21/03/2009

PUSH : des X-MEN très discrets

Push

822731782273178227317star_1_28227321

Réalisateur de l’énergique "Slevin" en 2005, Paul McGuigan nous revient, en ce début d’année, avec un nouveau film marchant sur les traces des célèbres "X-Men"… Nous vivons dans un monde bigarré dans lequel, au plus profond des grandes villes, se cachent des êtres doués d’impressionnants pouvoirs. Mais pourquoi ces derniers se cachent-ils ? Tout simplement pour échapper à une obscure organisation secrète qui convoite ces êtres exceptionnels dans le but de créer le soldat absolu. Dans cette guerre de l’ombre où s’affrontent des individus capables de contrôler votre esprit, d’autres pouvant déplacer des objets par leur seule volonté ou encore poussant des cris susceptibles de broyer vos os, Nick Gant (Chris Evans) tente de rester neutre et de survivre. Cependant, l’arrivée dans sa vie de la jeune Cassie (Dakota Fanning) va changer la donne. Nick se voit contraint d’aider cette dernière qui possède la faculté de lire dans l’avenir. L’avenir justement de ce tandem improbable est loin d’être optimiste mais nos deux jeunes héros ont une mission de la plus haute importance à remplir : Nick et Cassie doivent impérativement protéger Kira (Camilla Belle), la cible n°1 de Henry Carver (Djimon Hounsou), un agent spécial de la tristement célèbre "Division"…

Chris Evans et Dakota Fanning

A la différence des supers héros de la maison Marvel qui se baladent, pour leurs missions périlleuses, en uniforme de cuir cintré et ostentatoire, "Push" exploite davantage la discrétion de ses personnages disposant, bien malgré eux, de pouvoirs spécifiques et surnaturels. C’est véritablement un des traits caractéristiques de ce long-métrage d’anticipation qui joue allégrement la carte du réalisme et de l’esprit de survie... Ne pensez pas donc voir dans "Push" la gosse artillerie en matière d’effets spéciaux et de scènes de bravoures.

Djimon Hounsou

Le long-métrage de McGuigan se conçoit davantage comme un suspense tendu plutôt que comme une séance d’héroïsme auto-glorificateur. A ce niveau, "Push" offre une sympathique alternative à la déjà longue liste des adaptations américaines de Comics ! Energique, intéressante, attractive et interactive, l’histoire conçue par David Bourla débouche toutefois sur quelques temps morts qui handicapent un peu la dynamique du film. Hormis ces quelques petites pertes de pression, "Push" fait la part belle à un casting inédit dans lequel on retrouve notamment Dakota Fanning, Camilla Belle, Chris Evans, Djimon Hounsou et Cliff Curtis.

Camilla Belle

Les personnages campés par ces acteurs vont, progressivement, au fil de l’intrigue, dévoiler leur vrai visage et leur vraie nature pour finalement, soit se rebeller contre le système ou, au contraire, intégrer ce dernier et traquer les insignifiants renégats à la cause de la "Division". A la tête de cette organisation gouvernementale, on retrouve l’acteur Djimon Hounsou dont la performance n’est pas sans rappeler celle qu’il avait tenue dans "The Island". Inquiétant, décidé et diaboliquement précis, Djimon Hounsou n’a décidemment pas son pareil pour camper les indécrottables traqueurs. On a donc pu le constater dans "The Island" mais également dans "Le Boulet", comédie française de 2002 réunissant Gérard Lanvin, Benoît Poelvoorde et José Garcia.

Chris Evans

Fuyant une diabolique organisation gouvernementale, le personnage interprété par Chris Evans se taire comme un rat dans l’anonymat et tente de survivre de petites arnaques improbables. Loin de son rôle de super héros charmeur dans "Les 4 Fantastiques", Evans a tout le loisir ici d’exploiter une autre facette du héros mutant typé… Celle d’un homme traqué, tentant d’expier un don surnaturel qui prend rapidement des allures de fardeau ; celle d’un héros malgré lui en proie à la faiblesse, à l’incertitude mais qui est prêt à tous les sacrifices… A ce jeu, Chris Evans brille toujours autant et démontre que sa carrière d’acteur sex-symbol - qui a déjà pris un bon bol d’air depuis "Sunshine" - peut aussi se révéler pleine de bonnes surprises.

Dakota Fanning et Djimon Hounsou

Affichant sa douce frimousse dans "Sam, je suis Sam", "Le Chat chapeauté", "Man on Fire", "La Guerre des mondes" ou encore dans "Le Petit monde de Charlotte", Dakota Fanning étonne dans ce "Push" en campant une jeune adolescente déboussolée et fragile qui témoigne cependant d’un pragmatisme désarçonnant. Une performance qui incontestablement marque et déroutera peut-être les cinéphiles qui se sont attachés à la petite fillette au visage d’ange protégée par Denzel Washington dans "Man on Fire" ou par Tom Cruise dans "La Guerre des mondes".

Djimon Hounsou et Camilla Belle

Reste la charmante Camilla Belle sublimée par le réalisateur Roland Emmerich dans l’honnête "10.000 B.C." et, avant cela, aux prises avec un tueur pervers dans "Terreur sur la ligne". Construit sous la forme d’un puzzle ou d’un jeu de piste jouant sur les défaillances de la mémoire, "Push", tout en soignant le suspense, distille, de-ci de-là, quelques belles séquences tendues et visuellement soignées. Un film qui parlera aux amateurs de supers héros qui ont été nettement trop gavés par l’avalanche indigeste d’adaptions de Comics US pas toujours très originales !

La bande-annonce…

Push, vers une nouvelle collaboration !?

Chris Evans

La fin relativement ouverte de "Push" appelle peut-être un Sequel !? Quoiqu’il en soit, on espère bientôt retrouver, pour de nouvelles aventures, les acteurs qui composent l’affiche de ce film. Ce n’est, de plus, par la première fois que ces derniers tournent ensemble ! Camilla Belle et Cliff Curtis se sont ainsi déjà rencontrés sur le tournage de "10.000 B.C". Ce même Cliff Curtis a également donné la réplique à Chris Evans à l’occasion de "Sunshine".

Tags associés : "Push", Chris Evans, Dakota Fanning, Camilla Belle, Djimon Hounsou, Cliff Curtis, Paul McGuigan, Gérard Lanvin, Benoît Poelvoorde, José Garcia, Denzel Washington, Tom Cruise, Roland Emmerich, Comics, Marvel, "Slevin", "X-Men", "Les 4 Fantastiques", "Sunshine", "10.000 B.C.", "Terreur sur la ligne"

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.