29/12/2008

Mark Wahlberg est MAX PAYNE

Max Payne

82273178227317822731782273218227321

Mais qui est donc ce Max Payne ? En 2001, le développeur de jeux vidéo "Remedy Entertainment" sortait une petite bombe sur PC ; bombe qui a fait du bruit et qui s’est déclinée, par la suite, sur "X-Box" et "PS2". Le nom de ce coup d’éclat : "Max Payne". Cette identité correspond en fait - dans les jeux - à celle d’un flic des plus coriaces chérissant les méthodes expéditives. Même s’il mène une vie professionnelle bien remplie, notre ami Max souhaite, plus que tout, passer du bon temps avec son épouse et son jeune fils. Malheureusement, les deux êtres comptant le plus pour Payne vont être assassinés. Terrassé par cet évènement et conduit par une soif de vengeance inouïe, Max va tout tenter pour débusquer la racaille au cœur même des baffons de la ville. Cette vendetta à la fois aveugle et méthodique va amener notre super flic à se frotter à des truands de la pire espèce : mafia, dealers, membres d’une secte satanique,…

Mark Wahlberg dans la ligne de mire

Dans les grandes lignes, l’adaptation cinématographique de ce jeu phare obéit au même schéma narratif que le Game… du moins dans son introduction ! Reste qu’une histoire de vengeance, on en a déjà vu un beau paquet sur grand écran ! C’est justement l’une des grosses faiblesses de ce film. Malgré le travail intensif du réalisateur irlandais John Moore ("666 la malédiction", "Le Vol du Phoenix", "En territoire ennemi") pour créer notamment une ambiance bien sombre et léchée par une maîtrise visuelle évidente, "Max Payne. Le Film" enfonce, durant presque 1h40, des portes déjà grandes ouvertes !

John Moore et Mark Wahlberg

Ni les artifices visuels clair-obscur (façon "Sin City"), ni les phases de bullet time (ralentis appliqués durant l’action) qui rendent un vibrant hommage au jeu de 2001, ne parviennent finalement à nous faire décoller de notre siège. Et cette fameuse histoire de démons me direz-vous ? En voyant la bande-annonce de ce film, on pense principalement aux "Matrix" et autre "Constantine" (La Vérité est ailleurs !) ; bref, on peut se demander si le sympathique Mark Wahlberg ne souhaite pas marcher sur les traces de Keanu Reeves !?

Mark Wahlberg, Ange ou Démon ?

Le principal intérêt de ce long-métrage (sur le plan scénaristique) est justement de percer le mystère de ces inquiétantes créatures ailées… Et là, la chute fait au combien mal lorsque l’on en vient à la conclusion que ce monde parallèle a plus des allures d’hallucinations fumantes que de véritables percées diaboliques dans notre monde.

Chris O'Donnell, le Come-back !!!

Se basant sur un scénario maigrelet qui accumule les clichés et les mauvais raccords (certains personnages tombent par hasard toujours au bon moment), ce "Max Payne" ne doit son charme qu’au travail, répétons-le, d’un metteur en scène inspiré. Bien entendu, la star des films d’action Mark Wahlberg est là également pour sauver la mise. Sous son éternelle veste de cuire noire, notre ami, solide comme un Rock, n’a pas son pareil, c’est vrai, pour jouer les héros en apparence indestructibles qui souffrent en fait au plus profond de leur chair.

Mark Wahlberg

Campant une nouvelle fois un amateur de "Justice expéditive", Wahlberg n’a pas encore totalement quitté, dirait-on, son rôle de tueur d’élite pourchassé dans "Sniper" ! Même si Chris Bridges (alias "Ludacris"), vu récemment dans le joyeux "Frère Noël", n’est pas à la hauteur de son rôle de flic intègre, "Max Payne" réserve quelques bonnes surprises au niveau du casting… Deux surprises pour être plus précis.

Chris Bridges, alias Ludacris

Tout d’abord, on retrouve pour une rapide mais séduisante apparition la nouvelle James Bond Girl Olga Kurylenko, vue également dans "Hitman" (une autre adaptation de jeu vidéo). Deuxièmement, "Max Payne" coïncide avec le retour sur grand écran du sympathique Chris O’Donnell qui fut, durant un temps, l’idole des jeunes en jouant notamment dans "Beignets de tomates vertes" (1991), "Le Temps d’un week-end" (1993), "Les Trois mousquetaires" (1994) ou encore "Batman Forever" (1995).

Olga Kurylenko

Malgré des lacunes évidentes, "Max Payne" n’est pas dénué de charme. Le pire sans doute dans cette histoire c’est que ce film apparaît comme l’une des meilleures adaptations de jeux vidéo de la dernière décennies. Cela ne prouve-t-il pas justement que Games et Movies sont loin de faire toujours bon ménage !?!

La bande-annonce…

Tags associés : Action, Fantastique, Thriller, Jeux vidéo, Mark Wahlberg, Keanu Reeves, Ludacris, Olga Kurylenko, "Sin City", "Frère Noël", "Quantum of Solace", "Hitman"

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.