29/10/2006

BORAT découvre l’Amérique

Imaginé un reporter kazakh qui part à la découverte des Etats-Unis. Ca n’a rien d’extraordinaire ! Mais si ce reporter kazakh n’est autre que le déjanté Sacha Baron Cohen (alias Ali G) ça change tout…

21

Né d’une mère israélienne et d’un père gallois, Sacha Baron Cohen est une véritable star en Grande-Bretagne grâce à une sitcom, "Da Ali G Show", entièrement dédiée à son personnage d'Ali G. Les fans de Madonna se souviendront de lui en chauffeur de la diva dans le clip "Music". Il a également figuré dans un des clips musicaux du chanteur jamaïquain Shaggy.

p2

En 2002, Sacha Baron Cohen a même eu l’occasion de porter sur grand écran son personnage d’Ali G dans "Ali G Indahouse".

2

Pour son nouveau film, ce comique hybride a déjà fait grincer quelques dents. Borat a en effet une manière bien particulière de présenter son pays natal le Kazakhstan… La preuve en image…

Cette bande-annonce peu flatteuse a soulevé la polémique auprès des autorités du Kazakhstan. Celles-ci n’ont pas manqué de condamner à mainte reprise l’humour de Sacha Baron Cohen. Il nous reste à imaginer quel regard aura notre héros sur l’Amérique à la sauce Bush & Co. !

Rendez-vous ce 1er novembre pour savoir si la fougue de Sacha Baron Cohen accroche à la poil ou, au contraire, constitue un savoureux mélange d’effronterie et d’humour made in second degré ?

4s

Le moins que l’on puisse dire c’est que Borat semble bien s’amuser aux Etats-Unis !!!

5  7  8

Pourquoi faut-il soutenir ce film ?
Il me paraît intéressant de signaler un détail non négligeable… Les premières scènes du film "Borat" ne sont en fait pas tournées au Kazakhstan mais en Roumanie, plus précisément dans le petit village tsigane de Moroieni (au nord de Bucarest). L’équipe du film, reconnaissante envers les villageois pour leur bon accueil, a offert aux habitants de Moroieni du matériel scolaire (ordinateurs, cartables, livres,…) pour l’école locale. Une action sympathique qui devait être signalée ! (source : AlloCiné).

10s

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Le Labyrinthe de Pan

pans_labyrinth_wallpaper_4_800

En marge des grands remakes horrifiques et fantastiques ("Les Autres", "Massacre à la tronçonneuse", "La Colline a des yeux", "L’Armée des morts",…) qui pullulent depuis plusieurs années, le cinéaste mexicain Guillermo Del Toro a petit à petit fait son nid. Il nous livrera prochainement sa nouvelle œuvre "Le Labyrinthe de Pan".

6

Champion des paris impossibles, Del Toro brille toujours là où on ne l’attend pas. En 2002, il réalise la suite des aventures de "Blade", l’homme-vampire interprété par Wesley Snipes. Del Toro signe incontestablement, avec ce deuxième épisode, le plus beau chapitre de la trilogie "Blade". Deux ans plus tard, notre réalisateur se penche sur un autre anti-héro : "HellBoy", l’enfant du Diable. Avec un budget serré, Guillermo Del Toro nous livre une aventure attachante et personnelle dominée par l’interprétation époustouflante de Ron Perlman (alias HellBoy). Dès 1997, Del Toro se fait connaître du grand public par le "sympathique" (si l’on peut dire) "Mimic"

diableEn 2002, il nous convie à un voyage hallucinant au cœur d’un orphelinat hanté par des fantômes. "L’Echine du Diable" est sans doute, jusqu’à aujourd’hui, l’œuvre la plus marquante de Guillermo Del Toro. Durant la Guerre civile en Espagne, un jeune garçon est envoyé à "Santa Lucia", un établissement catholique pour orphelins. Bien vite, il va découvrir un lourd secret qui hante les murs de l’établissement vétuste. Entre drame historique et thriller fantastique, Del Toro nous offre une partition sans faute.

pans_labyrinth_wallpaper_2_800

Avec son nouveau "Labyrinthe de Pan", ce cinéaste nous replonge dans l’horreur du conflit espagnol mais cette fois en suivant le parcours d’une petite fille dénommée Ofélia (Ivana Baquero).

11

En Espagne en 1944, Carmen (Ariadna Gil) s’installe avec sa fille Ofélia dans la maison de son nouvel époux, Vidal (Sergi Lopez), un capitaine de l’armée franquiste. Ofélia supporte assez mal cette nouvelle vie. Mais tout va changer pour elle lorsqu’elle découvre, aux abords de la maison de Vidal, un mystérieux labyrinthe. Une créature fantastique dénommée Pan, le gardien des lieux, apprend à Ofélia qu’elle n’est autre que la princesse disparue d’un royaume enchanté. Face à son destin, la petite fille va devoir accomplir trois dangereuses épreuves…

3

"Le Labyrinthe de Pan" s’annonce comme l’un des films phares de cette fin d’année. Rares sont en effet les cinéastes qui, comme Guillermo Del Toro (ou Tim Burton bien entendu), jonglent parfaitement entre le réel et l’imaginaire. Après tout, un hymne aux contes fantastiques, ça ne se refuse pas. Vivement le 22 novembre !

pans_labyrinth_wallpaper_1_800

La bande-annonce...

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (2) | |