ne pouvait être mauvais… Mission accomplie donc pour Clark Johnson et sa bande. Si vous en avez l’occasion, découvrez "The Sentinel" et ses 2 heures de (très) bon spectacle. Les inconditionnels de ce genre de film & de Michael Douglas, ne se feront sans doute pas prier pour aller louer le DVD !

The Sentinel

La bande annonce...

Clark Johnson est un habitué des forces de l’ordre américaines. Réalisateur du musclé "S.W.A.T. Unité d’élite", Johnson a mis en scène plusieurs épisodes de séries policières dont "New York 911", "New York Unité Spéciale", ou encore "The Shield".

The Sentinel


On retrouve avec joie Michael Douglas dans un rôle plus musclé, lui, qui avait dernièrement joué les baba cool (ou papa poule, c’est selon) dans "Wonder Boys" (2000) de Curtis Hanson et dans la comédie "Espion mais pas trop !" (2002). Rappelez-vous l’aura que Douglas dégageait en jouant le détective Nick Curran de "Basic Instinct" (1992) ou l’inspecteur Nick Conklin dans "Black Rain" (1989) de Ridley Scott. Ca aussi c'est du Cinéma !

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |