10/01/2012

Cameron DIAZ en Very Bad Teacher

Bad Teacherred starredandwhite starwhite starwhite starwhite star

Séduisante, certes, mais professionnellement peu engagée (c’est le moins que l’on puisse dire !), Elizabeth Halsey (Cameron Diaz) a une technique d’enseignement bien à elle : elle passe, à longueur de journée, des films à ses élèves… La pédagogie n’est pas le point fort d’Elizabeth au contraire de sa folie dépensière. Mais ce n’est pas avec un salaire d’enseignant que l’on peut mener la vie de château. Un seul objectif comble ainsi la vie de notre professeur de choc : vivre aux dépens d’un riche et bel homme. Pour parvenir à ses fins, Melle. Halsey privilégie un angle d’attaque bien précis : passer à la chirurgie esthétique et se refaire la poitrine ! Elizabeth va ainsi mettre tout en œuvre pour réunir la coquette somme qui lui permettra de passer aux prothèses même si pour cela elle doit rivaliser d’ingéniosité et de sournoiserie... Même si pour cela elle doit devenir une enseignante modèle ! Ce n’est pas gagné !

Cameron Diaz

Petite satyre qui ne casse, finalement, pas les briques, "Bad Teacher" porte très bien son nom au risque même de frôler l’appellation "Bad Movie". Le réalisateur Jake Kasdan qui s’est fait les dents dans le petit monde des séries TV, tire dans tous les sens - et principalement vers celui des vannes gonflantes -, pour essayer, difficilement, de maintenir sa création à flot. Kasdan reste, c’est vrai, mal épaulé par une équipe de scénaristes (Lee Eisenberg et Gene Stupnitsky, déjà à l’origine de l’intrigue du trop modeste "L’An 1 : des débuts difficiles") qui ne parvient à aucun moment à donner du relief à ce long-métrage tout juste bon à épuiser les ficelles du genre "Mésaventures scolaires". A ce titre, Eisenberg et Stupnitsky nous resservent, sans la moindre vergogne, de vieilles situations devenues, aujourd’hui, plus que vétustes et surexploitées. "Bad Teacher" ose ainsi nous refaire, durant la majorité du film, le coup du prof’ qui dort en classe (Cf. l’excellent "School of Rock" de 2003). Pire encore, pour la énième fois, Hollywood nous ressort de ses vieux tiroirs la scène du Car Wash torride ; une séquence déjà pastichée à foison dans, pour ne citer qu’eux, "Norbit" (2007) et "Même pas mal !" (2004). N’oublions pas non plus le cours de Lettres façon Education physique comme du côté du "Cercle des Poètes disparus" (1989).

Cameron Diaz au Car Wash

Nos scénaristes ont donc bien revisité leurs classiques mais... Dans un enchaînement peu rythmé, fait de bric et de broc, "Bad Teacher" prend rapidement de faux airs de long et agaçant clip vidéo soutenu par une bande son parfois éreintante signée Michael Andrews. Ajoutons, pour terminer, une galerie au combien caricaturale d’enseignants Has-Been - "The Faculty" (notamment) s’était déjà attelé à la tâche de manière bien plus subtile - aux attitudes poussives et bourrés de tics disgracieux ! La palme revient certainement à l’actrice Lucy Punch interprétant la collègue névrosée et psychotique… Titre convoité également par Phyllis Smith dans la peau de l’indécise enseignante supra-timide qui ne sais pas dire non ou, n'oublions pas non plus Jilliam Armenante obligée de camper la Prof’ lesbienne (bien entendu !) d’Education physique. Vous avez dit « clichés » ?

Cameron Diaz et Phyllis Smith

Résultat : cette petite heure trente de comédie douteuse et jovialement infantile se centre presque exclusivement autour du personnage interprété par Cameron Diaz. Le gros problème (encore un !?) est que notre anti-héroïne demeure très peu nuancée. Dans ce récit linéaire et trop patchwork, Diaz se surprend à continuellement jouer les infâmes mégères ; on a donc vite fait le tour d’Elizabeth Halsey - qu’elle soit "gonflée" ou non par ses prothèses mammaires - : un personnage creux et trop lisse pour enflammer les foules. Outre un jeu s’appuyant sur quelques grimaces, on a l’impression qu’il ne reste plus, à notre actrice, reine des comédies "Jackpot", "The Holiday" et, Of Course, "Mary à tout prix", que sa plastique pour susciter un intérêt potentiel ?

Cameron Diaz, Jason Segel et Justin Timberlake

Si la compétition sans pitié entre le personnage de Cameron et celui de Lucy Punch parvient à proposer un certain élan à cette partition bancale, plusieurs autres notes sonnent donc fausses… À commencer par les pathétiques idylles amoureux d’Elizabeth, à la recherche du jeune milliardaire ; ou encore par les rapports prof/élèves finalement très peu développés et demeurant inaboutis. En conclusion, cette pseudo-comédie ne fera certainement pas date dans l’histoire du cinéma bien qu’elle porte en son sein le nom vendeur de Cameron Diaz, peu inspirée dans le choix de ce rôle assez plat et terne. On saluera peut-être la prestation enfin contenue de Jason Segel qui livre, ici, un second rôle lui permettant de travailler la légèreté plutôt que la surdose d’excentricité. Passons sur les quelques apparitions de Justin Timberlake qui aurait dû se méfier avant de suivre son ex-compagne (Diaz, pour ne pas la citer) dans les méandres de ce titre finalement peu emballant !

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (6) | |

04/08/2010

Tom Cruise, le KNIGHT (& Day) mal-aimé ?

Knight and Day82273178227317822731782273178227321

C'est en prenant simplement un avion que June (Cameron Diaz) va être embarquée dans une folle histoire d’espionnage en compagnie d’un agent secret, Roy Miller (Tom Cruise), désavoué et pourchassé par ses anciens employeurs. L’enjeux pour ceux-ci est de mettre la main sur une source d’énergie extraordinaire que Miller aurait volée afin de la revendre à un trafiquant d’armes espagnol, dénommé Antonio (Jordi Molla). Mais qui est le véritable usurpateur dans cette histoire ? L’Ex-Agent Miller ou son ancien coéquipier, l’Agent Fitzgerald (Peter Sarsgaard) chargé de pourchasser Roy aux quatre coins du monde s’il le faut ? Les convictions et la sympathique que June a pour son espion de compagnon de galère vont en prendre un coup…

Tom Cruise & Cameron Diaz

Comme de tout temps, le "cinéma" - ou devrais-je plutôt écrire - "certains prétendus critiques cinématographiques" cajolent leurs têtes de turc… Au petit jeu du vilain petit canard du mois, le réalisateur M. Night Shyamalan - avec son "Dernier Maître de l’Air" - semble tenir la palme mais il est certain que l’acteur américain Tom Cruise le talonne dans ce top finalement assez poussif et certainement mal odorant. Que l’on soit en accord ou non avec les convictions philosophiques de ce dernier (qu’il s’amuse d’ailleurs à défendre et à valoriser dés qu’il en a l’occasion… Et si tu changeais un peu de disque Tom ?), on ne peut que reconnaître que l’Acteur Tom Cruise reste détenteur d’une filmographie des plus séduisantes.

Tom Cruise & Cameron Diaz

Certes, comme tout un chacun, Cruise a connu des déboires dans sa carrière (personne n’est parfait et certainement pas lui !) mais il a su également booster de sa Maestria et de son énergie quelques beaux projets à l’image, par exemple, de sa collaboration plus qu’intéressante avec Steven Spielberg ("Minority Report", "La Guerre des Mondes") ou avec Michael Mann ("Collateral"), ou encore à l’image de ses talents de Monsieur intrépide dans la franchise "Mission : Impossible"… Une saga qui, d’ailleurs, semble bonifier avec le temps. Et oui, la machine à tourner Cruise, moins en verve ces derniers mois avec un honorable - mais quand même décevant - "Valkyrie", n’a pas encore fini de nous étonner et c’est précisément avec le tout nouveau "Knight and Day" que l’acteur des "Top Gun" et "Eyes Wide Shut" devrait reconquérir sans grande difficulté ses fans ainsi que quelques autres brebis - égarées -.

Cameron Diaz

Pourquoi ? Et bien principalement pour deux bonnes raisons. La première : voir Cruise dans une comédie, c’est assez rare - il y a eu "Jerry Maguire" (1997) ainsi qu’un caméo aussi inattendu que déjanté dans "Tonnerre sous les Tropiques" (2008) - & on attendait certainement notre homme au tournant ! Le résultat est pourtant quasi impeccable : se l’a jouant en mode mineur espion un brun déjanté qui prône de belles valeurs comme l’esprit de sacrifice (Snif ! C’est quand même beau le cinéma hollywoodien !), Cruise arrive à marier sobriété et esprit d’entreprise tout en se laissant guider par le ton résolument léger et inoffensif de cette comédie d’action nettement plus revigorante que les derniers exercices du genre - "Kiss & Kill" en ligne de mire ! -.

Tom Cruise & James Mangold

La deuxième : le réalisateur James Mangold trouve, avec ce nouveau long-métrage, un terrain propice pour exploiter un thème qu’il affectionne, le trouble identitaire… Après avoir emmené Winona Ryder aux portes des troubles de la personnalité dans "Une Vie volée" (1999) ou convié les spectateurs dans le labyrinthe névralgique et tortueux de son "Identity" de 2002, Mangold traite à nouveau de cette thématique avec une certaine pertinence et un sens du spectacle garanti. Autour d’une intrigue par moment convenue signée par le méconnu Patrick O’Neill, viennent se greffer quelques petites zones d’ombre sous-jacentes que Mangold tisse et exploite avec récurrence avant de nous donner finalement des clés de réponse (plutôt satisfaisantes). Qui est finalement le véritable Roy Miller, le personnage joué par Cruise ? Est-il si siphonné et si irrécupérable qu’on le dit ? Mais quelle est cette étrange maison que notre agent désaxé espionne à travers son portable ? etc.

Tom Cruise & Cameron Diaz

Faisant face à l’homme qui a joué dans le dernier film du géant Stanley Kubrick, la fleur Cameron Diaz a quelque peu flétrie… Avec le temps qui passe, on se sent quand même un peu éloigné, à son égard, des belles années de "Mary à tout prix" (1998), ou plus récemment, des "In her Shoes" (2005) et "The Holiday" (2006) ! Hormis le fait que "Knight and Day" (qui en débarquant sur les affiches francophones a, comme par enchantement, perdu son "K" !?) puisse se résumer en une enfilade de scènes d’action plus qu’honnêtes, nerveuses et relativement bien gérées par un James Mangold qui n’est pas non plus un spécialiste en la matière ; ce long-métrage, en définitif, nous invite (moyennant le prix d’un ticket cinéma) au retrouvaille de deux Sex Symbols hollywoodiens formant ici plus un vieux couple - isolé - que de jeunes mariés qui en sont à leur nuit de noces…

Tom Cruise & Cameron Diaz

Toutefois, inexorablement l’alchimie opère toujours ! Sans être un ersatz vibrant des "Romancing the Stone" ("A la poursuite du diamant vert" - 1984) & Cie., "Knight and Day" demeure un produit divertissant et d’assez bonne facture ; assez difficile de s’en lasser quand on est amateur de ce genre de spectacle ! On pardonnera ainsi quelques égarements visuels lors de certaines scènes d’action & d’autres grossières facilités scénaristiques pour justifier une aventure qui a la bougeotte et qui nous emmène des Etats-Unis en Autriche pour repasser ensuite par l’Espagne ! Le tandem Cruise/Diaz remplit finalement son contrat en insufflant assez de glamour et de panache pour nous servir une réelle "comédie d’action" ou devrait-on plutôt dire une "action-comédie"…

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |