07/02/2009

BRAD PITT - DAVID FINCHER : l’équipe de choc !

The Curious Case of Benjamin Button

82273178227317822731782273178227321

Depuis le détonnant "Fight Club", on sait que le tandem David Fincher - Brad Pitt peut faire des étincelles. Aujourd’hui, ce sentiment se confirme amplement avec l’adaptation cinématographique de la nouvelle de Francis Scott Fitzgerald : "The Curious Case of Benjamin Button". Fincher et Pitt nous emmènent ici à la découverte d’un homme exceptionnel qui va connaître une vie assez passionnante… peut-être pas aussi rocambolesque et légendaire qu’un "Forrest Gump", par exemple, mais qui a le mérite de marquer les esprits et de faire réfléchir ! "L’Etrange histoire de Benjamin Button" narre la vie d’un homme qui va naître avec tous les symptômes de la vieillesse (peau sèche et ridée, yeux aveugles, rhumatisme amplifié, etc.). Assuré de vivre très peu de temps, quelques années dans le meilleur des cas, Benjamin (alias Brad Pitt) va balayer tous les pronostics, même les plus optimistes, et ne va cesser de grandir et de se développer. Son développement est toutefois des plus surprenants étant donné qu’il rajeunit avec le temps ! A travers une vie pleinement vécue où la vieillesse et la Mort n’ont nulle emprise, Benjamin va découvrir tous les plaisirs de la vie à sa manière &, surtout, notre héros va partager un amour passionnel avec une certaine Daisy (Cate Blanchett)... une jeune femme désirable qui, elle, au contraire de Button, vieillit normalement.

Brad Pitt & Cate Blanchett

Avec "L’Etrange histoire de Benjamin Button", c’est avant tout David Fincher, son réalisateur, qui étonne (positivement) son monde ! Attaché, jusqu’à aujourd’hui, à des productions plutôt musclées ("Alien 3", "Fight Club") ou polarisantes ("Se7en", "The Game", "Panic Room", "Zodiac"), Fincher s’atèle ici à fondre, dans un moule très poétique, une épopée biographique… celle d’un homme ordinaire qui a simplement pris le temps à rebours ! Avec beaucoup d’ingéniosité, de sensibilité et de pureté, ce cinéaste va peindre une vie, vécue avec plénitude par un personnage droit, attendrissant et Ô Combien sympathique.

Brad Pitt

Fincher se serait-il, volontairement ou non, laissé inspiré par les effets visuels sépia du film "Un Long dimanche de fiançailles" de Jean-Pierre Jeunet !? C’est possible mais, en tous les cas, le résultat à l’écran sert considérablement bien le propos de ce spectacle de haut vol qui se veut à la fois réfléchi et léger. Cette légèreté est inspiré tout particulièrement par quelques fines touches d’humour : des dialogues justes et concrets ou des situations plus terre-à-terre et joviales adoucissent les angles de ce film dramatique qui, fatalement, annonce un final plutôt morose...

Cate Blanchett & Julia Ormond

Mais là encore, David Fincher nous surprend en nous proposant une scène de clôture à la fois douce, stimulante et émouvante. On dirait qu’il a fait ce genre de films toute sa vie, notre ami Fincher ! Habitué aux lumières des projecteurs, Brad Pitt a, tout comme son épouse Angelina Jolie, su mener une carrière privilégiant à la fois les cinéphiles pointilleux et les amateurs de divertissements XXL. Plébiscité dans "L’Assassinat de Jesse James", où il était, c’est vrai, très impressionnant, Pitt signe, avec "L’Etrange histoire de Benjamin Button", l’une de ses plus belles (et de ses plus complètes) performances !

Taraji P. Henson et Brad Pitt

Enfant-vieillard ridé et aigri au début du film (Brad est à la fois méconnaissable et hallucinant !), Pitt a également l’occasion d’apparaître sous les traits d’une jeune et fortunée gueule d’ange (façon "Rencontre avec Joe Black"). Les plus sceptiques (en existe-t-il encore ?) à douter des talents d’acteur de Brad Pitt, auront sans doute ici la confirmation que notre homme est bien une star hollywoodienne doublée d’un acteur (excessivement) doué.

Brad Pitt

Pour, bien entendu, accompagner Benjamin Button, il fallait une starlette. Cette starlette, David Fincher l’a trouvée en la personne de Cate Blanchett dont la fine et élégante silhouette est magnifiquement mise en valeur dans plusieurs jeux de clair-obscur signés Fincher. Pitt - Blanchett : un duo fait pour briller à l’écran ! On se souviendra du récent "Babel" d’Alejandro Gonzalez Inarritu qui avait déjà mis en évidence ce si joli couple. Cate Blanchett, entre parenthèses, est également experte en la matière lorsqu’il s’agit de combiner films d’auteur et spectacles plus grand public.

Cate Blanchett

Malheureusement ponctuée de quelques longueurs vers son dénouement, cette fable vacillant entre amour vivace et vie fanée propose une belle galerie de seconds rôles. Entre des acteurs comme Taraji P. Henson, Jason Flemyng, Jared Harris ou encore Elias Koteas qui ont rarement la possibilité d’apparaître dans des productions aussi soignées et oscarisantes et d’autres comédiens, comme Julia Ormond, qu’on avait (honteusement) perdu de vue, "L’Etrange histoire de Benjamin Button" bénéficie également de la présence, au générique, de la Sorcière Blanche du "Monde de Narnia", Tilda Swinton, récemment croisée dans "Michael Clayton".

Tilda Swinton

Cette aventure, partant de l’aube de la mort pour nous conter une merveilleuse histoire baignant de vie, bénéficie aussi bien des talents cachés d’un étonnant David Fincher que des prestations sans faille de ses têtes d’affiche épaulées par un solide casting. Lorsque la mort s’invite paisiblement dans le cycle de la vie et que l’amour demeure immortel au plus profond des yeux d’un jeune nourrisson (de 80 ans)… Voici "L’Etrange histoire de Benjamin Button", aussi bouleversante que douce et étincelante. Un grand film pour cette nouvelle année 2009. Qui dit mieux ?

Brad Pitt et Cate Blanchett

La bande-annonce…

Tags associés : Drame, Brad Pitt, Cate Blanchett, Jason Flemyng, Jared Harris, Elias Koteas, Tilda Swinton, Angelina Jolie, David Fincher, Jean-Pierre Jeunet, Alejandro Gonzalez Inarritu, "Zodiac", "L’Assassinat de Jesse James", "Babel"

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

04/02/2009

PACINO - DE NIRO : duo gagnant !?

Righteous Kill

822731782273178227317star_1_28227321

Bien qu’ils tentent d’éviter l’inévitable, les inspecteurs Turk (Robert De Niro) et Rooster (Al Pacino) arrivent en fin de parcours ! Un dernier challenge va, semble-t-il, sceller leur carrière : un serial killer dégomme, un après l’autre, toutes les racailles qui ont eu à faire à notre équipe de choc… Mais qui se cache derrière ces actes de justice sauvage ? Un déséquilibré ? Un flic ? Suivant à la trace un célèbre dealer de drogue dénommé Spider (Curtis "50 Cent" Jackson), Turk et Rooster naviguent en eaux troubles et pourraient bien y laisser des plumes ! Pour appuyer la collaboration évènementielle entre Al Pacino et Robert De Niro, les studios "Millennium Films" et Cie. se sont adjoints les services d’un Russell Gewirtz ("Inside Man"), à l’écriture, et d’un Jon Avnet, derrière la caméra, à qui l’on doit déjà "88 Minutes" (autre polar avec Al Pacino), "1943. L’ultime révolte" ou encore "Red Corner". Bref, sur papier, l’association Pacino-De Niro, disposant en toile de fond d’une équipe reconnue, avait de quoi susciter un puissant enthousiasme...

Al Pacino et Robert De Niro

Le résultat à l’écran est un chouya plus discutable ! Bien entendu le magnifique partenariat entre deux grands monstres sacrés du cinéma fonctionne à merveille ! A ce niveau, "La loi et l’ordre" ("Righteous Kill", en V.O.) décroche le qualificatif de film à ne pas rater. Toutefois, les moyens mis en œuvre sont un peu plus aléatoires. S’il peut parfois être considéré comme un réalisateur de la vieille école, Avnet offre, dans la mise en scène et le montage, quelques perspectives très modernes et accrocheuses. Le générique d’ouverture constitue, à ce titre, un exemple marquant.

Jon Avnet

Entre tradition certaine du polar noir bien pensé & traitement nettement plus contemporain, ce long-métrage navigue ainsi entre deux eaux. Cette double approche peut, à la fois, séduire et rebuter le spectateur… Le séduire justement par cette volonté de faire du neuf avec de l’archi-connu. Le rebuter également car, par son traitement vif et rapide, "La Loi et l’ordre" trahit nettement l’esprit des bons vieux polars de (grand-)papa qui déroulent langoureusement et sans se presser une épaisse intrigue sournoise et diabolique où l’homme est en définitif toujours un loup pour l’homme.

Robert De Niro

Le scénario de Gewirtz respecte, à la lettre, cette tradition tout en offrant une chronologie de l’intrigue foncièrement chamboulée. Comme dans un épisode des célèbres enquêtes de Colombo, le spectateur est ici mis rapidement au parfum et pense connaître l’identité du criminel. Une partie du suspense semble d’emblée nous éclater à la figure et pourtant, retournement de situation bien négocié, au fil de l’enquête narrée, on doute des évidences qui nous sont pourtant martelées.

Al Pacino

C’est vrai, à l’heure d’aujourd’hui, on est plus trop habitué à ce traitement scénaristique qui a notamment été utilisé partiellement dans le récent "JCVD". Film explosif de notre ami Jean-Claude Van Damme qui prenait justement un malin plaisir à jouer avec les codes des bons vieux polars hollywoodiens du siècle passé. Si la perspective de découvrir sur grand écran la merveilleuse collaboration entre deux grands acteurs (que sont Al Pacino et Robert De Niro) ne vous emballe pas énormément, mieux vaut passer votre chemin car, hélas, "Righteous Kill" n’a pas l’opportunité de s’appuyer sur d’autres qualités aussi prestigieuses.

Carla Gugino et Robert De Niro

Alors que la toujours sculpturale Carla Gugino joue, une nouvelle fois, les femmes fatales aux fantasmes sexuels débridés, John Leguizamo et Donnie Wahlberg se taillent, malgré les apparences, une belle part du lion en campant les jeunes co-équipiers des vieux loups de mer. A ce titre, justement, notre Robert De Niro, amaigri et physiquement en forme, et notre Al Pacino, bourré de charme et de tchatche, semblent connaître la potion magique anti-vieillissement !

John Leguizamo et Donnie Wahlberg

Clin d’œil réaménagé, et mis aux goûts du jour, de tout un courant cinématographique (les polarsricains des années ’70-‘80), "La Loi et l’ordre" propose un rythme soutenu et déroule une intrigue finalement simple mais mixée dans une approche célébrant le cafouillage pour mieux tromper et déstabiliser la logique du spectateur. Intéressant ? Oui ! Emballant ? Certainement ! Culte ? Hormis le duo de choc Pacino-De Niro, non !

Al Pacino et Robert De Niro

La bande-annonce…

Tags associés : Policier, Al Pacino, Robert De Niro, John Leguizamo, 50 Cent, Carla Gugino, Donnie Wahlberg, Jon Avnet, "88 Minutes", "Inside Man", "JCVD"

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |