23/02/2009

Du PORNO pour Seth Rogen et Elizabeth Banks

Zack & Miri tournent un porno

82273178227317822731782273218227321

S’ils ne trouvent pas une solution pour payer leurs dettes, Zack (Seth Rogen) et Miri (Elizabeth Banks) vont se retrouver à la rue. Partageant depuis la Fac’, un petit appartement qui vient d’être privé d’eau et d’électricité, nos deux lascars ont toujours vécu sous le même toit en tout bien tout honneur. Mais maintenant, il s’agit de se remuer pour ne pas définitivement sombrer dans la crise. Zack a alors une idée : si Miri et lui tournaient un film pour adultes. Les moyens à mettre en œuvre paraissent peu exorbitants et le résultat peut rapporter un max’. Investissant leurs dernières billes dans ce projet fumant, Zack et Miri se mettent à la recherche d’une équipe improvisée pour débuter leur film. Il ne reste plus qu’à trouver un bon titre, à écrire un scénario potable et surtout à ne pas mêler boulot et amour. Cette dernière partie du contrat n’est pas acquise…

Seth Rogen et Elizabeth Banks

Après des comédies comme "40 ans, toujours puceau" et surtout "SuperGrave", on pensait vraiment qu’au pays de l’Oncle Sam, les petites farces en dessous de la ceinture étaient réservées à la bande de Judd Apatow. Aujourd’hui, avec la comédie "Zack & Miri tournent un porno", le cinéaste qui n’a laissé - jadis - personne indifférent, Kevin Smith ("Clerks", "Père et fille", "Dogma", "Jay & Bob"), se lance dans un pari risqué en réalisant et scénarisant un film qui sent l’indélicatesse à plein nez… Et pourtant, au final, ce "Zack & Miri" évite bien quelques pièges de la comédie sexy navrante pour monter en épingle une belle petite romance mettant, avant les plans coquins, les sentiments à l’honneur.

Une fine équipe !

De plus, le film de Smith s’offre le luxe de monter une belle petite caricature d’une société dans laquelle Monsieur et Madame Tout-le-monde peuvent espérer gloire et fortune par les médias. Mieux vaut toutefois ne pas craindre le ridicule ! Fidèles à eux-mêmes, Seth Rogen et Elizabeth Banks (qui se sont déjà rencontrés à l’occasion de "40 ans, toujours puceau") ont la faculté déconcertante de surfer avec leur personnage en campant de pauvres ratés indésirables et pommés avant de jouer des êtres sensibles capables de grandes choses (… et d’idées saugrenues, également !).

Seth Rogen et Elizabeth Banks

L’alchimie entre ces deux acteurs fonctionne à merveille et propulse bien le film au niveau supérieur. Quelques gags et répliques pimentées viennent bien sur nous rappeler que le sujet de ce long-métrage se rapporte au sexe… Même si, répétons-le, l’objectif de Kevin Smith n’est pas ici de cultiver le voyeurisme mais plutôt de propulser le commun des mortels dans une entreprise désespérée et, pour le moins, risquée.

Seth Rogen, Justin Long et Elizabeth Banks

La tenue d’Eve affirmée du célèbre acolyte de Smith à l’écran, Jason Mewes (alias Jay dans la quasi-totalité des films de Smith), et les formes trop sculpturales pour être nature de la star du X Katie Morgan, sont incontestablement éclipsées, par les apparitions de deux Guest-Stars inattendues : Justin Long et Brandon "Superman" Routh qui campent ici deux acteurs de X spécialisés dans les films homosexuels. Un rôle contre-emplois hallucinant pour la nouvelle figure du justicier Superman et pour Justin Long récemment croisé, aux côtés de Bruce Willis et de Kevin Smith, dans "Die Hard 4" !

Une fine équipe !

En proposant de beaux éclats de rire et un soupçon bienvenu de tendresse, "Zack & Miri tournent un porno" demeure un bon divertissement ni trop (souvent) vulgaire ni souffreteux. Pari réussi pour un Kevin Smith qui se cherche un peu depuis quelque temps…

Seth Rogen et Elizabeth Banks

La bande-annonce…

Tags associés : Comédie, Seth Rogen, Elizabeth Banks, Justin Long, Brandon Routh, Bruce Willis, Kevin Smith, Judd Apatow, "SuperGrave", "Superman", "Superman Returns", "Die Hard 4"

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

09/02/2009

KEANU REEVES est un extra-terrestre

Le Jour où la Terre s'arrêta

82273178227317822731782273218227321

Bien qu’elle soit une scientifique hautement reconnue et appréciée dans sa branche, Helen (Jennifer Connelly) est avant tout une jeune femme solitaire qui essaye de choyer le petit Jacob (Jaden Smith), le fils de son époux décédé en Irak. Une nuit, Helen est réveillée par les Services Secrets qui l’emmènent vers une destination inconnue… Pourquoi cet empressement & pourquoi un tel secret ? Helen va rapidement être fixée : un organisme extra-terrestre gigantesque se rapproche à une vitesse démesurée de la Terre ! Passé la dernière décennie du 20e siècle et le raz-de-marée endiablé de films pop-corn consacrés aux extra-terrestres, Hollywood a cherché, pour ce genre, de nouvelles reconversions histoire de rallumer une flamme engendrant toujours de belles recettes au Box-Office. C’est vrai que la fin du siècle dernier a exploité un riche et inventif filon...

Le Jour où la Terre s'arrêta

Déjà en 1996-1997, Hollywood nous concoctait des histoires d’E.T. à toutes les sauces jouant, tantôt, sur la note humoristique avec "Men in Black" (1997), travaillant, tantôt, sur le segment grande catastrophe apocalyptique façon "Independence Day" (1996). Les jeux de massacre entre Students américains ("The Faculty", 1999) et la résurrection de deux grandes franchises intergalactiques ("Alien IV" & "Star Wars : Episode I - La Menace fantôme") suivront ! La méthode US employée ces dernières années consiste, le plus souvent, à remettre au goût du jour de vieux films d’envahisseurs. Ce fut le cas récemment pour "The Invasion" (film de 2006 avec Nicole Kidman et Daniel Craig) ou encore pour "La Guerre des mondes" (2004) de Spielberg. C’est aujourd’hui le cas pour "The Day the Earth Stood Still", en français, "Le Jour où la Terre s’arrêta", originellement réalisé par Robert Wise en 1952.

Keanu Reeves

Vous l’aurez sans doute déjà deviné, en lisant ce qui précède, "Le Jour où la Terre s’arrêta" devrait avoir beaucoup de mal à révolutionner le genre E.T. à partir du moment où on a quasiment tout fait (?) sur le sujet… Et c’est malheureusement le cas ! Scott Derrickson, le réalisateur, construit ce film littéralement entre deux chaises. Lors de (nombreuses) séquences plus intimistes, "Le Jour où la Terre s’arrêta" déploie tout un armada de considérations écologiques nous prouvant que l’homme est LE destructeur de la Terre. A d’autres moments, bien choisis pour pimenter un peu les débats, Derrickson nous sert quelques (trop rares) séquences pseudo-horrifiques et fantastiques. La qualité des effets spéciaux ne suit hélas pas toujours les prétentions du film !

Jennifer Connelly et Keanu Reeves

Plus qu’un simple remake d’un "unique" film, "The Day the Earth Stood Still" apparaît davantage comme un Patchwork de différentes influences du genre : les E.T. vivent parmi nous comme dans "Men in Black" ; les E.T. aiment détruire la terre comme dans "I.D-4" ; il y a aussi une démultiplication de scènes communes sombrant davantage dans le petit polar fantastique ou dans le petit film dramatique comme pour "The Invasion" ou comme pour la "Mémoire effacée" (2003) ; …

Keanu Reeves

Ce sentiment marquant de déjà-vu n’est, pour ainsi dire, pas minimisé ou amoindri par le jeu trop linéaire d’acteurs qui nous avaient habitué à mieux. Sauveur ou fossoyeur du monde (c’est l’une des questions marquantes du film), Keanu Reeves ne laisse jamais tomber le masque et joue, pour la énième fois, l’homme de la situation qui peut faire vaciller les choses du bon ou du mauvais côté de la balance. Son interprétation, plus tranchante et dramatique, dans "Street Kings" était nettement plus revigorante !

Le Jour où la Terre s'arrêta

Dans le rôle de la partenaire de galères, Jennifer Connelly n’a pas son pareil pour jouer avec la corde émotionnelle… Martelant peut-être un peu trop justement la touche dramatique, mais bon… Jennifer a du charme, de l’élégance & elle est assez pertinente dans le rôle d’une scientifique de choc qui vit difficilement sa situation de jeune veuve. Kathy Bates, avec son franc-parler légendaire, illustre et concentre toute la bêtise d’une gouvernance américaine révolue (du moins on l’espère !) qui se considère comme maîtresse de l’univers tout en conduisant, avec des œillères, le monde à sa perte.

Keanu Reeves

Reprenant, au final, une réflexion assez proche de celle de "The Invasion", "Le Jour où la Terre s’arrêta" est davantage à cerner comme une réflexion naturaliste aux allures de faux film de science-fiction plutôt que comme un spectacle pyrotechnique visuel manquant d’énergie, de moyen et, surtout, d’ambition. Avons-nous été floué sur la marchandise ? Au regard de la bande-annonce qui dévoile quasiment l'ensemble des (trop rares) scènes spectaculaires du film, on peut le penser !

Le Jour où la Terre s'arrêta

La bande-annonce…

Des vedettes comme s’il en pleuvait !?

Jaden Smith et Keanu Reeves

"Le Jour où la Terre s’arrêta" bénéficie d’un casting richement doté. En effet, outre Keanu Reeves, Jennifer Connelly et Kathy Bates, le long-métrage de Scott Derrickson s’est adjoint les services de John Cleese, de Robert Knepper et de Jaden Smith. Souvent plongés dans des comédies décalées comme "Monty Python. Sacré Graal", "Erik le Viking", "Un Poisson nommé Wanda" ou encore "Créatures féroces", Cleese, récemment inventeur fou dans le James Bond "Meurs un autre jour", campe dans "Le Jour où la Terre s’arrêta" un scientifique assagi et réfléchi ! Ca le change incontestablement ! Petit à petit, Robert Knepper fait son nid sur grand écran. Avant d’affronter les E.T., il avait tenu le rôle du vilain pas beau dans "Le Transporter III" récemment sorti en salle. Jaden Smith suivrait-il définitivement le chemin tracé par Maman et Papa ? Fils de Will et de Jada Pinkett Smith, Jaden joue ici le beau-fils de Jennifer Connelly. On a pu le voir, auparavant, en compagnie de son Papa Will Smith dans "A la recherche du Bonheur".

Tags associés : Remake, Fantastique, "The Day the Earth Stood Still", Keanu Reeves, Jennifer Connelly, Jaden Smith, Will Smith, Kathy Bates, John Cleese, Robert Knepper, Nicole Kidman, Daniel Craig, Steven Spielberg, "Street Kings", "The Invasion", James Bond, "Le Transporteur III", "A la recherche du Bonheur"

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |