03/06/2007

Nicolas Cage : Gone in 2 minutes

Next

822731782273178227317star_1_28227321

Cris Johnson (Nicolas Cage) est né avec un don, ou une malédiction, c’est selon : il est capable de visualiser son propre avenir, ou du moins, de prédire ce qui va lui arriver dans les deux prochaines minutes. Cette faculté va attirer l’attention de l’agent spécial Ferris (Julianne Moore). Sur les traces de terroristes voulant faire exploser une bombe atomique aux Etats-Unis, Ferris va tenter de persuader Johnson d’user de son pouvoir pour empêcher cette catastrophe…

Basé sur un roman de Philip K. Dick, "Next" est un film plutôt sympathique, brassant large mais dépourvu d’une originalité et d’une efficacité à toute épreuve. Après l’énergique "Meurs un autre jour" et le pyrotechnique "XXX 2", le réalisateur Lee Tamahori retourne dans le rang. Loin de naviguer en zone inconnue (l’Action, Tamahori connaît !), ce dernier met ses talents de joyeux "chahuteur" de la caméra au service des quelques scènes d’action qui viennent pimenter "Next". Ne pensez cependant pas assister ici à un récit dynamique et euphorique comme ses précédents films. "Next" n’est pas à proprement parlé un film d’action.

NICOLAS CAGE

Lorgnant sur le suspense tranquille et, parfois même, sur la comédie romantique, ce long-métrage bénéficie principalement d’un trio de stars au capital sympathie certain : Nicolas Cage, Julianne Moore et Jessica Biel. Procédons par ordre…

NICOLAS CAGE

Nicolas Cage ne quitte plus, en ce moment, les plateaux de tournage ! "Lord of War", "Lucas, fourmi malgré lui", "World Trade Center", "Ghost Rider", "The Wicker Man"… Cage a bien boulotté en 2006-2007. Après "Ghost Rider", l’acteur retrouve un rôle plus emblématique et consistant. Moins "fou-fou" et grimaçant, il interprète dans "Next" un homme rongé par un pouvoir qu’il ne désire pas. Amoureux d’une icône (Jessica Biel) qu’il a perçue dans une de ses visions, il a choisi de vivre une petite vie minable et sans histoire. Au fil du récit, son personnage va gagner en assurance et apprendre à utiliser au mieux son don. "Next" pousse alors quelque peu vers le film de super héros invulnérable. C’est assez agréable et bien vu ! Nicolas Cage rend très bien l’évolution rayonnante de Cris Johnson.

Next

L’une des thématiques les mieux négociées du film est celle mettant en opposition les inspirations libérales d’un homme surdoué, se considérant comme un monstre de foire, et la Sécurité du territoire des U.S.A. représentée par l’agent Ferris. Froide et méthodique, celle-ci est prête à tout pour accomplir sa mission. Julianne Moore reprend de manière flagrante l’esprit de meneuse de l’agent Clarice Starling. Elle avait en effet campé ce célèbre personnage dans Hannibal (2001) de Ridley Scott. Rôle, pour l’anecdote, tenu par Jodie Foster dans Le Silence des agneaux (1991). Rien de nouveau donc de ce côté-là, si ce n’est la confirmation que Julianne Moore est parfaitement à l’aise dans les rôles de femmes fortes et revêches.

JULIANNE MOORE

Le rôle de Jessica Biel est plus anecdotique bien que très important dans le récit. La vedette féminine de "L’Illusionniste" et de "Furtif" joue sur ses charmes et sa simplicité pour camper Liz, la femme idéale pour Cris et, en même temps, sa seule et unique source d’énergie…

JESSICA BIEL

Visuellement intéressant, la seconde partie du film est plus explosive. La première partie joue davantage la carte de l’humour et de la romance. Pourquoi pas ?! "Next" fait ainsi une jolie allusion à la comédie de Harold Ramis, "Un jour sans fin" (1993), dans laquelle Bill Murray était condamné à revivre la même journée, encore et encore. Comédie, au passage, irrésistible !

LEE TAMAHORI

"Next" n’est pas un très long film : 1h30. On aurait certainement souhaité une fin moins abrupte et un dénouement amoureux moins incertain… Ce petit désagrément (de dernière minute) n’handicape pas profondément Next et favorise d’ailleurs la réflexion.

Next

Si l’on se base uniquement sur les films s’inspirant des nouvelles de Philip K. Dick, Next n’est pas la meilleure adaptation ! Le somptueux "Minority Report" (2002) de Steven Spielberg et le légendaire "Blade Runner" (1982) de Ridley Scott précèdent le film de Lee Tamahori. Cependant, comparé à "Planète hurlante" (1996) ou au perversif "Total Recall" (1990) de Paul Verhoeven, j’aurais tendance à préférer "Next". Vous savez : les goûts et les couleurs… Disons, pou terminer, que "Next" est dans la lignée du "Paycheck" (2004) de John Woo, ni somptueux, ni navrant, juste un (très) bon divertissement intéressant et par moment ingénieux.

La bande-annonce...

Des extraits...



Un petit "bonjour" en passant...

NICOLAS CAGE & PETER FALK

Le célèbre inspecteur Columbo, Peter Falk, fait une rapide apparition dans Next. Né à New York en 1927, Falk a prêté sa voix au requin Don Brizzi dans le film d’animation de DreamWorks : "Gang de requins" (2004). Il a également récemment tenu un beau petit rôle dans "Un seul deviendra invincible". Un film de boxe au mitard avec Ving Rhames et Wesley Snipes.

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.