17/07/2008

M. Night Shyamalan, moins phénoménal

The Happening - Phénomènes

82273178227317star_1_282273218227321

Impayable pour sonder du fantastique au cœur même des choses les plus anodines et quelconques de la vie, le doué M. Night Shyamalan nous revient avec "Phénomènes" ("The Happening"), un film qui, malgré tout le talent et la bonne volonté d’un réalisateur d’exception, ne parvient pas à emballer le spectateur ; chose que des "Sixième Sens" (2000), "Incassable" (2000), "Signes" (2002), "Le Village" (2004) et "La Jeune fille de l’eau" avaient, sans doute, nettement mieux réussis !

Soudainement, en plein cœur de New York, des hommes et des femmes se suicident sans la moindre explication logique… Professeur de science dans un Collège de Philadelphie, Elliot Moore (Mark Wahlberg) et son épouse Alma (Zooey Deschanel) décident de quitter la ville dans l’espoir d’échapper à cette étrange attaque terroriste (?) se répandant sur toute la Côte Est des Etats-Unis ! Un exode improbable débute pour des centaines d’américains. Mais quelles sont les causes réelles de ce phénomène ?

Ashlyn Sanchez, John Leguizamo & Mark Wahlberg

Après avoir brillamment traité, par le passé, des fantômes, des Aliens, des supers héros, des loups-garous et des nymphes, M. Night Shyamalan s’intéresse cette fois à notre écosystème végétal et à sa capacité à se défendre face aux agressions humaines : et si la nature, trop longtemps maltraitée par les hommes, contre-attaquait en libérant des toxines capables de pousser l’être humain au suicide !?!

Mark Wahlberg, Zooey Deschanel & Ashlyn Sanchez

Sur base de cette éventualité, assez intéressante au demeurant, Shyamalan ne réussit toutefois pas à composer une nouvelle fois un brillant thriller paranormal. Faute peut-être à un manque d’ampleur du phénomène et de ses "agents" destructeurs. Il est certes plus grisant pour le spectateur de voir des hommes et des femmes fuyant des extraterrestres, ou divers monstres imaginaires, plutôt que le vent et les arbres. Qu’en pensez-vous ?

Mark Wahlberg

Finalement moins aboutie que les précédentes œuvres de Shyamalan, l’intrigue de "Phénomènes" - avec ses faux aires du roman "Cellulaire" de Stephen King (du moins dans sa partie initiale) - ne décolle jamais vraiment vers les hautes sphères de l’angoisse et du frisson. En matière de suspense, ce film est également à la traîne en proposant, de manière assez banale, des bribes de solutions finalement jamais infirmées ou confirmées.

Mark Wahlberg & Zooey Deschanel

Majoritairement pessimiste, les débats sont toutefois auréolés de quelques infimes touches d’humour. Notons également que "The Happening" soigne également les Happy End’s… Excepté peut-être pour les Parisiens !!! Ces petits élans d’humour et de fraîcheur, ont les doits particulièrement au couple Mark Wahlberg - Zooey Deschanel. Rangeant de côté sa carrure d’athlète, Wahlberg joue assez bien le "Monsieur Tout le monde" confronté à des évènements aussi terribles qu’incompréhensibles.

Mark Wahlberg, Zooey Deschanel & Ashlyn Sanchez

Jouant sur le naturel et la corde dramatique comme son partenaire, Zooey Deschanel insuffle beaucoup de naïveté et de légèreté à une atmosphère, on peut sans douter, plutôt tendue. L’interprétation de Mark Wahlberg et celle de Zooey Deschanel offrent un réel intérêt au film, assez morose et peu emballant.

Mark Wahlberg, Zooey Deschanel & Ashlyn Sanchez

"Phénomènes" se réduit presque à une course-poursuite prévisible mettant au prise une nature intelligente et vengeresse face à une race humaine déboussolée et tout juste bonne, du moins pour certains, à appliquer des instincts primaires des plus inciviques. Quand on a saisi cela, "Phénomènes" en devient une pseudo fable écologique jouant sur le tableau des films "Catastrophe" sans grand panache & sur celui de la crise relationnelle d’un couple de gens très (trop ?) ordinaires.

M. Night Shyamalan

Trop mince pour être passionnant, le dernier rejeton de Shyamalan est également plutôt avare en mystère. Ainsi, les fans du cinéaste regretteront sans doute que le final de "Phénomènes" ne soit pas vraiment ponctué d’un coup de théâtre insoupçonné et percutant (Marque de fabrique pourtant du réalisateur indien !). Même si avec ce petit film tendu, M. Night Shyamalan rentre davantage dans le rang, "Phénomènes" conserve toutefois quelques petites séquences plus sanglantes… On se console comme on peut !

La bande-annonce…

[Trailer VFR] Phénomènes - Jubii TV
[Trailer VFR] Phénomènes - Jubii TV

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

16/07/2008

SUPER WILL SMITH - HANCOCK

Hancock

82273178227317822731782273178227321

Alcoolique, arrogant et je-m’en-foutisme, John Hancock (Will Smith) est loin d’être un super héros apprécié par le public. Poursuivi pour plusieurs détériorations de biens publics, notre pseudo héros, aux pouvoirs colossaux, reçoit l’aide de Ray (Jason Bateman), un spécialiste en communication (Ca tombe bien ça !). Ce dernier persuade Hancock d’accorder davantage d’attention aux êtres humains "ordinaires" & de payer sa dette à la société en faisant quelques mois de prison. Sous les verrous, incapable de traquer le crime, Hancock reçoit rapidement un appel du chef de la police : le taux de criminalité ne cesse d’augmenter. C’est le moment pour notre super héros d’effectuer un come-back étincellent. Au bout du chemin et de sa volonté de rédemption, Hancock découvrira peut-être également qui il est… Les réponses à des questions cruciales sont parfois à porter de main !

Will Smith et Jason Bateman

C’est qu’il a pris du gallon avec les années notre "Prince de Bel-Air". S’adonnant avec brio aussi bien dans des rôles musclés ("Bad Boys", "Ali"), comiques ("Men In Black", "Hitch") que dramatiques ("A la recherche du Bonheur", "Je suis une légende"), Will Smith trouve dans le nouveau long-métrage de Peter Berg l’opportunité d’exploiter ces nombreuses facettes.

Will Smith

En effet, bien qu’il soit sévèrement orienté sur la comédie, "Hancock" n’oublie pas de verser, de-ci de-là, dans le mélodrame (sans guimauve, SVP ! Merci !) et, bien entendu, dans l’action avec deux/trois belles scènes explosives aux effets spéciaux soignés. L’opportunité de faire marrer les spectateurs tout en leurs volant une larme d’émotion, n’est pas offerte à tous les Blockbusters hollywoodiens...

Will Smith et Charlize Theron

A ce niveau, "Hancock" réussit son pari de combiner, sans grand mal, l’émotion aux impératifs du Star System visant à soigner le spectacle et à divertir (par l’humour, en l’occurrence). Suivi par son "père spirituel" et mentor, Michael Mann (producteur et également devant la caméra pour une apparition éclaire), le réalisateur Peter Berg a semble-t-il fini par trouver sa griffe dans "l’univers" de la mise en scène...

Hancock face à un jeune fan

Son traitement maison - quand la caméra a la bougeotte et zoome à tout va - avait déjà été employé dans son précédent film : "Le Royaume". Si dans ce polar international sur fond de guerre au terrorisme, le résultat était assez impressionnant, certains trouveront peut-être, à raison, que Peter Berg n’emploie pas toujours les meilleurs choix pour mettre en image "Hancock" ! En effet, le style "caméra à l’épaule" peut être en parfait accord pour de grosses séquences d’action mais moins pour des scènes plus intimistes, dramatiques ou romantiques. Chacun aura sans doute sa propre opinion sur cette question.

Charlize Theron et Jason Bateman

Reste que "Hancock" n’est certes pas avare en situations spectaculaires et est auréolé, de plus, par la performance d’un toujours exceptionnel Will Smith. L’acteur Jason Bateman, qui connaît bien Peter Berg pour avoir déjà joué sous sa houlette dans "Le Royaume", est également parfait dans son genre : celui d’un mec sympa et sensible qui rêve de changer le monde. Reste la toujours radieuse Charlize Theron qui a, une nouvelle fois, l’occasion de mettre son physique et son talent en avant ! Insufflant pas mal d’émotion et de tension au débat, Charlize campe en quelque sorte les "troubles fête" de luxe. Ne vous fiez pas à son allure d’épouse modèle, cette "coquine" cache bien son jeu… Mais Chuuut !

Will Smith est Hancock

Bien que l’intrigue pondue par Vincent Ngo et Vince Gilligan reste assez prévisible - et cela notamment par quelques plans insistants de Berg -, "Hancock" réussit avec brio sa mission première : pasticher, avec sérieux, les films de super héros. Will Smith et ses joyeux compagnons vont même encore plus loin en mêlant, dans un flot assez tumultueux et accrocheur, humour bon enfant, drame romancé et, bien entendu, action étourdissante dans quelques bons "passages" de bravoure.

Will Smith et Jason Bateman

On retiendra également le final dans lequel notre héros prend l’expression "Esprit de sacrifice" au pied de la lettre. Un bon spectacle en somme pour toute la famille, à consommer de préférence sur écran XXL… Encore faut-il que vous n’ayez rien contre les Spaghetti, boulettes, sauce tomate !

La bande-annonce…

Hancock trailer VF - Jubii TV
Hancock trailer VF - Jubii TV

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |