03/02/2008

NO COUNTRY FOR… Killers !

No Country for Old Men82273178227317822731782273178227321

Au Texas, non loin de la frontière mexicaine, un mystérieux individu, transportant une bonbonne de gaz, est arrêté par un shérif stagiaire. A quelques kilomètres de là, Llewelyn Moss (Josh Brolin), chassant dans le désert, tombe sur un véritable carnage : des hommes tués par balle jonchent le sol aux côtés de camionnettes abandonnées ; l’une transporte une "belle" cargaison de drogue. Moss ne tarde pas à trouver une valise contenant une somme astronomique de dollars en grosses coupures…

Sérieux prétendant pour "rafler" plusieurs prestigieux Oscars, "No Country for Old Men" n’a pas été plébiscité par hasard ! Avec des comédies intelligentes et douces-amères comme "O’Brother" (2000), "Intolérable cruauté" (2003) et "Ladykillers" (2004), on aurait presque oublié que les Frères Coen se sont fait connaître, notamment, par l’excellent et oscarisé "Fargo" (1996) ; suivis quelques années après de "The Barber : l’homme qui n’était pas là", autre film (en) noir (et blanc) par excellence.

Retrouvant une solide histoire de meurtres à gogo et de personnages incisifs, parfois glacials comme la Mort ou du moins patibulaires, Joel et Ethan Coen signent avec leur "No Country for Old Men" une double épopée. Tout commence par une longue course-poursuite sanglante entre une machine à tuer, Anton Chigurh (Javier Bardem), et un jeune retraité du Vietnam, Llewelyn Moss (Josh Brolin), végétant sur les terres arides du Texas. Ces deux personnages atypiques sont merveilleusement interprétés par deux grands acteurs : Javier Bardem et Josh Brolin (voir ci-dessous).

Javier Bardem

Cette chevauchée (cinématographique) fantastique par-delà le sud profond des Etats-Unis "grignote" une bonne part du film. Certains regretteront sans doute que cette aventure à couteaux tirés entre Chigurh et Moss se termine quelque peu en eau de boudin par une séquence aussi sobre que convenue. Cette pré-conclusion amputée (?) permet aux frères Coen de rebondir sur le personnage du Shérif Bell, campé par Tommy Lee Jones.

Tommy Lee Jones

C’est dans cette dernière partie, tirant malheureusement un peu en longueur, que le titre du film prend tout son sens… Quand le justicier des temps passés, le Shérif Bell en l’occurrence, réalise qu’il ne pourra jamais stopper la folie meurtrière qui tiraille, de jour en jour, la société actuelle. Cette remise en question de la nature humaine et de ses vices par un représentant de la Loi avait déjà été envisagée notamment dans le troublant "Seven" de David Fincher. En effet, en 1996, Morgan Freeman campait un inspecteur désabusé approchant de l’âge de la retraite…

Josh Brolin

Malgré cette transition abrupte entre une chasse à l’homme réfléchie et haletante et une brève vue philosophique sur l’autodestruction humaine, "No Country for Old Men" vaut largement le détour et se place d’emblée comme l’un des meilleurs films de ce début d’année. On sent dès les premières images la présence aux manettes de deux virtuoses de la mise en scène et de la narration.

Ethan Coen & Joel Coen

Les Coen se plaisent toujours autant à transcender l’anodin pour en tirer une ambiance si particulière, emprunt à la fois de mystique et de réalité populaire. Tiré d’une œuvre de Cormac McCarthy, "No Country for Old Men" constitue un nouveau spectacle de haut vol ménageant des dialogues toujours aussi percutants & jamais avars en idées trépidantes. Notons également la sympathique apparition de Woody Harrelson, en assassin Cow-boy un peu trop sûr de lui (?).

Tommy Lee Jones

Dans "No Country for Old Men", le Happy end n’est pas à l’ordre du jour ; mais dans ce genre de film, la destination a souvent peu d’importance, seul le voyage pour y parvenir compte !

La bande-annonce…

Sur la piste de Javier Bardem...

Javier Bardem

Né à Mayorque (Espagne) en 1969, Javier Bardem a débuté sa carrière d’acteur devant la caméra de grands noms du cinéma espagnol comme José Juan Bigas Luna, Pedro Almodovar. Des films comme "Avant la nuit" (2001), retraçant la vie de l’écrivain cubain Reinaldo Arenas, et le drame "Mar adentro" (2005) d’Alejandro Amenabar, l’ont permis d’accéder à la renommée internationale. Truand dans "Collateral", Javier Bardem interprète dans "No Country for Old Men" un des assassins les plus inquiétant - et par conséquent les plus réussis - de ces dernières années. Véritable "Terminator" increvable, Chigurh, son personnage, possède en plus une signature bien particulière : il ne sort jamais sans sa bonbonne de gaz munie d’un projecteur… Mortel !

Josh Brolin & Tommy Lee Jones, première !

Josh Brolin

Tout va pour le mieux, en ce moment, pour l’acteur californien Josh Brolin. Découvert, en 1985, dans l’extraordinaire aventure des "Goonies" de Richard Donner, Brolin a du attendre 2000 et le "Hollow Man" de Paul Verhoeven pour revenir au devant de la scène. Suivirent "Bleu d’enfer", "Planet Terror" et "American Gangster". Les spectateurs belges retrouveront d’ailleurs, dans quelques jours, Josh Brolin dans le nouveau film de Paul Haggis, "Dans la vallée d’Elah", avec Tommy Lee Jones également à l'affiche de "No Country for Old Men".

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.