12/06/2009

Confessions d’une accro du shopping… Un film accrocheur ?

Confessions d'une accro' du shopping

82273178227317822731782273218227321

Vivante, vivifiante, pétillante, célibataire et habitant chez une amie qui va bientôt se marier, Rebecca (Isla Fisher) caresse un doux rêve : écrire pour un prestigieux magazine de Mode. La Mode, en effet, Rebecca connaît ! Malheureusement, revers de la médaille, notre amie ne connaît pas ses limites et encore moins les limites de ses cartes bancaires. Dès qu’elle rentre dans un magasin de vêtements ou qu’elle louche sur une vitrine alléchante, Rebecca ne peut résister à la tentation et achète, à tour de bras, foulards, bottes, manteaux, robes, etc. Cette véritable accro’ du shopping va finir sur la paille surtout que sa vie professionnelle a du plomb dans l’aile ! C’est le moment rêvé pour provoquer sa chance et postuler auprès d’Alette Naylor (Kristin Scott Thomas), une redoutable femme d’affaire (et de Mode) qui fait la pluie et le beau temps dans le monde de la Haute Couture…

Isla Fisher

Plus habitué à donner dans les grosses superproductions pyrotechniques, le producteur américain Jerry Bruckheimer s’est rarement intéressé, durant sa déjà longue carrière, aux comédies et encore moins aux comédies romantiques ! De plus, hormis certainement l’excellent "Tel est pris qui croyait prendre" (1994), ce genre de productions humoristiques n’a jamais été crédité d’un excellent score. La meilleure preuve de ce manque d’intérêt (?) reste bien entendu le mièvre "Kangourou Jack" de 2003 qui aura sans doute uniquement fait sourire les plus jeunes spectateurs ! Inconscient ? Fétichiste ? Ou, au contraire, investisseur de génie surfant habillement sur les modes cinématographiques du temps ? Jerry Bruckheimer s’oriente, cette fois, vers un film très Working Girl intitulé "Confessions d’une accro du shopping"...

Isla Fisher

On retrouve, derrière la caméra, le réalisateur australien P.J. Hogan ("Muriel", "Le Mariage de mon meilleur ami") bien connu pour être un talentueux metteur en scène de films Only Woman (serait-ce ironique ?). Avec ce nouveau long-métrage, Hogan - à ne pas confondre avec le célèbre catcheur américain ! - ne démentit pas ce statut : oui, "Confessions d’une accro du shopping" est un film romantique et (heureusement) légèrement déjanté qui est porté par des femmes et destiné, prioritairement parlant, à la gente féminine. De là, Messieurs, à trouver le temps incroyablement long durant la projection… On ne peut pas le dire et cela grâce principalement à la rayonnante Isla Fisher.

Isla Fisher

Vous souvenez-vous de l’incroyable "Serial noceurs" et d’une jeune fille riche et séduisante littéralement accro’ au sexe ? Et bien, cette tendre dulcinée, c’était déjà la pétillante Isla Fisher. Parfaite beauté nunuche - pour l’occasion - souffrant d’une véritable maladie (Si ! Si !), notre Belle est, dans ce long-métrage, souvent fo’folle et parfois tendre, tout en sortant de son sac "griffé" une petite touche inattendue plus dramatique. Souvent en roue libre, crevant l’écran et véritable personnage central de cette histoire, Isla est gentiment épaulée par quelques Guets Stars comme John Goodman, Joan Cusak, John Lithgow et Kristin Scott Thomas, qui effectuent ici quelques petites apparitions intéressantes et, le plus souvent, joviale. Mine de rien, on sent que Papa Bruckheimer est dans le coin !

Isla Fisher à droite

Oui, Oui ! On peut bien dire que Jerry Bruckheimer a la capacité de flairer les bons coûts et de surfer habillement sur les modes cinématographiques du temps… Tiré du roman de l’anglaise Sophie Kinsella, "Confessions d’une accro du shopping" joue ouvertement la carte du "Et si nous goûtions au succès d’un certain Le Diable s'habille en Prada !?". En effet, parfait Working Girl, sans doute plus fi’fille et déjanté que le récent film mettant en scène une croustillante et vénéneuse Meryl Streep, le long-métrage de P.J. Hogan sent, par moment, un peu trop le déjà-vu et la copie (correcte mais…) prématurée pour que les spectatrices puissent profiter pleinement de cette petite romance boulot-dodo-shopping qui, par moment, ne manque certainement pas d’imagination.

Isla Fisher

Après le mouvement Girl Power, il faudra sans doute parler maintenant du Shopping Power !? En résumé : voici un film réservé aux accros des comédies romantiques ‘ricaines saupoudrées de beaucoup de magie (dans la fibre Disney) et d’une crédulité à toute épreuve.

La bande-annonce…

Tags associés : Comédie, Kristin Scott Thomas, John Goodman, Meryl Streep, Jerry Bruckheimer, "Le Diable s'habille en Prada", "Serial Noceurs"

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |

Commentaires

petit coucou en passant sur votre blog.
Bonne fin de soirée

Écrit par : mavicelia | 17/06/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.