21/06/2008

Il était une fois… WALT DISNEY

Enchanted

82273178227317822731782273218227321

Habitant dans un monde féerique dans lequel les animaux parlent et les nobles chevaliers affrontent d’horribles ogres, Giselle (Amy Adams) rêve de rencontrer son prince charmant. C’est chose faite lorsque notre jeune héroïne est secourue par le beau Prince Edouard (James Marsden). Les deux tourtereaux convoitent de se marier immédiatement… Mais cette union n’arrange pas la Reine Narissa (Susan Sarandon), la belle-mère d’Edouard qui sera évincée du trône ! Cette dernière, avec l’aide du fourbe Nathaniel (Timothy Spall), va mijoter un plan diabolique pour "saborder" le mariage d’Edouard et de Giselle. Cette dernière est précipitée dans une source magique qui l’a conduit directement dans notre monde. Seule et complètement perdue, Giselle débarque à New York où elle doit son salut à un séduisant avocat (Patrick Dempsey) qui ne croit plus, depuis longtemps, au coup de foudre. Ca tombe plutôt mal : Giselle est une princesse défendant, bec et ongles, l’amour passion… Ces deux-là étaient faits pour se rencontrer !

Amy Adams

Il y a quelques temps déjà, alors que les longs-métrages d’animation 2D étaient Roi, "Walt Disney" jouait de son monopole dans ce secteur et n’hésitait pas à tenter quelques expériences dont celle consistant à combiner le dessin animé classique aux prises de vue réelles. C’est ainsi que naquirent notamment "Les Trois Caballeros" (1945), "Mary Poppins" (1964) ou encore "Peter et Elliot le dragon" (1977)...

Amy Adams & Patrick Dempsey

Avec "Il était une fois" ("Enchanted", en V.O.), "Disney" renoue avec la magie de ses créations d’antan en étalant, dans un récit plutôt simpliste, les mésaventures d’une princesse de Cartoon projetée dans le monde réel par une vilaine sorcière. Ce procédé pourrait paraître désuet auprès des spectateurs les plus sceptiques… Pourtant, le réalisateur Kevin Lima s’en tire honorablement en jouant, en même temps, sur le charme immortel des bonnes vieilles animations 2D - chères à bon nombre de cinéphiles de la première heure - ainsi que sur une vague d’autodérision coquette qui a parfois quelques relents avec certains chef-d’œuvres de la famille 3D, "Shrek" pour ne pas le citer !

James Marsden

Malheureusement, ce mariage "forcé" portant tantôt en triomphe l’héritage visuel et narratif de "Walt Disney", pour le descendre en flèche la minute d’après, n’est pas toujours très subtile mais bon… On ne pourra pas accuser "Il était une fois" de manquer de piquant. C’est une très bonne chose qui plaira, sans doute, à un large public !

Enchanted

Cependant, le ton général de ce long-métrage s’adresse aux petites et grandes "filles" qui conservent, en elles, une âme de princesse. Si des productions comme "Transformers", par exemple, soignent l’alter ego des petits et grands ados masculins, "Il était une fois" offre son pesant de bons sentiments et d’histoires féeriques à la gente féminine. Vive le cinéma pour tous les goûts !

Timothy Spall

Pour davantage amplifier les élans de comédie musicale, les baisers platoniques, les petites filles espiègles pouvant compter sur un modèle féerique & les animaux craquants qui font monter la cote de l’humour, "Il était une fois" bénéficie de la présence de Patrick Dempsey, l’un des Princes charmants actuels d’Hollywood. Relaxé, pour bonne conduite, de la série TV "Grey’s Anatomy" - qui a relancé sa carrière d’acteur -, Dempsey campe ici un avocat spécialiste du divorce qui voit débarquer, du jour au lendemain, une jeune femme complètement allumée et assez Kitsch prétendant venir d’un royaume magique.

Patrick Dempsey & Amy Adams

Cette jeune Damoiselle, répondant au doux prénom de Giselle, est bel et bien un personnage de conte, chassée de sa vie de rêve en 2D par l’affreuse sorcière Narissa. Amy Adams, en belle et sensible princesse en danger, est tout simplement époustouflante… Surtout quand elle se met à jouer - pour les besoins de l’intrigue - un personnage franchement nunuche et incertain, parfait opposé de l’esprit cartésien de notre ami Robert Phillip (Patrick Dempsey).

Susan Sarandon

Le duo magique Adams/Dempsey, qui fonctionne admirablement bien à l’écran, "pour le meilleur et pour le pire", est secondé par un James Marsden et un Timothy Spall bien dissipés et parfaits dans des rôles de gu’gus, un peu foldingues et décalés ! Petit regret toutefois au niveau du casting : l’excellente Susan Sarandon, méconnaissable en affreuse Reine/sorcière, reste un peu trop sous-exploitée…

Patrick Dempsey & James Marsden

Même si le final (Combat de dragon à la clé) est un peu décevant, faute d’ambition, "Il était une fois" en a assez dans ses bagages pour proposer un honorable divertissement, parfois fougueux, parfois gentiment bête, mais surtout des plus magiques. Les amateurs de ce genre de spectacle seront aux anges… Les autres trouveront certainement de bonnes occasions de se détendre : si ce n’est pas avec le regard charmeur de Patrick Dempsey, ce sera plus que probablement avec l’interprétation pharaonique d’Amy Adams… Une actrice à suivre impérativement !

La bande-annonce…

Il Etait une Fois, la bande annonce - Jubii TV
Il Etait une Fois, la bande annonce - Jubii TV

Quand "Il était une fois" revisite les classiques "maison"…

En plus d’exploiter, une nouvelle fois, le charme des petits animaux gaffeurs et attendrissants, suppléant les héros, "Il était une fois" ne dénigre pas des séquences très (très, très) comédies musicales… Le tout en posant d’innombrables clins d’œil aux chefs d’œuvre de la Maison "Disney". En allant, en effet, de "Blanche-Neige" à "La Petite Sirène", en passant par "Cendrillon", "La Belle et la Bête", "La Belle et le Clochard" & Cie., "Il était une fois" constitue une petite anthologie, très bien pensée, de longs-métrages légendaires et immortels. Souvenirs, souvenirs !

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.