04/01/2007

J’ai vu LES INFILTRES

Animation_infiltr_s

822731782273178227317star_1_28227321

Billy Costigan (Léonardo DiCaprio) et Colin Sullivan (Matt Damon) ont tous les deux rêvé de devenir flic. Toutefois une différence de taille les oppose ! Billy doit "jouer" les flics infiltrés auprès de Frank Costello (Jack Nicholson), l’un des caïds de Boston. Colin est flic mais est aussi l’informateur de ce même Costello. Un jeu morbide et sournois va s’engager entre ces deux hommes. Lequel des deux arrivera-t-il à ses fins ? Entre trahison, pouvoir et violence, la "mission" de ces deux hommes s’annonce dangereuse.
Remake du film asiatique "Infernal Affairs" d’Andrew Lau, "Les Infiltrés" n’est, pour moi, pas le meilleur film de Martin Scorsese. Il demeure toutefois un polar efficace relevé par un casting de rêve : Léonardo DiCaprio, Matt Damon, Jack Nicholson, Mark Wahlberg, Martin Sheen et Alec Baldwin.

departed28_big

Le vénérable Jack Nicholson surclasse littéralement ces amis comédiens (pourtant très doués). Interprétant Frank Costello, un boss de la pègre irlandaise de Boston, Nicholson nous sort le grand jeu. Parfois menaçant et inquiétant, il cultive également un humour noir bienvenue qui allège le film de Martin Scorsese.

departed7_big

Le réalisateur des "Affranchis" (1990) et de "Casino" (1996) est également en forme. Le chassé-croisé entre Colin Sullivan (Matt Damon), le flic corrompu, et Billy Costigan (Léonardo DiCaprio), le flic intègre, est très bien négocié. Alors que Colin vit un véritable conte de fée en gravissant tous les échelons de la police, le pauvre Billy est prié de descendre aux enfers pour jouer les taupes chez les malfrats de Boston. Scorsese joue d’imagination (dans la mise en scène) pour agrémenter un film dense et touffu qui dure quand même 2h30.

departed33_big

DiCaprio et Damon sont simplement impeccables même si leur prestation ne rivalise pas avec celle de Sir Nicholson. Des acteurs également talentueux campent les seconds rôles. On retiendra notamment la prestation de Mark Wahlberg. Il joue Dignam, un inspecteur à la grande gueule sévère mais juste.

departed42_bigdeparted43_big

"Les Infiltrés" bénéficie d’une mise en scène dynamique et tout aussi musclée que les dialogues. Seul petit bémol : une fin un peu risible avec trop de "pan-pan". Mais après tout, quelle est la différence entre un flic et un truand quand ils ont un flingue pointé sur eux ? "Aucune", dirait Frank Costello !

La bande-annonce…

Un extrait…

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |

27/12/2006

"ERAGON" au cinéma

18687767estar_jaunestar_jaunestar_jaunestar_grisestar_grise

Le monde d’autrefois protégé par les dragons, n’est plus qu’un lointain souvenir. Aujourd’hui, le roi tyrannique Galbatorix (John Malkovich), le dernier dragonnier jouissant encore de la protection de son dragon, règne sans partage sur le monde des hommes. Toutefois, un évènement va venir contrarier ses plans. Arya (Sienna Guillory) va dérober au roi un étrange objet qui va, par le plus grand des hasards, être recueilli par un jeune berger nommé Eragon…
"Eragon" est un bon divertissement fantastique qui enflammera avant tout le cœur des plus jeunes et laissera peut-être de marbre les autres !? Plusieurs éléments restent imparfaits dans ce film. Tout d’abord, comparé au chef d’œuvre du genre ("Le Seigneur des Anneaux", pour ne pas le citer), "Eragon" n’est, au final, pas très emballant.

eragon21_big

Pour élaborer son premier film, le réalisateur Stefen Fangmeier empreinte (parfois maladroitement) quelques clichés de la trilogie cinématographique de Peter Jackson. Fangmeier insuffle peu d’âme et de passion à la mise en scène. Le récit en souffre et paraît quelque peu monotone. Reste les apparitions risibles (car très courtes) d’acteurs qui ne sont pourtant pas nés de la dernière pluie. Vous êtes prévenus : Galbatorix, Aijhad et le Roi Hrothgar, les personnages respectivement campés par John Malkovich, Djimon Hounsou ("The Island", "Blood Diamond") et Gary Lewis ("Gangs of New York", "Joyeux Noël"), ne font pas long feu à l’écran.

eragon_big

Rétrospectivement, on peut se demander si les "forces en présence" ont bien été réparties. Au niveau des effets spéciaux rien à redire. Toutefois, on aurait peut-être préféré voir, derrière la caméra, un réalisateur plus chevronné avec plus de métier derrière lui… Alors que devant la caméra, on assiste à l’intervention (creuse) de plusieurs acteurs de renom livrant seulement deux ou trois répliques durant le film ! On conçoit cependant qu’il est difficile de travailler correctement la psychologie des personnages lorsque l’on dispose uniquement d’1h40 pour le faire. Moralité : Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

eragon23_big

Heureusement "Eragon" présente aussi plusieurs qualités. Ce film jouit d’effets spéciaux assez impressionnants. Qui restera insensible devant la belle petite frimousse de Saphira (la dragonne d’Eragon) à peine sortie de l’œuf ? Les meilleures scènes du film restent incontestablement celles mettant à l’honneur Saphira. C’est lors de ces moments que se côtoient un spectacle visuel de première qualité assorti à une mise en scène plus envolée et sensible.

eragon2_big

Les rôles d’Eragon et de son maître d’armes, Brom, sont également mieux appréhendés. Edward Speleers, jouant le jeune dragonnier, insuffle au personnage un charme certain et une grande force de caractère. Le vieux routier qu’est Jérémy Irons campe avec beaucoup de malice et de self control un étrange instructeur cachant un passé douloureux.

eragon12_big

Robert Carlyle, le méchant de service remplaçant au pied levé John "Galbatorix" Malkovich (malheureusement peu présent dans le film), est assez convainquant et interprète correctement l’infâme Durza. Après avoir affronté les zombies dans "Resident Evil 2", Sienna Guillory joue la charmante Arya avec beaucoup d’élégance. Reste le personnage de Murtagh, interprété par l’excellent Garrett Hedlund, déjà remarqué dans "Troie" (2004) et dans le "Quatre Frères" (2005) de John Singleton.

eragon24_big

Même s'il ne peut se frotter aux "géants" du cinéma Héroic Fantasy, "Eragon", présenté comme le film événement de cette fin d’année, constitue un spectacle honorable bénéficiant de très bons effets spéciaux, de scènes d’action gratinées et de la belle performance de jeunes acteurs prometteurs. Reste quelques faiblesses mais, c’est promis : celles-ci seront corrigées pour la suite des aventures d’Eragon et de sa dragonne Saphira (du moins on l’espère ?)...

La bande-annonce...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |