15/10/2007

PRIMEVAL en DVD

Primeval82273178227317822731782273218227321

Annoncé au mois d’août dernier dans les salles françaises, "Primeval" est sorti dans le plus grand anonymat en Belgique, dans la région bruxelloise. Les cinéphiles du sud du pays devront découvrir directement ce film en DVD. Ca tombe bien : "Primeval" est aujourd'hui disponible en location…

Elevé dans l’univers des séries TV, le réalisateur Michael Katleman ("Taken", "X-Files", "Urgences", "Dawson", "Gilmore Girls") fait ses premiers pas dans l’impitoyable monde du cinéma avec "Primeval". Le journaliste Tim Freeman (Dominic Purcell) a fait une fameuse bourde ! Avant d’accuser de corruption un sénateur américain, Tim n’a pas pris la peine de vérifier ses sources… qui étaient erronées. Mis sur la touche par son patron, le voilà obligé d’aller au Burundi, plongé en pleine guerre civile, pour enquêter sur un effroyable mangeur d’hommes, un crocodile géant et diablement vorace. Le monstre, peut-être centenaire, aurait déjà fait plus d’une centaine de victimes. Freeman est accompagné, dans cette terrible mission, par son fidèle caméraman et ami Steve Johnson (Orlando Jones) ainsi que par une ravissante journaliste (Brooke Langton) spécialisée dans les reportages animaliers.

Domonic Purcell & Brooke Langton

"Primeval" navigue en territoire connu. Bien connu, même ! On a déjà vu le très bon "L’Ombre et la proie", les moyens "Anaconda" ou le petit "Lake Placid", alors quoi ? Etait-ce bien nécessaire de faire un film d’aventure de la sorte ? Oui et non ! Même si "Primeval" ne rivalise pas avec les grands safaris carnivores comme "Jurassic Park" ou "King Kong", le premier long-métrage de Michael Katleman séduit. Moins bourrin qu’il n’y paraît, "Primeval combine", d’un côté, la pure chasse d’un crocodile géant et, de l’autre, une description réussie (sans plus) d’une Afrique meurtrie par la guerre.

Domonic Purcell

S’inspirant de faits réels, Michael Katleman navigue, tantôt, dans l’humanitaire (dans le même genre que "Blood Diamond"), tantôt, dans une chasse au monstre, parfois palpitante, qui a de faux airs de "Jurassic Park II. Le Monde perdu". Proposant une séquence d’ouverture en mode "Seven" ou "Détour Mortel", "Primeval" perd, par la suite, quelque peu de son intensité horrifique pour faire donc place à une réflexion plus sérieuse sur la question des génocides. Un mélange des genres délicat qui ne se fait pas sans quelques erreurs et approximations.

Orlando Jones

Jouant correctement avec les effets spéciaux (le crocodile est assez bien rendu), Michael Katleman plante l’action en pleine savane africaine comme celle que l’on voit sur les cartes postales. Ce n’est pas déplaisant, c’est assez positif mais pas très innovant. Hachant menu son film (comme une série TV) avec des séquences inégales en intensité et en spectacle, Katleman s’en sort, au final, pas trop mal. Son "Primeval" reste un divertissement honorable, plus anthropologique que horrifique.

Domonic Purcell

Après avoir joué les Dracula dans "Blade 3", Dominic Purcell entre convenablement dans la peau d’un journaliste courageux bien qu’il ne chérisse pas trop les aventures exotiques et le risque. Un bon compromis pour un acteur charismatique choyant une belle stature. On peut toujours compter sur Orlando Jones pour mettre un peu d’humour dans cette fiction mi-horrifique/mi-sociale. Après avoir joué les seconds rôles enjoués dans "Endiablé" (2001) de Harold Ramis et "Time Machine" (2002), Jones ne quitte pas le rôle du second sympa et décontract’ qu’il avait déjà tenu dans l’excellent "Evolution" d’Ivan Reitman.

Orlando Jones & Gabriel Malema

Elle a déjà joué avec Orlando Jones dans "Les Remplaçants" (2000). On la verra prochainement dans "Le Royaume". Brooke Langton donne une petite touche féminine, pas nécessairement mal venue, à un film qui se veut très musclé. Loin de camper la pin-up limitée, Brooke Langton interprète honorablement Aviva, une journaliste intrépide au large sourire.

Brooke Langton

Alors, "Primeval" ? A voir pour ses acteurs, pour les quelques scènes plus angoissantes (avec notre cher croco’) et pour son caractère plus anthropologique… Inattendu pour un film que l’on pensait plus bourrin que réfléchi.

Primeval

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.