01/11/2008

BABYlon A.D.

Babylon A.D.

82273178227317star_1_282273218227321

Le chasseur de primes Toorop vit bien rangé à l’ombre d’un immeuble délabré en plein cœur d’une guerre civile aux portes de la Russie. Toutefois, le trafiquant d’armes Gorsky (Gérard Depardieu) va proposer à notre homme un contrat que l’on ne peut pas refuser. Toorop est chargé d’accompagner une jeune femme, prénommée Aurora (Mélanie Thierry), jusqu’aux Etats-Unis. Rapidement, un commando d’élite va prendre en chasse Toorop et son "coli". Mais quel secret cache Aurora ? "Babylon A.D." avait ceci de croustillant et de diablement attirant : la rencontre entre un réalisateur français talentueux, Mathieu Kassovitz, et une star américaine à la massive silhouette, Vin Diesel, qui en deux/trois films a su accéder au rang de Superstar de l’action ! Bien que cette union, sur papier, laissait présager le meilleur, le résultat est assez conventionnel et "Babylon A.D." peut même être rangé dans le tiroir des belles déceptions de l’année.

Le réalisateur, Mathieu Kassovitz, et Vin Diesel

Sous ses aires apocalyptiques, baignés de la profonde violence - froide et gratuite - d’une Europe de l’Est déchirée, "Babylon A.D." trouve un terrain très fertile pour cultiver l’image de son anti-héros par excellence, Hugo Cornelius Toorop, alias Vin Diesel… Jusque là, l’enfer des ghettos est habilement exploité par un Kassovitz portant à l’écran un imposant clip vidéo oscillant entre Rap et Techno.

Mélanie Thierry, à droite, et Vin Diesel

Rapidement, malheureusement, "Babylon A.D." montre ses faiblesses. Basé sur un scénario ultra conventionnel, signé Eric Besnard et Kassovitz, ce long-métrage devient une très pâle copie du magnifique film d’Alfonso Cuaron : "Children of Men" (2006). Même contexte guerrier, enterrant notre belle civilisation, même mission confiée à un homme qui n’en demandait pas tant : convoyer une jeune femme qui porte en elle un secret des plus convoités.

Michelle Yeoh

On aurait pu espérer que de belles scènes d’action viennent renflouer quelque peu ce "Babylon A.D."... Mais, encore une fois, le résultat est plutôt mitigé, même décevant. Si l’on exclut quelques corps-à-corps énergiques et la séquence du sous-marin pointant son nez dans un lac gelé, la mise en scène dictée par Kassovitz n’est pas au beau fixe et manque cruellement d’inspiration. Le final de cette petite aventure, tourné cette fois sur la faste et (trop !) propre société américaine du futur, n’est pas non plus à la fête avec un "emballage visuel" fort à-propos & le déballage d’une galerie de personnages complètement surréalistes et idiots… A ce niveau, Mathieu Kassovitz paraît mieux inspiré quand il plante, au début du film, ses caméras au cœur de la guerre civile frappant l’Est du monde.

Mélanie Thierry et Vin Diesel

On a déjà vu mieux que ce "Babylon A.D.", c’est sûr ! Sous-"Children of Men" taillé aux hormones de croissance, ce long-métrage est à voir de préférence en V.O. (histoire de ne pas devoir se farcir le doublage catastrophique de Vin Diesel qui décroche pour l’occasion l’intonation d’un gros Rapper élevé aux Mac’Donalds) & bénéficie heureusement du charme de Mélanie Thierry et de Michelle Yeoh… Les fans de Vin Diesel seront sans doute moins acerbes vis-à-vis de ce film ; il est vrai que pour le moment on a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Vivement que le nouveau Monsieur Muscles d’Hollywood signe un retour gagnant à l’écran… Peut-être avec "Fast and Furious 4" ? De son côté, Mathieu Kassovitz déçoit ; lui qui, pourtant, avait réussi quelques très bonnes prestations avec, notamment, l’indétrônable "La Haine" (1995), l’anti-conformiste "Assassin(s)" & les plus Pop-corn "Les Rivières Pourpres" (2000) et "Gothika" (2004).

Vin Diesel

La bande-annonce…

Tags associés : "Babylon A.D. ", Vin Diesel, Michelle Yeoh, Gérard Depardieu, Mélanie Thierry, Mathieu Kassovitz, Alfonso Cuaron, "Children of Men", "Fast and Furious 4", Action, Aventure, Apocalypse

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.