08/08/2009

HARRY POTTER en perte de vitesse ???

Harry Potter and the Half Blood Prince

822731782273178227317star_1_28227321

Les chiffres sont là pour nous le rappeler quasiment quotidiennement : "Harry Potter et le Prince de sang mêlé" fait un malheur dans nos salles obscures. On pourrait converser durant des heures pour établir la liste de tous les ingrédients qui ont contribué à ce succès planétaire… Mais, une chose demeure pourtant : cet "Harry Potter 6" est loin d’être le film le plus réussi de la saga initiée par la franchise livresque de J.K. Rowling. Certainement pas le meilleur long-métrage basé sur les aventures de Harry, le petit sorcier qui fatalement, avec le temps, grandit (!) ; et certainement pas, non plus, la meilleure adaptation vue à ce jour ! Enquête sur un film phénomène et pourtant inabouti…

Daniel Radcliffe, Rupert Grint et Emma Watson

Vivant encore avec le douloureux souvenir de son duel contre Lord Voldemort (Ralph Fiennes) et ses sbires dans les locaux du Ministère de la Magie, Harry Potter (Daniel Radcliffe) s’apprête à regagner la célèbre école de sorcellerie Poudlard… Toutefois, à sa grande surprise, Harry voit débarquer de manière inattendue le Mage Albus Dumbledore (Michael Gambon) dans le monde des Moldus. Ce dernier invite l’adolescent à la suivre pour aller recruter le Professeur Horace Slughorn (Jim Broadbent). Harry apprendra de la bouche même de Dumbledore que cet homme possède un objet excessivement précieux qui pourra aider l’Ordre de Phénix dans son combat contre Voldemort… Tentant par la ruse (et la séduction !) d’obtenir ce mystérieux objet, Potter soupçonne, dans le même temps, son éternel rival, Drago Malefoy (Tom Felton), de fomenter un plan diabolique pour "Celui dont on ne doit pas prononcer le nom"

Michael Gambon (Albus Dumbledore) & Daniel Radcliffe

Dans ce nouvel opus cinématographique des aventures du jeune sorcier préféré des enfants et des ado’s (et des adultes !?!), l’accent est principalement mis sur les rapports (souvent tendus) entre les grands protagonistes de la saga Potter. Bien entendu, le trio formé par les jeunes acteurs Daniel Radcliffe (Potter), Rupert Grint (Ron Weasley) et Emma Watson (Hermione Granger) est maintenant bien huilé, fonctionne correctement à l’écran & est effectivement bien mis en exergue dans cette sixième aventure. Autour de cet inévitable petit groupe de stars, on retrouve ici avec un plaisir nullement dissimulé de nouveaux personnages (et, par conséquent, de nouveaux acteurs) des plus croustillants.

Alan Rickman, Jim Broadbent, Jessie Cave & Daniel Radcliffe

Mention spéciale pour Jessie Cave - qui interprète ici la petite Girlfriend, très envahissante, de Ron - & pour l’acteur britannique Jim Broadbent. Auréolé, ces dernières années, d’avoir inscrit son nom sur quelques grandes affiches ("Indiana Jones 4", "Hot Fuzz", "Le Monde de Narnia"), Broadbent campe, dans ce film, de manière magistrale, un professeur tiraillé et fatigué par ses fautes passées qui continue toutefois à cultiver ses pêchés par le chapardage et la sélectivité subjective (pratiquée sur l’élite estudiantine de Poudlard)...

Jim Broadbent est Horace Slughorn

Ajoutez, à cela, un Tom Felton (Drago Malefoy) qui prend du coffre en interprétant, de manière convaincante, un "sale petit monstre" blessé et emplis de doute, et vous obtenez un casting alléchant qui répondra aisément aux attendes des fans ! Ceux-ci trouveront, peut-être, malheureusement que le côté obscur de la magie est sous exploité dans cet "Harry Potter et le Prince de sang mêlé". En effet, les apparitions de Bellatrix Lestrange (Helena Bonham Carter), Severus Rogue (Alan Rickman) & Cie. - personnages toujours joyeusement infectes et pétillants de cruauté à l’écran -, sont comptées. Ne parlons pas de Mister Ralph "Voldemort" Fiennes qui apparaît une petite fraction de seconde !

Tom Felton est Draco Malfoy

Epaulé à l’écriture par le scénariste Steve Kloves (un habitué de l’étape pour avoir travaillé sur tous les films de la série !), le réalisateur David Yates accouche d’un sixième chapitre à l’intrigue très mal proportionnée dans laquelle, finalement, il ne se passe pas grand-chose… La faute certainement à un manque cruel d’action, malgré les bandes-annonces qui nous laisseraient penser sans mal le contraire (Jolie la campagne médiatique !). Soyons clair, le tableau n’est pas totalement raté… Loin de là… Mais ce long-métrage reste toutefois décevant, tout particulièrement dans sa seconde partie.

Helena Bonham Carter

Inévitablement, à ce niveau-là, les regards se tournent vers le réalisateur. Comme il l’avait déjà démontré dans le film précédent, "Harry Potter et l’Ordre du Phénix", David Yates a de très bonnes idées pour mettre en scène des séquences au ton plus intimiste, tout en comptant sur un montage aussi élégant qu’intelligent. Véritable maestro de l’étrange, David Yates distille un voile magique (C’est important bien évidemment !), teinté de mystère et lançant le spectateur sur d’intéressantes spéculations. Malheureusement, tout n’est pas toujours aussi limpide et lumineux…

Alan Rickman, Emma Watson, Rupert Grint, Daniel Radcliffe & Maggie Smith

Si la première partie du film, répétons-le, est bien enrobée dans une mise en scène quasi "magistrale" et orchestrée d’une main de maître par un metteur en scène véritablement inspiré et perfectionniste, on ne peut pas en dire autant de la seconde "manche" ! Durant plus d’une bonne heure de spectacle, ce "Prince de sang mêlé" se révèle être une bonne adaptation du roman, conservant les éléments clés du récit tout en y intégrant - avec élégance - de nouvelles situations assez sympathiques (Cf. l’une des premières scènes du film quand Harry flirte avec une jeune et jolie serveuse londonienne). La suite est moins réjouissante…

Evanna Lynch est Luna Lovegood

Le spectateur, gonflé par une immuable promesse (celle d’un film montant patiemment en puissance), constatera avec regrets, que ce long-métrage fantastique s’apparente plus, vers son final, à un vulgaire pétard mouillé dans lequel Yates démontre qu’il n’est vraiment pas à son aise lorsqu’il s’agit de "jouer" avec des effets spéciaux grandiloquents ! On regretterait presque, à ce moment-là, que la mise en scène de ce film ne soit pas entre les mains d’un Roland Emmerich ou d’un Michael Bay (pour pousser un peu le trait !), deux cinéastes, parmi d’autres, passés maîtres dans l’art de divertir les foules !

Rupert Grint est Ron Weasley

Une meilleure maîtrise du spectaculaire et de l'action nous aurait au moins permis de vivre un final combatif, entraînant, dynamique et certainement pas avare en rebondissement. Pas de grands et mémorables duels de sorcellerie donc &, pire encore, voici un film qui, dans son final, sabre allégrement la matière scénaristique issue du livre. On a ainsi l’étrange et déplaisante sensation que tout s’accélère de manière presque irréfléchie pour mettre rapidement un terme à cette aventure souffrant d’une conclusion boiteuse.

Robbie Coltrane (Rubeus Hagrid) & Jim Broadbent

Voilà donc un travail inabouti (comme une "bière-au-beurre" sans mousse !) de la part d’un réalisateur se retranchant dans ce qu’il fait de mieux ; à savoir : poser le décor… Voilà donc un sixième chapitre de la saga qui, rétrospectivement, se présente plus largement comme un film de transition en attendant, on l’espère, les prochaines aventures d’"Harry Potter" plus grandiloquentes et spectaculaires ! Avec David Yates une nouvelle fois à la manœuvre, ce n’est pas gagné mais… L’espoir est de mise, surtout dans le monde de notre "Monsieur Potter" !

Emma Watson est Hermione Granger

La bande-annonce…

Liens...

► "Harry Potter et la Coupe de Feu"

► "Harry Potter et l’Ordre du Phénix"

► "Harry Potter et le Prince de Sang mêlé"

Tags associés : "Harry Potter", J.K. Rowling, Ralph Fiennes, Daniel Radcliffe, Jim Broadbent, Helena Bonham Carter, David Yates, Roland Emmerich, Michael Bay, "Indiana Jones 4", "Hot Fuzz", "Le Monde de Narnia"

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.