07/07/2007

DIE HARD 4, ça déchire !

Die Hard 4

Le nouveau film basé sur les aventures explosives du musclé John McClane (Bruce Willis) a déjà remporté une belle part du contrat. Avant la sortie du film (le 4 juillet) les amateurs de sensations fortes ont pu dévorer avec les yeux plusieurs teasers et bandes-annonces pyrotechniques de "Live Free or Die Hard" (en français "Die Hard 4. Retour en Enfer"). Comme ces "mises en bouche" le laissent penser, le nouveau Bruce Willis n’est pas avare en sensations fortes !

La bande-annonce...

"Die Hard 4". Quelques clichés…

Bruce Willis

Bruce Willis, alias John McClaine, n'a pas le vertige !

Timothy Olyphant & Mary Elizabeth Winstead

L'acteur Timothy Olyphant (presque méconnaissable) joue le méchant de service (alias Thomas Gabriel). Ce flibustier va avoir la mauvaise idée d'enlever Lucy, la fille de John McClane, jouée par Mary Elizabeth Winstead. Attention au retour de flamme.

Maggie Q & Justin Long

Maggie Q face au jeune Matt Farrell, un hacker très doué, campé par Justin Long

Die Hard 4

Question : comment dégommer un hélicoptère quand on a plus de balle ? Réponse : il suffit d'envoyer une voiture se cracher sur celui-ci... Elémentaire mon cher Watson !

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |

19/06/2007

Samuel L. Jackson aime les serpents

Black Snake Moan

822731782273178227317star_1_28227321

C’est une certitude : Samuel L. Jackson aime les serpents ! Après avoir affronté des reptiles mortels dans "Des serpents dans l’avion", le voilà dans la peau d’un musicien divorcé dans "Black Snake Moan", une comédie dramatique scénarisée et réalisée par Craig Brewer et co-produite par John Singleton.

Suivant les sensations du Blues (hymne envoûtant parlant d’amour, de désir, et parfois même de vengeance et de meurtre), Craig Brewer tisse une histoire complexe entre deux personnages que tout oppose en apparence. Il y a tout d’abord Lazarus (Samuel L. Jackson), une ancienne star du Blues qui a rangé ses guitares pour l’amour d’une femme qui vient juste de le quitter. Lazarus est contrarié et ça peut se comprendre. A l’autre bout de la ville, il y a Rae (Christina Ricci), une jeune fille souffrant d’un appétit sexuel maladif et considérée comme une "traînée" par les habitants et également par sa propre mère. Ces deux êtres, victimes de l’amour meurtrier et de désirs refoulés, vont se rencontrer dans des circonstances assez particulières. Un beau matin, Lazarus découvre Rae à demi nue, couverte d’ecchymoses et laissée pour morte au bord d’une route presque déserte. L’ex-musicien va tenter de soigner la jeune fille du mal intérieur qui la ronge… Même si pour cela, il doit l’enchaîner !

Samuel L Jackson à gauche

Sexe, esclavagisme, racisme (?),… En flirtant avec des thèmes délicats, "Black Snake Moan" aurait franchement pu se casser la figure. C’est sans compter sur l’interprétation parfaite et (parfois) joyeusement décalée de Samuel L. Jackson et de Christina Ricci. Mis en valeur par un synopsis plutôt "étrange", le film de Craig Brewer suscite inévitablement la curiosité. Dès le début, un certain envoûtement succède aux apprioris...

Samuel L Jackson

Samuel L. Jackson joue à la perfection et prouve qu’il peut aussi bien donner le change dans des rôles formatés "grand public" ou, au contraire, tenir des prestations dans des films plus "indépendants" ou "marginaux". Même si Jackson crève l’écran, c’est sans doute la transformation physique et le nouveau look de Christina Ricci qui est sidérant ! Découverte dans l’enthousiasmant "Les Deux sirènes" (1991) aux côtés de Cher, Winona Ryder et Bob Hoskins, Christina a échangé ses courbes arrondies et ses joues rondes pour un physique amaigri mais certainement pas dénué de charme. Cette métamorphose sautera aux yeux des cinéphiles qui ont pu apprécier le jeu de l’actrice californienne entre autres dans "La Familla Addams" (1992), "Casper" (1995), "Buffalo’66" (1999), "Sleepy Hollow" (2000) ou encore "Monster" (2004).

Christina Ricci

L’alchimie entre ces deux acteurs impeccables fonctionne très bien et est, de plus, renforcée par une histoire solide et inventive qui n’est pas avare en situations plus légères et amusantes. Bien entendu une bonne partie du film joue davantage avec la fibre dramatique et psychologique. "Black Snake Moan" reste toutefois assez "ouvert". Pas totalement sombre et parfois optimiste, ce long-métrage jongle entre film d’auteur et légèreté plus commerciale. Evidemment, on ressent un peu la patte de John Singleton. Producteur sur "Black Snake Moan", ce dernier a aussi réalisé "Poetic Justice" (1994), "Shaft" (2000), "2 fast 2 furious" (2003) ainsi que "Quatre frères" (2005). Que voilà une filmographie joyeusement bigarrée !

Samuel L Jackson & Christina Ricci

Une intrigue particulière, deux têtes d’affiche jouant magnifiquement bien, un zeste d’humour et pas mal de tension très bien accordée par un réalisateur prometteur, "Black Snake Moan" pourrait bien vous séduire. Si vous êtes en plus un amateur de Blues, n’hésitez pas à plonger dans cette fable piquante célébrant une amitié impossible entre un vieux "routard" et une jeune "pousse" qui ne demande qu’à se fixer. Inclassable et vivifiant !

le réalisateur Craig Brewer

La bande-annonce...

Timberlake fait son nid…

Justin Timberlake & Christina Ricci

Après "Longshot" (2000), "Edison" (2006) et "Alpha Dog" (2007), l’acteur-chanteur Justin Timberlake est Ronnie, le fiancé de Rae dans "Black Snake Moan". Habitué à jouer les meneurs dans ses clips vidéo, Justin campe pour le moment des personnages plus sensibles et fragiles dans les films dont il est à l’affiche. Pour "Black Snake…", il interprète un jeune soldat en proie à d’affreuses angoisses. Loin de sa promise, Ronnie ne pense qu’à une seule chose : retrouver la seule femme auprès de laquelle il se sent bien. Belle performance, plus soignée et trouble que, par exemple, celle qu’il avait tenue dans "Edison" où il jouait un jeune reporter confronté à des flics véreux. Justin Timberlake a également prêté sa voix à Arthur, le jeune héritier du trône de Fort Fort Lointain… Vous voyez certainement de quel film je parle… Bien entendu : "Shrek. Le Troisième" !

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |