13/11/2011

X-MEN : Take That First Class

X-Men First Class

C’est avec un certain étonnement que j’ai découvert hier, par hasard, que la trépidante chanson que l’on entend lors du générique de fin du long-métrage "X-Men : First Class" (sorti, il y a peu, en DVD - Blu-Ray) n’est autre que l’œuvre du groupe Take ThatQui ? Le Boys Band (Ah, nos chères années 90 !) mancunien formé en 1990 et composé par les chanteurs Gary Barlow, Mark Owen, Howard Donald, Jason Orange et un certain Robbie Williams. Cinq ans plus tard, ce dernier quittait le groupe de ses débuts pour se lancer dans la carrière solo qu’on lui connaît alors que ses petits camarades se mirent également, presque chacun à leur tour, à voler de leurs propres ailes, connaissant des succès divers : on se souviendra, peut-être (!?), de l’"Open Road" de Barlow ou du "Green Man" d’Owen qui font toutefois pâle figure face à l’"Escapology" et sa suite de Williams !

Take That

Aujourd’hui, intégralement recomposés, les Take That signent un retour inattendu avec "Progressed" ; dernier album donc dans lequel figure la chanson "Love Love" ; morceau titre du superbe "X-Men", baptisé "First Class"… Allez ! C’est Dimanche ! On se fait un p'tit plaisir musical !

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray, MUS!C, NEWS | Lien permanent | Commentaires (6) | |

12/11/2011

Deux remakes pour Colin FARRELL

Colin Farrell dans Fright Night

Alors que les semaines passent et que le temps file comme une flèche, certains cinéphiles éprouvent peut-être la même impression que moi : ça fait quand même longtemps que l’on a plus vu le nom de l’acteur Colin Farrell associé à une superproduction hollywoodienne ! Mais rassurez-vous… Après plusieurs prestations dans des films indépendants ou de portée plus intimiste, les fans du playboy irlandais le retrouveront, coup sur coup, dans deux remakes : "Fright Night" et "Total Recall". Dépoussiérant l’humour noir du "Vampire, vous avez dit vampire ?" mis en scène par Tom Holland en 1985, "Fright Night" surfe sur la vague, qui commence à se faire quelque peu poussive, dictée par la saga "Twilight". Et oui, il est une nouvelle fois question dans cette production distribuée par Walt Disney, de suceurs de sang et de Teenagers. Décidemment !

Anton Yelchin

En gros, un adolescent, fan de films horrifiques et de produits dérivés Gore, voit débarquer un jour un nouveau voisin… Ce dernier, un beau célibataire bourré de charme et de belles manières, ne tarde pas à se révéler être un croqueur de femmes, au propre comme au figuré. Un peu à la manière du garçon qui criait au loup, notre ado’ va devoir jouer serrer s’il veut contrecarrer l’appétit sanguin de son vampire de voisin. Et notre Colin dans tout cela ? Je vous le donne en mille ! Il campe bien évidemment Jerry Dandrige, le voisin aux crocs bien aiguisés du jeune Charley Brewster interprété par Anton Yelchin. Cette star montante au pays de l’Oncle Sam a connu sa petite heure de gloire en 2009-2010 en s’affichant dans le dernier "Star Trek" et le quatrième opus de la saga "Terminator Renaissance".

Colin Farrell dans Total Recall 2012

Avant d’être un remake annoncé sur nos écrans au moi d’août 2012, "Total Recall" est une superproduction un peu bizarroïde et dérangée de 1990 réunissant l’incontrôlable Paul Verhoeven, derrière la caméra, Arnold Schwarzenegger et la sulfureuse Sharon Stone. Avant même d’être une nouvelle expression cinématographique du génie (ou de la « folie ») du réalisateur hollandais Verhoeven, "Total Recall" s’inspire directement d’une nouvelle, "Souvenirs à vendre" ("We Can Remember It For You Wholesale", 1966), écrite par l’un des maîtres de la science-fiction moderne, Philip K. Dick. Un écrivain qui inspira, plus d’une fois, Hollywood… C’est le moins que l’on puisse dire ! Après que les studios américains aient adaptés de ses écrits des "Blade Runner", "Planète hurlante", "Minority Report", "Paycheck", "A Scanner Darkly", "Next" ou, récemment, "L’Agence" ("The Adjustment Bureau") avec Mat Damon, Philip K. Dick fait à nouveau parler de lui avec le nouveau "Total Recall".

Colin Farrell et Arnold Schwarzenegger

Alors que Colin Farrell succède à Arnold Schwarzenegger, dans le rôle titre, on devrait également retrouver une belle brochette de seconds rôles alimentée, tout particulièrement, par les actrices Jessica Biel et Kate Beckinsale. Cette nouvelle adaptation devrait se démarquer, sur de nombreux points, du long-métrage de 1990 et recoller davantage au contenu de l’œuvre écrite originale… C’est, en tous les cas, le souhait du réalisateur de cette nouvelle fiction : Len Wiseman. Metteur en scène et producteur sur les alléchants "UnderWorld" ainsi que sur le dernier "Die Hard 4", Wiseman, uni dans la vie à la belle Beckinsale - également annoncée, pour rappel, dans ce "Total Recall" 2012 -, devrait offrir ici à sa moitié le rôle tenu, il y a plus de 20 ans par Sharon Stone… Souvenez-vous…

Sharon Stone et et Kate Beckinsale

Lori Quaid (Sharon Stone) qui campait l’adorable et sexy épouse de notre Douglas Quaid (Arnold Schwarzenegger) n’était en fait qu’une espionne - surfant sur la truculente vague des femmes fatales - glissée sous les draps de Quaid et devant réfréner les dangereux souvenirs de son faux époux. Alors que Kate Beckinsale devrait donc interpréter les dangereuses manipulatrices, Jessica Biel serait appelée à reprendre le rôle de Rachel Ticotin, celui de Melina, la véritable héroïne et adjuvante de cette intrigue fantastique mâtinant allégrement science-fiction et conspirations.

Rachel Ticotin et Jessica Biel

Ethan Hawke, un acteur que l’on ne présente plus, devrait également figurer dans cette distribution. On ignore le rôle qu’il tiendra dans l’aventure. Autre incertitude : celle de retrouver le personnage du vil Ritcher, interprété, en 1990, par l’un des acteurs fétiches de Paul Verhoeven : Michael Ironside. Autre membre de choix appartenant au "Cercle" de Verhoeven, le comédien Ronny Cox, alias Vilos Cohaagen, cerveau maléfique de la machination accablant  le personnage de Schwarzenegger. Dans la version de 2012, c’est Bryan Cranston qui jouera les Bad Guys dans ce "Total Recall" ; lui qui, après avoir percé dans le monde du petit écran ("Breaking Bad", "Malcolm") se voit, aujourd’hui, de plus en plus convier à participer à de grosses productions cinématographiques ("La Défense Lincoln", "Il n’est jamais trop tard", "Drive", "Contagion").

Ethan Hawke

Bryan Cranston dans Breaking Bad

Reste le truculent Bill Nighy ("Pirates des Caraïbes", "Harry Potter", "Shaun of the Dead"), l’homme qui a connu plus d’un grimage dans sa carrière, qui s’apprête à enfiler le rôle de Kuato, un mutant incarnant, dans la version de Verhoeven, le chef de la résistance sur la planète Mars. Les initiés se souviendront que Nighy a, plus d’une fois, bourlingué aux côtés du réalisateur et producteur Len Wiseman en participant à la saga "UnderWorld" sous les traits d’un vampire teigneux. La boucle parait ici bouclée !

Bill Nighy

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (2) | |

02/11/2011

TERRA NOVA… Premières impressions

Terra Nova

A presque 65 ans, le cinéaste et producteur de renom Steven Spielberg a toujours une actualité très chargée ! Et c’est tant mieux diront ses plus grands fans… A l’affiche du déjà très plébiscité "Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne", Spielberg occupe également une charge de producteur assez prolifique et s’inscrit dès lors sur les génériques d’imposants Blockbusters de l’été : "Cowboys & Aliens", "Super 8", "Transformers 3" et le dernier en date "Real Steel" (prochainement sur nos écrans). Si notre homme marque donc allégrement de sa patte le monde du Septième Art, il est également actif sur le petit écran...

Steven Spielberg

L’une des particularités majeures du conteur Spielberg est qu’il possède cette faculté indéniable de "boxer" dans plusieurs catégories. Il revendique d’ailleurs se besoin de devoir perpétuellement enchaîner des projets de différentes portées alternant ainsi irrémédiablement productions tragico-historiques ("La Liste de Schindler", "Amistad", "Munich",…) et divertissements spectaculaires certainement pas dénués de profondeur ("Minority Report", "Arrête-moi si tu peux", "La Guerre des Mondes",…). Le compte-rendu présent porte davantage sur cette seconde catégorie… Depuis ses débuts, Spielberg a clairement fait étalage de ses goûts en matière de divertissements pyrotechniques : notre ami aime les histoires fantastiques tournant, si elles le peuvent, autour des extraterrestres ou des dinosaures. Les derniers projets TV auxquels Spielberg a participé en témoigne. Si avec l’honnête première saison de "Falling Skies", c’est au cœur d’une invasion extraterrestre de portée mondiale que Spielberg - en qualité de créateur et de producteur exécutif - nous a emmenés, la toute nouvelle série "Terra Nova" offre, avec tous les (bons) ingrédients d’usage, l’occasion de repartir à la chasse aux dinosaures…

Stephen Lang et Jason O Mara

Ne boudons pas notre plaisir de nous plonger à nouveau au cœur des entrailles de la terrible Préhistoire, bien avant l’apparition des premiers hommes. Si les derniers voyages cinématographiques, menés par la compagnie Jurassic Park Airlines, n’avaient pu satisfaire complètement les amateurs de Safari préhistorique (faute, sans doute, à un inlassable sentiment de déjà-vu et de rebondissements convenus - le troisième opus en ligne de mire ! -), avec cette nouvelle petite brise intitulée "Terra Nova", diffusée sur les "petits" écrans plats FULL HD LED et Cie., Steven Spielberg marque à coup sûr de son emprunte le monde télévisuel.

Shelley Conn

La recette du producteur paraît si simple que l’on peut se demander pourquoi elle n’a pas vu le jour plus tôt ! Une aventure rythmée, ponctuée de (sous-)intrigues aussi inattendues que dépaysantes ; ces dernières mariant suspense, fantastique et le petit soupçon de frisson qui s’impose… Sans oublier quelques séquences un peu plus légères ou intimistes. Voilà ce que nous réservent les premiers épisodes de cette toute fraîche expédition scientastique ! Produit par la 20th Century Fox, ce "Terra Nova" s’applique à suivre l’histoire incroyable et tortueuse de la famille Shannon. Condamnés dans un lointain futur - en 2149 précisément - à attendre, petit à petit, l’extinction de l’humanité, Jim (Jason O’Mara), Elizabeth (Shelley Conn) et leurs trois enfants reçoivent l’opportunité d’effectuer un voyage dans le temps. Réalisant un retour dans le passé de plus de 85 millions d’années, les Shannon vont devoir se serrer les coudes et participer à l’émergence d’une folle entreprise baptisée Terra Nova : une nouvelle terre d’asile et de prospérité pour l’humanité, la promesse d’un nouveau départ… Seulement voilà : il faudra composer avec la faune et la flore locale, avec les dinosaures, les plantes carnivores, les épidémies et toutes une série d’imprévus venant, à chaque épisode, contrarier, toujours un peu plus, l’émergence de ce nouvel havre de paix (?).

Une autre scène de Terra Nova

Partant d’une idée aussi originale qu’attrayante pondue par Craig Silverstein et Kelly Marcel, "Terra Nova" offre aux spectateurs la promesse d’intrigues variées et enrichies de plusieurs découvertes inattendues. Une remise en question et des embûches qui se posent donc à chaque nouveau volet, ce qui permet incontestablement de vivifier le(s) propos de cette série… A la différence justement d'un "Falling Skies" qui recycle à longueur de temps des thèmes récurrents sans apporter beaucoup d’oxygène et d’innovations scénaristiques aux différentes étapes de l’intrigue. "Terra Nova" surpasse à ce niveau-là la production de la DreamWorks Television.

Stephen Lang à gauche

Au niveau visuel également, le "premier contact" avec nos chers amis les dinos se révèle plus attrayant par rapport aux premiers Rampants de l’opus original de "Falling Skies". Reste que la numérisation et le rendu de ces terribles lézards préhistoriques, s’ils surpassent le standard technique des effets spéciaux affiliés généralement à une série TV, ne rivalisent pas encore tout à fait avec la technicité visuelle déployée dans de gros Blockbusters créés pour le Grand écran ! Côté casting, on retiendra au premier chef la présence au générique du fameux Stephen Lang dont la carrière a pris un excellent bol d’aire à la suite de l’"Avatar" de James Cameron, succès international dans lequel Lang interprétait avec faste et réussite le beau salopard de service !

Jason O Mara

Suivent une palette de comédiens qui ne sont nullement étrangers aux productions télévisuelles : l’acteur irlandais Jason O’Mara ("Frères d’armes", "Les Experts - Miami", "The Closer"), Shelley Conn, Landon Liboiron ou encore Christine Adams ("Tron l’héritage"). Sans pousser la Maestria, "Terra Nova" offre un (très) bon divertissement et déploie d’excellents arguments qualitatifs pour permettre à certains cinéphiles en froid avec les productions pyrotechniques très bas de gamme - rangées dans les rayonnages DVD - de passer un agréablement moment devant la TV. Que demande le peuple !? De bon augure pour la suite de cette série qui devrait, au minimum, accoucher d’une deuxième saison…

Stephen Lang

Écrit par TOM dans SERIES TV | Lien permanent | Commentaires (0) | |

01/11/2011

CATWOMAN… reine d’Halloween ?

Quand Catwoman devient Katwoman

Alors que les réjouissances annuelles d’Halloween viennent de battre leur plein, vous avez peut-être choisi, Mesdames, à cette occasion, de vous déguiser en Catwoman… Si c’est le cas, sachez que vous avez bien fait car, en cette fin d’année, ce personnage occupe assurément une excellente place dans l’actualité des super-héroïnes originaires de la planète Comics ! Petit tour d’horizon des tendances ludiques et cinématographiques de cette fin d’année qui ont opté pour porter en triomphe la redoutable féline de l’effraction, tout de cuir vêtu… Sorti il y a à peine deux semaines à la vente, le nouveau jeu vidéo "Batman : Arkham City" n’est autre que la suite d’"Arkham Asylum", titre qui avait déjà remporté un beau succès critique et commercial en 2009. Développé une nouvelle fois par Rocksteady Studios, Batman, l’icône absolu des DC Comics et autre Warner Bros Studios, nous emmène cette fois dans une aventure ludique offrant des perspectives de liberté et d’exploration nettement plus larges par rapport au premier opus.

Une Catwoman très ludique

Suivent, pour agrémenter et, parallèlement, pimenter encore un peu plus la partie, une avalanche de super-vilains, tous originaires du monde de Gotham City, dont Le Joker, Double-Face, Oswald Cobblepot, alias Pingouin, Mr Freeze, L’Homme mystère et Catwoman… Notre héroïne qui, une fois n’est pas coutume, travaille sur les deux tableaux : celui du crime et de la justice… A un point tel que les heureux possesseurs de ce jeu auront la possibilité de diriger la pulpeuse Selina Kyle avide de se frotter à la racaille bodybuildée comme le laissent penser les premières images…

Passons maintenant au prochain "Dark Knight Rises", le chapitre final de la trilogie initiée en 2005 par le cinéaste Christopher Nolan, avec l’acteur Christian Bale sous le masque du justicier de la nuit. Dans ce nouvel opus, le "chevalier noir" croisera sur sa route de nouveaux ennemis mais également (heureusement pour lui !) quelques adjuvants à commencer par une Catwoman prenant les traits de l’actrice new-yorkaise Anne Hathaway.

Anne Hathaway la nouvelle Catwoman du grand écran

On attend avec impatience cette nouvelle performance de la vedette des "Max la menace" (2008) et "Le Diable s’habille en Prada" (2006)… Un challenge assurément pour cette jeune actrice qui donne très rarement dans la science-fiction (passons outre le très modeste "Les Passagers") pour se laisser surtout aller dans les comédies romanesques. Certains espèrent, peut-être, que cette nouvelle interprétation cinématographique puisse faire oublier celle de la comédienne Halle Berry, en 2003, dans le "Catwoman" du réalisateur français Pitof. Assurément à la vue des premières photos officielles de ce troisième "Dark Knight", Christopher Nolan et son équipe ont conçu une super-héroïne plus réaliste et sans doute moins folklorique et exubérante que par le passé !? Sortie prévue en Juillet 2012.

Dylan Ryder est Katwoman XXX

Terminons par une note quelque peu plus croustillante avec l’arrivée d’une énième adaptation parodique et sulfureuse des aventures d’un super-héros de la planète Comics : "Catwoman"… Euh, pardon ! Je veux dire "Katwoman". En effet, depuis quelques années maintenant, principalement depuis la parodie pornographique (et en 3D !) d’"Avatar" plusieurs studios américains de films pour adultes, principalement Hustler avec sa franchise "This Ain’t…", se sont attelés à proposer de nombreux essais détournant à foison (et s’en craindre le ridicule… bien au contraire) des standards de la sphère Blockbusters hollywoodienne. Après donc les exploits érotiques de Conan, Hulk, Spider-Man, Batman, Captain America (& Cie.) et avant ceux d’Iron Man (Quelle imagination quand même ces ‘Ricains !), voici la folle chevauchée de Katwoman… Une héroïne toujours très pulpeuse et très cuir qui, dans cette toute nouvelle production BlueBirdFilms, adopte la silhouette (poussive !?) de l’une des stars du porno américain : Dylan Ryder. Ayant toujours le chic - et le charme - pour se mettre dans de beaux draps, "Katwoman XXX" se frotte, dans ce long-métrage réalisé par Nicholas Steele, à de nombreux adversaires : le Joker et Double-Face en tête de liste. Notre pulpeuse féline de la nuit pourra compter sur l’aide non négligeable et aguichant de Wonder Woman (Jennifer Dark) et de SuperGirl (Kagney Linn Karter). Avis, bien entendu, aux amateurs de ce cinéma « dérivé » à ne pas mettre sous tous les yeux !

Michelle Pfeiffer la seule et unique Catwoman

Voilà donc une série de nouvelles qui donneront un peu de relief aux cinéphiles qui pleurent les années les séparant de la belle Michelle "Catwoman" Pfeiffer, pour beaucoup la plus réussie incarnation à l’écran de l’héroïne de DC Comics…

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray, GAMES, NEWS, STARS | Lien permanent | Commentaires (3) | |