29/12/2009

PANDORUM, descente dans l’obscurité spatiale

Pandorum82273178227317822731782273178227321

Paul Anderson n’a vraiment pas été en veine ces dernières années en mettant en scène ou en produisant des divertissements de moyenne qualité (ainsi que de véritables "catastrophes" !). Aujourd’hui, après avoir réalisé l’exaltant "Death Race 3000", film d’action futuriste emmené par le charismatique Jason Statham, Anderson nous invite à monter à bord de sa dernière petite production intitulée "Pandorum"… S’embarquant dans un vaste vaisseau spatial afin de coloniser une lointaine planète, des centaines d’hommes et de femmes représentent le dernier espoir d’une humanité qui n’a cessé de pulluler sur terre et de dévorer toutes les réserves naturelles de la planète. Quelques années après (ou peut-être quelques décennies ? ou peut-être quelques siècles ?), le Lieutenant Payton (Dennis Quaid) et le Caporal Bower (Ben Foster) se réveillent à l’intérieur d’un compartiment scellé du vaisseau. Ils ne se souviennent que partiellement de leur mission et de leur identité. Le premier réflexe de Bower est de s’extraire de leur prison pour partir à la recherche des membres d’équipage. Conduit par Payton - branché à l’un des rares postes de contrôle fonctionnant -, Bower déambule dans les vastes couloirs du vaisseau, plongés dans l’obscurité totale, à la recherche du moindre signe de vie… Bower ne tarde pas à en trouver mais ce n’était certainement pas à ça que s’attendait le caporal : d’immondes et voraces créatures ont pris le contrôle du vaisseau durant le sommeil des deux astronautes. Bower, accompagné de quelques rescapés, tentera de sauver sa peau tout en essayant d’accéder à la salle des machines pour relancer les commandes principales du vaisseau dérivant…

Antje Traue et Ben Foster

Réalisateur sur le film allemand "Antibodies" (2006), Christian Alvart - avant de s’attaquer au thriller surnaturel "Le Cas 39" avec Renée Zellweger (prochainement sur nos écrans) - signe, avec "Pandorum", un très bon thriller horrifique baignant dans le sang et dans la peur incommensurable de l’immensité spatiale. Le voilà justement le fil conducteur de ce long-métrage : le "pandorum", un syndrome virulent d’angoisse qui attise la peur, la nervosité et la violence (extrême) des astronautes qui supportent mal les séjours prolongés dans l’espace, au milieu du vide… Sur base de cette peur primaire, transformant tout être humain - normalement constitué - en dément sanguinaire, le scénariste Travis Milloy tisse le sabordage d’un immense vaisseau spatial ; sabordage qui a notamment engendré la naissance de véritables monstres.

Dennis Quaid

Ceux-ci constituent l’un des points forts de ce thriller. Toutefois, ces horribles créatures primaires et chasseresses rappellent significativement les monstres caverneux du "The Descent" de Neil Marshall… Pour ajouter à cette impression de déjà-vu, "Pandorum" se base sur une atmosphère oppressante soignant l’obscurité comme l’a fait également, en son temps, Marshall ! Mais "The Descent" n’est pas la seule source d’inspiration de "Pandorum" : l’apparence des rescapés, sauvant leur peau à l’aide de couteaux aiguisés, se réfère, assez fortement, au "Pitch Black" (2000) de David Twohy. Bref, les amateurs de sensations fortes cinématographiques - c’est bien à eux que ce "Pandorum" s’adresse - trouveront par moment des allures de Patchwork à ce long-métrage qui nous livre, ma foi, une synthèse réussie et distrayante des quelques bons (et rares) longs-métrages de science-fiction de ces dernières années ; en incluant également quelques juteux clins d’œil à l’univers "Star Wars".

Cam Gigandet

Soignant un esthétique du clair-obscur bien maîtrisé, le cinéaste Christian Alvart a eu l’occasion de travailler avec un solide casting masculin composé principalement de Dennis Quaid, de Ben Foster et de Cam Gigandet. Nerveux, sachant jouer les schizophrènes quand il le faut, ces trois acteurs affichent un aura chargé d’un efficace et inquiétant côté obscur… C’est enfin l’occasion, pour Ben Foster, de tirer son épingle du jeu en s’affichant comme le héros central de l’intrigue après avoir occupé, maintes fois, des seconds rôles. Dennis Quaid démontre une nouvelle fois que sa carrière est clairement relancée et qu’il a le chic pour se glisser dans des rôles foncièrement différents ainsi que dans des projets de tout acabit.

Ben Foster et Antje Traue

La pulpeuse et convaincante actrice allemande Antje Traue complète avec énergie et conviction le haut de l’affiche en jouant une scientifique mutée en une Lara Croft intergalactique ! Montant progressivement en puissance, "Pandorum" se révèle, au final, être un (plus que sympathique) cocktail d’effroi et d’action à consommer exclusivement sur grand écran. Voila une aventure qui renoue, de bien belle manière, avec les grands divertissements horrifiques de science-fiction que l’on croyait disparus.

Antje Traue

La bande-annonce…

Tags associés : "Pandorum", Dennis Quaid, Ben Foster, Cam Gigandet, Jason Statham, Renée Zellweger, Paul Anderson, Neil Marshall, David Twohy, "Death Race 3000", "The Descent", "Star Wars"

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.