12/01/2008

ALIENS vs. PREDATOR Requiem

AVP R82273178227317822731782273218227321

Un vaisseau spatial Predator s’écrase à proximité d’une petite ville américaine. Les Aliens, détenus dans cette navette, profitent du crash pour s’échapper dans la nature et pour proliférer en attaquant les autochtones… Le Shérif Morales (John Ortiz) et un ex-détenu, Dallas (Steven Pasquale), vont être confrontés à une invasion terrifiante d’Aliens assoiffés de sang. Alerté de cette situation, un Predator se rend sur Terre pour annihiler le pullulement de ces horribles E.T.

La filiation entre cet "Aliens vs. Predator Requiem" et le premier film, réalisé en 2004 par Paul Anderson, est assez mince. Seul le début de ce deuxième opus fait directement référence à "AVP", premier du nom, en reprenant là où se clôturait le premier long-métrage, à savoir quand un Alien éclate la cage thoracique d’un Predator, à l’intérieur même d’un vaisseau Predator quittant la Terre.

Le Predator

Hormis cela, "AVP 2", par sa forme et son arrogance dans le traitement de certaines scènes bien sanglantes, diffère franchement du premier volet réunissant déjà deux "monstres" (dans le sens premier du terme) sacrés du cinéma d’anticipation. Trop aseptisé pour contenter les fans, le travail honorable d’Anderson, sur le film initial, avait plutôt laissé un goût amer. Dans ce sens, "AVP 2" rectifie franchement le tir en offrant une déferlante de sang. On pourrait trouver que cette débauche de scènes violentes qui rompt avec la formule "on devine plus qu’on ne voit", "désacralise" d’une certaine façon le mythe "Alien" et "Predator" mis en évidence, dans leur franchise respective, par de très grands films comme notamment les "Aliens" (1986) de James Cameron et le "Predator" (1987) de John McTiernan avec Arnold Schwarzenegger !

Le PredAlien face au Predator

Côté casting, pas de grandes stars "au menu" bien qu’il y ait quelques sympathiques bouilles. Les personnages de ce deuxième "Aliens vs. Predator", restent toutefois trops stéréotypés et ne font certainement pas de l’ombre aux créatures du film. C’est peut-être là une grave erreur ! Il est clair que les précédents longs-métrages qui se basaient sur le concours de gros bras comme Schwarzenegger ou sur celui de Sigourney Weaver, pour la saga "Alien", avaient justement plus à offrir qu’une simple "altercation" entre des E.T. Ce constat ne remet, ici, pas en cause le travail, fort honorable, de Colin et Greg Strause.

Colin Strause & Greg Strause, les frères réalisateurs

Les nombreux combats entre Aliens et (un) Predator sont assez bien rythmés, parfois ingénieux et enrichis par de bons effets spéciaux. A la différence (encore) de "AVP", il y a dans ce deuxième volet une petite surprise… de taille ! Dans "Alien 3", le réalisateur David Fincher mettait en scène un premier hybride Alien (croisé avec un chien). Dans "AVP R", les frangins Strause mettent le paquet sur une nouvelle créature, toujours plus hideuse et puissante, appelée PredAlien qui constitue, vous l’avez certainement compris, un croisement entre l’Alien et le Predator. Il suffisait d’y penser !

Le PredAlien

Ce nouveau monstre dispose, par exemple, d’un moyen de reproduction bien répugnant. Les amateurs d’épouvante apprécieront certainement… Avec des images chocs, du sang à gogo et de bons effets spéciaux, "AVP R" surpasse son prédécesseur en rentrant davantage dans le lard & en épargnant personne, ni femme, ni enfant ! On regrettera cependant une intrigue excessivement simpliste, reprenant, sans trop se fouler, le schéma classique des invasions extraterrestres dans les petites villes profondes américaines. On a déjà vu cela des centaines de fois mais, il est vrai, que ce film reprend quelque peu son souffle, dans la seconde partie, lorsque les Aliens sortent des égouts pour infester et "piller" un centre urbain.

Le PredAlien & le Predator

Un finale à la "Resident Evil 2", qui sent le déjà-vu à plein nez et qui est, en plus, assez prévisible, vient ponctuer, assez mollement, ce bon film de science-fiction lorgnant, sans honte, sur un genre horrifique des plus ragoûtants. Vous connaissez certainement la musque : "âmes sensibles s’abstenir". Ne ratez surtout pas "Aliens vs. Predator Requiem", si vous avez aimé le premier chapitre. Il n’y a pas de honte à en redemander !!! Alors, l’"AVP 3", c’est pour quand ?

Bienvenue sur la planète des Predators

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

10/01/2008

30 jours de nuit pour les VAMPIRES !

30 jours de nuit

Comment ne pas se réjouir de retrouver le beau Josh Hartnett ("Pearl Harbor", "Slevin", "Le Dahlia Noir") dans un film de vampires produit par le vénérable Sam Raimi, le papa de "Spider-Man" !?! Malheureusement, ceux qui auraient vu dernièrement en DVD le lamentable "Rise" - produit également par Raimi -, seraient davantage plus méfiants ! En effet, "Rise : Blood Hunter" peut être qualifié, dans les grandes lignes, de piètre film pseudo-horrifique mettant en scène des pseudo-suceurs de sang et plagiant ouvertement l’intrigue de "Blade" avec certes moins de panache et d’efficacité !

30 jours de nuit

"30 jours de nuit", on l’espère, sortira les crocs pour nous offrir quelques belles frayeurs. D’après les premières photos et les bandes-annonces disponibles, l’horreur et le sang sont au rendez-vous… Une bonne chose en soi vu qu’il s’agit tout de même d’un spectacle 100% vampires. Entre parenthèse, ceux-ci sont vraiment gâtés...

30 jours de nuit

En effet, "30 jours de nuit" se déroule en Alaska. Là-bas, dans le petit village isolé de Barrow, comme chaque hiver, la population est privée de soleil durant un mois. Ce sont nos buveurs de sang qui vont être ravis ! Ils vont avoir l’occasion de décimer le village tout entier durant 30 jours, Non Stop ! Dans ce carnage, un petit groupe d’humains va tenter de survivre en attendant patiemment le retour du soleil…

30 jours de nuit

Outre Hartnett, on retrouve, en tête d’affiche, Melissa George ainsi que Ben Foster. Tueur sanguinaire dans "Otage" (2005), avec Bruce Willis, Foster a également participé à l’aventure "X-Men" en incarnant, en 2006, Archangel dans le "X-Men 3" de Brett Ratner. On a pu le voir récemment dans la peau d’un jeune désaxé dans l’honnête "Alpha Dog". Melissa George connaît bien les suspenses intenses. Elle a, en effet, joué dans "Touristas", un thriller horrifique de John Stockwell, sorti dans les salles belges cet été & toujours inédit en France.

30 jours de nuit

Derrière la caméra de "30 jours de nuit", on retrouve le réalisateur de "Hard Candy", David Slade, qui met en scène ici son deuxième long-métrage. Ce film s’inspire d’un roman graphique éponyme écrit par Steve Niles et dessiné par Ben Templesmith. Vous l’avez certainement remarqué mais ce genre d’adaptation fait fureur à Hollywood depuis un certain "Sin City", suivi de très prêt par "300", le prochain "Wanted" & Cie.

30 jours de nuit

"30 jours de nuit", en V.O. "30 Days of Night", est dès maintenant à l’affiche des cinémas belges et français.

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |