01/07/2008

LE MONDE DE NARNIA : Prince Caspian

Prince Caspian

82273178227317822731782273178227321

Un an s’est écoulé depuis les fantastiques aventures des enfants Pevensie au pays enchanté de Narnia. Revenus dans notre monde, nos jeunes "Rois et Reines" se font progressivement à l’idée qu’ils ne reverront sans doute plus Aslan et leurs amis quand… Soudain… ils sont à nouveau "précipités" à Narnia. Les choses ont bien changé là-bas en leur absence ! En effet, plus d’un siècle c’est écoulé et le pays est maintenant placé sous le joug des Telmarins, des hommes pourchassant inlassablement les créatures fantastiques de Narnia. Un Prince (Ben Barnes), prénommé Caspian, pourra toutefois peut-être ramené la paix entre les deux communautés !? De nouvelles aventures, toujours plus dangereuses, attendent Lucie, Edmund, Susan et Peter…

Georgie Henley, William Moseley, Ben Barnes, Anna Popplewell et Skandar Keynes

A la différence du premier "Chapitre", des plus alléchants, on peut dire que la douce époque du Père Noël est révolue dans ce "Monde de Narnia : Le Prince Caspian" ! En effet, tout en voilant la moindre effusion de sang, le réalisateur Andrew Adamson lance ses petits protégés, Georgie Henley (Lucie), Skandar Keynes (Edmund), Anna Popplewell (Susan) et William Moseley (Peter), dans une grande bataille contre les Telmarins...

William Moseley

Au menu donc, exploration de ruines, conflits familiaux et royaux et beaucoup d’action se mouvant en séquences de combat rondement menées. A ce petit jeu, "Le Monde de Narnia 2" perd un peu de la candeur magnifiquement insufflée au premier film, pour se parer d’une toile dramatique plus solide enrôlée, répétons-le, dans de belles "symphonies guerrières" où les glaives s’entrechoquent et où le compositeur Harry Gregson-Williams s’en donne, une nouvelle fois, à cœur joie !

Anna Popplewell et Georgie Henley

Bien que quelques aménagements sont à noter au niveau de l’adaptation sur grand écran, les scénaristes Steve McFeely, Christopher Markus ("You Kill Me") et Andrew Adamson (ces deux derniers avaient déjà signé l’intrigue du premier film) respectent en grande partie le récit initial de l’auteur à succès C.S. Lewis, grand ami - pour la petite histoire - d’un certain Tolkien (ceci explique peut-être cela).

Aslan

Co-scénariste, réalisateur et producteur, Adamson, de son côté, n’hésite pas à prendre son temps et à nous mijoter un long(-long)-métrage de 2h30 qui fait incontestablement durer le plaisir… visuel et narratif ! Si vous souhaitez retrouver quelque peu l’innocence et la vertu du premier "Monde de Narnia", le personnage de Lucie, joué par Georgie Henley, vous paraîtra des plus attachants.

Skandar Keynes

Edmund et Susan restent, une nouvelle fois, un peu plus en retrait par rapport à Peter, dit "Le Magnifique", qui se taille une belle part du lion. La psychologie et les motivations de ce dernier ont été tout particulièrement bien potassées & l’acteur William Moseley est bien là pour, tantôt, jouer les grands adolescents fiers et égoïstes rêvant d’un trône imaginaire (perdu ?) & pour, tantôt, interpréter un grand frère prévenant et courageux.

Ben Barnes et William Moseley

Même si les quatre stars du premier volet occupent ici toujours une importante place à l’écran, Ben Barnes, dans la peau du Prince Caspian, a également le loisir de composer les jeunes héritiers du trône toujours en quête de justice et de compréhension. Nuançant les belles et grandes inspirations de ses héros, par leurs actes et leur état d’esprit faillibles, Andrew Adamson donne de la contenance, par la même occasion, au film.

Peter Dinklage et Warwick Davis

Soulignons également que ce divertissement a la chance de compter également dans ses rangs la présence de Peter Dinklage ("Jugez-moi coupable", "Joyeuses funérailles") et d’une belle bande de Telmarins avec Sergio Castellitto (Le Roi Miraz) et Pierfrancesco Favino (Le Général Glozelle) en tête de liste ! Les Telmarins, parlons-en justement… Si, par rapport au livre, l’accent "oriental" de ce peuple est moins souligné, "Le Monde de Narnia : Le Prince Caspian" s’attache à décrire plutôt une espèce de "Reconquista" à l’espagnol où la traîtrise et les "coups d’état" sont légion ! Transposition intéressante avec l’histoire des grands "conquérants" du début des Temps Modernes !

Prince Caspian

En 2h30, Andrew Adamson, reconnu pour avoir mis en musique les folles aventures pétillantes de "Shrek", prend son temps et soigne la manière pour nous offrir une belle et grande aventure fantastique dans la plus pure tradition hollywoodienne. Intelligent, ménageant le spectacle et des effets spéciaux toujours un peu plus soignés, "Le Monde de Narnia. Chapitre 2" pourrait être comparé à un péplum d’Heroic Fantasy où les gladiateurs romains sont ici de jeunes adolescents courageux (mais aussi) faillibles, toujours en quête de justice et de miséricorde. Un bon exemple à suivre… Production "Walt Disney" oblige !

Ben Barnes

La bande-annonce…

Le Monde de Narnia - Chapitre 2 :  Le Prince Caspian - Jubii TV
Le Monde de Narnia - Chapitre 2 : Le Prince Caspian - Jubii TV

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

HULK, l’incroyable film !!!

L'Incroyable Hulk

8227317822731782273178227317star_1_2

Redorant, avec les félicitations du jury, les aventures sur grand écran du célèbre géant vert de "Marvel", "L’Incroyable Hulk" et son réalisateur Louis Leterrier font oublier les mauvaises vibrations du premier essai hollywoodien de 2003 tenté par Ang Lee.

Zappant, le temps d’un générique, la première transformation du professeur Bruce Banner en Hulk et sa fuite désespérée pour échapper à l’intraitable Général Ross, "L’Incroyable Hulk", sans être la suite du bide de ‘03, demandera aux spectateurs de connaître le minimum syndical sur ce super héros emblématique. Pour se faire, il ne serait, par exemple, pas mal de voir quand même le long-métrage de Lee ou, du moins, de savoir que Hulk est le résultat d’expériences militaires qui ont mal tourné et qui ont transformé Bruce Banner en une boule de nerfs géante, verte et incontrôlable...

EDWARD NORTON

Dilemme quand tu nous tiens : Hulk doit échapper au Général Thaddeus E. Ross qui n’est autre que le père de la petite amie de Bruce : Betty Ross. Voilà, maintenant que les présentations sont faites, nous pouvons commencer… "L’Incroyable Hulk" débute en Amérique du Sud. C’est là que Banner (Edward Norton) se cache tout en espérant trouver un antidote à son mal. Malheureusement pour lui, le Général Ross (William Hurt) découvre sa cachette et envoie de redoutables militaires à sa poursuite.

TIM ROTH

C’est ainsi que le féroce soldat Blonsky (Tim Roth) rentre dans la bataille. Espérant coincer Hulk par tous les moyens possibles, ce dernier s’entend avec Ross pour suivre un traitement de choc le transformant, peu à peu, en un super soldat… Durant ce temps, recherché par l’armée américaine, Bruce, avec l’aide réconfortant de Betty (Liv Tyler) fouille dans son passé dans l’espoir de retrouver une vie normale...

LIV TYLER

S’orientant vers une course-poursuite endiablée de presque 2 heures, "L’Incroyable Hulk" soigne le spectacle avec une mise en scène au poil du français Louis Leterrier ! Si l’action et des effets spéciaux alléchants sont bien au rendez-vous, le film de Leterrier puise sa force dramatique, et une certaine élégance, dans un casting des plus brillants dans lequel domine la Belle (Liv Tyler), la Bête (Edward Norton) et la vraiment grosse méchante Bête (Tim Roth).

THE INCREDIBLE HULK

Ce n’est pas un secret pour les cinéphiles qui l’ont déjà vu à l’œuvre, mais Roth excelle au plus haut point lorsqu’il doit jouer les beaux salopards de service. Il est ici toujours aussi impeccable dans la peau d’un soldat sacrifié qui devient accro’ à un sérum développant la puissance physique et la démence ! Avec son regard pénétrant et sa générosité à l’écran, Edward Norton joue à merveille les "animaux traqués" combiné à un homme cherchant, en lui, une paix intérieure (illusoire ?).

WILLIAM HURT

Liv Tyler, pour sa part, renoue à merveille avec un rôle diablement plus puissant. Entre charme, sensibilité et courage, Liv campe une jeune femme aimante doublée d’un sacré tempérament "maternel" et héroïque ! Des plus rythmés, nous octroyant des scènes intenses de combat flirtant avec d’autres séquences plus intimistes et magistralement menées, l’intrigue de "L’Incroyable Hulk" est signée Zak Penn, un habitué des grands rendez-vous de super héros pour avoir déjà travaillé sur les scénar’ des deux derniers "X-Men".

EDWARD NORTON

Faisant oublier, sans grande difficulté, le "Hulk" de 2003, Leterrier se permet même de glisser quelques petits pics d’humour bienvenus dans un divertissement de haut vol déjà alimenté par une bonne trame dramatique et de solides scènes de bravoure. A n’en pas douter, "Marvel" signe, après l’excellent "Iron Man", un nouveau film pop-corn de génie ! Enfin l’un des personnages les plus importants et les plus emblématiques des Comics ‘ricains n’a plus à rougir devant la caméra… Et cela, on le doit en grande partie à l’œil incisif de Louis Leterrier et aux prestations impeccables d’acteurs confirmés. Quand Hulk rime enfin avec succès, c’est "L’Incroyable Hulk" !

THE ABOMINATION

La bande-annonce…

L'Incroyable Hulk - Jubii TV
L'Incroyable Hulk - Jubii TV

Hulk, ou quand les "Guest Stars" se bousculent…

Robert Downey Jr

Avant le générique final de "L’Incroyable Hulk", Robert Downey Jr. - toujours sur nos écrans dans la peau du justicier Iron Man - fait une croustillante (petite) apparition dans la peau de l’élégant industriel Tony Stark. Celui-ci vient proposer une offre des plus alléchantes au Général Thaddeus. Ne rater pas non plus le passage éclair, devant l’écran, du papa de Hulk, le roi des Comics "Marvel" : Stan Lee. Celui-ci a le malheur de se désaltérer, dans ce long-métrage, avec un soda étrangement infecté… Gardien de sécurité dans le "Hulk" de 2003, Lou Ferrigno rempile à ce poste dans le film de 2008. Il prête aussi sa voix au nouveau géant vert, lui qui avait offert sa massive carrure au héros de "Marvel" dans la série TV des années ‘78-81.

Stan Lee et Lou Ferrigno

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |