27/09/2006

"Click" au Cinéma

1r

20rLe comédien Adam Sandler et le cinéaste Frank Coraci sont amis depuis leur adolescence. Après avoir collaborés successivement en 1998 et en 1999 avec "Demain on se marie" et "Waterboy", les deux hommes s’étaient perdu de vue. Aujourd’hui, ils reviennent avec un nouveau sujet déjanté : "Click".
Michael Newman (Adam Sandler) travaille dur pour un patron méprisant (David Hasselhoff). Ses activités professionnelles le minent au point de devoir renoncer à sa vie familiale. Après une nouvelle nuit blanche, à bout de nerfs, Michael se tape une crise parce qu’il n’arrive même plus à distinguer laquelle de ses télécommandes met la télévision en marche. Il décide alors de se procurer une "zappette" universelle auprès de Morty (Christopher Walken) un inventeur quelque peu allumé ! Cette télécommande va changer la vie de Michael…

18r

Adam Sandler nous a déjà sorti "des vertes et des pas mûres". Habitué aux comédies farfelues et pas toujours entraînantes comme "Big Daddy" (1999) ou "Little Nicky" (2000), Sandler développe enfin tous ses talents dans "Punch-Drunk Love" (2003). Il revient ensuite avec l’incontournable "Self Control" ainsi qu’avec le tendre et déluré "Amour et amnésie", deux films réalisés par Peter Segal, un autre pot’ d’Adam Sandler. C’est clair, ce gars adore travailler avec ses copains.

10r

Il retrouve dans "Click" deux acteurs très sympathiques en la personne du mythique Christopher Walken et de la ravissante Kate Beckinsale. Après avoir connu la catastrophe de "Pearl Harbor" & avoir dégommé des Loups-garous dans "Underworld", cette dernière se risque à la comédie déjantée… Notons que Mister "Alerte à Malibu", David Hasselhoff, et Sean Astin, l’inséparable compagnon de Frodon dans "Le Seigneur des Anneaux", sont aussi de la partie !

19r

La bande-annonce...

Un extrait...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (2) | |

"Indigènes" enflamme la France

18653664Cette semaine, les salles françaises accueillent l’un des films chocs de la rentrée : "Indigènes". Ce film suit le parcours de quatre soldats enrôlés dans ce qui fut la première armée française recrutée en Afrique. En 1943, en effet, la France recrute ses "indigènes" (c’est le nom qu’on leurs donne) pour tenter de se libérer de la domination nazie. Un an plus tard, une série de libérations menées dans le sang vont avoir lieu… L’Italie, la Provence, les Alpes, la vallée du Rhône, les Vosges, l’Alsace, vont être libérée par 200.000 hommes. Parmi ceux-ci, on retrouve 130.000 "indigènes" dont environ 110.000 Magrébins et 20.000 Africains… Le reste de cette garnison est constituée aux deux tiers de pieds-noirs et de jeunes français qui avaient fui l’occupation allemande.

Déjà la presse spécialisée française chante à l’unisson le succès de "Indigènes" qui traîne derrière lui un épisode lourd et obscur de l’histoire de France. Que ce soit "Le Monde", "Libération", "Première", "Ciné Live", "Studio Magazine" ou encore "Score", en général, les critiques s’accordent à saluer le caractère indispensable de ce film qui rend un vibrant hommage à ces "oubliés" de l’Histoire qui ont pourtant combattu pour la France. Par rapport à cette vague d’enthousiasme et de congratulations, Axelle Ropert des "Inrockuptibles" et Christophe Gofette de "Brazil" marquent quelque peu le pas en remettant en cause "l’enveloppe" du film, avec un scénario clichesque (dixit Ch. Gofette) et une mise en scène "pataude" et alourdie.

18614266

Au-delà des qualités cinématographiques du film, il est phénoménal de voir l’impacte qu’un tel sujet a sur la Société française. Déjà les politiques s’emballent en promettant une reconnaissance plus soutenue pour ces "indigènes" qui se sont battus sous l’étendard français. Le Président de la République, Jacques Chirac, interviendra même aujourd’hui lors d’une conférence de presse extraordinaire pour réagir à la sortie du film. Tout aussi important, de jeunes français d’origine "nord-africaine" pourront découvrir, à travers ce film, le passé (malheureusement) méconnu de certains de leurs parents. Quand on voit ça, on peut se dire que le Cinéma a encore de beaux jours devant lui… Vive le 7ème Art !

18628537

Rappelons que les 4 acteurs principaux de "Indigènes", Jamel Debbouze, Samy Naceri, Roschdy Zem et Sami Bouajila ont reçu simultanément le Prix d’interprétation masculine lors du dernier festival de Cannes. "Indigènes" sortira en Belgique le 4 octobre 2006.

La bande-annonce...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |