22/05/2009

Didier BOURDON, Michel GALABRU, Gérard DEPARDIEU & Cie

Bouquet final

822731782273178227317star_1_28227321

Employé dévoué depuis plus de quinze ans dans une entreprise de Pompes funèbres, Gervais (Didier Bourdon) souhaiterait ardemment une promotion d’autant plus que le siège de son employeur vient de passer entre les mains de Businessmans américains. De son côté Gabriel (Marc-André Grondin), un jeune musicien qui rêve de prendre le large et de vivre entièrement de sa passion, voit l’étau se resserrer et la précarité frapper à sa porte. Il ne reste donc plus qu’une solution pour notre ami : trouver un boulot qui paye bien ! Rapidement Gabriel se retrouve courtisé par la "boîte" qui emploie Gervais et arrive même à chouraver la place que ce dernier convoitait. Seul bémol : avant d’enfiler le costume cintré de Directeur commercial, Gabriel doit passer un stage sur le terrain. Coïncidence ou non, c’est justement chez Gervais Bron que la jeune recrue devra faire ses preuves… La cohabitation entre ces deux personnages singuliers promet de belles rixes !

Didier Bourdon et Marc André Grondin

Pour son "Bouquet final", le (jeune) réalisateur / scénariste Michel Delgado a le chic de diriger une belle et copieuse galerie de seconds rôles de luxe emmenée par Bérénice Bejo, Gérard Depardieu, Marthe Keller, Michel Galabru et Chantal Neuwirth. Coiffé, pour la première fois, de la casquette de metteur en scène, Delgado, mieux connu pour ces p’tits scénars caustiques façon "L’Auberge rouge", "L’Enquête corse", "Les Deux papas et la maman" ou "La Vengeance d’une blonde", déploie ici une belle artillerie de dialogues choc pimentant quelques jolies scènes d’humour où se côtoient irrévérence marquée et sensibles quiproquos amoureux.

Bérénice Bejo et Marc André Grondin

Plongé dans cette bonne humeur communicative - où la farce peut surgir à n’importe quel moment -, le spectateur a droit à un duel très vaudevillesque entre le "Vieux" et le "Jeune lion" respectivement campé par un bien portant Bourdon et par le jeune poète Grondin. Bien que cette recette ne soit pas neuve, le décor, lui, est pour le moins original (le monde des Pompes funèbres) et aurait pu donner au film un ton très comédie noire anglaise… Sauf que pour son "Bouquet final", Michel Delgado a avant tout voulu orienter son intrigue autour du personnage plus romanesque du jeune musicien Gabriel, joué par l’impeccable Marc-André Grondin.

Gérard Depardieu et Marthe Keller

Artiste, fauché et amoureux, ce dernier va mettre au placard toutes ses convictions et son amour propre pour sortir de la mouise ses parents bohèmes (formés par le croustillant duo Depardieu - Keller). Malheureusement pour lui, Gabriel va vite comprendre que le bonheur des uns fait également le malheur des autres. Traitant sans détour, mais avec humour, des travers du monde des Pompes funèbres, "Bouquet final peine", à l’ouverture, à débuter sur des assises stables… Faute sans doute à une "mise en marge" trop speedée ! Cependant, au fil des minutes, cette comédie française étonnante et épatante trouve finalement son rythme de croisière et permet à ses acteurs de faire étalage de leur belle capacité à faire rire et cela en toute circonstance.

Michel Galabru et Marc André Grondin

Original, tout en affichant une touche assez classique façon "bonne vieille comédie de papa", "Bouquet final" constitue un divertissement des plus honorables qui met à coup sûr un peu de baume au cœur. Ca fait du bien !

La bande-annonce…

Tags associés : Comédie, Humour, Didier Bourdon, Gérard Depardieu, Marthe Keller, Michel Galabru

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

23/01/2007

Une GRANDE Année

8227317822731782273178227317star_1_2

Il est déjà bien loin le temps où Max Skinner (Russell Crowe) découvrait les joies du vin et de la vie en compagnie de son oncle (Albert Finney), propriétaire d’une charmante demeure dans le sud de la France. Maintenant, Max est un requin de la finance à Londres. Son lointain passé le rattrape quand il apprend le décès de son oncle qu’il n’a plus vu depuis des années. Seul héritier, Max se rend en France pour évaluer le domaine. Il espère bien réaliser une juteuse transaction financière en vendant celui-ci. Mais les choses ne vont pas se passer comme il l’avait prévu… Entre Londres et un petit domaine provençal, Ridley Scott brosse une savoureuse romance entre Russell Crowe et Marion Cotillard. Plus encore que cette rencontre, c’est le rapport entre Max et le domaine viticole que lui a légué son oncle, qui est très bien exploité par Scott. Ainsi, au fil des allées et des rangs de vigne, Max redécouvre sa jeunesse passée au chevet de son oncle, dans cette campagne respirant la joie et l’amour. Vive les vacances !

05

Avec "Une Grande Année", Russell Crowe prouve qu’il est un prodigieux acteur caméléon. Combattant dans l’arène de Rome, dans "Gladiateur", ou capitaine anglais, dans "Master and Commander", Crowe est aussi à l’aise en pleine tempête que sur une terrasse baignée par le soleil de Provence.

G_93

Le reste de la distribution est, elle aussi, enthousiasmante. Albert Finney et Marion Cotillard jouent juste, comme à leur habitude. Après avoir joué dans "Arthur et les Minimoys", Freddie Highmore, époustouflant dans "Charlie et la chocolaterie", interprète Max Skinner étant enfant. Reste les gardiens de cette belle propriété provençale, Francis (Didier Bourdon) et Ludivine Duflot (Isabelle Candelier). Même si leur jeu frise (un peu) parfois la caricature, ces deux acteurs campent toutefois un ménage croustillant et volubile.

G_288

Entre la sombre humidité londonienne et la chaleureuse lumière de Provence, Ridley Scott a définitivement choisi son camp. Si quelques longueurs viennent entacher la seconde partie de cette "Grande Année", Scott nous offre, dans la première partie, une mise en scène assez rythmée surfant, entre autre, sur la musique d’Alizée. Et oui ! Il y en a vraiment pour tous les goûts dans ce film ! Du vin, des jolies femmes, des paysages magnifiques, pas mal de tendresse, un brin d’humour (parfois satirique mais jamais déplacé),… & vous obtenez un Grand Cru, à consommer sans aucune modération !

03

"Une Grande Année" permet au cinéma américain de (re)découvre le charme intemporel de la France… Et tout ça grâce à un réalisateur anglais et Russell Crowe, une tête d’affiche néo-zélandaise ! Qui a dit que le cinéma ne permettait pas le brassage des cultures ?

La bande-annonce…

smartNos chers amis américains penseraient-ils que la "Smart" est une voiture française ? Cette petite citadine refait son Show dans "Une Grande Année" ! On n’avait déjà pu la voir dans "The Da Vinci Code" ainsi que dans le remake de "La Panthère Rose"… Bref, trois films dont l’intrigue se déroule (en partie) sur le sol français. Disons qu’à l’origine du projet, la "Smart" est suisse. Ensuite plusieurs constructeurs automobiles ont été intéressés par ce concept, sans jamais toutefois le concrétiser. Il faut attendre l’intervention du groupe "Mercedes Benz" (Allemagne). Si vous voulez en savoir plus, je vous propose de consulter l’article publié sur "Wikipedia"

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |