21/06/2008

Il était une fois… WALT DISNEY

Enchanted

82273178227317822731782273218227321

Habitant dans un monde féerique dans lequel les animaux parlent et les nobles chevaliers affrontent d’horribles ogres, Giselle (Amy Adams) rêve de rencontrer son prince charmant. C’est chose faite lorsque notre jeune héroïne est secourue par le beau Prince Edouard (James Marsden). Les deux tourtereaux convoitent de se marier immédiatement… Mais cette union n’arrange pas la Reine Narissa (Susan Sarandon), la belle-mère d’Edouard qui sera évincée du trône ! Cette dernière, avec l’aide du fourbe Nathaniel (Timothy Spall), va mijoter un plan diabolique pour "saborder" le mariage d’Edouard et de Giselle. Cette dernière est précipitée dans une source magique qui l’a conduit directement dans notre monde. Seule et complètement perdue, Giselle débarque à New York où elle doit son salut à un séduisant avocat (Patrick Dempsey) qui ne croit plus, depuis longtemps, au coup de foudre. Ca tombe plutôt mal : Giselle est une princesse défendant, bec et ongles, l’amour passion… Ces deux-là étaient faits pour se rencontrer !

Amy Adams

Il y a quelques temps déjà, alors que les longs-métrages d’animation 2D étaient Roi, "Walt Disney" jouait de son monopole dans ce secteur et n’hésitait pas à tenter quelques expériences dont celle consistant à combiner le dessin animé classique aux prises de vue réelles. C’est ainsi que naquirent notamment "Les Trois Caballeros" (1945), "Mary Poppins" (1964) ou encore "Peter et Elliot le dragon" (1977)...

Amy Adams & Patrick Dempsey

Avec "Il était une fois" ("Enchanted", en V.O.), "Disney" renoue avec la magie de ses créations d’antan en étalant, dans un récit plutôt simpliste, les mésaventures d’une princesse de Cartoon projetée dans le monde réel par une vilaine sorcière. Ce procédé pourrait paraître désuet auprès des spectateurs les plus sceptiques… Pourtant, le réalisateur Kevin Lima s’en tire honorablement en jouant, en même temps, sur le charme immortel des bonnes vieilles animations 2D - chères à bon nombre de cinéphiles de la première heure - ainsi que sur une vague d’autodérision coquette qui a parfois quelques relents avec certains chef-d’œuvres de la famille 3D, "Shrek" pour ne pas le citer !

James Marsden

Malheureusement, ce mariage "forcé" portant tantôt en triomphe l’héritage visuel et narratif de "Walt Disney", pour le descendre en flèche la minute d’après, n’est pas toujours très subtile mais bon… On ne pourra pas accuser "Il était une fois" de manquer de piquant. C’est une très bonne chose qui plaira, sans doute, à un large public !

Enchanted

Cependant, le ton général de ce long-métrage s’adresse aux petites et grandes "filles" qui conservent, en elles, une âme de princesse. Si des productions comme "Transformers", par exemple, soignent l’alter ego des petits et grands ados masculins, "Il était une fois" offre son pesant de bons sentiments et d’histoires féeriques à la gente féminine. Vive le cinéma pour tous les goûts !

Timothy Spall

Pour davantage amplifier les élans de comédie musicale, les baisers platoniques, les petites filles espiègles pouvant compter sur un modèle féerique & les animaux craquants qui font monter la cote de l’humour, "Il était une fois" bénéficie de la présence de Patrick Dempsey, l’un des Princes charmants actuels d’Hollywood. Relaxé, pour bonne conduite, de la série TV "Grey’s Anatomy" - qui a relancé sa carrière d’acteur -, Dempsey campe ici un avocat spécialiste du divorce qui voit débarquer, du jour au lendemain, une jeune femme complètement allumée et assez Kitsch prétendant venir d’un royaume magique.

Patrick Dempsey & Amy Adams

Cette jeune Damoiselle, répondant au doux prénom de Giselle, est bel et bien un personnage de conte, chassée de sa vie de rêve en 2D par l’affreuse sorcière Narissa. Amy Adams, en belle et sensible princesse en danger, est tout simplement époustouflante… Surtout quand elle se met à jouer - pour les besoins de l’intrigue - un personnage franchement nunuche et incertain, parfait opposé de l’esprit cartésien de notre ami Robert Phillip (Patrick Dempsey).

Susan Sarandon

Le duo magique Adams/Dempsey, qui fonctionne admirablement bien à l’écran, "pour le meilleur et pour le pire", est secondé par un James Marsden et un Timothy Spall bien dissipés et parfaits dans des rôles de gu’gus, un peu foldingues et décalés ! Petit regret toutefois au niveau du casting : l’excellente Susan Sarandon, méconnaissable en affreuse Reine/sorcière, reste un peu trop sous-exploitée…

Patrick Dempsey & James Marsden

Même si le final (Combat de dragon à la clé) est un peu décevant, faute d’ambition, "Il était une fois" en a assez dans ses bagages pour proposer un honorable divertissement, parfois fougueux, parfois gentiment bête, mais surtout des plus magiques. Les amateurs de ce genre de spectacle seront aux anges… Les autres trouveront certainement de bonnes occasions de se détendre : si ce n’est pas avec le regard charmeur de Patrick Dempsey, ce sera plus que probablement avec l’interprétation pharaonique d’Amy Adams… Une actrice à suivre impérativement !

La bande-annonce…

Il Etait une Fois, la bande annonce - Jubii TV
Il Etait une Fois, la bande annonce - Jubii TV

Quand "Il était une fois" revisite les classiques "maison"…

En plus d’exploiter, une nouvelle fois, le charme des petits animaux gaffeurs et attendrissants, suppléant les héros, "Il était une fois" ne dénigre pas des séquences très (très, très) comédies musicales… Le tout en posant d’innombrables clins d’œil aux chefs d’œuvre de la Maison "Disney". En allant, en effet, de "Blanche-Neige" à "La Petite Sirène", en passant par "Cendrillon", "La Belle et la Bête", "La Belle et le Clochard" & Cie., "Il était une fois" constitue une petite anthologie, très bien pensée, de longs-métrages légendaires et immortels. Souvenirs, souvenirs !

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

23/01/2008

OSCARS 2008 : critiques & espoirs

La 80e cérémonie des Oscars 2008 aura lieu le 24 février prochain. Nous connaissons, depuis peu, la liste complète des nominés de ce prestigieux évènement. Attention, les paris sont lancés !

Impressions mitigées après l’annonce des différentes nominations pour les prochains Oscars. Une nouvelle fois, cette cérémonie jonglera entre des valeurs sûres du Show-business made in Hollywood & d’autres réalisations nettement plus "personnelles", "classiques" ou "académiques". On aime, ou on n’aime pas ; chacun aura un avis sans doute bien tranché sur la question.

La Môme

Relégués au banc des Oscars "techniques" (effets spéciaux, effets sonores, photographie,…), on retrouve notamment "The Golden Compass", le troisième volet des "Pirates des Caraïbes", "Transformers", "The Bourne Ultimatum", "3 :10 to Yuma", "American Gangster" et "Sweeney Todd". Outre la nomination de Marion Cotillard (déjà récompensée d’un Golden Globe) pour le "Meilleur rôle féminin", "La Môme" décroche également son ticket pour les catégories "Costumes" & "Maquillage" (au même titre que "Norbit" et "Les Pirates des Caraïbes 3")...

Johnny Depp est Sweeney Todd

Pour les "Meilleurs Costumes", on retrouve également, sans surprise, "Elizabeth : l’âge d’or" et le malheureux "Sweeney Todd". La dernière fantaisie morbide de Tim Burton aurait sans doute mérité de figurer dans d’autres segments plus prestigieux comme celui du "Meilleur film" ou du "Meilleur réalisateur"... D’autant plus que "Sweeney Todd" a reçu dernièrement le Golden Globe du Meilleur film musical ! Mais non ! Notre "Sweeney" se contentera de ces Oscars "secondaires" et de la nomination de Johnny Depp comme "Meilleur acteur". Pour rappel, Depp avait déjà reçu ce privilège pour le rôle du flibustier Jack Sparrow dans le premier "Pirates des Caraïbes".

Daniel Day-Lewis et Viggo Mortensen

Auréolé du Golden Globe du "Meilleur acteur" (dans une comédie) pour avoir joué Sweeney, le diabolique barbier de Fleet Street, Johnny Depp entre ici en compétition contre Daniel Day-Lewis, récompensé du Golden Globe du "Meilleur acteur dans un drame" pour sa performance dans "There Will Be Blood". Les charismatiques Viggo Mortensen - pour l’excellent "Promesses de l’Ombre" -,Tommy Lee Jones & George Clooney, alias "Michael Clayton", ferment la marche.

Michael Clayton

Enorme surprise - plutôt désagréable même - de retrouver le "Clayton" de Tony Gilroy en si bonne place dans des catégories très convoitées comme celles du "Meilleur acteur", du "Meilleur réalisateur", et du "Meilleur scénario original". Il y avait certainement mieux à congratuler !?! Non ? Les nominations de Tom Wilkinson et de Tilda Swinton (également à l'affiche de "Michael Clayton"), respectivement pour le "Meilleur acteur (...)" et la "Meilleure actrice dans un second rôle", sont, par contre, davantage méritées à mes yeux. Mais vous savez : après tout, les goûts et les couleurs…

Casey Affleck et Brad Pitt dans L'Assassinat de Jesse James

Ces derniers Tom Wilkinson et Tilda Swinton entrent dans deux catégories où la lutte est rude pour espérer décrocher un Oscar ! Wilkinson se retrouve ainsi en compétition avec l’espagnol Javier Bardem qui joue un obscure tueur, véritable machine à dégommer, dans "No Country for Old Men". Brillant dans "Gone Baby Gone", le frère de Ben Affleck, Casey Affleck, est également nominé dans la catégorie "Meilleur second rôle" pour son interprétation dans "L’Assassinat de Jesse James", aux côtés de Brad Pitt. La toujours brillante Cate Blanchett décroche deux nominations, l’une pour la "Meilleure actrice" dans un premier rôle ("Elizabeth : l’âge d’or"), l’autre pour son second rôle tenu dans "I’m not there".

Cate Blanchett (au centre) dans Elizabeth : The Golden Age

Outre "Michael Clayton", "Reviens-moi", "Juno", "No Country for Old Men" et "There Will Be Blood" créent la sensation en étant nominés pour la catégorie du "Meilleur film". Repéré dans l’excellent "Thank You for Smoking", le cineaste Jason Reitman est en lisse pour décrocher l’Oscar du "Meilleur réalisateur" avec sa comédie dramatique intitulée "Juno". Film qui brigue également l’Oscar du "Meilleur scénario original" et celui de la "Meilleure actrice" pour Ellen Page que vous avez peut-être aperçu dans "X-Men 3". Cette jeune actrice y incarne la Mutante Kitty Pryde.

Juno

Plébiscité pour ses "Boogie Nights" (1998), "Magnolia" (2000) et "Punch-drunk love" (2003), le metteur en scène et scénariste Paul Thomas Anderson est aussi mis à l’honneur, dans la catégorie "Meilleur réalisateur", pour son "There Will Be Blood" qui a également reçu une nomination pour le "Meilleur scénario d’adaptation". Actuellement au cinéma, "Reviens-moi" ("Atonement") de Joe Wright, le réalisateur d’"Orgueil et préjugés" (2006), s’affiche comme la romance passionnelle du moment avec l’héroïne des "Pirates des Caraïbes", Keira Knightley, et James McAvoy, vu dans l’oscarisé "Le Dernier Roi d’Ecosse".

Reviens-moi

Comme souvent aux Oscars, les talentueux frères Coen font un malheur. Leur nouveau "No Country for Old Men" ne fait pas exception en s'affichant dans la catégorie du "Meilleur film", du "Meilleur" second rôle masculin, du "Meilleur réalisateur" et du "Meilleur scénario" ! Du côté du "Meilleur film d’animation", "Ratatouille" se bagarrera contre le français "Persepolis" et contre "Les Rois de la glisse".

Enchanted

Le "Enchanted" de Disney fait un carton dans la catégorie "Original Song" avec trois nominations pour les titres "Happy Working Song", "So Close" et "That’s How You Know" (paroles de Stephen Schwartz et musique d’Alan Menken). Passons des chansons aux musiques instrumentales avec la catégorie de la "Meilleure bande originale". On retrouve dans celle-ci notamment le célèbre James Newton Howard ("Waterworld", "Batman Begins", "La Jeune fille de l’eau",…) nominé pour "Michael Clayton", Michael Giacchino ("Mission : impossible 3", "Les Indestructibles") pour Ratatouille et Marco Beltrami ("Scream") pour "3h10 pour Yuma".

3h10 pour Yuma

Les principaux nominés, premier coup d’oeil…

Meilleur film : "No Country for Old Men", "There Will Be Blood", "Reviens-moi" ("Atonement"), "Juno", "Michael Clayton".

Meilleur acteur : George Clooney ("Michael Clayton"), Daniel Day-Lewis ("There Will Be Blood"), Johnny Depp ("Sweeney Todd"), Tommy Lee Jones ("Dans la vallée d’Elah"), Viggo Mortensen ("Les Promesses de l’ombre").

Meilleure actrice : Cate Blanchett ("Elizabeth : l’âge d’or"), Julie Christie ("Loin d’elle"), Marion Cotillard ("La Môme"), Laura Linney ("La Famille Savage"), Ellen Page ("Juno").

Meilleur acteur dans un second rôle : Casey Affleck ("L’Assassinat de Jesse James"), Javier Bardem ("No Country for Old Men"), Philip Seymour Hoffman ("La Guerre selon Charlie Wilson"), Hal Holbrook ("Into the Wild"), Tom Wilkinson ("Michael Clayton").

Meilleure actrice dans un second rôle : Cate Blanchett ("I’m not there"), Ruby Dee ("American Gangster"), Saoirse Ronan ("Reviens-moi"), Amy Ryan ("Gone Baby Gone"), Tilda Swinton ("Michael Clayton").

Meilleur réalisateur : Paul Thomas Anderson ("There Will Be Blood"), Ethan et Joel Coen ("No Country for Old Men"), Tony Gilroy ("Michael Clayton"), Jason Reitman ("Juno"), Julian Schnabel ("Le Scaphandre et le papillon").

Meilleur scénario original : Diablo Cody ("Juno"), Nancy Oliver ("Lars and the Real Girl"), Tony Gilroy ("Michael Clayton"), Brad Bird ("Ratatouille"), Tamara Jenkins ("La Famille Savage").

Meilleur scénario d’adaptation : Christopher Hampton ("Reviens-moi"), Sarah Polley ("Loin d’elle"), Ronald Harwood ("Le Scaphandre et le papillon"), Joel et Ethan Coen ("No Country for Old Men"), Paul Thomas Anderson ("There Will Be Blood").

Meilleure bande originale : Dario Marianelli ("Reviens-moi"), Alberto Iglesias ("The Kite Runner"), James Newton Howard ("Michael Clayton"), Michael Giacchino ("Ratatouille"), Marco Beltrami ("3h10 pour Yuma").

Meilleur film d’animation : "Persepolis", "Ratatouille", "Les Rois de la glisse".

►Rendez-vous sur le site des Oscars pour visionner l’ensemble des nominations…

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (1) | |