15/11/2007

GEORGE CLOONEY est Michael Clayton

82273178227317822731782273218227321

Juriste de formation, Michael Clayton (George Clooney) a touché à tout durant sa carrière. Conseiller dans un prestigieux cabinet d’avocats, Clayton n’a pas réussi sa reconversion en patron de bar. Il doit maintenant trouver une belle somme d’argent pour rembourser ses dettes. Comme si ça ne suffisait pas, l’un de ses associés, Arthur Edens (Tom Wilkinson) est en pleine crise de conscience. Représentant une multinationale véreuse, Arthur a découvert un document confidentiel mettant en cause cette entreprise dans l’empoisonnement de centaines de personnes. Par ordre de son supérieur, Marty Bach (Sydney Pollack), Michael est envoyé à la rescousse pour aider Edens à retrouver toute sa tête… Mais son collègue n’est pas prêt de lâcher l’affaire. Clayton va être entraîné malgré lui dans un complot diabolique et menacé de mort !

GEORGE CLOONEY

Tony Gilroy est un scénariste connu et reconnu ! Il a travaillé par trois fois avec le réalisateur Taylor Hackford : sur "L’Echange" (2001), "L’Associé du diable" (1998) et "Dolores Claiborne" (1995). Gilroy a également écrit la trilogie Jason Bourne : "La Mémoire dans la peau", "La Mort dans la peau" et le récent "La Vengeance dans la peau". Voici que Tony Gilroy passe réalisateur avec son premier film "Michael Clayton", tout en n’abandonnant pas la plume : il est également le scénariste de ce film...

GEORGE CLOONEY

Voulant vraisemblablement brouiller les pistes et rendre son histoire encore plus complexe qu’elle n’est, Tony Gilroy mélange avec une certaine aisance la chronologie de l’intrigue. Malheureusement, "Le chemin de l’Enfer est pavé de bonnes intentions" & en optant pour une narration désordonnée, Tony Gilroy complique abusivement son film qui tourne (parfois) un peu en rond.

GEORGE CLOONEY & SYDNEY POLLACK

Emprunt, à la fois, de sobriété et d’un profond charisme marqué par son légendaire faciès charmeur et joliment expressif, George Clooney insuffle beaucoup de classe à un héros finalement assez discret juste bon à réparer les embrouilles ou à payer les pots cassés. C’est vrai ! La vie de son personnage, Michael Clayton, n’est pas transcendantale et est plutôt marquée par de nombreux échecs : plans de carrière foireux, mariage en miette, arnaques familiales,… Cette morosité pèse sur le film enveloppé d’une étrange sensation pessimiste et classicisante.

TOM WILKINSON

Surfant tantôt sur l’espionnage industriel, tantôt sur les enquêtes de prétoire, "Michael Clayton" promet beaucoup pour ne finalement aboutir à peu de chose, si ce n’est le sursaut moral de son héros. Sans jamais rentrer dans un de ces genres, ce long-métrage nage continuellement en surface et grappille, de-ci de-là, quelques idées intéressantes mais connues !

TONY GILROY & GEORGE CLOONEY

Dans le style "Film dénonçant les multinationales inhumaines", on préfèrera sans doute revoir "Thank You for Smoking", plus corrosif et joyeux, ou le "Révélations" de Michael Mann, plus troublant et psychologique. Ni original, ni démodé, "Michael Clayton" est à saluer pour le travail de son réalisation et l’interprétation de ses premiers rôles...

TILDA SWINTON

Répétons-le "Mister George" est, comme à son habitude, impeccable & Tida Swinton joue à merveille la femme d’affaire coincée et peu sûre d’elle. Maléfique "Reine Blanche" dans "Le Monde de Narnia. Chapitre 1", Tida s’est également glissée dans la peau de l’ange Gabriel dans le thriller diabolique "Constantine". Bourlinguant dans pas mal de "superproductions", Tom Wilkinson ("L’Exorcisme", "Valkyrie", "Batman Begins") campe ici à merveille un avocat plongeant dans le délire et saigné par une atroce culpabilité à défendre une multinationale ayant causé la mort d’innocents.

TOM WILKINSON & GEORGE CLOONEY

"Michael Clayton" reste un film prenant et réfléchit qui a toutefois quelques peines à s’animer si ce n’est dans la dernière demi-heure qui nous offre un final, emprunt de déjà vu, mais toujours efficace et appréciable. Si vous aimez George Clooney (mais qui ne l’apprécie pas ?), ce petit thriller ne vous décevra pas trop !

La bande-annonce…

Un extrait…

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |

13/11/2007

THE INVASION, mon avis

822731782273178227317star_1_28227321

Travaillant pour le gouvernement américain Tucker (Jeremy Northam), l’ex-mari de Carol (Nicole Kidman), est tenu d’enquêter sur le mystérieux crash d’un navette spatiale sur le sol des Etats-Unis. Après être entré en contact avec un débris de la navette, Tucker change considérablement de comportement. Durant ce temps, Carol assiste autour d’elle à plusieurs événements étranges : des personnes disparaissent, d’autres s’attaquent aux animaux ou changent radicalement… Aidée par son ami Ben (Daniel Craig) et le docteur Galeano (Jeffrey Wright), Carol tente de percer le mystère. Elle va également devoir protéger son jeune fils contre une effroyable menace. L’humanité est en péril !

Sans sortir l’artillerie lourde ou les effusions de sang à gogo, le réalisateur allemand Olivier Hirschbiegel nous offre un film de science-fiction plutôt réfléchi mais pas dépourvu d’une bonne dose d’angoisse et de suspense. Certes, nous ne sommes pas dans "La Guerre des Mondes", ou dans "Independance Day", mais cela n’empêche par Hirschbiegel de placer, dans son film, quelques séquences pimentées d’un montage plus frénétique.

Jouant avec efficacité la carte du complot international, le réalisateur de "La Chute" ouvre également une réflexion, pas dénuée d’intérêt, sur la violence et le besoin de destruction inhérentes à la nature humaine. Bien entendu, les premières "exactions" gouvernementales (bien réelles celles-là) épinglée par "Invasion", sont celles du Président Bush et de sa "suite".

Surpassant plusieurs longs-métrages s’étant engouffrés dans le genre "Les Martiens haineux débarques en silence sur terre", comme "Les Maîtres du monde" ou "The Astronaut's Wife", "Invasion" jouit de plus de classe que ces précédentes réalisations et monte encore d’un cran grâce un merveilleux casting. "Merveilleux"… surtout pour les yeux, avec une Nicole Kidman rayonnante qui n’a pas oublié ici son talent pour jouer les femmes mi-vulnérables, mi-guerrières.

Daniel Craig, Jeremy Northam et Jeffrey Wright font office de "seconds rôles" de luxe. Sans faire de l’ombre à Kidman, personnage centrale de l’intrigue, nos trois acteurs jouent sereinement et remplissent le contrat sans devoir pousser leur talent (c’est vrai !).

Héritier d’un "sous-genre" qui a rarement fait des étincelles en terme de qualité, ce remake de "L’invasion des profanateurs de sépultures", tiré d’un roman de Jack Finney, est assez divertissant, par moment angoissant, et constitue une brillant "compromis" par rapport à d’autres films plus sanglants comme "28 semaines plus tard" & Cie. Les amateurs de science-fiction flippante et horrifique préféreront sans doute s’abstenir.

►Cliquez sur ce lien pour découvrir la bande-annonce et un extrait de ce film

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |