26/08/2007

BRUCE WILLIS tout-puissant !

DIE HARD 4

8227317822731782273178227317star_1_2

Surveillant sa fille, Lucy (Mary Elizabeth Winstead), dans un quartier universitaire, l’officier John McClane (Bruce Willis) ne se doute pas de la nuit de folie qui l’attend. Il reçoit un appel lui demandant d’escorter un dénommé Matt Farrell (Justin Long) auprès du FBI. Cette mission de routine va dégénérer en un jeu de massacre quand des tueurs surarmés vont s’en prendre à McClane et à son jeune suspect, un hacker qui a trempé, sans le savoir, dans une machination diabolique pour renverser le pays tout entier…

Pour son retour sur grand écran, John McClane affronte des terroristes hackers bien décidé à se remplir les poches. "Die Hard 4. Retour en enfer" ne décevra ni les fans de Bruce Willis, ni les amateurs des précédents volets de la saga "Die Hard".

Bruce Willis

En s’inspirant de l’article "A Farewell To Arms" de John Carlin, le scénariste Mark Bomback ("Constantine") nous a "pondu" une histoire qui fait parler la poudre et respecte dans les grandes lignes la mythologie du héros increvable qui adore foutre en l’air les plans tordus d’infâmes méchants !

Bruce Willis

McClane pousse son célèbre cri de guerre "Yipee-Ki-Yay" ; il est toujours là au mauvais endroit au mauvais moment pour s’attirer des ennuis ; il se sort continuellement de pièges mortels, parfois sadiques et diablement invraisemblables. En l’occurrence, ici, l’une des dernières "grosses" scènes d’action du film (un semi-remorque est poursuivi par un avion de chasse) vaut, à elle seule, le détour.

DIE HARD 4

"Die Hard 4" se plaît donc à revisiter, en grande pompe, les caractéristiques percutantes des bons gros films d’action des années 80. Souvenirs, souvenirs. Le réalisateur Len Wiseman insuffle également son expérience et sa "griffe" à ce long-métrage explosif. Jouant, comme il l’avait fait dans les deux "UnderWorld", sur une ambiance obscure et froide tirant sur le gris-bleu, Len Wiseman mène tambour battant ce suspense simpliste mais percutant et hautement jouissif !

Len Wiseman

Bruce Willis, pour sa part, n’a pas perdu de son aplomb pour camper les justiciers intraitables et increvables. Moins à la masse que dans le précédent "Die Hard. Une journée en enfer" (dans lequel il incarnait un justicier, sur la corde raide, souffrant d’une atroce gueule de bois) Willis revit et semble avoir rajeuni d’une bonne dizaine d’années. Cet acteur est vraiment "Tout-puissant" !!!

Bruce Willis

Dans le rôle du méchant de service, Timothy Olyphant signe un brillant retour à l’avant-scène. Méthodique, glacial et un brun névrotique, Thomas Gabriel, son personnage, succède avec les honneurs à la famille Gruber. Souvenez-vous… Alan Rickman, alias Hans Gruber, et Jeremy Irons, alias Simon Peter Gruber (le frère du premier), avaient campé des "affreux" de grande classe, respectivement, dans "Piège de Cristal" (le premier "Die Hard") et dans "Die Hard 3. Une journée en enfer"...

Timothy Olyphant, à droite, & Mary Elizabeth Winstead

Comme dans ce dernier film, John McClane est affublé, dans "Die Hard 4", d’un improbable partenaire. En 1995, Bruce Willis donnait la réplique à Samuel L. Jackson ; ici, c’est Justin Long qui suit l’intrépide policer. Campant un jeune hacker timoré, Long forme avec Willis un croustillant duo improbable. Quand les opposés s’attirent, les meilleurs tandems se forment !

Justin Long & Bruce Willis

Vous l’aurez compris, "Die Hard 4", en plus de ressusciter le panache et l’explosivité des films d’action d’antan, insuffle une nouvelle dimension à la belle saga de John McClane. Le réalisateur talentueux Len Wiseman et un casting sur-mesure contribuent bien évidemment à la réussite de ce quatrième "Die Hard". Du grand spectacle ! On en reprendrait d’ailleurs bien un petit cinquième pour la route !

Bruce Willis

► Cliquez ici pour voir la bande-annonce de "Die Hard 4"...

Kevin Smith dans "Die Hard 4"...

Kevin Smith

Le cinéaste Kevin Smith ("Clerks", "Jay & Bob", "Dogma") fait une rapide apparition dans ce film sous les traits de "Warlock le Sorcier", un hacker excessivement doué vivant chez sa maman dans un sous-sol dédié, entre autre, aux héros de la saga "Star Wars"… Truculent à souhait !

Cascades et pirouettes à fusion !

Cyril Raffaelli

Si Bruce Willis s’adonne, encore une fois, à la destruction à grande échelle, d’autres acteurs du nouveau "Die Hard" préfèrent exécuter de belles pirouettes. Il est l’un des prêtres tueurs acrobates dans "Les Rivières pourpres 2" & le héros de "Banlieue 13" (2004), elle joue la charmante espionne dans "Mission : impossible III", Cyril Raffaelli et Maggie Q campent, dans "Retour en enfer", deux méchants qui ne craignent pas les cascades les plus folles !

Maggie Q & Justin Long

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |

23/08/2007

PARANOIAK, j’adore !!!

PARANOIAK

82273178227317822731782273178227321

Après avoir joué dans "I, Robot", "Constantine", "Bobby" et "Transformers", le jeune prodige de Hollywood, Shia LaBeouf, nous revient dans "Paranoiak", avant de camper la "progéniture" d’Indiana Jones dans la quatrième grande aventure du célèbre archéologue.

En décrochage scolaire depuis un dramatique accident, Kale (Shia LaBeouf) frappe un de ses professeurs. Ce n’est pas la première fois que l’adolescent se fait remarquer. Il est finalement placé en détention à domicile durant trois longs mois. Après s’être adonné aux passe-temps les plus ridicules, Kate finit par trouver une occupation assez excitante : espionner ses voisins à l’aide de jumelles. Une affaire de disparition, relayée par la presse, va lui mettre la puce à l’oreille : et si son voisin, le discret Monsieur Turner (David Morse), était un serial killer ? Le meilleur ami de Kale, Ronnie (Aaron Yoo), et Ashley (Sarah Roemer), la nouvelle voisine de Kale, sont prêt à croire aussi en la culpabilité de Turner… Mais il faut impérativement, à ces trois jeunes espions, des preuves !

SHIA LaBEOUF & SARAH ROEMER

"Paranoiak" (titre original "Disturbia") est signé D.J. Caruso. Ce réalisateur, méconnu du grand public, a notamment réalisé le correct "Two for the Money", le bon "Taking Lives" et l’excellent "Salton Sea". En regardant de plus près sa filmographie, il est clair que D.J. Caruso est davantage à l’aise lorsqu’il dirige des thrillers mariés, si possible, à d’autres genres (drame émotif ou enquête policière). Avec "Paranoiak", ce réalisateur jongle, cette fois, avec suspense haletant et franche comédie aux accents juvéniles...

SHIA LaBEOUF

Car ne vous y trompez pas : ce long-métrage n’est pas (ou uniquement pas) un remake enfantin du chef-d’œuvre d’Alfred Hitchcock, "Fenêtre sur cour" (1955) avec James Stewart et Grace Kelly. Les scénaristes, Carl Ellsworth et Christopher B. Landon, nous offrent une refonte complète de ce classique. Ils n’en reprennent en fait que l’idée de base : un individu, cloîtré chez lui, observe ses voisins par la fenêtre et découvre que l’un d’entre eux est un tueur. Autour de ce (maigre) synopsis, Carl Ellsworth et son "compère" viennent greffer une touche dramatique intéressante, agrémentée de larges séquences sympathiques, stimulantes et amusantes basées sur la vie d’un gosse déboussolé qui se goinfre de caféine, qui drague sa charmante voisine et qui joue aux jeux vidéo. C’est certes puéril, par moment, mais ce thriller n’en acquiert que plus de goût et d’originalité !

SARAH ROEMER

A l’ouverture, "Paranoiak" captive par la tournure dramatique que prend le récit. Suit la première partie qui s’accorde de bons moments divertissants, farcis de gags et rehaussés par la prestation (encore une fois) magique de Shia LaBeouf. Je l’ai déjà dit mais je le redis : cet acteur est vraiment à suivre ! Dans sa seconde partie, le film de D.J. Caruso repasse brillamment du "côté obscur" en nous plongeant dans un thriller stressant assaisonné d’un soupçon d’horreur...

SHIA LaBEOUF & CARRIE-ANNE MOSS

Le terme "maison de l’horreur" prend alors tout son sens avec au menu cadavres dans les murs, salle de boucherie secrète et cave putride façon basse-fosse livide. Outre Shia LaBeouf, on retrouve également, en tête d’affiche, Carrie-Anne "Trinity" Moss ("The Matrix") ainsi que David Morse ("The Rock", "16 Blocs") dans le rôle du voisin soupçonné d’avoir commis des meurtres atroces…

DAVID MORSE

Pas prise de tête, "Paranoiak" s’apparente davantage à un suspense divertissant et, quoiqu’on en pense, muni d’une bonne dose d’humour qui fait mouche. Après tout, s’amuser en flippant un peu n’a jamais fait du mal à personne !

SHIA LaBEOUF & le réalisateur D.J. Caruso

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |