31/12/2007

Le dernier MIMZY en DVD

Mimzy82273178227317star_1_282273218227321

Avec "Mimzy, le messager du future" ("The Last Mimzy"), récemment disponible en DVD, Robert Shaye passe enfin à la réalisation après avoir produit, durant de longues années, des films d’horreur et des longs-métrages fantastiques. Il a, par exemple, co-produit la saga "Freddy" lancée, en 1985, par Wes Craven avec "Les Griffes de la nuit" dans lequel (signalons-le au passage) Johnny Depp se faisait mettre en pièce. Récemment, Robert Shaye s’est assagi en travaillant davantage sur des films tout public comme l’excellent "Fréquence interdite" (2000) de Gregory Hoblit, sur la trilogie du "Seigneur des anneaux" ou encore sur "La Boussole d’or"... Parfois maladroit dans le montage & souvent naïf, "Mimzy" s’apparente à une petite aventure intergalactique qui garde néanmoins les pieds sur terre en se concentrant sur l'histoire de deux jeunes enfants.

Rhiannon Leigh Wryn

Ce film n’est pas sans rappeler le "Zathura" (2006) de Jon Favreau. Plus encore, "Mimzy" s’inspire directement de "Cocoon". Dans ce long-métrage de 1985, réalisé par Ron Howard, des pensionnaires d’une maison de repos rajeunissaient chaque jour, un peu plus, en allant, secrètement, batifoler dans une piscine privée. Nos supers héros du Troisième Age ignoraient en fait que ce plan d’eau recueillait des cocons extraterrestres transmettant un étrange pouvoir. A quelques détails prêts, "Mimzy" reprend en gros le synopsis de ce classique du cinéma fantastique (ouvert à tous !). Petite différence toutefois : ce ne sont plus ici des personnes âgées qui occupent le devant de la scène mais deux jeunes enfants.

Chris O'Neil & Rhiannon Leigh Wryn

En vacances aux bords d’un lac, Emma (Rhiannon Leigh Wryn) et Noah (Chris O’Neil) découvrent de mystérieuses pierres ainsi qu’une boite contenant un lapin en peluche. Cachant cette découverte à leurs parents, David (Timothy Hutton) et Jo (Joely Richardson), nos deux bambins vont comprendre le sens caché de ces objets tout droit venus d’un autre monde. Au contact de ceux-ci, Emma et Noah vont rapidement développer un savoir hors du commun...

Joely Richardson, Chris O'Neil, Timothy Hutton & Rhiannon Leigh Wryn

Robert Shaye signe un film assez attachant qui séduira en particulier les plus jeunes (et les grands enfants, évidemment !). Outre Rhiannon Leigh Wryn et Chris O’Neil, deux jeunes acteurs attendrissants, on retrouve, au casting de cette aventure, une sympathique brochette d’acteurs malheureusement trop souvent cantonnés dans des seconds rôles : Timothy Hutton, Joely Richardson, Michael Clarke Duncan ainsi que Rainn Wilson et Kathryn Hahn.

Kathryn Hahn & Rainn Wilson

Il est assez sympathique de retrouver ces deux derniers dans des rôles plus sérieux et plus profonds par rapport à ce qu’ils ont déjà eu l'occasion de jouer. En effet, Rainn Wilson et Kathryn Hahn ont parfois campé les siphonnés de service et les "éléments" comiques secondaires notamment dans "Ma super ex’" (pour Wilson) et dans "Comment se faire larguer en 10 leçons ?" (pour Hahn).

Rainn Wilson

Avec des effets spéciaux bien travaillés, mais aussi avec une musique instrumentale trop prédominante de Howard Shore - qui, à la longue, tape un peu (beaucoup) sur le système -, "Mimzy" reste, au final, un petit conte fantastique qui fera, sans doute, rêver les plus jeunes et sourire les spectateurs plus âgés qui conservent toujours leur douce âme d’enfant.

Timothy Hutton & Rhiannon Leigh Wryn

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

30/12/2007

George Clooney & Brad Pitt en DVD

Ocean's 131533974215339742153397421533974215750171

Retour aux sources pour la bande de gentlemans cambrioleurs emmenée par Danny Ocean (George Clooney). Après avoir sondé les effractions de haut vol en Europe, dans "Ocean’s 12", le réalisateur Steven Soderbergh et les scénaristes Brian Koppelman et David Levien avaient sans doute le mal du pays. Pour cette troisième aventure : retour, donc, à Las Vegas.

Reuben (Elliott Gould), le financier attitré des coups illégaux de Danny Ocean et de ses complices, est malade. Se remettant péniblement de problèmes cardiaques, Reuben doit également essayer de digérer l’immonde escroquerie dont il a été victime : le financier Willie Banks (Al Pacino) a dérobé les parts détenues par Reuben sur un nouveau casino. Il n’en faut pas plus pour que Danny, Rusty (Brad Pitt), Linus (Matt Damon) et Cie. réagissent et décident de rendre la monnaie de sa pièce à Banks. Pour réaliser, une nouvelle fois, le casse du siècle, les amis de Reuben vont devoir rivaliser en ingéniosité et détermination. Il leurs faut également un financier : Terry Benedict (Andy Garcia), leur ancien adversaire, semble être le mieux placer pour les aider…

BRAD PITT & GEORGE CLOONEY

Si "Ocean’s 11" revisitait magistralement le classique "L’Inconnu de Las Vegas" avec Frank Sinitra, "Ocean’s 12" explorait, avec un panache enfantin et agréablement déstabilisant, les ficelles du cinéma de Soderbergh : au menu, tromperies à gogo, faux-semblants en voulez-vous en voilà & un scénar’ gentiment déluré et complexe.

MATT DAMON

En revenant planter son intrigue à Vegas, le troisième "Ocean’s" a perdu de sa fougue et de son originalité. Ce constat s’applique principalement à l’histoire, finalement assez mince, qui consiste à détailler chaque phase de la grande arnaque que Ocean et sa bande vont monter contre le requin Willie Banks. Heureusement, le génie de Steven Soderbergh pour brouiller les pistes est sans pareil et permet allégrement de maintenir le spectateur sous pression.

ELLEN BARKIN & le réalisateur STEVEN SODERBERGH

Côté casting, on ne peut pas dire que l’on est triste de retrouver d’aussi belles "gueules" comme celle de Clooney, Pitt et Damon, assorties des incontournables seconds rôles qui, avec les années, ont pris du galon. Citons, entre autres, Don Cheadle ("Traffic", "Opération Espadon", "Hôtel Rwanda", "Collision"), Bernie Mac ("Transformers") et Scott Caan ("Bleu d’enfer", "Friends with Money").

BERNIE MAC

On regrette par contre que les ravissantes Julia Roberts et Catherine Zeta-Jones ne soient plus de la partie. "Ocean’s 13" donne le ton dés le début : on ne parle pas de femme dans ce film ! Apparaît pourtant la vénéneuse Abigail Sponder, l’assistante de Willie Banks, campée par la quinquagénaire Ellen Barkin ("Trust the Man").

ELLEN BARKIN & AL PACINO

Pour remettre une (belle) couche sur ce prestigieux casting, amputé de deux "starlettes", les producteurs se sont adjoints les services de Monsieur Al Pacino. Campant les hommes d’affaire avec une élégance et une férocité rare, Al Pacino ("L’Associé du Diable") ne déçoit (toujours) pas et interprète un solide adversaire. Le beau George n’a qu’à bien se tenir !

AL PACINO

Plus proche du premier film, "Ocean’s 13" ne parvient pas à tutoyer celui-ci. Nettement moins original et euphorisant qu’"Ocean’s 12", le dernier né n’est pourtant pas "le vilain petit canard de la portée". Absolument pas ! Ce troisième film constitue un plaisant délassement, intelligent et gratifiant, auréolé, une nouvelle fois, par un casting "5 étoiles" ainsi que par un réalisateur turbulent mais qui sait rester maître de son sujet.

ANDY GARCIA

La bande-annonce...

Un extrait...

Quant les stars se déguisent, "rien ne va plus" !

DON CHEADLE

GEORGE CLOONEY

BRAD PITT

MATT DAMON

VINCENT CASSEL

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

29/12/2007

Joyeux FRED NOËL !

Fred Claus82273178227317822731782273178227317

On osait même pas en rêver et pourtant… "Frère Noël" ("Fred Claus") l’a fait ! Loin des comédies nunuches célébrant le doux esprit de Noël à grand renfort de guimauve, de sucreries collantes et de gags boiteux, la nouvelle comédie décapante de David Dobkin égratigne, juste comme il faut, le mythe du Père Noël. Pas de (trop gros) blasphèmes donc à l’horizon, mais une grande aventure brassant très large et jonglant aussi bien avec le merveilleux, l’humour insolite, une belle tranche d'émotion et l’intervention de truculents acteurs dans des rôles assez explosifs !

Tout commence, il y a bien longtemps, dans une maison isolée dans une forêt. Une femme (Kathy Bates) met au monde son deuxième enfant, Nicolas. Celui-ci est déjà rondouillet et dégage une plénitude magique. Les parents du petit Nicolas sont conquis dès le premier regard ! Le frère de Nick’, Frédéric, fait la promesse d’être le plus gentil des frères. Malheureusement, il est plus facile de faire une promesse que de la tenir &, aux cours des années, Fred va être de plus en plus amer à l’égard de son frère qui, incarnant la bonté même, fait l’admiration de maman Noël. A l’âge adulte, Fred (Vince Vaughn) s’installe aux Etats-Unis alors que son frère (Paul Giamatti), devenu le célèbre Père Noël - celui que les enfants adulent - travaille d’arrache-pied, au Pôle Nord, pour préparer la grande distribution de Noël qui approche à grands pas. Par un concours de circonstances, Fred est embauché par son célèbre frère pour l’aider dans ses préparatifs. La venue de Fred au Nord coïncide avec celle d’un obscure Manager commercial, Clyde (Kevin Spacey), bien décidé à délocaliser, au Pôle Sud, la fabrique de jouets du Père Noël…

PAUL GIAMATTI & VINCE VAUGHN

Avec "Serial Noceurs", le réalisateur David Dobkin vitriolait à grands renforts de gags, parfois salaces, la magie du mariage. On aurait pu craindre le pire en apprenant que c’était au tour de la magie de Noël de passer à la casserole. Finalement, le résultat est plus sage, très convaincants & même tout simplement époustouflant ! Avec beaucoup d’inventivité, Dobkin et les scénaristes Dan Fogelman ("Cars") et Jessie Nelson ("Because I Said So", "Une Vie à deux") parviennent à célébrer la fête de Noël en combinant un humour farceur certain à un souffle, généreux et gratifiant, de bons sentiments.

VINCE VAUGHN & JOHN MICHAEL HIGGINS

Dans le rôle du Tchatteur de service, Vince Vaughn n’a pas perdu de sa superbe & prend même la sage décision d’insuffler un peu plus de self control et d’humanité à son personnage : le frère du Père Noël, aux allures de Gulliver, qui ne supporte pas les fêtes de fin d’année & qui a été, continuellement, rabaissé par une mère préférant son cadet.

PAUL GIAMATTI & MIRANDA RICHARDSON

Changement de registre ahurissant pour l’excellent Paul Giamatti qui, après avoir campé un tueur sadique dans "Shoot’Em Up", rentre dans le costume du célèbre Père Noël. Impérial à l’écran, Giamatti n’occupe pourtant pas le premier rôle & laisse la vedette à Vaughn et à son acolyte, le lutin Willy, alias John Michael Higgins ("La Rupture").

VINCE VAUGHN & JOHN MICHAEL HIGGINS

Les actrices Miranda Richardson (l’épouse du Père Noël), Rachel Weisz (la copine de Fred), Elizabeth Banks (l’assistante du Père Noël) et Kathy Bates (la maman du Père Noël) composent un casting féminin élégant et varié !

RACHEL WEISZ

Hormis ces nombreux clins d’œil à la fête Noël (lutins, reines, pays magique et illuminé,…), "Frère Noël" explore également des thématiques beaucoup plus terre-à-terre et, parfois donc, moins réjouissantes comme la délocalisation des "entreprises", les familles bancales, les drames sociaux et affectifs,… Mis bout à bout, avec des séquences plus légères et joyeusement dingues, ces petites analyses de notre société actuelle ne font que renforcer ce spectacle digne d’intérêt qu’il serait dommage de cataloguer d’entrée de jeu comme une mauvaise "farce" de Noël.

VINCE VAUGHN

Magie, humour sacripant, réflexions intuitives, émotions fortes,… tout est réuni ici pour passer une fin d’année des plus excellentes avec un long-métrage émoustillant nos zygomatiques. "Frère Noël" m’a plus que séduit, il m’a diablement enchanté ! Dans ce profond élan de générosité et de bons sentiments, on est prêt à tout… Même à pardonner quelques petites idées un peu trop loufoques comme la présence de trois lutins-ninjas destinés à assurer la protection du Père Noël.

LUDACRIS

Ne rater surtout pas le rappeur Ludacris en lutin DJ, ni la séance d’entraide destinée aux frères anonymes de célébrités : vous y croiserez notamment Frank, le frère de Sylvester Stallone, le double de l’ancien président américain Bill Clinton & Stephen Baldwin qui semble vivre difficilement dans l’ombre de sa "star de frère", Alec. Rassurez-vous c’est juste pour rire !

KATHY BATES, KEVIN SPACEY & TREVOR PEACOCK

Tout aussi extraordinaire : on retrouve un Kevin Spacey, tout droit sorti du film "Swimming with Sharks" (1994), jouant les Grinch’s de Noël, qui cache un lourd et triste secret. Le petit clin d’œil au super héros Superman est diablement irrésistible. Pour rappel, Spacey joue le méchant Lex Luthor dans "Superman Returns"...

JOHN MICHAEL HIGGINS

Quoiqu’on en dise, "Fred Claus" est une espiègle bombe au lait de poule qui se déguste sans la moindre modération. A votre bonne santé & Bonne Année !

Un extrait...

Un second extrait...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

28/12/2007

Johnny Depp retrouve Tim Burton !!!

Sweeney Todd

Le tandem Johnny Depp/Tim Burton a toujours fait des étincelles ! Impossible d’oublier les merveilleux "Edward aux mains d’argent" (1991), "Ed Wood" (1995), "Sleepy Hollow" (2000), "Charlie & la chocolaterie" (2005) et "Les Noces funèbres" (2005) ! Le 23 janvier 2008, ce couple infernal et brillant revient sur les devants de la scène pour notre plus grand plaisir dans "Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street"...

Tim Burton & Johnny Depp

Les premières images et la bande annonce de ce film sont des plus explicites. Cette nouvelle aventure, sorte de "thriller musical", est signé Burton. Il n’y a aucun doute là-dessus ! Vengeance, univers froid et macabre, humour noir,… En deux mots, un "conte horrifique" comme seul Tim Burton sait le faire.

Johnny Depp & Helena Bonham Carter

La vie confortable et douillette de Benjamin Parker (Johnny Depp) lui est injustement volée par le Juge Turpin (Alan Rickman), un homme de loi jaloux et sans scrupule. Envoyé en exil, Parker revient pourtant chez lui au bout de plusieurs années dans la ferme intention de se venger. Se présentant sous le nom de Sweeney Todd, notre homme devient le barbier de Fleet Street. Aidé par sa maîtresse, Madame Lovett (Helena Bonham Carter), Sweeney est bien décidé à raser de très prêt la gorge des gentilshommes qui lui ont arraché sa merveilleuse existence d’antan… Ca va saigner !

Johnny Depp & Alan Rickman

Johnny Depp donnera la réplique dans ce film à des acteurs qui ne sont pas étrangers au monde de Burton, ou du moins, à l’univers si particulier du Cinéma fantastique ou du genre "criminel" ! Compagne de Burton dans la vie & jeune maman, Helena Bonham Carter joue la cruelle Bellatrix Lestrange dans la saga "Harry Potter". Auparavant, elle a déjà travaillé avec Tim Burton sur "Les Noces funèbres", "Charlie et la chocolaterie", "Big Fish" (2004) ainsi que sur le remake de "La Planète des singes" sorti en 2001.

Johnny Depp & Helena Bonham Carter

Autres compères de la franchise "Harry Potter" : les acteurs Alan Rickman et Timothy Spall, alias le professeur Severus Rogue et Peter Pettigrew. Décidemment, nos deux hommes fréquentent assidûment les rôles de crapules ! L’irrévérencieux Sacha Baron Cohen, alias "Borat", complète ce casting "5 étoiles".

Alan Rickman

Avec ce nouveau film, Tim Burton, accompagné pour l’occasion du scénariste John Logan (voir ci-dessous), revisite à nouveau l’un des célèbres récits fantastiques de la littérature occidentale. Son "Sweeney Todd", à l’image de "Sleepy Hollow" par exemple, est une légende souvent contée. Basée sur l’histoire vraie d’un barbier londonien tranchant les gorges de ces clients au début du 19e siècle, l’aventure macabre de "Sweeney Todd" a notamment inspiré Charles Dickens pour ses "Contes des deux villes". Todd, le barbier assassin a déjà reçu les honneurs de plusieurs adaptions, temps pour le cinéma que pour la télévision.

Timothy Spall

La bande-annonce…

John Logan, raconte-nous une histoire…

Le scénariste de "Sweeney Todd", John Logan a déjà écrit pour plusieurs grands longs-métrages. Citons, tout particulièrement, "L’Enfer du dimanche" d’Oliver Stone - un film percutant sur la monde impitoyable du Football US -, le célèbre "Gladiator" de Ridley Scott, "Le Dernier samouraï" avec Tom Cruise, ou encore l’"Aviator" de Martin Scorsese ou le biopic vitriolé d’Howard Hughes, alias Léonardo DiCaprio.

Les barbiers au cinéma…

Johnny Depp

La profession de barbier n’a pas toujours une très bonne réputation au cinéma. En 2001, par exemple, Malcolm McDowell jouait, dans "The Barber", Dexter Miles, le barbier d’une petite ville d’Alaska qui adorait tuer les gens. La même année, Joel Coen nous présentait l’histoire de "The Barber : l’homme qui n’était pas là". Billy Bob Thornton campait, dans ce long-métrage, un mari jaloux prêt à commettre le pire. Heureusement que nous avons l’illustre Charlie Chaplin pour redonner un peu de peps à l’image de cette profession. Souvenez-vous, dans "Le Dictateur" de 1945, Chaplin jouait le tyran Adenoid Hynkel mais également un petite barbier, naïf et amoureux, du ghetto juif qui ressemblait, trait pour trait, au dictateur de Tomania.

Johnny Depp

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |

27/12/2007

JOHN TRAVOLTA & les cœurs perdus

Coeurs perdus82273178227317822732182273218227321

A la fin des années 40, le terrible couple formé par Martha Beck (Salma Hayek) et Ray Fernandez (Jared Leto) sillonne les routes des Etats-Unis à la recherche de "cœurs perdus" ! Ces "cœurs perdus" sont en fait des femmes, le plus souvent des veuves de guerre, qui essayent de trouver du réconfort et de l’affection grâce à un service de "Courrier du cœur". La méthode de Beck et Fernandez est simple : piéger une femme solitaire, gagner sa confiance & voler son argent. Cette arnaque tourne mal et le jeu sadique de nos deux escrocs fait sa première victime avant que l’inspecteur Elmer C. Robinson (John Travolta) rentre en scène. Robinson prend rapidement l’affaire à cœur, lui qui vit dans la plus grande tristesse depuis que son épouse a mis fin à ses jours.

John Travolta

Un tantinet léthargique dans "Love Song" (2006) aux côtés de Scarlett Johansson, John Travolta revient en DVD dans la peau d’un flic assez empoté & endeuillé par le suicide de son épouse. "Cœurs perdus" (en V.O. "Lonely Hearts"), réalisé par Todd Robinson (scénariste sur "Bad Boys II") promet, du moins au début, un vibrant hommage aux "Incorruptibles" et autres grands films de gangsters de la "Belle Epoque". Il ne faut malheureusement pas attendre longtemps pour que le charme se dissipe !

Catapultés dans la peau de justiciers intraitables et balourds, Travolta et son co-équipier du moment, James Gandolfini, insufflent finalement peu d’énergie et de charme à ce modeste film policier. Finalement la (mauvaise ?) surprise vient plutôt de l’omniprésence à l’écran de l’infernal tandem d’escrocs/assassins Martha Beck et Ray Fernandez, joués par la pulpeuse et piquante Salma Hayek et le méconnaissable Jared Leto ("Lord of War") au crâne dégarni pour l’occasion.

Salma Hayek

Todd Robinson choisit clairement son camp en suivant principalement ces deux malfaiteurs dans leur périple sanglant. S’en suit ainsi un film lorgnant davantage sur "Kalifornia" (1993) ou "Tueurs nés" (1994) façon Années 40 ! Ce traitement n’est pas forcément plus emballant qu’un banal film axé sur le boulot des flics, c’est toutefois plus sombre avec certaines séquences immorales, choquantes et nauséabondes. "Il faut ce qu’il faut", dirons certains !

Jared Leto

Avec un meilleur équilibre (entre gentils et méchants) et un John Travolta plus en forme, avec quelques kilos de moins, "Cœurs perdus" aurait sans doute davantage brillé dans un genre cinématographique où se côtoient, c’est vrai, de véritables chefs-d’œuvre ! Reste un polar noir, parfois malsain, gaspillant un casting des plus alléchants - John Travolta, James Gandolfini, Salma Hayek, Laura Dern, Jared Leto,… - dans une histoire troublante et perverse.

James Gandolfini

Dommage que le trio d’inspecteurs formé par Travolta, Gandolfini et Scott Caan ne soit pas davantage utilisé. L’alchimie entre ces trois acteurs (les deux vieux lions et le petit nouveau flambeur et tête à claques) n’était pas dénuée de légèreté… Une qualité (en l’occurrence) qui manque beaucoup à ce film !

John Travolta (au centre)

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

LUCKY YOU : très sympathique !

Lucky You82273178227317822731782273218227321

Huck (Eric Bana) travaille le plus souvent dans les salles de jeux des casinos. Son métier, c’est le Poker ! Il a hérité sa passion de son père, L.C. Cheever (Robert Duvall), un joueur réputé et confirmé avec lequel il s’est brouillé depuis plusieurs années déjà. La préoccupation première de Huck est de récolter assez d’argent pour avoir la possibilité de participer au plus grand tournoi de Las Vegas. Malheureusement pour lui, la chance lui fait souvent défaut. Autre problème : Huck pourrait être le meilleur mais l’argent lui brûle les doigts. Une nouvelle "tuile" lui tombe sur la tête quand il prend conscience qu’il est tombé réellement amoureux d’une jeune et jolie chanteuse récemment "débarquée", Billie Offer (Drew Barrymore)...

ERIC BANA & DREW BARRYMORE

Plébiscité, plus d’un fois, pour avoir réalisé d’excellents films tels que "La Main sur le berceau" (1992), "La Rivière sauvage" (1995), "L.A. Confidentiel" (1997), "Wonder Boys" (2001) ou "In her shoes" (2005), Curtis Hanson s’est sans doute permis une petite "excentricité" en mettant en scène "Lucky You", une romance légère qui a, par moment, un arrière goût de "Tin Cup" (film de Ron Shelton avec Kevin Costner).

le réalisateur CURTIS HANSON & ERIC BANA

Sans être son film le plus excitant ou le plus abouti, ce long-métrage, sondant la fièvre du jeu à Las Vegas, est très agréable à suivre & navigue, sans se presser, entre romance, petites trahisons (qui ne font pas longtemps mal), comédie et suspense light sous forme de compet’ ! "Lucky You" brille surtout grâce à ses trois stars tutoyant le haut de l’affiche. Ce n’est pas une surprise mais Drew Barrymore joue encore et toujours à la perfection les petites filles candides et euphoriques à la fois.

ROBERT DUVALL

Sans pousser son talent, Robert Duvall n’a pas son pareil pour camper les géniteurs aux abonnés absents. Reste un Eric Bana, comme toujours impeccable, qui interprète (avec décontraction) un acharné du Poker combiné à un flambeur de premier ordre. Evidemment, le cocktail est plutôt détonnant ! Vous pouvez vous en douter. A ce titre, "Lucky You" explore, avec une belle énergie et une certaine légèreté rafraîchissante, les méandres de Las Vegas où les paris les plus fous pleuvent par millier & où le hasard en devient une science !

ERIC BANA

Si vous souhaitez passer deux belles petites heures devant votre téléviseur, "Lucky You" est un film pour vous. Ce divertissement intelligent et dépourvu d’artifices grossiers ou d’une avalanche de sentiments redondants, est des plus agréables. Qu’on se le dise ! En plus, il n’est pas nécessaire d’être un pro du Poker pour entrer dans la partie ! Ne manquez pas l’apparition remarquée de Robert Downey Jr., le spécialiste des arnaques téléphoniques.

ERIC BANA & ROBERT DOWNEY JR

La bande-annonce...

Un extrait...

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

26/12/2007

Et vous, quel est votre Dæmon ?

La Boussole d'or

Surfant sur le succès de l’un des films incontournables de cette fin d’année au cinéma, le site de "La Boussole d’or" vous propose de répondre à un petit questionnaire afin de savoir quel serait votre Dæmon attitré ! Si l’expérience vous tente, je vous invite à cliquer ICI pour accéder au site officiel du film "La Boussole d’or". Lorsque vous êtes sur la page d’accueil, cliquez en haut à droite sur le signet "Dæmons", ensuite sur "Rencontrez votre Dæmon". Il ne vous reste plus alors qu’à répondre à 20 petites questions avant de connaître le nom et les caractéristiques de l’animal qui vous correspond le mieux ! Pour la petite histoire, mon Daemon est un chat sauvage dénommé "Pelagia".

Pelagia

Je remercie Tweety-Laeti de m’avoir recommandé ce site.

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (4) | |

JE SUIS UNE LEGENDE… Déception

Je suis une légende82273178227317star_1_282273218227321

"Je suis une légende"… Non pas "moi", mais Will Smith, alias le scientifique Robert Neville, dans le nouveau film de Francis Lawrence. Enfin notre homme n’est pas encore pour l’heure une "légende", mais il reste le dernier être humain de New York. En effet, un virus a décimé la population mondiale. Rares sont les survivants qui, immunisés contre une attaque virale foudroyante, tentent de survivre face aux "autres" : des humains qui se sont transformés en monstres nocturnes assoiffés de sang ! Isolé dans une ville déserte, Robert Neville travaille maintenant sur la création d’un anti-virus. Déambulant de la journée avec son Berger allemand, Samantha, Robert essaye de garder la forme, chasse pour se nourrir, mange des légumes et va louer des DVD’s… Lorsque la nuit tombe, notre héros se barricade dans sa maison pour échapper aux humains infectés qui envahissent la ville et sèment la terreur dans les rues de l’ex "Big Apple".

WILL SMITH

Après avoir mis en scène le sombre et, à la fois, excitant "Constantine" (2005), on aurait pu penser que Francis Lawrence allait insuffler pas mal de mysticisme et d’effets pyrotechniques dans son nouveau film. On n’est assez loin du compte ! Avec ce "Je suis une légende", Lawrence étonne et désarçonne en calfeutrant le récit dans une impressionnante sobriété doublée d’un goût inné pour les silences prolongés. Pas nécessairement facile à apprécier, ce traitement a toutefois le mérite d’imposer une certaine angoisse latente et menaçante au long-métrage…

WILL SMITH

En terme d’horreur, durant la grosse majorité du film, on devine plus qu’on ne voit. Les séquences de "haute tension" étant trop rares et trop courtes, on n’atteint jamais les sommets du suspense, Si les décors restent très impressionnants, la numérisation des "créatures" laisse, par contre, à désirer. On se situe plus dans la fibre irréelle des monstres à la "Van Helsing" que dans ceux de "Balde II", par exemple.

WILL SMITH, encore lui !

Will Smith reste, à l’écran, impérial ! Il est clair que "Je suis une légende" repose entièrement sur ses épaules. Accompagné d’un chien attachant, Smith traduit toute la solitude et la tristesse aigue d’un Robert Neville sombrant peu à peu dans la "folie affective".

ALICE BRAGA

Après une bonne heure et demie, ampoulée par de nombreux temps morts, on espère que l’arrivée de nouveaux personnages, campés par Alice Braga et Charlie Tahan, va redynamiser le récit. L’apparition de ces deux nouveaux protagonistes précipite en fait la fin de l’histoire qui reste dans le même ton que la majorité du film : obscure et tristounette !

WILL SMITH & sa petite fille (dans la vie et à l'écran) WILLOW SMITH

Jouant habilement avec les flash-backs, le long-métrage de Francis Lawrence manque toutefois d’intérêt bien qu’il regorge d’émotion. Les films témoignant de la fin de la race humaine sont légions & on a déjà vu mieux en la matière ! "Je suis une légende" est ainsi nettement moins incisif et nerveux que "28 semaines plus tard", ou franchement moins optimiste que le récent "Invasion"...

WILL SMITH, encore et toujours !

Retenons toutefois l’analogie, séduisante et plus légère, opérée dans le film entre le personnage bourru, joué par Will Smith, et Shrek, l’ogre vert des studios "DreamWorks". Effet similaire (et bienvenu) avec la petite dissertation sur l’humanité rayonnante de l’artiste Bob Marley.

WILL SMITH

En résumé, "Je suis une légende" se présente comme un drame apocalyptique aux effets spéciaux corrects (sans plus) à voir principalement pour la performance de Will Smith. Sinon, ce film, hautement pessimiste, manque cruellement d’intérêts si l’on exclut quelques rares scènes "à couteaux tirés" assez angoissantes. On est quand même loin du résultat escompté. Si vous pensiez voir une superproduction alliant sensationnel, terreur et suspense vif et incisif, c’est franchement raté !

le réalisateur FRANCIS LAWRENCE

La bande-annonce...

Un extrait...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

BEN AFFLECK réalisateur !

Gone Baby Gone

1998, deux petits gars créaient la surprise en scénarisant et en jouant dans "Good Will Hunting" de Gus Van Sant. Ces deux gars, un certain Matt Damon et Ben Affleck, entraient à Hollywood par la grande porte. Presque dix ans après, nos deux "acolytes" ont connu un parcours assez différent. Damon a tourné avec les plus grands (Coppola, Spielberg, Minghella, Redford,…) ; il est entré dans la célèbre bande de Danny Ocean en compagnie de Brad Pitt et Mister George Clooney ; il est devenu à l’écran le célèbre Jason Bourne dans trois films réinventant la catégorie "espionnage/action" !

MATT DAMON

Ben Affleck a eu moins de chance diront certains ! D’autres trouveront qu’il a manqué de flair en apparaissant dans quelques films moyens. Seulement voilà, il ne faudrait quand même pas oublier que notre homme a tutoyé Bruce Willis en 1998 dans l’explosif "Armageddon" de Michael Bay ou qu’il a fait une brillante incursion dans le très beau "Shakespeare in Love" (1999). En 2001, il retrouvait le cinéaste Bay pour l’épique "Pearl Harbor", avant de camper, un an plus tard, le célèbre Jack Ryan dans "La Somme de toutes les peurs"… Personnage joué, dans le passé, par Alec Baldwin ("A la poursuite d’Octobre Rouge") et Harrison Ford ("Jeux de guerre", "Danger immédiat")...

Ben Affleck en réalisateur

Affleck a également affronté Samuel L. Jackson dans le tendu "Dérapages incontrôlés" (2002) avant d’enfiler la costume saillant du justicier aveugle "Daredevil" (2003). En 2007, il incarnait l’acteur George Reeves dans "Hollywoodland" ; rôle qui lui valu le prix d’interprétation à la 63ème édition de la Mostra de Venise. Aujourd’hui, Ben Affleck nous revient "en" réalisateur avec "Gone Baby Gone", un drame policier qu’il a également scénarisé. Ce film se base sur le roman de Dennis Lehane, l’auteur du fameux "Mystic River" adapté, en 2003, par Clint Eastwood...

Morgan Freeman et Casey Affleck

La caméra de Ben Affleck suit ici l’enquête tumultueuse de deux détectives privés, Patrick Kenzie (Casey Affleck) et Angie Gennaro (Michelle Monaghan), engagés pour retrouver une petite fille disparue. Leurs investigations vont mener nos deux hommes dans un univers des plus noir et des plus macabre où les dealers, les criminels et les pédophiles sont rois ! Faute de résultat, l’enquêteur Remy Bressant (Ed Harris) et le capitaine de police Jack Doyle (Morgan Freeman) décident, eux aussi, de partir à la recherche de la petite Amanda, l’enfant portée disparue…

Casey Affleck et Michelle Monaghan

Enlèvement, meurtres, pédophilie, règlements de comptes,… Ceux qui auraient lu, ou vu, "Mystic River", sont en terrain connu ! Avec ce "Gone Baby Gone", Ben Affleck a l’occasion de diriger de très bons acteurs - Michelle Monaghan, Morgan Freeman, Ed Harris - dont son propre frère Casey Affleck.

Ed Harris

Repéré en complice déjanté de George Clooney dans la trilogie "Ocean’s", Casey a récemment été plébiscité dans le film d’Andrew Dominik : "L’Assassinat de Jesse James (par le lâche Robert Ford)".

Casey Affleck

La bande-annonce…

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

25/12/2007

BEN STILLER part au COMBAT !

Ben Stiller

Après le sympathique "Les Femmes de ses rêves", on devrait revoir Ben Stiller dans "Tropic Thunder", un film qu’il a lui-même mis en scène & qui est programmé pour le 27 août 2008 ! Les comédies américaines parodiant l’implacable industrie hollywoodienne ont souvent donné de bons crus ! Je pense notamment à "Get Shorty" (1996) avec John Travolta, à "Bowfinger" (1993) ou encore à "Simone" (2001) avec Al Pacino. "Tropic Thunder", on l’espère, passera au crible les dérives du star-system en envoyant cinq comédiens dans un camp d’entraînement militaire (attention on ne rigole plus !) pour préparer le tournage d’un film de guerre !

Jack Black

Ce n’est pas la première fois que Ben Stiller passe derrière la caméra. Il a déjà réalisé "Génération 90", en 1995, "Disjoncté", un plus tard, ainsi que le corrosif et exceptionnel "Zooldaner" (2002), une caricature irrévérencieuse du monde de la Mode. Dans ce dernier film, qu’il a également scénarisé, Stiller donnait la réplique à son inséparable ami : Owen Wilson. Nos deux lascars devaient à nouveau se retrouver dans ce "Tropic Thunder" toutefois Wilson ne put participer au tournage suite à sa tentative de suicide survenue il y a quelques mois d’ici !

Matthew McConaughey / Owen Wilson

Cet événement tragique n’a pas empêché Stiller de travailler sur son film qui comptera quand même la participation d’une belle brochette d’acteurs, à commencer par Jack Black, Robert Downey Jr., Nick Nolte, Matthew McConaughey (le remplaçant de Wilson), Katie Holmes ainsi que Steve Coogan qu’on a eu l’occasion de voir en mini-légionnaire romain dans "La Nuit au musée".

Steve Coogan / Robert Downey J.R.

En plus de le réaliser et d’y tenir un rôle, Ben Stiller a également co-produit ce film en collaboration avec "DreamWorks". Il a aussi participé à l’écriture du scénario en compagnie d’Etan Cohen. Ce dernier a travaillé également sur l’histoire du prochain film d’animation "DreamWorks" : la suite de "Madagascar"... Ce n’est pas un secret : Ben Stiller et Tom Cruise s’apprécient. Si l’épouse de ce dernier, Katie Holmes, est annoncée au casting de "Tropic Thunder", Cruise devrait également y apparaître en temps que Guest Stars dans un déguisement qui… Comment dire ? … le change !

Tom Cruise

(Photo : MovieHole)

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |