26/11/2006

CASINO ROYALE

casino_frstar_jaunestar_jaunestar_jaunestar_jaunestar_grise

Pour sa première mission au sein du "MI6", James Bond (Daniel Craig) doit affronter un dangereux banquier, "Le Chiffre" (Mads Mikkelsen), de mèche avec le terrorisme international. Tête brûlée plutôt que fin négociateur, Bond s’attire les foudres de son nouveau patron, "M" (Judi Dench). Il se retrouve ainsi obligé de poursuivre seul une mission périlleuse et dangereuse…
Après les "XXX" et les "Mission : Impossible", les films de l’agent 007 se devaient de réagir. Plutôt que de privilégier à nouveau les espions charmeurs et les gadgets à gogo, les producteurs Barbara Broccoli et Michael G. Wilson, ont opté pour un nouveau James Bond taillé dans la pierre à coups de burin. Dans ce sens, "Casino Royale" est une véritable réussite.

18671701

Plus dur, plus cru, plus brutal, ce 21eme film explore avec une énergie impressionnante la genèse de l’espion le plus connu du cinéma. Dans cette histoire (plus) obscure, scénarisée par Neal Purvis, Robert Wade et Paul Haggis (voir ci-dessous), Daniel Craig, le nouveau Bond, tire à merveille son épingle du jeu.

casino11_big

Entre jeune recrue hésitant et casse-cou musclé, Craig témoigne d’une certaine sensibilité franche et virile qui correspond assez bien à son personnage musclé comme un roc. Rarement en effet James aura entretenu une relation si intense avec une de ses James Bond Girls. Eva Green est tout simplement époustouflante. Elle offre à son personnage, la mystérieuse Vesper Lynd, un aura gratifiant pour ne pas dire splendide.

casino4_1024

18688712A contrario, la deuxième tête d’affiche féminine de "Casino Royale", Caterina Murino ("L’Enquête Corse"), ne fait que passer ! C’est plutôt dommage et assez frustrant de ne pas voir davantage la silhouette envoûtante de cette belle italienne. Pour vous donner une petite idée, sa prestation n’est guère plus longue que celle de Teri Hatcher dans "Demain ne meurt jamais" (1997).

martin_campbell

Martin Campbell, qui réalise ici son deuxième "James Bond" après "GoldenEye" (1995), offre une mise en scène musclée et assez originale (par rapport au classique mais toujours efficace "GoldenEye"). Reste un dosage "boiteux" des cascades et des scènes d’action. Si, au début du film, Campbell nous en met plein la vue avec une séquence à la sauce "Yamakasi", la majorité de "Casino Royale" s’apparente plus à un film policier psychologique qu’à un "James Bond" misant tout sur les cascades et l’action. N’oublions pas que Campbell n’est ni Roger Spottiswoode ni Lee Tamahori, deux réalisateurs qui avaient soigné dans leur film respectif, "Demain ne meurt jamais" (1997) et "Meurs un autre jour" (2002), les rebondissements explosifs.

casino4_big

Une certaine part de la brutalité déployée par "Le Chiffre" (interprété par le danois Mads Mikkelsen), le méchant de service, n’est pas sans rappeler "l’instinct destructeur" de "Permis de Tuer". Dans ce film, réalisé par John Glen, James Bond (interprété par Timothy Dalton) affrontait Robert Davi et Benicio Del Toro, deux beaux salopards (si vous me permettez l’expression) mettant en pratique les tortures les plus abominables. Dans "Casino Royale", Martin Campbell "jette" son agent double dans une scène de torture assez corsée… Je ne vous en dis pas plus et je vous en laisse la (désagréable) surprise !

18678058

Des gadgets trop rares, peu de scènes d’action (résumées dans la bande-annonce), pas de "Q" (interprété depuis peu par John Cleese), "Casino Royale" pourrait décevoir les spectateurs friands des attirails pyrotechniques de l’agent du "MI6". Les cinéphiles neutres en la matière seront ravis de constater que ce nouveau James Bond a pris du coffre. Voir "Casino Royale", c’est un peu comme pénétrer dans la genèse de l’agent 007. Vous découvrirez ainsi d’où lui vient sa misogynie légendaire et qui était la seule et unique femme de sa vie. Vous en saurez également davantage sur la première mission de l’agent des Services Secrets britanniques. Pour tout ça, "Casino Royale" vaut assurément le détour !

La bande-annonce...

dieanotherdayCe n’est pas la première fois que Neal Purvis et Robert Wade travaillent ensemble. Ces deux scénaristes ont déjà écrit les histoires de l’excellent "Meurs un autre jour" et du "Monde ne suffit pas". Ils ont également collaboré sur un film d’espionnage plus "léger" : "Johnny English". Pour "Casino Royale", Neal Purvis et Robert Wade ont pu compter sur l’imagination du fameux Paul Haggis. Ce dernier a scénarisé les trois derniers films de Clint Eastwood : "Lettres d’Iwo Jima", "Mémoires de nos Pères" et "Million Dollar Baby". Récemment, Haggis a également scénarisé et mis en scène "Collision" qui remporta l’Oscar du meilleur film en 2006.

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (2) | |

16/11/2006

La SORCELLERIE made in USA

18685692star_jaunestar_jaunestar_jaunestar_grisestar_grise

Bienvenue à l’école privée d’Ipswich. Là-bas tous les étudiants sont beaux, riches, orgueilleux et intelligents. C’est vraiment la fête, quoi ! Et bien non… Pas tout à fait ! Quatre ados inséparables détiennent chacun des pouvoirs extraordinaires hérités de leurs ancêtres du 17e siècle : les sorciers d’Ipswich. Tout se passe assez bien pour eux jusqu’à l’arrivée de nouveaux étudiants, fraîchement promus au select Lycée Spenser. Si Caleb (Steven Strait), le meneur de nos quatre apprentis sorciers, tombe amoureux de Sarah (Laura Ramsey), il doit également vivre avec d’étranges cauchemars "lancés" par un sorcier… Mais lequel ? Après avoir pensé être envoûté par l’un de ses compagnons, Caleb se rend à l’évidence qu’un cinquième sorcier a débarqué sur le campus.

18671707

Après l’échec cuisant de son dernier film, "L’Exorcisme. Le commencement", le réalisateur Renny Harlin était attendu au tournant ! Heureusement, son "Pacte du sang" est des plus satisfaisants. On aurait pu craindre d’assister à un énième "nanar" sur des teenagers en mal de sensations fortes. Heureusement, Harlin sauve les meubles…

18656326

Certes, son "école fantastique" est entièrement peuplée de jeunes "Playmates" et d’ados bodybuilders (à croire que l’obésité américaine n’est qu’une légende ?). De plus, le scénario de J.S. Cardone est par moment (trop) téléphoné.

18656002

Toutefois, il y a du bon dans ce film, même parfois du très bon. Les effets spéciaux, quoiqu'un peu répétitifs, sont très sympathiques (génial les bagnoles indestructibles !). Les acteurs, sorte de top models pré-adultes, rendent correctement leurs répliques. Reste toute une mystique de la sorcellerie bien amenée et certaines scènes fantastiques impressionnantes et tendues. A ce propos, les spectateurs souffrant d’arachnophobie feraient mieux de s’abstenir.

18656323

L’un des seuls dons de ce "Pacte du sang" est de nous divertir. Ce n’est déjà pas mal pour la catégorie des films de sorcellerie qui n’est pas toujours à la fête !

La bande-annonce...

Un extrait...

gLe film de Renny Harlin est directement inspiré du comic book écrit par Aron Coleite et dessiné par Tone Rodriguez et Miguel Montenegro. Ces derniers se sont inspirés des véritables procès de sorcellerie survenus au 17e siècle dans l’Amérique coloniale. Le Massachusetts fut le théâtre d’une "petite" chasse aux sorcières. On se souviendra notamment des procès de Salem et du film "The Crucible" (1996) avec Winona Ryder et Daniel Day-Lewis. Ce long-métrage s’inspirait de la pièce d’Arthur Miller : "Les Sorcières de Salem", écrite en réponse à l’hystérie anti-communiste suscitée par la "Commission des activités anti-américaines" du sénateur McCarthy… Qui a dit que l’Histoire se répétait ?

J.S. Cardone, un homme à abattre ?

johnathonLe scénariste du "Pacte du Sang", J.S. Cardone est "marié" depuis plusieurs années aux séries de bas étage. Champion des suites à petit budget, Cardone a réalisé notamment "8 mm 2" (la suite du film de Nicolas Cage, sans Nicolas Cage), il a aussi scénarisé le cinquième "Nuclear Target", la suite de "J.F. partagerait appartement" et le troisième volet de "Sniper". Cardone serait-il le champion du recyclage bon marché ?

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |