22/05/2007

HITCHER revisité

Hitcher

82273178227317star_1_282273218227321

C’est l’heure des vacances pour Jim (Zachary Knighton) et sa copine Grace (Sophia Bush). Le jeune couple compte rejoindre le Nouveau Mexique pour faire la "fiesta" avec leurs amis. En chemin, sous une pluie battante, Jim et Grace manquent de percuter un auto-stoppeur. Ils rencontrent à nouveau celui-ci quelques kilomètres plus loin dans une station service. L’étranger persuade Jim de l’emmener au Motel le plus proche. Jim et Grace ne se doutent pas du calvaire qui les attend. L’étrange individu, se dénommant John Ryder, n’est autre qu’un dangereux psychopathe.

En 1986, sortait le film "Hitcher" de Robert Harmon, un thriller routier emmené par l’acteur hollandais Rutger Hauer ("Sin City", "Batman Begins"), C. Thomas Howell et Jennifer Jason Leigh...

Hitcher

C’est avec sa "casquette" de producteur que Michael Bay revisite ce film. Après avoir produit le (presque) honorable "Massacre à la tronçonneuse : le commencement", Bay confie la réalisation de "Hitcher" cuvée 2007 à Dave Meyers, une nouvelle recrue. Ce dernier ne se débrouille finalement pas trop mal & nous offre un petit thriller fort honorable.

Dave Meyers

Si la base de l’intrigue est inchangée par rapport au film original, les personnages phares ont été quelque peu modifiés. Jim Halsey, campé à l’origine par C. Thomas Howell, prend ici les traits de Zachary Knighton. Après avoir participé à des séries TV comme "New York District" et "New York Unité Spéciale", Zachary se la joue plutôt Tom Cruise (dans son jeune temps) et rentre correctement dans la peau d’un ado sympa et courageux, confronté à un tueur à la fois méthodique et cinglé.

Sean Bean

John Ryder, le psychopathe de service, est interprété de bien belle manière par Sean Bean ("Silent Hill", "The Island", "Troie", "Le Seigneur des Anneaux"). Sous des traits mystérieux et inquiétants, cet acteur ne doit pas pousser son talent pour enfiler l’imperméable d’un redoutable prédateur aimant jouer au jeu du chat et de la souris.

Sophia Bush

Dans le rôle de la souris, on retrouve l’actrice Sophia Bush, alias Grace Andrews (nouveau personnage par rapport au film original). Egalement habituée aux séries ("Sabrina, l’apprentie sorcière", "Les Frères Scott", "Nip/Tuck"), Sophia a récemment joué dans "Stay Alive". Avec "Hitcher", elle accède au haut de l’affiche. Jolie à regarder, elle joue également juste.

Hitcher

La bonne volonté déployée par les deux jeunes acteurs du film et l’interprétation tranchante de Sean Bean, ne permettent pourtant pas à "Hitcher" de viser le haut du panier. Dernier rejeton de la catégorie "Road Movie sous haute tension", ce long-métrage n’apporte en fait pas beaucoup d’originalité au genre. Faute de se baser sur une intrigue trépidante et novatrice, Dave Meyers conjugue une réalisation soignée avec plusieurs bonnes cascades et quelques sursauts savamment distillés. "Hitcher" est également ponctué de petites séquences sanglantes susceptibles de faire tressaillir les âmes sensibles. A part ça, on n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Dommage !

Zachary Knighton & Sophia Bush

Ce qui est encore plus dommageable, c’est que ce film n’expose pas assez les motivations du tueur. On trépigne, durant toute la projection, d’enfin connaître la vérité sur cet effroyable personnage &, après,… plus rien ! On n’attend en quelque sorte un coup de théâtre final qui ne viendra jamais ! Au vu des dernières surproductions grossières de la planète Hollywood, certains trouverons (à juste titre) que ce remake s’en sort assez bien. Comparé, maintenant, au film de John Dahl, "Une Virée en Enfer" (2002), ce nouveau "Hitcher" a moins bonne mine. En fait, on a déjà vu des adolescents se faire ratatiner sur les routes dans de meilleurs films plus engagées, plus percutants et plus horrifiques comme "Massacre à la tronçonneuse" et, surtout, "Jeepers Creepers". Si votre estomac vous joue trop de mauvais tours pour voir ces derniers, & si vous souhaitez tout de même prendre le chemin du frisson, Hitcher pourrait vous convenir. A vous de voir…

La bande-annonce...

Un extrait...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

10/05/2007

un COME-BACK réussi !

Le Come-back

8227317822731782273178227317star_1_2

Dans les années 80, Alex Fletcher (Hugh Grant) était l’un des chanteurs d’un groupe de Pop reconnu et apprécié. Les années ont passé et la carrière d’Alex a pris un méchant coup de vieux. Se cantonnant à quelques exhibitions miteuses, Alex désespère de voir à nouveau le succès frapper à sa porte… & pourtant… La nouvelle reine de la Variété, Cora, va demander à Fletcher de lui composer une chanson. Celui-ci sait que s’il réussit, il sera à nouveau propulsé au devant de la scène. Le seul inconvénient (de taille) pour notre chanteur, c’est qu’il n’a plus écrit depuis presque vingt ans ! La charmante et délirante Sophie Fisher (Drew Barrymore) pourrait s’avérer être, contre toute attente, une aide très précieuse…

Le Come-back

D’entrée de jeux, le réalisateur Marc Lawrence donne le ton : "Le Come-back" n’est pas une énième comédie romantique emplie de guimauve. Ce film est un croustillant divertissement recyclant à merveille l’ambiance musicale des années 80. On doit cette vivifiante résurrection, en partie, à Hugh Grant. Avec son légendaire flegme anglais, ce dernier campe un chanteur Pop usé par les années qui rêve d’un prestigieux come-back.

Le Come-back

On sait que Grant joue, comme il respire, les amoureux transis. Depuis qu’il a gagné ses lettres de noblesse avec l’excellent "Quatre mariages et un enterrement" (1994), ce genre de rôle lui colle à la peau. Personnellement je trouve que cet acteur est encore meilleur quand il casse justement cette image de charmant séducteur en interprétant des personnages plus caustiques, même de véritables salopards égocentriques. Dans ce sens, les films d’Hugh Grant qui m’ont le plus agréablement surpris sont, hormis "Quatre mariages (…)", "Escrocs mais pas trop" (2000) de Woody Allen, "Pour un garçon" (2002) et American Dreamz (2006), deux films signés Paul Weitz.

DREW BARRYMORE & HUGH GRANT

"Le Come-back" complète, avec les honneurs, cette petite sélection perso’. Pourquoi ? Et bien, en plus de présenter une intrigue originale et rafraîchissante (certes quelques rares séquences sentimentales sont plus convenues), ce film s’appuie sur un duo, Grant - Barrymore, qui fonctionne très bien et sur une note d’humour parfois piquante (un régal).

KRISTEN JOHNSON & HUGH GRANT

Le personnage joué par Hugh Grant, Alex Fletcher, est intéressant et loin d’être superficiel. Ce chanteur est tiraillé, d’une part, par l’envie de renouer avec la célébrité et, d’autre part, par l’amour qu’il éprouve pour Sophie Fisher. Malgré ce que l’on peut penser, le choix n’est pas si aisé ! De son côté, Drew Barrymore joue également juste et bien. Davantage plongée dans le registre "fille extérieurement exubérante mais intérieurement fleur bleue", elle offre une belle dimension, à la fois romanesque et irréelle, au film.

DREW BARRYMORE & MARC LAWRENCE, le réalisateur

Petite pensée aussi pour le "géant" Brad Garrett qui joue l’impresario d’Alex Fletcher. Vu récemment, en professeur exubérant, dans le moyen "Baby-sittor" (2005), aux côtés de Vin Diesel, il campe, dans "Le Come-back", un personnage au combien sympathique aux attitudes et mimiques réjouissantes.

Le Come-back

Qui devrait aimer (comme je l’ai aimé) "Le Come-back" ? Les amateurs de comédies romantiques originales et distrayantes (si, si, ça existe encore de nos jours), les fans de Hugh Grant (certainement) mais aussi les passionnés de musique des années 80. A ce propos, les premières minutes de ce film réussissent un savoureux pastiche des clips à la sauce 1980 : hilarant, kitch et, par ailleurs, très réaliste… A ne pas rater (comme le reste du film d’ailleurs) !

La bande-annonce...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |