31/05/2008

THE HOBBIT prolonge le plaisir…

Après Sam Raimi et l’habituel de l’étape (made in Tolkien) Peter Jackson, c’est au tour de Guillermo Del Toro d’être officiellement confirmé comme metteur en scène du fameux projet "The Hobbit", qui devrait pour rappel se scinder en deux longs-métrages prévus pour Décembre 2011 et 2012 (?)…Précédant la célèbre et fastueuse trilogie du "Seigneur des Anneaux", l'histoire de "The Hobbit" mettra en scène Bilbon Sacquet (en V.O. Bilbo Baggins), interprété dans les films de Peter Jackson par Ian Holm.

James McAvoy

Inutile de vous préciser que les candidats se bousculent au portillon pour incarner le jeune Hobbit. Si, tout un moment, la participation de Ian Holm a été sérieusement envisagée, d’autres acteurs ont également été cités, notamment Jack Black, Daniel "Harry Potter" Radcliffe ainsi que James McAvoy. Selon le "Daily Express", ce dernier – qui jouera prochainement aux côtés d’Angelina Jolie dans le remuant "Wanted" – a toutes les chances de décrocher le rôle titre. Par ailleurs, "Variety" a annoncé, il y a peu, que trois acteurs de la trilogie du "Seigneur des Anneaux" devraient rempiler...

Viggo Mortensen

Il s’agit de Viggo Mortensen, dans la peau du chevalier Aragorn, de Ian McKellen, alias Gandalf, et de notre cher Andy Serkis se dissimulant, une nouvelle fois, sous le faciès inquiétant de Gollum. Bien qu’il ne soit malheureusement pas cette fois derrière la caméra, Jackson participe toutefois activement à ce nouveau "challenge" comme co-scénariste et producteur. Histoire de ne pas trop changer une équipe qui gagne, la musique instrumentale sera vraisemblablement bien composée par Howard Shore qui avait déjà "conduit" les thèmes enivrants du "Seigneur des Anneaux". Les effets spéciaux sont, eux, confiés au groupe "Weta Workshop" qui a travaillé notamment sur "Black Sheep" et "Le Monde de Narnia : chapitre 2".

(Sources : "MovieWeb" & "AlloCiné")

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (2) | |

30/05/2008

Spider-Man 4… & 5

Spider-Man

La franchise "Spider-Man" ne se clôturera sans doute pas sur "Spider-Man 3" ! En effet, "MovieWeb" a récemment lâché l’information selon laquelle un quatrième et cinquième volets seraient programmés par l’alliance "Sony"/"Marvel". Deux nouveaux longs-métrages de l’"Homme araignée" seraient prévus et tournés simultanément… Bref, un concept (de tournage) déjà exploité, il y a quelques années, par Robert Zemeckis sur les "Retour vers le Futur 2" et "3", ainsi que, plus récemment, sur les deux derniers rejetons de la trilogie "Matrix" ! Selon les dernières rumeurs, Spider-Man 4 sortira au cinéma en 2010 ou 2011… Le cinquième opus suivra un an après. C’est en tout cas le souhait de Peter Cuneo, Vice-président de "Marvel", interrogé par "IESB.net".

Patrick Fugit

Malheureusement – a-t-on envie de dire –, ces deux nouveaux volets s’accompagnent de plusieurs changements au sein du casting initial. En effet, "Sony" devra vraisemblablement se passer des services de l’acteur phare de la première trilogie, Tobey Maguire. Coup dur pour les producteurs Laura Ziskin et Grant Curtis qui, selon le "Latino Review", penseraient à Patrick Fugit ou à Michael Angarano pour remplacer Maguire !

Michael Angarano dans le prochain Forbidden Kingdom

Avant d’effectuer quelques petites apparitions dans les séries Tv "Urgences" (2002) et "Dr House" (2006), Patrick Fugit s’est surtout illustré en jouant les adolescents rêveurs dans le "Presque célèbre" de Cameron Crowe en 2001. Michael Angarano a un parcours (assez) similaire à celui de Fugit. Il a également participé à plusieurs productions pour le petit écran - dont "Urgences" et "24 heures chrono" -, il a aussi joué dans "Presque célèbre" avant de camper les supers héros en herbe dans le film de "Walt Disney", "L’Ecole fantastique" (2003). Ce jeune acteur sera bientôt sur nos écrans dans "Forbidden Kingdom", film d’aventure et de hautes voltiges réunissant Jet Li et Jackie Chan !

Spider-Man

Aux dernières nouvelles, le cinéaste Sam Raimi ne serait pas non plus associé au double projet "Spider-Man", alors que le scénario du quatrième volet est, pour l’instant, confié à James Vanderbilt qui a déjà travaillé, dans le passé, sur les scripts de "Basic", "Nuits de terreur", "Bienvenue dans la jungle" et "Zodiac". La suite au prochain épisode…

(Source : "MovieWeb")

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (3) | |

Jake Gyllenhaal, PRINCE OF PERSIA

Prince of Persia

Finalement préféré à Michael Bay, c’est bien Mike Newell qui réalisera l’adaptation cinématographique du jeu vidéo "Prince of Persia". Cette production Jerry Bruckheimer/"Walt Disney" devrait d’ailleurs sortir sur nos écrans le 17 juin 2009. Difficile d’être plus précis ! Jake Gyllenhaal semble le mieux placer, pour l’instant, pour incarner le héros souple et tranchant de cette superproduction. Donnant le plus souvent dans les films indépendants qui marquent, Gyllenhaal, auréolé par le sombre "Donnie Darko" (2002), ne craint pas les rôles physiques comme il l’a déjà démontré dans l’excellent Jarhead. On a pu également mesurer tout son talent dans "Brokeback Mountain", "Le Jour d’après", ainsi que dans le dernier David Fincher en date : "Zodiac".

Jake Gyllenhaal

A l’affiche de "Détention secrète", Jake Gyllenhaal devrait, à l’occasion de ce "Prince of Persia" donner la réplique à Gemma Arterton qui crèvera prochainement l’écran dans le rôle d’une espionne sexy du "MI6" dans le nouveau "James Bond", intitulé "Quantum of Solace". Aventure exotique et casting brillant en perspective… "Prince of Persia" est un film que l’on attend impatiemment !

Gemma Arterton

(Source : "AlloCiné")

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |

29/05/2008

Iron Man 2, Captain America & Cie

The Avengers

Gonflé par le succès d’"Iron Man", les Studios "Marvel" ne sont certainement pas prêts de s’arrêter en si bon chemin ! Alors qu’un "Iron Man 2" verra plus que probablement le jour aux alentours de 2010 (sortie déjà prévue aux U.S.A. pour le 30 avril 2010 !), d’autres supers héros, pour ne pas changer, devraient également envahir nos salles obscures…

Robert Downey Jr.

Ce n’est pas un secret pour personne, l’excellent "Iron Man" cartonne en ce moment. Plongée dans l’euphorie, l’équipe du film, à savoir le réalisateur Jon Favreau et les personnages centraux de cette aventure (Robert Downey Jr., Terrence Howard et Gwyneth Paltrow) devraient (très !) prochainement se retrouver pour un deuxième volet. Robert Downey Jr. et Favreau ont d’ailleurs déjà quelques idées pour réussir ce nouveau pari que l’on espère aussi excitant que les récents "modèles" du genre : "Spider-Man 2" et "X-Men 2".

Terrence Howard, Jon Favreau et Robert Downey Jr. dans Iron Man

Ainsi, il se chuchote que le personnage joué par Terrence Howard, le Lieutenant-colonel Jim Rhodes, sera peut-être amené à revêtir, lui aussi, une supère armure, baptisée "War Machine". Souvenez-vous, cette idée est d’ailleurs évoquée à la fin du premier "Iron Man" ! Par ailleurs, Robert Downey Jr. enfilera, peut-être, pour une troisième fois consécutive la supère combinaison d’Iron Man à l’occasion d’un autre sérieux projet "Marvel" : "The Avengers".

Iron Man

Prévu pour 2011, cette nouvelle aventure "du feu de Dieu" scellera l’alliance de plusieurs héros maisons dont Iron Man, "Thor", Captain America et probablement Nick Fury, alias Samuel L. Jackson, aperçu en coup de vent à la fin du générique d’"Iron Man" ! On ignore pour le moment qui réalisera ce film entrant directement en concurrence avec la "Warner Bros" et son projet d’adapter sur grand écran la "Justice League" de "D.C. Comics". En attendant, le spécialiste des supers héros d’Hollywood, Zak Penn, planche sur le scénario.

Captain America

Héroïque compagnon d’Iron Man chez les "Avengers", Captain America devrait également recevoir les faveurs d’un long-métrage en solo, fixé, lui aussi, à 2011 ! Pressenti pour interpréter ce personnage, Matthew McConaughey ne tiendra finalement pas le rôle du "Premier Avenger". A la différence d’"Iron Man", le film "The First Avenger : Captain America" devrait selon Kevin Feige, producteur chez "Marvel", rester en phase avec le contexte chronologique du Comic original. Captain America, alias Steve Rogers, évoluera donc durant la Seconde Guerre Mondiale et luttera contre les nazis à l’aide du sérum de Super Soldat lui conférant une force surhumaine.

MATTHEW McCONAUGHEY dans L'Amour de l'or

On a l’impression que, plus que jamais, les Comics et les supers héros du cru américain sont à la fête & que rien ne peut leurs résister !

(Sources : "MovieWeb" & "SuperHeroFlix.com")

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (6) | |

28/05/2008

INDIANA JONES 4, mon avis...

Indiana Jones

8227317822731782273178227317star_1_2

Les années ont passé pour Indiana Jones (Harrison Ford). Toujours Professeur d’archéologie, notre héros s’aventure moins en terrain hostile. Toutefois, l’arrivée d’un jeune garçon (Shia LaBeouf), ami d’un collègue de Jones, Le Professeur Oxley (John Hurt), va précipiter l’archéologue dans une incroyable aventure en Amérique du Sud. Un mystérieux crâne de cristal permettrait en effet d’accéder à une cité d’or jalousement cachée. Celle-ci détiendrait notamment des pouvoirs insoupçonnés convoités par l’U.R.S.S. et la scientifique Irina Spalko (Cate Blanchett).

Avec la sortie des nouvelles aventures de Benjamin Gates, celles de Rick O’Connell ("La Momie"), sans oublier "L’Amour de l’or", l’année 2008 n’hésite pas à mettre à l’honneur les périples archéologiques très pop-corn ! Cerise sur le gâteau (et quelle cerise !), cette même année, nous avons la chance de voir le plus célèbre aventurier du grand écran sortir de sa bibliothèque pour retourner sur le terrain. Indiana Jones est de retour !

Dans l'ombre d'Indiana Jones

Presque 20 ans après le troisième opus intitulé "Indiana Jones et la Dernière Croisade", Steven Spielberg "contre-attaque" donc avec ses proches collaborateurs de longue date que sont - entre autres - George Lucas, Frank Marshall (à la production), Janusz Kaminski (à la photographie), John Williams (à la musique) et Michael Kahn (au montage). Inutile de préciser, dans ces circonstances, que cet "Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal" marche sans peine sur les traces de la longue et chatoyante filmographie de Spielberg.

Cate Blanchett & Harrison Ford

Avec un soin particulier apporté aux effets spéciaux (façon "vieille école") et le travail appuyé de Kaminski, "Indy IV" s’inscrit visuellement dans la ligne directe des trois premières aventures du Professeur Jones. Si côté forme, les spécialistes de la saga archéologique ne seront pas dépaysés, côté fond, le résultat est davantage à nuancer !

Ray Winstone & Harrison Ford

Inévitablement, notre Indy adoré a vieilli & ressemble, de plus en plus, à son père, joué par Sean Connery dans "La Dernière Croisade". Moins turbulent, plus pragmatique et caressant nettement moins le goût pour les liquidations (d’adversaires) loufoques, Harrison 'Indiana' Ford est toutefois encore soumis à des scènes d’action intéressantes ! Moins solitaire qu’avant, Jones part pour l’aventure accompagné de Karen Allen, alias Marion Ravenwood (la star féminine du premier opus), de John Hurt, en collègue d’Indy assez original, de Ray Winstone qui campe ici un explorateur avide, et de Shia LaBeouf, la star du moment qui monte, qui monte à Hollywood.

Harrison Ford, au centre, avec Shia LaBeouf & Karen Allen

Belle pirouette opérée par les "concepteurs" du récit et le scénariste David Koepp : la force et l’agilité qui ont quitté, sous le poids des années, Henry Jones Junior, se retrouvent exploitées par un épatant Shia LaBeouf, véritable "icône", plein de charme et de fougue, des années 60. Une prestation de la part de LaBeouf qui fait une nouvelle fois mouche ! Quel talent !

Shia LaBeouf & Harrison Ford

Mariant les scènes d’actions, aussi palpitantes qu’invraisemblables, et un humour sans doute plus marqué que par le passé, "Indiana Jones IV" n’est malheureusement pas sans reproche. Si l’Allemagne nazie n’est plus l’ennemi de la famille Jones, c’est au tour de l’U.R.S.S. d’entrer dans les hostilités. Spielberg recrée avec une certaine justesse et un œil amusé, les grandes lignes des années 50-60, époque dorée pouvant vacillée, en un éclair, vers le chaos.

Harrison Ford

Entre Guerre Froide à fleur de peau, cheveux gominés & blouson de cuire, fascination pour les O.V.N.I. et essais nucléaires, Spielberg emmène son explorateur de charme à la recherche d’une mystérieuse cité d’or d’Amérique du Sud. Cette aventure s’inspire directement des différentes légendes et canulars qui ont émaillé le monde scientifique dans les premières décennies du 20e siècle. A cette époque, certains illuminés ont associé directement le rayonnement de grandes civilisations anciennes avec l’arrivée des "petits hommes verres" sur la terre.

Harrison Ford & Cate Blanchett

C’est avec cette perspective douteuse que Steven Spielberg et sa bande composent une épopée malheureusement bancale. La rencontre entre les deux "produits" phares de la filmographie du cinéaste ("Indiana Jones" et "E.T.") est assez difficile à avaler. Maintenant, réflexion faite, il est vrai également que la vie éternelle façon Coupe du Graal ("La Dernière croisade") ou la carnage apporté par les Tables de la Loi ("Les Aventuriers de l’Arche perdue") n’étaient pas non plus tirés des vers !

Cate Blanchett

Autres petites déceptions au tableau : la supère vilaine du film, jouée par Cate Blanchett, est assez lisse alors que cet "Indy IV" se clôture, sans grande surprise, par un final plutôt convenu et alambiqué qui cadre mal avec la belle énergie déployée tout au long du film... Même s’il ne surpasse pas les précédents volets d’une saga cinématographique incontournable, "Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal" permet à Steven Spielberg ne remettre les pendules à l’heure.

Cate Blanchett, Steven Spielberg, Frank Marshall & Harrison Ford

Les "Benjamin Gates" et autre "Momie" qui s’étaient taillés la part du lion durant ces dernières années sont priés de revoir leur copie face à un nouveau long-métrage endiablé signé par l’un des maîtres incontestés du merveilleux et du fantastique. Après les plus sombres "La Guerre des mondes" et "Munich", Spielberg est de retour avec de la magie plein son sac, beaucoup d’humour, un bon rythme de cascades et d’effets spéciaux soignés & une furieuse envie de ressusciter (honorablement !) l’un des personnages sacro-saints du cinéma universel !

Harrison Ford

A réserver aux adeptes du célèbre archéologue qui ne quitte jamais son chapeau ni son fouet… L’archéologie, quelle aventure quand même !

La bande-annonce…

Bande annonce finale ! Indiana Jones 4 - VF - Jubii TV
Bande annonce finale ! Indiana Jones 4 - VF - Jubii TV

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (2) | |

Goodbye Mister Pollack

SYDNEY POLLACK

Le cinéaste américain Sydney Pollack s’est éteint ce lundi 26 mai à l’âge de 73 ans. Au cours d’une longue et riche carrière, il a notamment signé de grands films comme "Tootsie" (1983), "Out of Africa" (1986), "Havana" (1991) et "La Firme" (1993). Dirigeant de célèbres acteurs comme Tom Cruise, Dustin Hoffman, Robert Redford - à sept reprises ! - ou encore, par deux fois, Harrison Ford ("Sabrina" & "L’Ombre d’un soupçon"), Sydney Pollack s’est illustré récemment en plongeant Nicole Kidman et Sean Penn dans "L’Interprète", un thriller politique tendu et brillant.

Patrick Dempsey et Sydney Pollack, fils et père dans Made of Honor qui sortira en juin

Faisant quelques apparitions dans ses propres films, Pollack a également travaillé avec d’autres metteurs en scène et non des moindres comme Stanley Kubrick à l’occasion de "Eyes Wide Shut" en 1999. Patron de George Clooney dans "Michael Clayton", Sydney Pollack a aussi participé à la nouvelle comédie emmenée par Patrick Dempsey, "Le Témoin amoureux" ("Made of Honor"), qui sortira très prochainement au cinéma. Une bonne occasion pour voir à l’œuvre, une dernière fois, un nom incontournable du cinéma américain qui nous a fait rêver durant plus de trente ans avec des longs-métrages tantôt poignants, incisifs et croustillants.

Écrit par TOM dans STARS | Lien permanent | Commentaires (0) | |

27/05/2008

La Dernière Légion... en DVD

The Last Legion

82273178227317822731782273218227321

En 476 après J.-C., l’empire romain connaît une période de crise. Odoacre, le chef des Goths, s’empare du pouvoir en Occident et envoie le jeune Romulus Augustus (Thomas Sangster), fraîchement couronné César, et son percepteur Ambrosinus (Ben Kingsley) sur l’île forteresse de Capri. Aurelius (Colin Firth) commandant de la garde personnelle du jeune héritier de la lignée des César, rassemble ses plus fidèles amis et part à Capri dans l’espoir de délivrer Romulus des mains d’infâmes Goths. Sur cette île, le jeune souverain destitué découvre une mystérieuse épée qui fut forgée en Bretagne. L’empereur d’Orient ayant tourné le dos à Romulus Augustus et à ses protecteurs, les territoires romains, aux mains maintenant des germaniques, ne sont plus sûrs. Nos aventuriers décident alors de se rendre en Bretagne pour, d’une part, percer le mystère du glaive et, d’autre part, retrouver la neuvième légion du Dragon, les derniers soldats romains capables de protéger l’empereur…

Aishwarya Rai, Colin Firth & Thomas Sangster

Fatalement, on est tenté de comparer "La Dernière Légion" aux derniers peplums en date, à commencer bien évidemment par l’indétrônable "Gladiateur". Disons le clairement, "La Dernière Légion" ne peut soutenir la comparaison face aux derniers poids lourds du genre. Moins classe que le film de Ridley Scott, que "Troie", qu’"Alexandre" ou que "Le Roi Arthur" d’Antoine Fuqua, "La Dernière Légion" s’appuie sur des effets spéciaux minimes et, le plus souvent, en carton-pâte. Les productions De Laurentiis (la saga "Hannibal Lecter") nous avaient habitué à mieux !

Colin Firth

Côté réalisation, Doug Lefler n’abandonne pas complètement le petit monde des séries TV, à la sauce Heroic Fantasy, dans lequel il a bourlingué durant plusieurs années. Il a ainsi dirigé plusieurs épisodes de "Hercule", "Mortal Kombat" et "Xena, la guerrière". En 2000, il dirigeait son premier long-métrage : "Cœur de dragon 2. Un nouveau départ"… Oui ! Bof !

Thomas Sangster (à droite)

"La Dernière Légion", son deuxième film, souffre en fait d’un manque d’ambition. Ce long-métrage s’insère toutefois sans la moindre difficulté dans la veine des bons petits films d’aventure d’un autre âge (du cinéma). Mêlant, dans un sympathique cocktail, action, aventure et quelques petites pointes d’humour, "La Dernière Légion" se laisse regarder sans le moindre déplaisir.

La première partie du film reste incontestablement la meilleure : une belle petite aventure à Capri pour retrouver une épée légendaire. La seconde partie sent trop le réchauffé en lorgnant de manière trop évidente sur "Le Roi Arthur". Ne parlons pas du cafouillage chronologique où l’on retrouve, par exemple, de beaux châteaux forts du 14e-15e siècle en plein 5e siècle ! Mais, cette reconstitution historique faiblarde, ainsi que d’autres défauts, restent heureusement anodins et ne gâchent pas trop l’enthousiasme déployé par un charmant casting...

Ben Kingsley

Celui-ci se constitue d’acteurs, souvent cantonnés dans des seconds rôles, et d’autres stars sur le retour comme Ben Kingsley. Si ce n’est par la prestance ravageuse de l’actrice indienne Aishwarya Rai (pour vous, Messieurs), vous serez peut-être séduit par le flegme massif de Colin Firth (pour vous, Mesdames) !?!

Aishwarya Rai & Colin Firth

Jamais trop télévisuel, rarement ennuyeux, "La Dernière Légion" ne se prend pas la tête et recycle sans vergogne, et sans honte, des thématiques récentes, et toujours efficaces, arborées dans des épopées plus riches et plus prestigieuses. Ceux qui aiment goûteront sans problème à ce petit digestif ni sec ni sucré !

Colin Firth

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

25/05/2008

Détrompez-vous en DVD

82273178227317822731782273218227321

Lionel (François Cluzet) est marié à Lisa (Mathilde Seigner) & Carole (Alice Taglioni) est l’épouse de Thomas (Roschdy Zem). Tout va bien pour ces deux couples en apparence et pourtant… Lisa et Thomas ont une relation extraconjugale ! Devinant par le plus grand des hasards cette relation, Lionel et Carole vont décider de contre-attaquer pour sauver leur mariage. Notre duo de choc va vite apprendre que pour gagner une bataille, il faut se battre et même user de coups bats !

Avec "Détrompez-vous", Bruno Dega et Jeanne Le Guillou réalisent un charmant film essentiellement basé sur l’amour fugace et les petites tromperies entre couple. Rien d’extravagant donc ou rien auquel on ne soit pas déjà habitué ! Pourtant "Détrompez-vous" apparaît comme un très bon divertissement rassemblant, il est vrai, des acteurs et actrices qui ont déjà bien fait leur nid dans le cinéma français.

Né en 1955 à Paris, François Cluzet restera certainement dans les anales du cinéma français pour avoir été la star du prodigieux thriller de Guillaume Canet, intitulé "Ne le dis à personne" et tiré du roman homonyme de l’américain Harlan Coben. Bien entendu, la carrière de cet acteur incomparable, pourtant de nature si discrète, ne se limite pas à ce film ! Cluzet s’est, par exemple, exporté plus d’une fois à l’étranger. Il a notamment joué dans le "French Kiss" (1995) de Lawrence Kasdan, aux côtés de Jean Reno, Meg Ryan et Kevin Kline, ou encore dans "Prêt-à-porter" du regretté Robert Altman.

Dans "Détrompez-vous", François Cluzet campe avec finesse et une subtile ironie un mari à la dérive qui ne sait plus comment faire pour récupérer l’amour de son épouse jouée par Mathilde Seigner. Probable "Calamity Jane" dans le futur "Lucky Luke" de James Huth, Mathilde Seigner joue Lisa dans "Détrompez-vous". Lisa n’a dieu que pour son amant Thomas et délaisse un mari qui lui paraît être devenu bien fade avec les années. On se souviendra que dans le décapant "Camping" de Fabien Onteniente, Mathilde Seigner interprétait déjà une épouse malheureuse… Excepté que dans ce film, c’est son personnage qui était cocufié !

Précédemment à l’affiche de "Mauvaise foi", avec Cécile de France, qu’il a lui-même réalisé, Roschdy Zem a joué dans le film évènement "Indigènes". Dans "Détrompez-vous", il campe un amant sportif, massif, intelligent mais fâcheusement désarçonné par les tentatives désespérées de son épouse (Alice Taglioni) pour le faire revenir dans le droit chemin du mariage. Playmate dans "La Doublure" et dans "L’Ile aux trésors", Alice Taglioni surprend dans ce long-métrage en devenant, pour l’occasion, une mère de famille, genre vieille fille, portant des œillères aux yeux. Un rôle diamétralement opposé par rapport à ses dernières performances où elle campait, sans pousser son talent, la femme fatale par excellence. Un changement de registre bienvenu qui fait mouche !

Avant ce film, Bruno Dega était surtout connu comme scénariste. On lui doit notamment l’histoire de "Restons groupés" (1998), une comédie entre la France et les Etats-Unis, signée Jean-Paul Salomé, avec Emma de Caunes, Samuel Le Bihan et Bruno Solo. Scénariste sur son "Détrompez-vous", Bruno Dega a également écrit certains épisodes de séries TV : "L’Instit", "Une Femme en blanc" et "Fête de famille". Jeanne Le Guillou a également travaillé sur cette dernière série. Elle a part ailleurs écrit le scénario de "Désaccord parfait" (2006), un film d’Antoine de Caunes, rassemblant Jean Rochefort et Charlotta Rampling.

Alice Taglioni et François Cluzet

Outre des dialogues qui font mouche, "Détrompez-vous" bénéficie de davantage de soin qu’une banale comédie à l’eau de rose… D’autant plus que ce long-métrage n’est pas dépourvu de quelques jolis quiproquos et de situations la plus part du temps gentiment cocasses ! Bref, "Détrompez-vous" est une petite comédie française sans prétention rehaussée par un casting de rêve dans tous les sens du terme. A voir… Entre amoureux, si possible !

François Cluzet, Mathilde Seigner, Roschdy Zem et Alice Taglioni

Les bandes-annonces...


Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

23/05/2008

Dans la Vallée d’Elah en DVD...

8227317822731782273178227317star_1_2

Dans la mythologie, la Vallée d’Elah est le lieu où s’affrontèrent David et le géant Goliath. Avec une impressionnante verve narrative, combinée à une réalisation à la fois efficace et enlevée, le nouveau film de Paul Haggis se présente, sans grande difficulté, comme l’un des meilleurs longs-métrages sortis (au cinéma) en ce début d’année 2008 en Belgique - "Dans la vallée d’Elah" débarque aujourd'hui en DVD pour notre plus grand plaisir !

Sur fond de combat mythologique entre le petit poucet (David) et un monstre gigantesque et intraitable (Goliath), Haggis tisse une enquête policière combinant drame familial, conflit irakien ainsi que plusieurs réflexions très intuitives convergeant toutes vers une seule et même idée : la violence transforme (parfois ; souvent ?) les "enfants" en "monstres"...

Tommy Lee Jones & Victor Wolf

C’est la découverte que va faire Hank, alias Tommy Lee Jones, un ancien dur à cuire de l’armée américaine, fier de sa patrie, qui, au fil d’une enquête pour retrouver son fils, va apprendre que l’horreur de la guerre pousse inexorablement de jeunes soldats aux portes de l’enfer. Ce voyage sans retour, transformant l’homme en bête sauvage, est traité avec une subtilité incomparable par Paul Haggis.

Charlize Theron

En suivant pas à pas, les investigations d’un père accablé par la tristesse, Haggis ne perd pas également de vue le côté plus spectaculaire et divertissant (si l’on peut dire) de son intrigue : humour caricatural et idiotie(s) du système font alors bon ménage ! Avant d’être un drame, "Dans la vallée d’Elah" est bien un polar emmené, tambour battant, par un casting en béton armé avec Tommy Lee Jones et Charlize Theron, pour les rôles principaux, & une belle pléiade de seconds rôles avec Susan Sarandon, James Franco ("Spider-Man"), Jason Patric ("Speed 2") & Josh Brolin.

Josh Brolin

Fausses pistes, courses-poursuites, interrogatoires tendus, guerres des polices, tous les ingrédients du film policier par excellence sont ici réunis ! En porte drapeau, Tommy Lee Jones et Charlize Theron interprètent des personnages sincères, à la fois charismatique et bouc émissaire d’une situation au plus haut point complexe. Celle-ci accable - indirectement - une politique américaine vouée à sacrifier les racines mêmes du pays (autrement dit ses "enfants") pour une guerre prétendue expiatoire contre l’ennemi oriental !?!

Susan Sarandon & Tommy Lee Jones

Loin de la fougue réaliste de longs-métrages "de terrain" comme "Jarhead. La fin de l’innocence", "Dans la vallée d’Elah" réussit à pointer du doigt (en toute subtilité) une réalité violente et boulimique se nourrissant de la crainte et de la haine des jeunes "pouces" issues d’un système se considérant, aux yeux du monde, comme irréprochable et véritable modèle de démocratie "divine".

Charlize Theron

Scénariste reconnu de "Million Dollar Baby", de "Mémoires de nos pères" et de "Casino Royale", Paul Haggis signe ici, à la mise en scène, un nouveau film - après l’honorable "Collision" (2005) - qui marie, avec les honneurs, polar incisif et "divertissant" & réflexion tendue sur une Amérique, à la sauce "Gendarme du monde", qui s’infecte telle une mauvaise blessure causée par excès d’orgueil !

Tommy Lee Jones & Devin Brochu

En ce sens, la dernière séquence de "Dans la vallée d’Elah" est aussi somptueuse qu’évocatrice du malaise éprouvée par une "supère puissance" qui se prenait pour Dieu. Divertissant et réfléchi, "Dans la vallée d’Elah" se révèle être l’une des fictions incontournables de cette année !!! A voir sans hésiter !

Tommy Lee Jones & Susan Sarandon

La bande-annonce…

Un extrait…

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

21/05/2008

JOHN CUSACK chez Roland Emmerich

John Cusack

Selon "Variety", l’acteur américain John Cusack aurait signé pour jouer les premiers rôles dans le nouveau film catastrophe de Roland Emmerich : "2012". Ce dernier planche avec son partenaire du "Jour d’après" et de "10.000 B.C.", Harald Kloser, sur le scénario qui relate l’accomplissement d’une prédication Maya annonçant la fin des temps. C’est dans ces circonstances plutôt "moroses" pour notre monde qu’un scientifique (probablement joué par Cusack) découvrira un portail donnant accès à un univers parallèle au nôtre. Le chercheur en question sera ainsi amené à collaborer avec son double pour empêcher un cataclysme imminent.

CHIWETEL EJIOFOR dans Inside Man

Pour rappel, ce "2012" entre directement en concurrence avec le prochain film de Michael Bay, intitulé "2012 : The War for Souls" (prévu pour 2010), s’inspirant du roman de Whitley Strieber et traitant du même sujet ! Le projet d’Emmerich permettra, on l’espère, au cinéaste originaire d’Allemagne, de redorer un peu son blason après le décevant "10.000 B.C.". A l’affiche entre autres de "Serenity", "Inside Man", "Les Fils de l’homme" et d’"American Gangster", Chiwetel Ejiofor serait en négociation pour jouer également dans cette superproduction apocalyptique dont le tournage devrait débuter à Los Angeles au mois de Juillet…

(Sources : "Variety" & "MovieWeb")

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |