04/08/2008

Faut-il assassiner WANTED ?

Wanted

82273178227317star_1_282273218227321

Travaillant comme expert-comptable dans un petit bureau "alvéolé" qui ne paye pas de mine, Wesley Gibson (James McAvoy) aurait certainement rêvé d’une vie meilleure et diablement plus excitante. Au lieu de ça, Wesley est continuellement la cible d’une patronne boulimique, il est souvent pris de crises d’angoisse &, pour couronner le tout, son meilleur ami et collègue se tape sa fiancée. Bref, rien ne tourne rond pour Wesley… Tout va changer le jour où notre ami rencontre Fox (Angelina Jolie). Rapidement, Gibson comprend qu’il est la cible d’un tueur - qui a d’ailleurs liquidé son père - et que s’il veut vivre, il doit accompagner Fox dans un voyage initiatique assez fou… Wesley Gibson cache en lui les qualités premières d’un redoutable assassin parfait pour rejoindre un club très fermé de meurtriers, baptisé "La Confrérie"…

JAMES MCAVOY

Angelina Jolie, la "femme fatale" préférée du moment au cinéma, James McAvoy, un jeune acteur plus que prometteur, Morgan Freeman & Terence Stamp en seconds rôles de choix et, pour terminer, les emblématiques Common et Thomas Kretschmann pour faire durer encore un peu plus le plaisir… "Wanted" avait de très bonnes cartes en main pour nous faire vivre une aventure rythmée et divertissante… Malheureusement, après presque 2 heures de spectacle acharné et éprouvant, on ne peut qu’en ressortir déçu.

ANGELINA JOLIE

La faute, en grande partie, à un réalisateur, venu des "plaines arides de l’Est", qui n’a certainement pas la patience de construire des films posés distillant le suspense à feu doux. Timur Bekmambetov ! Voici le véritable "homme à abattre" ! C’est une image bien entendu mais notre camarade Timur n’est quand même pas passé loin du peloton d’exécution… Originaire du Kazakhstan, ce dernier est l’auteur de la trilogie "Night Watch" (se déclinant en "Night", "Day" et "Dusk… Watch"). Quoiqu’on en dise, les ingrédients visuels et narratifs de cette saga obscure sont directement hérités des grands films d’anticipation nippons et hollywoodiens de la fin du 20e siècle, magnifiquement compactés, par exemple, dans le premier chapitre (1999) de la Trilogie "Matrix" des frères Wachowski.

JAMES MCAVOY, COMMON & ANGELINA JOLIE

Bref, Timur Bekmambetov perpétue ici son savoir-faire usurpé et ne propose, avec son "Wanted", rien de vraiment neuf en terme d’action et d’explosions (visuelles) spectaculaires. Même, à force de "taper sur le clou" avec des ralentis abusifs et compartimentés au possible, s’agglutinant sur un nombre incalculable de cadrages sérés, la mise en scène de Bekmambetov en devient même agaçante ! Les spectateurs qui, comme moi, ont été séduits par la fougue visuelle de films comme "Shoot’Em Up" ou "Smokin’Aces", trouveront peut-être que ce "Wanted" pousse à l’extrême et, donc, à l’écoeurement, l’invraisemblance… qui reste pourtant la marque de fabrique, la plupart du temps, sympathique et amusante, des gros divertissements hollywoodiens… Mais, trop, c’est trop !

THOMAS KRETSCHMANN

Outre une approche visuelle qu’on aurait pu espérer enivrante et jouissive (c’est raté !), "Wanted" pouvait également revendiquer une réelle volonté de "rentrer dans le lard" et de désarçonner, au minimum, les clivages socio-économiques de notre chère société de SURconsommation. A ce niveau là, le scénario de ce film n’est pas nécessairement mauvais bien qu’il soit fortement redondant. Dans sa première partie, "Wanted" se décline ainsi comme une mauvaise copie du célèbre "Fight Club" de David Fincher. Comme dans ce dernier film, le personnage principal de "Wanted", joué par James McAvoy, piétine la fourmilière dans laquelle il se débat depuis sa naissance.

ANGELINA JOLIE & MORGAN FREEMAN

Disons, pour conclure cette déferlante de ressentiments négatifs à l’encontre de "Wanted", que le long-métrage de Timur Bekmambetov n’est ni original dans son fond, ni dans sa forme. Alors quoi ? Faut-il assassiner "Wanted" ? Heureusement non, ou du moins, pas entièrement ! Ce nouveau spectacle pyrotechnique des studios "Universal" bénéficie, comme énoncé ci-dessus, d’un casting emballant dans lequel, McAvoy tire incontestablement son épingle du jeu en passant du petit employé coincé au super tueur nullement rongé par les remords mais, bien au contraire, bousté par l’expectative d’une nouvelle vie.

ANGELINA JOLIE

La belle Angelina Jolie, filiforme pour l’occasion, ne gagne ici qu’un second rôle de premier choix en occupant le poste d’instructeur trop discret. A la différence de Madame Brad Pitt, Morgan Freeman réussit, une nouvelle fois, à développer son aura certain en campant un chef d’entreprise criminelle sage mais cachottier… Terence Stamp, Common et Thomas Kretschmann jouent davantage les faire-valoirs. Certains trouveront également quelques onces de satisfaction dans les petits "coups de théâtre" qui pointent à l’horizon peu avant le dénouement final.

JAMES MCAVOY & Timur Bekmambetov

Si l’"emballage" médiatique et promotionnel à de quoi séduire, "Wanted" demeure un film d’action mineur qui tombe au mauvais moment. Si Hollywood nous l’avait servi, tel qu’il est, il y a une huitaine d’années, la donne aurait été certainement différente & on n’aurait alors pas reproché à ce film son manque crucial d’originalité ! Résultat… James McAvoy : 1 - Timur Bekmambetov : 0.

La bande-annonce…

Wanted : Choisis ton destin - Bande annonce 2 VF - Jubii TV
Wanted : Choisis ton destin - Bande annonce 2 VF - Jubii TV

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |

01/08/2008

WALL-E tout simplement MA-GNI-FIQUE

Wall-E

8227317822731782273178227317star_1_2

Après que Doug Sweetland nous ait convié à un implacable et truculent duel entre un magicien et son petit lapin espiègle dans le court-métrage "Presto", "Pixar" nous propose son tout nouveau petit bijoux au design affiné : "Wall-E"...

Dès les premières minutes, on perçoit aisément que l’on se trouve devant un "poids lourd" de la catégorie "films d’animation magiques". Ménageant une solitude emprunte de merveilleux, étrange et fantastique, & de désastre écologique futuriste, "Wall-E" nous invite à suivre le quotidien d’un petit robot futé et curieux. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, notre charmant ami robotisé, aux mimiques craquantes et attendrissantes à souhait, ne rechigne pas à la tâche et s’empresse de nettoyer la Terre laissée dans un triste état, 700 ans plus tôt, par l’espèce humaine… Partie pour l’espace et un voyage incertain vers un monde plus accueillant et propre !

Wall-E

Wall-E n’hésite pas à pimenter quelque peu son quotidien morose et répétitif en arrachant des décombres quelques objets usuels qui piquent sa curiosité et son intérêt. Un jour, le dernier représentant des robots nettoyeurs terrestres trouve une plante, signe incontestable que la Terre panse, petit à petit, ses plaies. Une trace de vie végétale, c’est justement ce qui amène la robote Eve sur le "territoire" d’activité de Wall-E. La rencontre entre ces deux machines, animées d’un extraordinaire fond humain et sensible, va nous entraîner dans une folle aventure spatiale dans laquelle nos deux petits héros devront rivaliser d’ingéniosité et de courage si ils veulent sauver les derniers représentants de l’espèce humaine…

Wall-E

L’approche paraît simple, de prime abord, mais elle demeure merveilleusement bien exploitée par le réalisateur/scénariste Andrew Stanton. Un petit robot "insignifiant" véhiculant d’extraordinaires valeurs comme l’Amour, l’esprit de sacrifice, le courage et la pudeur, va bouleverser, au fil de ses rencontres impromptues, la vie trop bien réglée d’humains empotés et lobotimisés par ce que la société de grande consommation fait de pire, à savoir les fast-foods, les communications impersonnelles, la culture de la paresse et de l’ignorance, etc.

Wall-E

Cet excitant jeu de dominos est rondement mené par un cinéaste qui nous avait déjà démontré dans "Le Monde de Némo", qu’il était capable d’accorder séquences sensiblement humoristiques et concentrés stimulants de bons sentiments, excellents pour nous tirer une larme de plénitude et de mélancolie. Dans un savant dosage de tendresse et d’aventure rythmée, "Wall-E" s’impose ainsi comme l’une des réalisations les plus brillantes des studios "Pixar"… Créateurs de merveilleux qui se coincent rarement les doits dans la porte ! R.E.S.P.E.C.T.

Wall-E

Ce divertissement de haut vol qui flirte, sans pareille, avec la voûte céleste, contentera assurément un public plus adulte en quête de l’inépuisable magie imprégnant les (vrais !) "grands classiques" de la maison "Disney". Les plus petits seront certainement comblés par l’attrayante maîtrise visuelle de ce film, par le clin d’œil appuyé à l’univers exaltant de la saga "Star Wars" (Comment y échapper !?) & surtout par notre petit ami Wall-E, regorgeant de tendresse. A ne surtout pas rater sur grand écran… En famille, en amoureux ou en solo !

Wall-E

Les bandes-annonces…

Wall-E - Bande-annonce français - Jubii TV
Wall-E - Bande-annonce français - Jubii TV

Wall-E et la borne à incendie - Jubii TV
Wall-E et la borne à incendie - Jubii TV

Wall-E découvre l'aspirateur... - Jubii TV
Wall-E découvre l'aspirateur... - Jubii TV

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |