31/03/2008

IRON MAN devient Afro-Américain !

Jay Baruchel, Brandon T. Jackson, Ben Stiller, Robert Downey Jr., Jack Black et Steve Coogan

On savait que Ben Stiller était un "génie" déluré de la comédie loufoque. Il suffit de voir, par exemple, son look ridiculement croustillant dans "Même pas mal !" ("Dodgeball") pour s’en rendre compte. Après avoir réalisé le tout aussi allumé "Zoolander", en 2002, Stiller nous reviendra prochainement devant & derrière la caméra avec "Tropic Thunder" ou quand une bande de comiques doit participer à un stage militaire avant de tourner un film de guerre. Ca va faire mal !

Ben Stiller, Robert Downey Jr. et Jack Black

Les trois premiers clichés donnent assurément le ton : farces, second degré et allusions aux grands classiques du film de guerre sont à prévoir. Première impression - des plus juteuses - : le look collé à certains acteurs phare de ce film. L’excellent Jack Black arbore ainsi une coupe de cheveux qui ferait pâlir de jalousie Bruce Willis dans "Le Cinquième élément" (1997) &, surprise du chef, Robert Downey Jr., la star de "Zodiac" et du tout prochain "Iron Man", adopte le look "afro-américain". Ben Stiller a décidément l’art de nous surprendre, alors que l’on sait déjà que Tom Cruise, fortement maquillé pour l’occasion, fera une rapide apparition dans ce "Tropic Thunder".

Robert Downey Jr., Jay Baruchel, Jack Black, Nick Nolte, Ben Stiller et Brandon T. Jackson

Côté personnages, Ben Stiller interprétera Tugg Speedman, une star des films d’action. Kirk Lazarus, alias Robert Downey Jr., sera un acteur d’origine australienne qui ne se prend pas pour de la crotte de bique et qui n’hésite jamais à aller jusqu’au fond des choses. Ca tombe bien ! Jack Black, sous les traits d’un certain Jeff Portnoy, campera une star de comédies (pour ne pas changer). Jay Baruchel (Sandusky), en acteur novice & Brandon T. Jackson - alias Alpa Chino (!) -, en star du Rap, complètent un bien joli casting dans lequel figure également Nick Nolte, Matthew McConaughey, "Madame Tom Cruise" (Katie Holmes) et le truculent Steve Coogan ("Hot Fuzz", "La Nuit au musée") qui se glisse dans la peau du réalisateur Damien Cockburn. Après le slogan "Faites l’amour, pas la guerre", voici venu le temps de "Faites rire, pas la guerre" ! Rendez-vous dans les salles obscures en août 2008, pour la Belgique, & le 15 octobre, pour la France.

La bande-annonce (en version originale)…

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Sans plus attendre : Freeman/Nicholson

Sans plus attendre

82273178227317822731782273218227321

Alors que tout allait pour le mieux pour le milliardaire Edward Cole (Jack Nicholson) et le modeste chef-mécanicien Carter Chambers (Morgan Freeman), une mauvaise nouvelle leurs tombe dessus : Ed et Carter apprennent, quasi-simultanément, qu’ils n’en ont plus que pour quelques mois à vivre… Coincés dans la même chambre d’hôpital, nos deux amis vont progressivement apprendre à se connaître et à s’apprécier. Ed et Cole en viennent, par le plus grand des hasards, à mettre au point une liste, une "Bucket List" ou "Liste Parapluie". En deux/trois coups de stylo, ce tandem improbable dresse la liste de tout ce qu’ils aimeraient faire avant de "passer l’arme à gauche". La richesse d’Edward, apparemment sans limite, leurs permettra d’effectuer un tour du monde à la recherche des plus belles "fantaisies"…

MORGAN FREEMAN & JACK NICHOLSON

Pour son retour au cinéma, le cinéaste Rob Reiner prenait de très gros risques en mettant en scène une histoire qui sent le mélodrame à plein nez. Pourtant, Reiner parvient, avec ce "Sans plus attendre" ("The Bucket List"), à conjuguer vives émotions et humour léger dans une fable contemporaine davantage basée sur la soif de vivre que sur la crainte de la mort. En un peu plus d’1h30, la "pilule" que l’on pensait larmoyante à souhait passe plutôt bien & cela malgré un final inévitablement attendu.

JACK NICHOLSON & MORGAN FREEMAN

Les effets de franche rigolade sont pourtant comptés & les vrais bons moments de dérision - quasiment tous présentés dans les bandes-annonces-, peu nombreux, manquent d’une cruelle profondeur par rapport aux scènes d’amitié, plus intimistes et qui sonnent, incontestablement, mieux.

JACK NICHOLSON

La réelle bonne surprise du film vient, bien évidemment, du tandem de choc formé par Jack Nicholson et Morgan Freeman. Aux antipodes l’un de l’autre, les personnages de ces deux acteurs d’exception, en viennent à former un duo aussi improbable que savoureux. Rabat-joie au possible et (toujours) croustillant d’ironie, Jack Nicholson n’a pas perdu de sa fougue pour interprété un homme agité, amateur de luxe & de jolies femmes, un bon vivant si vous préférez !

MORGAN FREEMAN

Philosophe comme à son habitude, Freeman campe un honnête et modeste travailleur qui, par ses connaissances époustouflantes, aurait pu devenir un grand intellectuel… Mais ne regrette pourtant pas ce qu’il est devenu. Arrivant à la conclusion que rien ne remplace l’Amour et l’Amitié, pas même l’argent, "The Bucket List" recèle de bonnes surprises bien que ce ne soit pas celles auxquelles on s’attendait de prime abord.

JACK NICHOLSON & MORGAN FREEMAN

Cette aventure singulière au fort accent de tragi-comédie (plus tragique quand même que comique), vous fera plus que certainement verser une larme et esquisser quelques sourires… Tout en douceur… comme une fin de journée d’automne baignant déjà dans les dernières lueurs d’un soleil hivernal.

La bande-annonce…

Un extrait...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

30/03/2008

inTRACABLE : meurtres sur le WEB

Intraçable

82273178227317822731782273178227321

Attaché à la cellule cyber-criminalité du FBI, Jennifer Marsh (Diane Lane) découvre un site internet proposant d’exécuter en direct des individus. Plus le nombre d’internautes se connectant augmente, plus vite la victime succombe dans d’atroces souffrances ! Même si ses supérieurs envisagent la thèse du canular, Jennifer, accompagnée de l’inspecteur Eric Box (Billy Burke), tente par tous les moyens d’arrêter le créateur de ce site. Cependant rien y fait : notre homme est intelligent et insaisissable. Il semble choisir ses victimes par hasard mais pourtant… Rapidement, certains agents du FBI, et tout particulièrement Jennifer, sont menacés de tomber dans le jeu pervers du maniaque. Une course contre la mort est lancée !

Diane Lane (au centre)

Le réalisateur Grégory Hoblit réussit, avec ce petit thriller très bien ficelé, à donner, au passage, une bonne clac à la nébuleuse Internet et au Monde Cyber-… Foutoir ! Par moment bien nerveux, "Intraçable" ("Untraceable") fait le bon choix en plantant ses caméras dans les bureaux du FBI, bureaux traquant les délits sur le Net. La toile de fond de l’intrigue permet à Hoblit et aux scénaristes du film de bien égratigner au passage les défauts majeurs d’une société accoutumée aux vices de la New Technology.

Colin Hanks

Du voyeurisme malsain aux virus informatiques, tout est habilement exploité et mêlé dans un récit signé Allison Burnett, Robert Fyvolent et Mark Binker. Grégory Hoblit et son "Intraçable" donnent également une leçon de cinéma aux franchises "Saw" & Cie : on peut évoquer les pires sévisses sur grand écran sans pour autant se vautrer dans le pervers et l’ensanglanté abjecte !

Le cinéaste Gregory Hoblit

Entre course à la reconnaissance et vengeance personnelle, le portrait du Serial Killer de ce long-métrage est assez intéressant bien que l’on découvre assez (trop ?) rapidement son visage… Il faudra (heureusement) faire preuve de plus de patience pour connaître les réelles motivations du "détraqué" notoire.

Diane Lane & Billy Burke

Adjointe de Sylvester Stallone dans "Judge Dredd" (1995) & maîtresse de Ben Affleck dans "HollywoodLand", l’actrice new-yorkaise Diane Lane - toujours au cinéma dans "Jumper" - donne ici la réplique à Billy Burke qui interprète un inspecteur de police assez neutre et lisse, une bonne caricature du flic de base des écrans hollywoodien en quelques sortes. Burke avait récemment campé un représentant de la Loi, plus instable (et donc plus fouillé), dans le précédent film de Gregory Hoblit : "La Faille".

Diane Lane

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Diane Lane - au sommet de son art - a le chic pour interpréter une femme, en apparence solide, qui est intérieurement rongée par ses sentiments refoulés & par un drame personnel ineffaçable. Mention spéciale également pour Colin Hanks, qui joue le collègue de Lane. Ce dernier insuffle une légère brise d’humour et de nonchalance bienvenue dans ce thriller assez pointilleux.

Colin Hanks

Relevant enfin le niveau du rayon "Massacres sur le Web", "Intraçable" s’affiche sans la moindre honte comme un bon petit polar tendu surfant sur les technologies modernes avec un certain brio & posant les bonnes questions, tout en ouvrant des débats intéressants sur l’Internet, ses avantages et ses (très gros) inconvénients. Explorant ainsi des thématiques lourdes de sens, visant le voyeurisme poussif et les bases même de la moralité personnelle, "Intraçable" en devient, par la même occasion, un thriller pourvu d’un solide relief.

Diane Lane & Colin Hanks

Comme il l’avait déjà fait pour "Peur Primal" (1996) et "Fréquence interdite" (2000), Gregory Hoblit documente habilement son film, tout en posant de judicieuses interrogations. Certes classique et un chouya prévisible, "Intraçable" n’en demeure pas moins un polar brillamment ficelé.

Diane Lane

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

DOOMSDAY à Bruxelles

Doomsday

Si le film d’anticipation "Doomsday", "brassage" de plusieurs classiques du cinéma fantastique, sortira bien ce 2 avril 2008 en France, on ignore exactement quand il envahira les salles obscures de Wallonie. Si vous trépignez d’impatience de découvrir la nouvelle petite "bombe" de Neil Marshall vous pouvez toujours la découvrir ce dimanche 30 mars au B.I.F.F.F., lors d’une projection exceptionnelle fixée à 20.00.

CRAIG CONWAY et RHONA MITRA

Pour rappel, ce "Doomsday", au fort accent apocalyptique, mêle allégrement les films de Zombies, façon Romero, ainsi que la saga "Escape from (…)" de John Carpenter, sans oublier quelques combats au sabre et des courses-poursuites endiablées. Côté casting, Rhona Mitra, une comédienne à suivre assurément, donne la réplique aux vieux "routards" que sont Bob Hoskins et Malcolm McDowell.

BOB HOSKINS

CAL MACANINCH et MALCOLM MCDOWELL

Pour plus d’information sur ce film, rendez-vous sur la page "C pour Cinéma" qui lui est consacrée. Si vous souhaitez connaître les modalités d’usage pour la séance au B.I.F.F.F., cliquez ici

LEANNE LIEBENBERG face à RHONA MITRA

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |

29/03/2008

GOLLUM à la campagne !

The Cottage

Vous raffolez des films anglais sentant l’épouvante et l’humour noir So British à plein nez ? Si la réponse est oui, "The Cottage" est sans doute un film pour vous ! Paul Andrew Williams, le réalisateur de "London to Brighton" - inédit en Belgique (?) -, sort ici la grosse artillerie en mêlant film de gangsters, kidnapping raté et fermier psychopathe dormant avec sa fourche ensanglantée.

Andy Serkis

C’est ainsi que deux frères, avant de se retrouver confrontés à un "Homme de la terre" assez dérangé, vont avoir la bonne idée de faire capoter le kidnapping d’une jeune fille, orchestré par un redoutable gangster. Les ennuis ne font que commencer pour nos deux lascars. Annoncé le 9 juillet en France, "The Cottage" bénéficie notamment de la présence de l’acteur Andy Serkis. Consacré par le grand public, dès 2001, dans la trilogie monumentale de Peter Jackson, "Le Seigneur des anneaux", en prêtant ses traits à la créature "Gollum", Serkis a également participé directement à la création du "Roi Kong" dans le "King Kong" du même Jackson. Prochainement Capitaine Haddock dans les aventures américaines de "Tintin", le reporter de bande dessinée créé par Hergé, Serkis est également apparu dans l’honnête "Alex Rider" ainsi que dans l’époustouflant "Prestige" dans lequel il campait le bras droit de David Bowie, alias l’inventeur Nikola Tesla.

Jennifer Ellison

"Produit" provenant typiquement de la veine "Carnage à la sauce Gore et Teenager", "The Cottage" s’adjoint également les services de la pulpeuse Jennifer Ellison, aperçue, en 2005, dans "Le Fantôme de l’Opéra" de Joël Schumacher. "The Cottage" sera présenté ce samedi 29 mars à 22.00 au B.I.F.F.F. Pour plus de renseignements, cliquez ici !

La bande-annonce (en version originale)…

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (1) | |

Funny Games : Naomi Watts & Tim Roth

Funny Games 2008

1998, le réalisateur Michael Haneke sortait son "Funny Games", un thriller autrichien s’appuyant sur l’horrible drame que va connaître une famille en vacances au bord du lac : deux hommes vont s’introduire dans leur maison et assassiner, un à un, le couple ainsi que leurs deux enfants. Ambiance !

Brady Corbet & Tim Roth

Dix ans plus tard, Haneke nous offre une nouvelle version de son drame psychologique en l’adaptant pour Hollywood. On retrouve au sommet de l’affiche de ce nouvel essai U.S., Tim Roth - que l’on verra prochainement dans "L’Incroyable Hulk" - ainsi que Naomi Watts, présente, l’année dernière, sur nos écrans avec "Les Promesses de l’ombre" et "Le Voile des illusions". Dans cette version américaine, Roth et Watts, alias George et Anna, n'ont qu'un seule enfant - campé par le jeune acteur Devon Gearhart -. Vous voilà soulagez !? Non ? Comme moi alors !

Michael Pitt

Avec des films comme "La Pianiste" (2001), "Le Temps du loup" (2003) ou "Caché" (2005), Michael Haneke, né en 1943 à Munich - mais de nationalité autrichienne -, a su creuser son nid au sein d’un cinéma d’auteur plus acerbe et psychologiquement instable où les passions peuvent exulter en toute liberté. Distribué par "Warner Independant Pictures" (U.S.A.), "Funny Games 2008" est toutefois produit par des studios européens (français, anglais et autrichiens).

Naomi Watts

Actrice dans le film, Naomi Watts est également Productrice. Ce n’est pas la première fois que la belle anglaise occupe cette fonction ; elle l’avait déjà tenue notamment dans le récent "Voile des illusions" de John Curran. Le remake de "Funny Games" sera présenté au B.I.F.F.F. ce samedi 29 mars à 20.00 ; pour en savoir plus sur la programmation de ce festival, cliquez ici… Vous pourrez également découvrir ce film dès le 16 avril dans les salles belges et le 23 avril sur les écrans français.

Brady Corbet

La bande-annonce…

Michael Pitt, encore lui !

Michael Pitt

Michael Pitt n’a pas attendu le remake de "Funny Games" pour jouer les psychopathes ! En 2002, il mettait déjà des bâtons dans les roues à Sandra Bullock dans "Calculs meurtriers". Michael Pitt y campait Justin, une ado souhaitant par tous les moyens réaliser le crime parfait. Y’en a qui ont de drôles de loisirs ! 

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |

28/03/2008

MACHINE GIRL : sang pour sang

The Machine GirlLes amateurs des films de Robert Rodriguez et de Quentin Tarantino n’ont certainement pas raté au cinéma la franchise "GrindHouse" et tout particulièrement "Planet Terror". Si malheureusement, vous avez fait chou blanc, ne vous inquiétez pas : la saga "GrindHouse" est disponible en DVD ! Bref ! Inutile de vous rappeler que dans le "Planet Terror" de Rodriguez, l’actrice Rose McGowan campe une brune incisive armée d’un fameux canon-mitrailleur en guise de jambe !?! Ce concept de l’homme-machine est presque aussi vieux que l’histoire du cinéma. Mais ici, c’est au Japon que je vous emmène. Alors que les Mangas avaient déjà leur super justicier intergalactique "Cobra" (Souvenirs, souvenirs), les lycéennes asiatiques ont maintenant leur "Machine Girl" ! "The Machine Girl", réalisé par Noboru Iguchi, raconte la vendetta d’une jeune fille pas comme les autres. Après que sa famille ait été assassinée par des Yakuzas, ceux-ci l'ont torturé en lui coupant le bras gauche. Notre pauvre héroïne met alors au point une mitraillette en guise de prothèse. C’est pas nouveau mais "The Machine Girl" nous promet un spectacle gentiment Gore prévu ce vendredi 28 mars à minuit. Le rendez-vous est pris… Si vous souhaitez davantage de renseignements sur ce film, cliquez ici.

The Machine Girl

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (1) | |

Zombies : Le retour du Maître

Diary of the Dead

George A. Romero est de retour avec, tenez-vous bien, un film… de zombies ! Encore un ! Le réalisateur mythique de l’horreur apocalyptique n’a pas terminé sa saga dédiée aux morts-vivants. Vu l’évènement, il n’est pas étonnant que le B.I.F.F.F. consacre une projection, ce vendredi 28 mars à 22.00, au "Diary of the Dead" de Romero.

Diary of the Dead

Franchement mais quelle idée peut-on avoir pour vouloir filmer coûte que coûte des zombies au risque de se faire dévorer tout cru ? Si cette question vous empêche de dormir, rendez-vous à Bruxelles ; si non, sachez que "Diary of the Dead" sortira chez nous et en France le 25 juin 2008. Pour en savoir plus sur ce film, cliquez ici

Diary of the Dead

Vous en voulez encore ? Et bien, c’est tant mieux car un "Diary of the Dead 2" est dès maintenant programmé ! Cela reste à confirmer mais il se pourrait bien que pour ce deuxième volet, les survivants du premier film atterrissent sur une île ; une île pas si déserte que cela car habitée par une poignée d’êtres humains et une horde de zombies voraces. Une chose est sûr : les morts-vivants ne sont pas prêts de disparaître des salles obscures. Ce sont les amateurs du genre qui vont être aux anges !

George A. Romero

Pour plus d’informations concernant la projection de "Diary of the Dead" au B.I.F.F.F., cliquez ici

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |

MICHAEL MANN, 25 ans déjà !

The KeepHappy Birthday !!!

A l’occasion de 25e anniversaire de la sortie du film "La Forteresse noire" ("The Keep"), le B.I.F.F.F. vous propose une projection spéciale ce vendredi 28 mars à 18.00. Revivez les aventures angoissantes de Scott Glenn ("La Vengeance dans la peau"), de Gabriel Byrne et de Ian McKellen à la découverte des mystères sanglants que renferme une ancienne forteresse romaine.

Sorti en 1983, "The Keep" marie fantastique et film de guerre - l’histoire se passe en effet durant la Seconde Guerre Mondiale -, le tout mis en boîte par Michael Mann. Né à Chicago en 1943, Mann est devenu depuis l’un des cinéastes américains les plus en vogue en signant notamment des films d’action, des plus efficaces, comme "Heat", "Ali", "Collateral" et "Miami Vice". Pour tout savoir sur cette projection anniversaire, cliquez ici

The Keep

Gabriel Byrne

The Keep

Écrit par TOM dans RETROSPECTIVE | Lien permanent | Commentaires (0) | |

27/03/2008

ELIJAH WOOD à Oxford...

Sorti ce 26 mars en France, "Crimes à Oxford" ("The Oxford Murders") sera présenté au B.I.F.F.F. ce vendredi 28 mars à 20.00. Ce thriller "estudiantin" narre l’association peu orthodoxe entre un professeur d’Oxford, Arthur Seldom (John Hurt), et un étudiant fraîchement débarqué dans la prestigieuse université, Martin (Elijah Wood), dans le but de démasquer un meurtrier qui sévit sur le campus.

Elijah Wood et l'acteur français Dominique Pinon

C’est l’espagnol Alex de la Iglesia, plébiscité dans son pays pour quelques bons films Trash, qui réalise ce film marquant la rencontre entre Elijah "Frodon" Wood et John Hurt, les deux têtes d’affiche de "Crimes à Oxford". de la Iglesia a également participé à l’écriture de l’intrigue qui s’inspire de l’œuvre de Guillermo Martinez, intitulée "Mathématique du crime" - publié en 2003 -.

Alex de la Iglesia, le réalisateur et John Hurt en pleine parodie de V pour Vendetta ?

Bien que ce film est basé en Angleterre, et a été tourné là-bas, l’équipe artistique est composée principalement d’espagnols qui ont déjà collaboré, par le passé, avec le réalisateur hispanique. "Crimes à Oxford" disséquera notamment les différentes "traces" et "symboles" - mathématiques - laissés par le tueur à proximité de ses victimes. On est peut être pas loin d’un "Da Vinci Code", certes plus cartésien, où l’Intelligentsia se met au service de la Justice pour triompher du Mal ! Tout un programme...

John Hurt

Pour Elijah Wood, "The Oxford Murders" lui permet de camper à nouveau un étudiant. Le héros de la trilogie du "Seigneur des anneaux" avait déjà tenu des rôles (légèrement ?) similaires notamment dans "Hooligans" ainsi que dans l’excellent "The Faculty" (1999) de Robert Rodriguez. Pour accéder aux informations du B.I.F.F.F. concernant ce film, cliquez ici.

Leonor Watling et Elijah Wood

La bande-annonce (en version originale)…

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |