22/11/2009

2012 ou les Montagnes russes d’Emmerich

201282273178227317822731782273178227321

Nous sommes en 2012. Récemment séparé de son épouse Kate (Amanda Peet), l’écrivain raté Jackson Curtis (John Cusack) - auteur d’un roman de science-fiction diablement optimiste - part en randonnée avec ses deux enfants. Jackson est loin de se douter que la survie de l’humanité touche à sa fin. En effet, deux ans auparavant, le géologue Adrian Helmsley (Chiwetel Ejiofor) a découvert que le noyau de la terre interagissait dangereusement avec les éruptions solaires. Dans l’optique de sauver le maximum d’individus, Adrian, en partenariat avec le politicien Carl Anheuser (Oliver Platt), a élaboré un plan gigantesque… Le roi des blockbusters coulant d’effets spéciaux comme le sucre au sommet d’un paquet de pop-corn, j’ai nommé Roland Emmerich, est de retour pour nous jouer un "mauvais"… Non, non ! Un "bon" tour, cette fois ! En effet, après le semi échec de son "10.000 B.C.", notre homme et sa fine équipe - composée notamment du producteur, scénariste et compositeur Harald Kloser - se remettent à flot avec "2012".

Morgan Lily et John Cusack

Ce film catastrophe s’inscrit pleinement dans la plus pure tradition des divertissements apocalyptiques de la fin du 20e siècle… Créneau pour lequel Roland Emmerich a d’ailleurs fortement contribué ! Au menu donc, rien de bien nouveau avec quelques beaux lieux communs (encore et toujours de nombreuses villes américaines englouties sous les gravas) où des effets visuels soignés riment avec chaos et destruction à grande échelle. Tout cela donne, dans une première partie très bien négociée par Emmerich, une véritable expérience dans le style "Montagnes russes"… Car, contre toute attente, notre ami - précédemment cité - insuffle quelques belles notes d’humour à son "2012" et dynamise ainsi le ton dramatique et émotif de circonstance lorsque l’on évoque la fin des temps !

2012

Le réalisateur des "Independance Day" et "Stargate" glisse également dans ce mammouth pyrotechnique quelques scènes plus intimistes… Bienvenues me direz-vous !? Pas tant que ça ! Surtout que ces moments de répits ont tendance à alourdir la seconde partie de ce "2012". Sans surprise au niveau de la finalité de son intrigue (on prend une méchante vague mais on survit !), ce nouveau long-métrage n’oublie nullement sa mission première et divertira certainement les spectateurs recherchant toujours l’expérience ultime en matière de feux d’artifice visuel.

John Cusack et Woody Harrelson

Côté casting, "2012" suit la voie des nombreux exercices de style pyrotechniques qui préfèrent appâter le public par de grandes campagnes médiatiques plutôt que par un nom sur une affiche. On pourrait même dire que c’est Mister Roland qui a inventé ce principe en confiant les premiers rôles de ses films à des acteurs méconnus (du très grand public) en leur temps… Comme Matthew Broderick pour "Godzilla" (1998) ou Steven Strait pour "10.000 B.C.". C’est donc ici à John Cusack qu’incombe la responsabilité de jouer dans la cour des grands. Le pari semblait risqué et pourtant grâce au héros des "Aiguilleurs", "Minuit dans le jardin du bien et du mal" et autre "Con Air" ("Les Ailes de l’enfer"), "2012" gagne en fraîcheur et en légèreté...

John Cusack

La prestation de Cusack contrebalance très bien en effet avec l’aspect terrifiant et apocalyptique qui plane au-dessus de ce long-métrage. Suivent une ribambelle de seconds rôles où l’on retrouve pêle-mêle Amanda Peet, Oliver Platt, Thandie Newton, Danny Glover, Woody Harrelson… avec, ne l’oublions pas, un Chiwetel Ejiofor qui se taille une très belle part, lui aussi, du "lion"… Je veux dire de "l’écran" !

Thandie Newton et Chiwetel Ejiofor

Glissant quelques petites pics à l’attention de l’omnipotente et égocentrique Amérique du Nord, "2012" va même jusqu’à militer pour que l’éléphant US prenne une petite leçon d’humilité en mettant à l’honneur d’autres "citoyens du monde" comme ceux de Chine, du Tibet, d’Inde ou d’Europe. A l’ère de l’écologie et des questions environnementales, Roland Emmerich se recycle honorablement en nous concoctant une tragi-comédie apocalyptique rondement menée (dans sa première partie) et riche en effets spéciaux soignés… Un minimum syndical rempli par le père des blockbusters dévastateurs modernes & une invitation appuyée pour découvrir ce bon petit divertissement sur écran (très, très) large !

Morgan Lily, Amanda Peet et Liam James

La bande-annonce…

Tags associés : Action, Aventure, "2012", "10.000 B.C.", John Cusack, Roland Emmerich, Thandie Newton, Steven Strait

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.