30/11/2007

La Légende de BEOWULF

BEOWULF

82273178227317822731782273178227321

Le royaume nordique du Roi Hrothgar (Anthony Hopkins) et de la Reine Wealthow (Robin Wright Penn) est la proie d’une créature des enfers : le redoutable Grendel (Crispin Glover). Protégé par une mère démoniaque (Angelina Jolie), Grendel s’attaque à la place forte de Hrothgar à chaque fois que celui-ci festoie avec son peuple. L’arrivée d’un valeureux guerrier dénommé Beowulf (Ray Winstone) va changer les choses : celui-ci se dressera sans peur contre l’infâme Grendel… Mais ce que notre héros ignore c’est qu’il existe des forces encore plus sournoises et dangereuses que Grendel…

Dès la première séquence, le réalisateur Robert Zemeckis donne le ton : son "Beowulf" ne sera pas un simple conte pour ados’ glorificateur et aseptisé de tout réalisme plus terre-à-terre. Non, dans ce long-métrage, on boit, on rote et on est gagné par la peur, la faiblesse et le plaisir de la chair !

BEOWULF

Collant assez bien au récit original de la légende de Beowulf (tiré de la littérature anglo-saxonne du 8e siècle), les scénaristes Roger Avary ("Silent Hill") et Neil Gaiman ("MirrorMask", "Stardust") nous dévoilent avant tout la nature humaine, et donc faible, d’un super héros des temps anciens. Même si il est rythmé par quelques magnifiques scènes de bravoure, le film de Zemeckis s’intéresse également au destin moins glorieux de Beowulf qui, comme le roi Hrothgar, tomba entre les griffes d’une créature démoniaque portant les traits, au combien avantageux, d’Angelina Jolie.

BEOWULF

Finalement l’intrigue, assez légère et trop cyclique, ne brille guère et ce sont les effets visuels et la maîtrise de Robert Zemeckis qui offrent à "La Légende de Beowulf" ses lettres de noblesse. En effet, la technique de "Performance Capture", déjà exploitée par Zemeckis dans l’enfantin "Pôle Express", donne une sublime dimension (c’est le cas de le dire !) à cette aventure épique qui a le bon goût de ne pas aller singer les grands "standards" de la catégorie ("The Lord of the Rings", en tête).

BEOWULF

Mêlant courage, honneur, bravoure, etc. à des concepts moins ragoûtants, "Beowulf" dépeint une société ancestrale païenne, habituée aux excès en tout genre, qui voit s'étendre l’emprise du Christianisme sur ses terres. Dans un contexte historique détaillé sans grandes concessions, "Beowulf "est également nourri d’images plus abominables et horrifiques… Un spectacle donc à réserver aux plus grands, qui s’accompagne néanmoins de quelques infimes moment d’humour (du moins au début du film).

BEOWULF

La bande-annonce...

Un extrait...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

29/11/2007

DETROMPEZ-VOUS !!!

82273178227317822731782273218227321

Lionel (François Cluzet) est marié à Lisa (Mathilde Seigner) & Carole (Alice Taglioni) est l’épouse de Thomas (Roschdy Zem). Tout va bien pour ces deux couples en apparence et pourtant… Lisa et Thomas ont une relation extraconjugale ! Devinant par le plus grand des hasards cette relation, Lionel et Carole vont décider de contre-attaquer pour sauver leur mariage. Notre duo de choc va vite apprendre que pour gagner une bataille, il faut se battre et même user de coups bats !

Avec "Détrompez-vous", Bruno Dega et Jeanne Le Guillou réalisent un charmant film essentiellement basé sur l’amour fugace et les petites tromperies entre couple. Rien d’extravagant donc ou rien auquel on ne soit pas déjà habitué ! Pourtant "Détrompez-vous" apparaît comme un très bon divertissement rassemblant, il est vrai, des acteurs et actrices qui ont déjà bien fait leur nid dans le cinéma français.

Né en 1955 à Paris, François Cluzet restera certainement dans les anales du cinéma français pour avoir été la star du prodigieux thriller de Guillaume Canet, intitulé "Ne le dis à personne" et tiré du roman homonyme de l’américain Harlan Coben. Bien entendu, la carrière de cet acteur incomparable, pourtant de nature si discrète, ne se limite pas à ce film ! Cluzet s’est, par exemple, exporté plus d’une fois à l’étranger. Il a notamment joué dans le "French Kiss" (1995) de Lawrence Kasdan, aux côtés de Jean Reno, Meg Ryan et Kevin Kline, ou encore dans "Prêt-à-porter" du regretté Robert Altman.

Dans "Détrompez-vous", François Cluzet campe avec finesse et une subtile ironie un mari à la dérive qui ne sait plus comment faire pour récupérer l’amour de son épouse jouée par Mathilde Seigner. Probable "Calamity Jane" dans le futur "Lucky Luke" de James Huth, Mathilde Seigner joue Lisa dans "Détrompez-vous". Lisa n’a dieu que pour son amant Thomas et délaisse un mari qui lui paraît être devenu bien fade avec les années. On se souviendra que dans le décapant "Camping" de Fabien Onteniente, Mathilde Seigner interprétait déjà une épouse malheureuse… Excepté que dans ce film, c’est son personnage qui était cocufié !

Précédemment à l’affiche de "Mauvaise foi", avec Cécile de France, qu’il a lui-même réalisé, Roschdy Zem a joué dans le film évènement "Indigènes". Dans "Détrompez-vous", il campe un amant sportif, massif, intelligent mais fâcheusement désarçonné par les tentatives désespérées de son épouse (Alice Taglioni) pour le faire revenir dans le droit chemin du mariage. Playmate dans "La Doublure" et dans "L’Ile aux trésors", Alice Taglioni surprend dans ce long-métrage en devenant, pour l’occasion, une mère de famille, genre vieille fille, portant des œillères aux yeux. Un rôle diamétralement opposé par rapport à ses dernières performances où elle campait, sans pousser son talent, la femme fatale par excellence. Un changement de registre bienvenu qui fait mouche !

Avant ce film, Bruno Dega était surtout connu comme scénariste. On lui doit notamment l’histoire de "Restons groupés" (1998), une comédie entre la France et les Etats-Unis, signée Jean-Paul Salomé, avec Emma de Caunes, Samuel Le Bihan et Bruno Solo. Scénariste sur son "Détrompez-vous", Bruno Dega a également écrit certains épisodes de séries TV : "L’Instit", "Une Femme en blanc" et "Fête de famille". Jeanne Le Guillou a également travaillé sur cette dernière série. Elle a part ailleurs écrit le scénario de "Désaccord parfait" (2006), un film d’Antoine de Caunes, rassemblant Jean Rochefort et Charlotta Rampling.

Alice Taglioni et François Cluzet

Outre des dialogues qui font mouche, "Détrompez-vous" bénéficie de davantage de soin qu’une banale comédie à l’eau de rose… D’autant plus que ce long-métrage n’est pas dépourvu de quelques jolis quiproquos et de situations la plus part du temps gentiment cocasses ! Bref, "Détrompez-vous" est une petite comédie française sans prétention rehaussée par un casting de rêve dans tous les sens du terme. A voir… Entre amoureux, si possible !

François Cluzet, Mathilde Seigner, Roschdy Zem et Alice Taglioni

Les bandes-annonces...


Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |