22/10/2007

L’AMOUR près des fourneaux

No Reservations

82273178227317822731782273178227321

En 2002, la cinéaste allemande Sandra Nettelbeck réalisait "Bella Martha", une comédie dramatique suivant le parcours amoureux d’une "Chef cuisinière" passionnée par son métier. Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que Hollywood revisite cette histoire avec "Le Goût de la vie" ("No Reservations") réalisé par Scott Hicks, un metteur en scène capable d’insuffler beaucoup de romance et de tragédie à ses œuvres. De très beaux films comme "Cœurs perdus en Atlantide" (2002) et "Shine" (1997) sont là pour en témoigner !

"Le Goût de la vie" mêle en fait deux histoires, l’une radicalement tournée vers un romantisme plutôt convenu, l’autre axée sur le drame. Kate (Catherine Zeta-Jones), une femme de fer dans sa prestigieuse cuisine, va perdre sa sœur dans un accident de voiture et va devoir s’occuper de sa nièce. Parallèlement, Kate va vivre une histoire d’amour conflictuelle avec un nouveau cuisinier débarquant dans son "repère".

AARON ECKHART & CATHERINE ZETA JONES

Durant 1h40, Scott Hicks jongle entre ces deux récits avec une certaine finesse, pas mal de poésie, quelques pincées de tendresse et d’humour & avec beaucoup de bonnes intentions. Sans révolutionner la comédie romantique, Hicks nous a préparé une romance dramatique, sous plusieurs aspects, assez légère et franche. Pour obtenir cette recette gratifiante, notre réalisateur a eu le bon goût de ne pas abuser de l’apport de sentiments faciles qui peuvent parfois se révéler fades ou grossiers !

AARON ECKHART & CATHERINE ZETA JONES

Catherine Zeta-Jones, absente du grand écran depuis "La Légende de Zorro" (2005), signe un admirable come-back en campant une cuisinière incisive, instable, violente mais, heureusement, sensible. Malgré un rôle plus effacé, Aaron Eckhart fait mouche à chaque apparition. Après "Thank You for Smoking" et "Le Dahlia noir", il n’y a plus de doute : Eckhart est un merveilleux acteur pouvant jouer, avec le même enthousiasme et la même créativité, sur plusieurs tableaux (très variés).

Abigail Breslin

Née en 1996, à New York, Abigail Breslin confirme tout le bien qu’on pensait d’elle. Epoustouflante dans "Signes" (2002), craquante dans "Little Miss Sunshine", Abigail s’attaque à un rôle pas si évident que cela mais elle réussie toutefois, avec les honneurs, à interpréter une petite fille endeuillée par la disparition de sa mère !

CATHERINE ZETA JONES & AARON ECKHART

Sans aller jusqu’à le comparer au film allemand original, "Le Goût de la vie" distille, avec nuance et sérénité, les ingrédients indispensables à tout grand film. Tragique sans être larmoyant, romantique sans plonger dans la guimauve, "No Reservations" est également à voir pour ses acteurs… Que ce soit pour ses têtes d’affiche (Catherine Zeta-Jones & Aaron Eckhart), pour la jeune et brillante Abigail Breslin ou pour des personnages secondaires fort bien réussis, à commencer par le psychologue de Kate, interprété par Bob Balaban ("La Jeune fille de l’eau", "The Majestic", "Jakob le menteur").

Catherine Zeta Jones & Bob Balaban

La bande-annonce...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |

20/10/2007

100% HOT FUZZ

HOT FUZZ

82273178227317822731782273178227317

Quatre ans après avoir réalisé une comédie débridée consacrée aux zombies, la joyeuse équipe de "Shaun of the Dead" (2003) n’a pas perdu de sa superbe ni de son enthousiasme. "Hot Fuzz", leur nouveau film, sort une nouvelle fois du lot en réinventant la comédie policière (avec un "C" et un "P" majuscules). Ni plagiat burlesque comme les "Scary Movie", ni comédie classique pétrie dans le formol et le déjà-vu, "Hot Fuzz" frappe fort à plusieurs niveaux !

Il y a, tout d’abord, un réalisateur : Edgar Wright. Egalement scénariste sur "Shaun of the Dead" et "Hot Fuzz", Wright nous propose une mise en scène équivalente pour ces deux films. Ceux-ci sont régulièrement entrecoupés de petites séquences incisives, quasi subliminales, donnant du peps à un récit qui, à chaque fois, ne manque pas de sel !

Nick Frost & Simon Pegg

Il y a ensuite des acteurs épatants qu’on a rarement l’occasion de voir. C’est dommage mais, d’un autre côté, ça permet à "Hot Fuzz" de briller davantage dans le prestigieux classement des fictions d’exception ou, si vous préférez, le podium des O.V.N.I. cinématographiques qui frappent fort là où ça fait le plus grand bien : aux zygomatiques !

Simon Pegg

Jouant les petits génies à la solde de Tom Cruise dans le dernier "Mission : Impossible", Simon Pegg retrouve, avec "Hot Fuzz", un rôle de meneur comme celui qu’il avait tenu dans "Shaun of the Dead". Bourré de talent, ne vivant que pour son travail ("Servir et protéger"… et arrêter la racaille), Nicholas Angel, son personnage, se retrouve continuellement entouré de supposés flics qui ne comprennent absolument rien à son engagement viril et à sa ténacité au boulot.

Rafe Spall, Paddy Considine & Simon Pegg

A partir de là, Edgar Wright et ses collaborateurs, Simon Pegg et Nick Frost, ont imaginé une pléiade de situations confuses et caustiques où deux styles de vie s’affrontent : "Prenons le taureau par les cornes" face à "Il fera encore bon demain".

Nick Frost & Simon Pegg

Dégageant une profonde sincérité mêlée à une franche imbécillité, Nick Frost campe le collègue idéal d’Angel. Absolument à l’opposé de la rigueur et du professionnalisme exacerbé de Nicholas, Danny Butterman offrira à son nouveau collègue la possibilité de franchement se détendre en buvant une bonne mousse et en regardant un bon vieux DVD avec des fusillades et tout, et tout. A ce propos : "Point Break" ou "Bad Boys 2" ? On commence par le premier, puis on se regarde le deuxième !

Nick Frost

Suivent Jim Broadbent et Timothy Dalton, l’ancien James Bond, qui jouent juste et bien, ainsi qu’une fameuse bande de moules issue de la police de Sandford : Le Sergent Turner (Bill Bailey), Doris (Olivia Colman), Andy (Paddy Considine) et Andy (Rafe Spall),… Des incompétents de premier ordre qui crèvent littéralement l’écran.

En plus de soignez l'action et les situations loufoques, "Hot Fuzz" bénéficie d’une galerie de personnages particulièrement bien étoffée. Bourré de clins d’œil à toute une série de longs-métrages misant sur l’action ("L’Arme fatal", "Die Hard", "Bad Boys",…), le film d’Edgar Wright s’octroie même l’opportunité de s’interroger sur le bien fondé des milices privées & de la loi du talion qui prennent ici, vous pouvez vous l’imaginer, des proportions dantesques.

Nick Frost, le réalisateur Edgar Wright & Simon Pegg

100% Comédie ! 100% Action ! Avec "Hot Fuzz", rendez-vous au septième ciel du divertissement joyeux et incisif. Ca va déchirer grave !

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |