21/07/2007

Des PIRATES du bout du Monde

Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde

8227317822731782273178227317star_1_2

Alors que le capitaine Jack Sparrow (Johnny Depp) a échoué dans un monde étrange et désert après avoir été avalé par le "Kraken", Will Turner et Elizabeth Swann, en compagnie de Barbossa (Geoffrey Rush), tentent de voler des cartes au pirate Sao Feng (Chow Yun-Fat). Ces cartes permettront à nos héros de trouver leur chemin par delà les mers et de délivrer Jack emprisonné dans "l’Antre de Davy Jones", un univers dangereux intercalé entre le monde des vivants et celui des morts. L’aventure ne fait que commencer…

Nous avions quitté de manière assez abrupte les "moussaillons" du Black Pearl un peu à la dérive dans le final de "Pirates des Caraïbes, le secret du coffre maudit". Ce deuxième long-métrage, s’inspirant toujours d’une des attractions principales des parcs à thèmes Disney, avait initié une série d’intrigues : Sparrow avait des comptes à rendre à l’infâme Davy Jones (Bill Nighy) ; Will (Orlando Bloom) vivait une histoire d’amour difficile avec Elizabeth (Keira Knightley) ; de plus, le "jeune" pirate avait décidé de délivrer son père, Bill Turner (Stellan Skarsgard), des griffes ou plutôt des pinces de Davy Jones, le capitaine du Hollandais Volant ; James Norrington (Jack Davenport) avait une dignité à retrouver &, pour terminer, l’arriviste Lord Cutler Beckett (Tom Hollander) voulait plus que tout en terminer définitivement avec la piraterie.

Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde

Pfeuuu ! Ca en fait des histoires à boucler dans le dernier chapitre d’une trilogie riche en rebondissement et en trahison ! Au final, le réalisateur Gore Verbinski et les scénaristes Ted Elliott et Terry Rossio s’en sortent avec les honneurs. Tout en poursuivant donc les intrigues entamées dans les précédents longs-métrages, l’équipe du film s’octroient en plus le luxe d’introduire de nouveaux éléments à un récit déjà bien complexe. En effet, voila-ty pas que nous faisons la connaissance dans "Pirates des Caraïbes, jusqu’au bout du monde", d’une organisation secrète rassemblant les "Neuf Seigneurs de la Piraterie". A cela, vient encore s’ajouter d’autres dénouements dont celui lié aux amours fatals entre Davy Jones et la femme qui lui a arraché le cœur (dans tous les sens du terme).

Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde

On pouvait quand même craindre que le "navire", produit une nouvelle fois par Jerry Bruckheimer, prenne l’eau pour excédant d’historiettes. Il n’en est rien heureusement & le mérite revient en grande partie à Gore Verbinski qui jongle comme un beau diable avec les nombreuses ficelles scénaristiques qu’il parvient à nouer dans une aventure assez dépaysante. Pour ce faire, Verbinski privilégie (et c’est de bonne guerre) les personnages phares de la trilogie ainsi que les séquences que le public veut voir, en d’autres termes, les duels à l’épée, les combats navals, etc.

Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde

Inutile de vous préciser que Johnny Depp, alias le capitaine Jack Sparrow, a un rôle de choix dans ce nouveau film. Il est heureux de voir que le chouchou du public a dessoulé et qu’il est maintenant plus apte à assumer son destin. Bien qu’il abuse moins de la bouteille, Sparrow reste heureusement un personnage savoureusement farfelu, parano et éclatant. L’héroïque capitaine du Black Pearl est en forme et cela pour notre plus grand plaisir.

Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde

"Pirates des Caraïbes, jusqu’au bout du monde" voit le retour d’un autre sacré personnage : le capitaine Barbossa, magistralement interprété par l’illustre Geoffrey Rush. Quel bonheur de revoir cet inquiétant forban shakespearien. Amplifiant son rôle, Rush crève l’écran et compose, avec Depp, un duo incertain mais diablement revigorant. La petite querelle qui oppose les deux capitaines offre son lot de délire et d’humour au cours d’un film qui ménage également des séquences plus romanesques...

Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde

Un romantisme garanti, d’une part, par l’histoire d’amour tragique de Davy Jones &, d’autre part, par les relations tumultueuses entre Will et Elizabeth. Le jeune Turner va devoir choisir entre sa promise et son père. Choix cornélien en perspective qui amène d’ailleurs un final, made in Hollywood, de belle intensité. De son côté, Keira Knightley / Elizabeth Swann joue les femmes émancipées et, tournant (dramatiquement) le dos à son riche passé, prend du galon au sein de la piraterie.

Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde

Le bas blesse un peu au niveau des retournements abrupts de situation. Ca devait, sans doute, avoir un effet revigorant sur l’histoire mais ça lasse surtout ! On ne compte plus en effet le nombre de supercheries et de trahisons. Le film peine parfois dans ce dédale de faux semblants où chaque personnage exploite, comme il l’entend, ses vices et vertus. Le courage et la tromperie dominent fatalement les débats. Après tout nous sommes dans un film de pirates !

Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde

Côté décor et effets spéciaux, ce troisième "Pirates" remplit son contrat haut la main. Les spectaculaires scènes de combat sont un vrai régal. Attention toutefois au mal de mer ! Au rayon des bonnes petites surprises de dernière minute, on notera l’apparition au combien truculente du papa de Jack, le capitaine Teague Sparrow, interprété par l’un des Rolling Stones, j’ai nommé Keith Richards.

Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde

Sur la musique trépidante de Hans Zimmer, Gore Verbinski orchestre une aventure hallucinante mêlant allégrement hymne à l’honneur et tromperie grabataire. Les 2h48 du film passent comme une lettre à la poste & on se prend même à en redemander ! Il faut dire que ce troisième film, l’aboutissement d’une première (?) trilogie, se conclue par une fin ouverte… Un nouveau "Pirates des Caraïbes" en prévision ? A Voir…

Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde

Un dernier conseil pour la route : attendez patiemment le générique de fin. Une séquence importante est en effet prévue juste après celui-ci.

La bande-annonce...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |

Commentaires

Hello TOM coucou, géniale la nouvelle présentation de ton blog...je te souhaite un agréable WE et peut-être de bonnes vacances.
BIZ

Écrit par : LB CREA | 21/07/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.