24/01/2008

DETENTION SECRETE / RENDITION

Détention secrète822731782273178227317star_1_28227321

Anwar El-Ibrahim (Omar Metwally), un ingénieur d’origine égyptienne vivant aux Etats-Unis et marié à une américaine, Isabella (Reese Witherspoon), est arrêté à sa descente d’avion par des agents américains. Anwar est soupçonné d’être l’un des auteurs d’un attentat sanglant survenu, il y a peu, en Egypte. Attaché depuis quelques mois à la C.I.A., Douglas Freeman (Jake Gyllenhaal) a été directement confronté à cet acte terroriste et a d’ailleurs perdu l’un de ses collègues. Pour l’une des responsables du gouvernement américain, Corrinne Witman (Meryl Streep), il ne fait aucun doute qu’El-Ibrahim est coupable ! Ce dernier est envoyé en secret dans une redoutable prison égyptienne. Son épouse, Isabella, va tenter l’impossible pour découvrir ce qui est arrivé à son mari…

Omar Metwally (au centre)

L’histoire de "Détention secrète" se base sur le programme "Extraordinary Rendition", un système de détention secrète qui aurait été initié, aux USA, sous l’ère Clinton. L’application de ce "Rendition" permet aux agents de la CIA d’arrêter et d’incarcérer, en toute "illégalité", des individus soupçonnés de nuire à la sécurité du pays. Ceux-ci sont alors envoyés dans des prisons américaines basées notamment en Orient, dans lesquelles la torture n’est pas interdite !

Jake Gyllenhall

Malgré l’épineux sujet abordé dans ce long-métrage, le scénariste Kelly Sane et le réalisateur Gavin Hood ne se lancent pas dans un film foncièrement "engagé". Une certaine "neutralité" émane ainsi directement de ce "Détention secrète" qui propose de suivre les "acteurs", directs et indirects, d’un attentat survenu au Caire.

Zineb Oukach & Mohammad Khouas

Jeune musulman endoctriné dans une soi-disant "Guerre sainte contre l’Occident", cibles, victimes du système "Rendition", gouvernants américains intransigeants, agents de la CIA sur le terrain,… "Détention secrète" brasse large en suivant, avec une certaine rigueur et partialité, ces différents personnages.

Reese Witherspoon

Malheureusement, ce genre de traitement, façon "chassé-croisé", implique également certaines concessions ! Meryl Streep, Alan Arkin ou J.K. Simmons, des acteurs de "renom" employés dans ce film, bénéficient de peu de temps pour réellement étaler tout leur professionnalisme. A ce titre, Jake Gyllenhaal, Reese Witherspoon, Peter Sarsgaard & Omar Metwally ont davantage la possibilité de s’exprimer et d’offrir, chacun à leur tour, une composition sans faille.

Meryl Streep

Agent novice auprès de la CIA basée en Egypte, l’épatant Jake Gyllenhaal navigue sans le moindre problème entre "employé" désabusé, tiraillé par sa hiérarchie, et spectateur contre son gré d’un interrogatoire atroce et inhumain. Abonnée tout un temps aux divertissements nunuches, Reese Witherspoon, depuis "Walk The Line", démontre qu’elle est aussi à l’aise dans des rôles franchement plus mâtures. Gyllenhaal / Witherspoon : deux nouvelles grandes performances !

Alan Arkin

A mi-chemin entre "Syriana" (2006) - pour son chassé-croisé entre divers protagonistes - et "Le Royaume" - pour sa mise en scène soignée et son sujet sensible -, "Détention secrète" creuse son nid… Ce long-métrage, posé et réfléchi, apparaît, au final, des plus acceptables & gagne, de surcroît, en puissance à mesure que l’intrigue déroule et que le dénouement final, assez étonnant et inattendu, se précise.

Peter Sarsgaard

Le metteur en scène Gavin Hood n’est pas ici pour jouer les Michael Moore & c’est avec beaucoup de nuance et un certain sens de l’objectivité, qu’il tisse une double intrigue en filmant, d’une part, la vie de jeunes égyptiens confrontés à l’intégrisme radical &, d’autre part, le calvaire d’un ressortissant égyptien persécuté par une Amérique lobotomisée, intraitable, même inhumaine, suite aux attentats du 11 septembre. Le mal engendre le mal !

Igal Naor

Seul bémol important, répétons-le : à force de vouloir toucher à tout, "Détention secrète" est tenu de faire des choix et, par conséquent, de raboter certaines de ces intrigues secondaires ou de minimiser l’impact de certains grands acteurs à l’affiche. Sans tomber dans les travers complexes d’un "Syriana", par exemple, "Détention secrète" favorise le relationnel plutôt que les questions géopolitiques. Ce traitement est payant et permet au film d’offrir une réelle et profonde dimension humaine. Le travail du réalisateur du futur "X-Men Origins : Wolverine" est également à saluer.

Reese Witherspoon

La bande-annonce…

Acteurs engagés !

JAKE GYLLENHAAL & PETER SARSGAARD

Même si la formulation générale de "Détention secrète" reste assez neutre et partial, certains acteurs de ce long-métrage ont déjà participé à plusieurs tournages pointant directement du doigt les actions du gouvernement américain, ou de la politique US à l’étranger comme à l’intérieur de ses frontières. Meryl Streep, notamment, n’a pas peur de camper de véritables "dictateurs" liés à la politique américaine. C’est le cas dans le thriller de Jonathan Demme : "Un Crime dans la tête" (2004). Récemment, on a pu également la voir aux côtés de Tom Cruise et de Robert Redford dans "Lions et agneaux". Jouant les victimes (d’une certaine manière) de la hiérarchie politisée dans "Détention secrète", les acteurs Jake Gyllenhaal et Peter Sarsgaard ont, auparavant, partagé l’affiche de "Jarhead. La fin de l’innocence". Ce film coup de poing de Sam Mendes, sur la guerre en Irak, retrace le calvaire psychologique de plusieurs jeunes américains embarqués dans une guerre à forte consonance pétrolière !

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

22/01/2008

7h58 ce samedi-là…

82273178227317822731782273218227321

Deux frères que tout oppose, Andy (Philip Seymour Hoffman) l’ainé et Hank (Ethan Hawke) le cadet, se lancent dans le braquage d’une petite bijouterie familiale. Le pire dans cette histoire, c’est que ce commerce appartient ni plus ni moins aux propres parents des deux frangins. Comme on pouvait s’en douter, le coup dérape et nos deux lascars vont devoir payer les pots cassés. Attention, certaines têtes vont devoir tomber !

A passé 80 ans, le cinéaste Sidney Lumet ("Serpico") persiste et signe à nouveau dans le polar. Après avoir dirigé Vin Diesel dans une improbable comédie mafieuse, "Jugez-moi coupable", Lumet retourne à ses plus grands amours avec "7h58 ce samedi-là" ("Before the Devil Knows You’re Dead"), un polar à l’ancienne qui offre quelques bonnes surprises mais qui pâti également d’une pâte parfois trop classique pour ne pas dire "vieillotte".

Philip Seymour Hoffman & Ethan Hawke

Sidney Lumet sait en tout cas très bien s’entourer. Ce nouveau film compte quand même la participation d’acteurs talentueux et de renom comme Philip Seymour Hoffman, Ethan Hawke, Marisa Tomei, Albert Finney, Amy Ryan ("Gone Baby Gone") ou encore Rosemary Harris (la grand-mère de "Spider-Man").

Albert Finney

Avec une chronologie du récit bouleversée et faussée, Lumet prend un malin plaisir à brouiller les pistes. Ce contrôle forcé du déroulement de l’intrigue laisse toutefois au spectateur le loisir de réfléchir aux données du problème et d’aller de surprise en surprise. Ce traitement est payant et offre un surplus d’intérêt à ce drame familial, tournant finalement à la fusillade névrotique… Rassurez-vous : on est assez loin quand même des Pans’Pans à tout va, façon "Les Infiltrés".

Philip Seymour Hoffman

Dominée par la Trahison avec un grand "T", l’histoire, assez simple du reste, écrite par Kelly Masterson, prend ainsi un certain peps ! L’improbable tandem Philip Seymour Hoffman / Ethan Hawke fonctionne correctement sans toutefois jamais faire des étincelles. C’est peut-être l’un des plus importants problèmes de ce "7h58 ce samedi-là" : malgré un titre et un synopsis accrocheur & un brillant casting, ce long-métrage prend trop tardivement le large, sans jamais efficacement brillé.

Ethan Hawke

Seul le montage, répétons-le, vaut vraiment le détour. Manquant un peu de modernité (dans son cadrage notamment) et d’énergie, "7h58 ce samedi-là" pourrait en décevoir plus d’un. Toutefois, le cachet "film noir d’une autre époque" est bien présent & comblera certainement les attentes des amateurs de bons polars à l’ancienne que les effets pyrotechniques et les rythmiques psychédéliques indiffèrent !

Ethan Hawke, Albert Finney & Marisa Tomei

Un film honnête et sincère qui manque de piquant même si les charmes certains de Marisa Tomei font ici bonne figure…

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |