13/09/2006

Le Vent se lève

18649232

star_jaunestar_jaunestar_jaunestar_grisestar_grise

Fraîchement décoré de la Palme d’or au dernier festival de Cannes, "Le Vent se lève" retrace les premières années de la lute des irlandais contre l’occupant anglais.
Irlande, 1920. De jeunes irlandais s’unissent pour riposter aux multiples agressions perpétrées par les "Black and Tans", les troupes anglaises envoyées dans le pays pour mater les velléités d’indépendance du peuple irlandais. Damien, un jeune médecin plein d’avenir, est en partance pour aller travailler dans un hôpital londonien. Pris à parti par l’une de ces unités anglaises, il décide de rejoindre son frère, Teddy, membre actif des révolutionnaires irlandais…
Les intimidations et les persécutions anglaises, les embuscades meurtrières, la jeunesse corrompue par la violence,… le réalisateur Ken Loach brasse en profondeur, avec un savoir faire ancestrale et quasi-universel, de nombreux sentiments et thématiques liées à cette guerre.

18612393Au-delà de la révolution clandestine alimentée par le sang de jeunes irlandais, Loach s’interroge avec beaucoup de justesse sur les relations entre ses frères d’armes… tantôt alliés dans le sabotage, tantôt ennemi dans l’idéologie. Au nom d’une conception fluctuante de la Nation irlandaise, de jeunes gens seront amenés à s’aimer avant peut-être de s’entre-tuer. Un spectacle à la fois sanglant et poétique, criant la liberté et la haine des combats. Un film qui fait réfléchir sur le passé, le présent et l’avenir.

18612402

On peut sans douter, "Le Vent se lève" ne ménage pas certaines susceptibilités. Les héros et martyres anglais de la Grande Guerre, composant les "Black and Tans", deviendront les bourreaux des irlandais !? Heureusement pour ce film, ce conflit historique s’inscrit plutôt en toile de fond. Les sentiments humains balayés par la haine, la peur, la peine, la solidarité et l’amour, intéressent davantage le réalisateur.

18612396

Avec ce film, l’acteur irlandais Cillian Murphy fait taire les derniers sceptiques qui pourraient le traiter d’acteur de seconde zone. Propulsé sous le feu des projecteurs avec "28 jours plus tard" de Danny Boyle (2003), Cillian s’assure les faveurs du cinéma US peu de temps après, en tournant dans "Retour à Cold Mountain" et dans "Batman Begins". On le retrouve également dans "La Jeune fille à la perle". C’est Wes Craven et son "Red Eye" (2005) qui le propulse littéralement au devant de la scène. Avec "Le Vent se lève", Cillian prouve que s’il est doué pour incarner les assassins, il peut aussi interpréter des rôles plus dramatiques et sentimentaux avec toujours le même flegme… irlandais !

La bande annonce...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

04/09/2006

Entre deux rives

2fgh

star_jaunestar_jaunestar_jaunestar_grisestar_grise

Deux vies, deux destins, deux individus apparemment assez différents vont se rencontrer et s’aimer à travers le temps, malgré les deux ans qui les séparent ! En 2004, Alex Burnham (Keanu Reeves), un jeune architecte brillant, dirige son premier gros chantier. Il connaît une relation tumultueuse avec son père, lui-même architecte de grande réputation. Alex vient à peine d’emménager dans la "maison sur le lac", un pavillon composé presque exclusivement de verre et bâti sur pilotis. Dès son arrivée dans cette maison particulière, il reçoit une lettre de Kate Forster (Sandra Bullock), l’ancienne propriétaire, qui a récemment quitté la "maison du lac"… Mais en 2006 ! La jeune femme vient d’être promue docteur dans un hôpital de Chicago. Elle a ainsi décidé de loger dans un appartement en centre ville. Perdue et désorientée, les week-ends venus, elle retourne à la campagne pour retrouver son ancienne propriété. Celle-ci est toujours inoccupée, pourtant Kate reçoit une lettre d’Alex l’informant qu’il a bien emménagé dans la maison... Une brèche dans le temps s’est ouverte à travers la boîte aux lettres de la maison du lac. Une passion nouvelle va, elle aussi, voir le jour entre Kate et Alex, même si deux années les séparent.

112325

Hormis cette idée originale d’amour naissant outre les barrières du temps et du rationnel, "Entre deux rives" ne dévoile rien d’innovent. Le réalisateur argentin Alejandro Agresti (photo ci-dessous) filme sur un ton assez classique et académique les deux stars Reeves et Bullock qui n’ont pas besoin de pousser leur talent pour paraître convaincants. "Entre deux rives" se laisse regarder sans déplaisir, excepté une petite sensation malsaine portant à croire qu’Agresti a eu toutes les peines du monde à étirer cette histoire pour arriver à tenir 1h40 !

7dfg

Keanu Reeves ne sait pas faire semblant d’éternuer ou de pleurer, mais à part ça, il nous offre une sympathique prestation. Sandra Bullock connaît comme sa poche ce genre de films "fleur bleue" et ça se voit. Vous passerez un bon moment avec ce film… Sauf si vous avez un problème avec la guimauve ou le sentimentalisme débordant ?!

23

La bande annonce...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |